S'améliorer aux examens en M1 — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

S'améliorer aux examens en M1

Bonjour à tous
Je viens ici chercher conseil sur un sujet qui me pèse un peu. Pour faire un rapide topo : j'ai décidé de passer l'agreg l'année prochaine, sauf que je n'ai jamais été un élève modèle. Je suis actuellement en M1 de maths fonda, et j'ai décidé d'essayer de le devenir cette année. L'année dernière, je tournais à 15 de moyenne sans bosser pendant le semestre mais en m'y mettant un bon coup avant les examens. Cette année je travaille mes TD et mon cours, mais mes notes ne s'améliorent franchement pas ! (J'ai eu des notes autour de 14 jusqu'ici). C'est un coup assez dur à encaisser, mais j'essaie de ne pas désespérer. La raison pour laquelle je n'ai jamais trop travaillé est que les examens me stressent énormément et que je perds souvent mes moyens en début d'épreuve. (Par exemple, j'ai eu un devoir d'1h30 récemment et j'avais l'impression de ne rien savoir faire les 20 premières minutes avant de prendre une nouvelle feuille, de me calmer et de commencer l'examen.) Du coup ne pas travailler me donne la (fausse) excuse que "si j'échoue, c'est parce que je n'ai pas bossé !". Pour mes derniers exams, j'ai décidé de ne pas réviser les jours qui précèdent l'épreuve. J'ai juste relu mon cours la veille, et je suis arrivé assez détendu devant le sujet ! On verra ce que ça donne.
Tout cela est assez rageant car j'arrive à faire mes exos en général, et je ne me sens vraiment pas du tout largué niveau maths. J'aimerais vraiment m'améliorer, je suis preneur de tous vos conseils et remarques.
Merci d'avance, bien cordialement.
m.d.

Réponses

  • ne pas travailler me donne la (fausse) excuse que "si j'échoue, c'est parce que je n'ai pas bossé!"

    Déjà, tu es conscient que c'est une fausse excuse. Ouf.
    Apparemment, ton problème n'est pas mathématique, mais un problème de mental. Il ne te faut pas un prof de maths, mais un coach mental. Ca me gêne de faire la promotion de ce type de business, je n'ai pas une très haute estime de ces gens là.

    En fait, tu n'as pas eu l'occasion de te frotter à des épreuves stressantes plus jeune, et du coup, tu n'es pas préparé à ça. Pour comparaison, j'ai eu à passer un examen d'entrée en seconde ; à l'arrivée, ça s'est avéré être une formalité, mais ça m'a donné une première expérience de 'gestion du stress'.

    Si tu joues aux échecs, inscris toi dans un club. Ils vont t'inscrire dans des compétitions, et ça va t'entraîner à gérer ton stress. Je parle de jeu d'échecs, mais ça peut être autre chose, selon tes goûts.
    Et je suis bien conscient que ceci ne va pas produire des effets tout de suite, et tu es à la recherche d'une solution plus rapide.
    Désolé, j'ai peur qu'il n'y ait aucune recette qui ferait que dans 3 mois, tu serais 'guéri'.

    Peut-être faire un truc genre un saut à l'élastique, pour créer un déclic ( je réfléchis tout haut, en mode brain-storming, je ne dis absolument pas que c'est une suggestion ni une bonne idée)
  • C'est la génération nombril ?
  • Si tu aimes bosser régulièrement, vu que tu n'as pas l'air de ramer en maths, le mieux est de submerger le programme en le dépassant. De sorte qu'aux examens tu aies l'impression qu'on te réclame d'additionner 2 et 4.
  • Lourran: Merci pour tes réponses. En ce qui concerne la première, c'est vrai que ça ne peut être que sain de s'investir dans autre chose, mais si je n'y accorde pas assez d'importance ce ne sera jamais stressant ! Mais je vais y réfléchir aussi, merci du conseil ! Pour ton deuxième message, je pense que je vais essayer. En plus ça permettra de re-centrer mes études sur les maths plutôt que sur les examens ! On verra comment ça marche niveau stress.

    Chaurien: Je ne suis pas certain de ce que tu entends par là. Si c'est ce que je viens de lire, j'appelle ça être exigeant avec soi-même. Après avoir lu tes messages je crois que c'est quelque chose que tu défends pourtant. A toi de détailler.
  • Le quatrième message de ce fil n'a pas été posté par lourrran mais par Riemann_lapins_cretins, qui ont tous deux le même avatar.
  • Ah merci Mohammed R, je suis tombé dans le piège apparemment ! Je remercie donc chaleureusement Riemann_lapins_cretins pour son conseil !
  • Patrick un jour, Patrick toujours.

