Enseigner les Maths en lycée général — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Enseigner les Maths en lycée général

Bonjour,

Je suis désolé d'intervenir pour un sujet comme ça, mais j'aimerais avoir des renseignements concernant le passage pour un prof en lycée : je m'adresse donc prioritairement aux enseignants qui ont cotoyé le collège, puis ont attéri en lycée:

Cela fait 7 ans que j'enseigne en collège, et je commence à avoir fait le tour des choses, bref je voudrais éviter de m'encrouter.

Mon problème, est que je suis dans un collège avec des élèves dans l'ensemble agréables et de niveau satisfaisant, et que j'ai peur d'y perdre au change en allant au lycée (pas forcément celui de ma ville actuelle).

Les lycéens sont ils "malléables", obéissent-ils ou bien sont-ils dans la contestation d'ados plus exacerbée qu'en collège?

Personnellement, que trouvez vous de positif au lycée par rapport au collège, et quoi de plus négatif?

Bon mathématiquement,je sais par avance, et ça vous surprendra peut être, qu'il ne faut pas s'attendre à des merveilles, je pense que le programme de 4° est plus formateur qu'un programme de 2° par exemple.

Quid des classes de 1° et Tales STG, STT, STI? Et des 1°S?
Enfin, quel est l'horaire en 1°S en maths?

Au niveau travail personnel (mais cela ne me gêne pas du tout), y a t il une différence notable par rapport au collége? Si oui, pourriez vous quantifier?

Enfin, a-t-on plus d'indépendance et de liberté pédagogique qu'au collège : le travail en commun, ça me gonfle, je trouve que c'est un frein à la liberté individuelle (bon, ça vient peut être du fait que dans mon collège, certaines de mes collègues de maths ne pensent qu'à ça, et nous mettent donc la pression (inconsciemment, mais sûrement).

Merci pour tout, bonne soirée par avance.
gauss

Réponses

  • Bonjour Gauss.

    Je n'ai presque pas fait de collège et je ne suis plus en lycée depuis 12 ans. Mais un paragraphe de ton post m'a fortement surpris :
    "Enfin, a-t-on plus d'indépendance et de liberté pédagogique qu'au collège : le travail en commun, ça me gonfle, je trouve que c'est un frein à la liberté individuelle (bon, ça vient peut être du fait que dans mon collège, certaines de mes collègues de maths ne pensent qu'à ça, et nous mettent donc la pression (inconsciemment, mais sûrement)."

    * Première remarque : Tu as une totale liberté pédagogique, et rien ne t'interdit de travailler seul. Si tu n'avais pas un contexte collaboratif, tu te plaindrais (comme nombre de collègues sérieux) de ne pas pouvoir collaborer avec tes collègues.
    * Deuxième remarque : Tes élèves ont plusieurs profs au collège. C'est un minimum, professionnellement parlant, que leurs profs collaborent pour unifier leurs exigences.
    * Troisième remarque : Pour avoir collaboré 20 ans avec mes collègues de maths de lycée, et depuis 12 ans avec mes collègues de toutes disciplines en IUT, je peux te dire que c'est le seul moyen d'avancer, d'éviter les demandes inutiles ("écrire en rouge", 4/5 mais jamais 0,8, ...) liées plus aux habitudes de nos anciens profs qu'aux nécessités de la discipline.

    Cordialement
  • Merci Gérard,mais je vais travailler seul l'an prochain au risque de me mettre l'administration à dos

    : fini les devoirs communs, où finallement on se borne toujours à poser des exercices standards, mais dans mon bahut, ça prend des proportions délirantes : il faut 8 h environ pour ellaborer un sujet commun, bref sans être jemanfoutiste, loin de là, je trouve ça pitoyable, en plus, et c'est en ce point que je parle de perte de liberté, desfois, j'aimerais poser un exo un peu différent (sans être trop dur toutefois) qui automatiquement est rejeté par mes collègues, car ça sort un peu des sentiers battus et rebattus !

    Voila, je veux seulement mettre fin à un systéme oppressant, et qui dans mon collège n'apporte strictement rien aux élèves.
    Cordialement,
    gauss
  • Effectivement, Gauss,

    Si c'en est à ce point là, ce n'est pas du travail d'équipe, tout au plus de la recherche de plus petit dénominateur commun. Préparer des brevets commun, ce n'est pas du travail d'équipe.
    Avec mes collègues de lycée, on commençait par faire des préparations de cours en commun, puis on donnait ensuite les devoirs correspondants. On expériementait parfois aussi. Cela nécessite d'en rabattre sur ses habitudes, et de prendre le temps de faire évoluer les collègues.

    Cordialement
  • Pour les 1°S c'est 6H prof avec 1H dédoublée. En cas d'effectif trop faible, le dédoublement peut être supprimé.
  • j'aimerai recevoir des cours de mathématiques pour les classes de secondes, premières et terminales sciebtifiques.
    merci et à bientot.
  • Rien que ça !!!!!!!!!!!
  • Cher Gauss,

    Après avoir enseigné en collège, je suis en lycée depuis deux ans. Je vais essayer de répondre au mieux à tes interrogations :

    - J'ai en gros deux fois plus de travail personnel qu'au collège (corrections bien plus longues, conception des sujets plus conséquents...)