    A noter que je suis le premier à comprendre ta difficulté à appréhender le temps aux examens. Je n'ai pas de conseils mais même en majorant mes promos j'ai eu des accidents de stress. Le format des examens de mon ancienne fac était de trois contrôles continus de 20, 60 et 90 minutes.
    Et si par exemple j'avais un recul énorme en théorie des groupes, j'ai eu une faible note au premier juste à cause du stress et du fait qu'il soit orienté calcul technique. Alors que je voyais bien abstraitement en quoi consistait le sujet.

    De même j'ai eu une grosse tuile en géométrie pour le dernier contrôle, vraiment par perte de moyens encore, vu que j'avais eu des 19 aux deux précédents et que je m'étais plus qu'entrainé à la géométrie projective. J'avais bu 12 cafés ce jour-là, ça a dû jouer.

    Et même en M1 avec la meilleure note de la promo dans une matière, j'ai vraiment perdu mes moyens et avais l'impression sincère d'avoir tout foiré.

    En sup pareil, j'ai déjà évoqué que j'ai mis 45 minutes littéralement à inverser une matrice 3x3.

    Je dis ça à la fois parce que j'aime bien parler de moi mais aussi pour que tu voies que ça n'a pas vraiment de rapport avec le niveau mathématique. Je n'ai jamais rien fait pour y remédier cependant.
    Écoute donc le conseil de tous les Patrick du forum, ils sont tous avisés.
  • Au contraire, c'est très bien d'avoir un retour de quelqu'un qui est dans ma situation! En effet les interrogations les plus courtes sont les pires...
    Et pour continuer sur ton expérience, as-tu passé l'agreg ou autre concours par la suite ? A quel point est-ce que ça a été handicapant à ton avis?

    Merci pour ton retour.
  • J'ai seulement passé des écrits de concours (de CCP, c'était juste pour avoir une note et être pris en magistere). Comme je n'avais pas le problème du temps (c'était 3 ou 4h) ça ne m'a pas posé de problème.
    Dans le cas de ces concours faciles j'étais comme un robot mais pour les examens de spé qui étaient des sujets d'écrit de Centrale/Mines/X ENS je profitais bien du fait d'avoir du temps pour être confortable, lire l'énoncé, rentrer dans le bain, avant d'attaquer le sujet de front. Peut-être 15 minutes de perdues mais j'étais serein ensuite.
    Les concours n'ont pas grand chose à voir avec les examens de fac, en terme de temps et de difficulté.
  • D'accord merci !
  • Bonjour M. d.

    Une méthode qui pourrait te servir : décider de lire entièrement le sujet avant de commencer. Tu sauras
    sauras déjà tout ce que tu sais faire facilement, ce qui déstresse. Ce fut ma méthode à partir de la première.
    Cordialement.
  • Merci gerard0, c'est vrai que j'ai tendance à lire le sujet en diagonale. J'essaie dès la rentrée!

    Cordialement.

    m.d.
  • Les concours n'ont pas grand chose à voir avec les examens de fac, en terme de temps et de difficulté.

    Il faut dire aussi qu'ils n'ont pas les mêmes finalités, un sujet d'examen a pour but d'évaluer le niveau de l'étudiant (selon les critères du prof) entre 0 et 20, tandis qu'un sujet de concours a pour but de classer les candidats, si possible en faisant une vraie différence aux endroits sensibles.

    Typiquement, ce serait une catastrophe si beaucoup de candidats finissaient une épreuve de concours. Je pense que c'est arrivé sur l'épreuve pratique des Mines en 1993 que moi j'ai fini avec plus de 30 min d'avance, et comme je suis lent je ne dois pas être le seul, et je me demande comment ils ont fait pour classer (même si je ne m'étais pas plaint de mon résultat). Ça ne me dérange pas en revanche d'avoir une promotion qui réussit très bien un de mes sujets d'examen à la fac ou en école.

    J'ai pondu un nombre très élevé de sujets d'examens sur mes enseignements tant en université qu'en grande école, ainsi que quelques sujets de concours, je ne les ai pas du tout pensé pareil.

    Je ne parle même pas du fait qu'en général dans un sujet de concours on peut souhaiter vouloir faire démontrer un "joli" résultat, ceux-ci ayant une certaine propension à être distribués sur plusieurs supports (RMS, UPS ...), ce qui a moins de sens sur un sujet d'examen.
  • Moi j'aime bien l'idée du "brain-storming" de Lourrran !
    Admettons le sujet porte sur les intégrales, prendre une feuille et noter tout ce que l'on sait sur les Intégrales ( impropres, paires, impaires, Riemann etc...)
    Et parfois avoir 2-3 grandes lignes du cours sous les yeux sur un brouillon, et bien ça aide !
  • Bonjour,

    Merci Flora!
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!