    - Les lycéens n'ont pas du tout les même exigences que les collégiens vis à vis du prof.
    Au collège, pour me faire respecter, je tâchais d'incarner l'autorité, par ma présence, le ton de ma voix, le registre de language (pas de négociation, je donnais beaucoup d'ordres). Je voulais inspirer le respect des règles par mon attitude. Chose qui a plutôt bien fonctionné, car ceci acquis, on a bien travaillé.
    Au lycée, j'ai eu le sentiment que les élèves attendent du prof qu'il incarne le savoir. Les élèves sont sensibles à la qualité mathématique du cours, l'aisance et la précision avec laquelle le prof dispense son cours et l'exigence qu'il a à l'égard de ses élèves.
    En gros, il faut que les élèves soient convaincus que le prof est infiniment plus érudit qu'eux ! L'obeissance s'ensuit, mais est bien plus tacite et implicite qu'au collège où il faut leur rentrer dans le lard.

    - Les enjeux au lycée m'ont aussi semblés plus grisants, mais c'est un poitn de vue personnel et très subjectif...

    - Quant au travail en équipe, je crois que tu fais un amalgamme risqué.
    J'ai la chance d'appartenir à une équipe pédagogique qui est très active et qui favorise très clairement le travail enéquipe, c'est à dire :
    préparation des contrôles par binômes lors des devoirs communs (qui le sont TOUS en seconde, 1ère S, TS et 1ère L), utilisation d'un traitement de texte commun pour la rédaction des sujets, des corrigés, des exercices, et autres pour former une base de données conséquente à terme, reflexion conjointe sur l'utilisation de la (maudite) calculatrice, on se met aussi d'accord sur la progression que l'on souhaite adopter (ordre des chapitres) ainsi que sur les points que l'on évaluera (en revanche, ceci fait, chacun est libre d'aborder la notion comme il l'entend, par exemple, pour déterminer l'équation d'une droite du plan en seconde, je préfère utiliser le déterminant, alors que d'autres préfèrent résoudre des systèmes...). Et puis, mettre le nez dans le travail des autres est très formateur (surtout quand ceux-ci ont plus d'expérience !), et exposer le sien impose une certaine rigueur, et évite de tomber dans une facilité contre-productive pour les élèves, par exemple faire un sujet tombant dans le conformisme personnel du prof, sous-entendant que tout le monde voit bien que qu'il veut dire...

    - Au lycée la tâche éducative cède un peu de place à une tâche d'instruction. Ce qui n'est pas pour déplaire à certains.

    - Comme point négatif, au lycée, on tombe souvent sur des équipes plus vieilles et plus rigides, plus snob, qui estiment qu'ils sont supérieurs aux profs de collège, qui se résèrvent tacitement les bonnes classes quand ils sont vieux, et personne n'ose contester cela. Les agrégés du lycée se vantent plus que ceux du collège !
    Au lycée, les profs sont généralement plus individualistes (même si, comme je l'ai dit, j'ai eu du bol sur ce point dans mon bahut) et supportent beaucoup moins la remise en question.
    Mais si tu as des choses nouvelles et fraîches à apporter, même les vieux dinosaures finissent par écouter et changer (ils sont vieux, mais pas cons !)

    Pour finir, je suis heureux d'enseigner en lycée, l'équipe de mon bahut est très sympa, fait des efforts pour ne pas s'endormir dans un confort sclérosant, mais ce n'est pas le cas partout... J'espère avoir répondu au mieux à tes questions.

    Rémi Chautard
  • Salut
    Pour moi , c'est le passage inverse; j'étais en lycée et maintenant en collège.

    En lycée, je ne me préoccupais que du savoir; pas de problème majeur de discipline, les élèves sont grands, et plus motivés qu'au collège.
    Ils attendent du prof des cours parfaits, et mieux vaut ne pas commettre la moindre erreur devant eux! La pression est ise sur la qualité du conenu de tes cours.

    Au collège, tout est plus axé sur la discipline. Il faut d'abord régler ces pbs-là avant de dispenser un bon cours. Et puis aucune pression si tu commets une erreur au tableau: les élèves n'y prêteront même pas attention!

    Enfin pour moi, c'est deux métiers différents, où le travail de prof à la maison n'est d'ailleurs pas non plus le même!!! Deux voiretrois fois plus de boulot en lycée.

    Voilà, bonne soirée!!!
  • Bonjour
    Etudiante en m1fac de medecine (avec pr projet d aller jusqu au doctorat) je suis egalement tutrices en maths a mes heures perdues pr des eleves de lycee
    Ainsi je pense de plus en plus a passer un diplome afin de pouvoir enseigner en college ou lycee en plus de mes etudes... Auriez vous des conseils ? Bien cordialement a vous
  • Je ne savais pas qu'on avait des heures perdues en fac de médecine...Mon conseil ce serait de choisir entre la médecine et les maths, étant donné qu'à moins d'être vacataire, l'enseignement dans le secondaire nécessite un M2 education, si je ne m'abuse.
  • Bonjour,
    L'enseignement dans le secondaire nécessite un L3 quelconque, point barre, en vacation, et n'importe quel M2 pour s'inscrire au concours !
  • titou écrivait (il y a 6 ans) : http://www.les-mathematiques.net/phorum/read.php?18,378806,379060#msg-379060

    Salut à tous.
    Titou tu as de la chance. L'horaire théorique en 1ère S est 4h /élève. Pour ma part, j'ai réussi à grappiller 1/2h de plus avec l'ACCompagnement Personnalisé.

    Pour avoir fait les deux, je suis d'accord avec Rémi. J'ajouterai qu'au collège il y a plus de paperasse (socle commun, etc. ), beaucoup plus de réunions et plus de ressources pédagogiques. Au Lycée , tu as plus de niveaux différents et des changement de programme plus déroutants.

    Emmanuel
  • Numazic,

    c'était il y a 6 ans !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!