Comment on devient un génie en maths — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Comment on devient un génie en maths

Bonjour

Pouvez-vous me dire comment devenir un génie en maths ?
Un peu comme Galois, Ramanujan, Riemann, Gauss, Grothendieck, Serre, Connes, Lafforgue, Wiles, Tao, Scholze, Yoccoz, Laurent Schwarz, Perelman, Pythagore, Euler, Arnold, Mumford, Falting, Yau etc..l
Car il y a beaucoup domaine en maths que je ne maîtrise pas encore ? Et beaucoup de problèmes conjectures que je ne sais pas résoudre ?

Merci
«1

Réponses

  • On ne devient pas un génie on naît génie. Tu as eu l'occasion de côtoyer Pablo par exemple, il est évident que chez lui c'est de naissance...
  • Comment devient-on Usain Bolt, comment devient-on Rafael Nadal, comment devient-on Magnus Carlsen, comment devient-on Jimmy Hendrix ?
    Quel que soit le parcours, on ne devient pas génie, on naît génie.
    Même en s'entraînant 10h par jours, depuis son plus jeune âge, le pourcentage de personne qui serait capable de courir le 100 mètres en moins de 10 secondes est extrêmement faible.

    Avec quelques aptitudes et beaucoup de travail on peut atteindre un très bon niveau dans un domaine, mais si on n'est pas (si on naît pas) génie, on ne va pas le devenir pour autant !

    Bernard Hinault (référence de vieux) expliquait qu'il était un homme ordinaire qui avait simplement eu la chance de naître avec des capacités physiques totalement exceptionnelles.
  • Et même si les autres se trompent, personne ne sait comment on le devient.
    Cette quête m’étonne encore.
  • Tu veux devenir un génie? Tu peux courir pour le devenir si tu ne l'es pas déjà X:-(

    PS:
    Les génies ne sont pas omniscients, il leur faut apprendre et s'entraîner comme tout le monde s'ils veulent maîtriser un sujet.

    PS2:
    La question pertinente ne serait-elle pas plutôt: comment sait-on qu'on est un génie? B-)-
  • On ne devient pas un génie on naît génie.

    Et si on a eu la chance de naître génie, le parcours n'est pas fini.
    Un type né génie peut devenir un type quelconque. Alors qu'un type né quelconque ne peut pas devenir un génie.
  • Je ne vous le dirai pas, c'est un secret!
  • Moi je veux bien vous dire le secret. Me contacter par mp pour faire le (gros) virement.:-D
  • Comme pour les magiciens, c'est interdit par le syndicat des génies de révéler ce type d'informations. X:-(

    PS:
    Comme chacun sait, il y a une clause de non divulgation signée par tous les génies. X:-(
  • Il faut sortir d’une lampe frottée légèrement.
  • Ou d'un baril de lessive.

    e.v.
  • En lisant les biographies on s'aperçoit surtout que les conditions sont extrêmement différentes, avec peut-être pour les mathématiciens cités une initiation assez précoce - par contre je ne suis pas sûr que ce soit le cas pour des cracks plus anciens. La ténacité aussi semble assez commune jeune.
  • Moi je recopiais tranquillement des corrigés d'exercices sur la continuité uniforme, avec une réserve de rapports de concours sous le coude, quand tout d'un coup je suis devenu un génie. Méthode 100 % garantie !
  • Merci pour vos réponses
  • D'après Boris Vian, il y a deux sortes de génies : les génies doués et les génies pas doués. Et "Le génie est un une longue patience" est une réflexion de génie pas doué.

    Cordialement.
  • Bonsoir,
    Voici un document intéressant sur Terence Tao.
    http://math.fau.edu/yiu/Oldwebsites/MPS2010/TerenceTao1984.pdf
  • @Philippe Malot merci je vais essayer de résoudre les exercices qu’a eu Tao quand il était petit.

    Question :

    Y a-t-il une possibilité d’inviter Tao, Scholze, Perelman à participer sur mathématiques.net ?
  • Bonsoir.

    On peut toujours le leur demander gentiment toutefois je doute que ne fut-ce qu'un seul des trois ne réponde favorablement.

    À bientôt.

    Cherche livres et objets du domaine mathématique :

    Intégraphes, règles log et calculateurs électromécaniques.

  • Bonjour,

    Il faudrait déjà qu'ils parlent le français.

    Cordialement,

    Rescassol
  • Tout dépend de ce que l'on prend comme définition du mot "génie". Pour ma part, j'opte pour aller contre la tendance à galvauder un tantinet ce mot, tant et si bien que je le réserverais qu'à très peu de personnes au final.
  • @etanche : Le 1) p.218 est pas mal, le petit Tao ne l'avait pas trouvé (td):-)
  • Je suis curieux de voir le mail que tu enverras à Perelman pour le convaincre de venir sur le forum 8-)
  • Grenouille factorielle:

    Perelman est un génie, il va apprendre le français en une journée, afin de venir nous parler de son génie dans le forum. X:-(
  • Bonjour, Et que penser du lien "folie-génie"? Est-ce un fantasme ou bien y a-t-il un fond de réalité ? Quand je pense à ça c'est le génie des échecs Bobby Fischer qui me vient à l'esprit. Et peut-être Pérelman aussi...
    Ceci dit il est évident qu'il n'y a pas de bijection entre l'ensemble des fous et celui des génies !
    Et peut-être plus que fous, certains génies sont pour le moins excentriques.
    Bonne journée.
    Jean-Louis.
  • Un lien entre génie et folie ? hum... Je dirais plutôt que la proportion de psychotiques parmi les génies n'a pas de raison d'être supérieure à la moyenne.
    Le truc c'est qu'on attribue des psychoses à ceux qui n'ont jamais été diagnostiqués comme tels sur la base d'un comportement un peu original (de Grothendieck à Perelman (1)).
    Il est vrai que pour certains la "psychose" consiste à peu de choses au regard de la pauvreté de leur vie, d'où les jugements vites émis faisant fonction de "diagnostics".

    (1) au courant des jugements médiocres à son encontre et amusés par ceux-ci, Perelman s'était mis en scène dans une vidéo sketch.
  • Bonjour,

    Est-il plus facile de devenir un génie du crime qu'un génie des math ?

    A+
  • Pas forcément. Le génie du crime ne doit pas laisser d'indices, doit se méfier de tout et de tous.....
    Cordialement.
    Jean-Louis.
  • Les professionnels de la sociologie réservent le terme de génie aux contributions intellectuelles particulièrement marquantes (cf. par exemple "l'origine des génies" de C. Thélot https://www.seuil.com/ouvrage/l-origine-des-genies-claude-thelot/9782020571814).
    La supériorité dans un domaine donné en dehors de ces cas est plutôt dénommée "élite", ainsi l'élite du crime porte le col blanc, navigue de paradis fiscaux en banques européennes complaisantes en passant par les cabinets de lobbying fiscal, et ne se salit pas les mains, tandis qu'au bas de l'échelle, le camé qui pique une carte bleue pour sa dose va prendre de la prison ferme illico.
  • Pour être un génie des maths, il faut:
    1. Résoudre un problème difficile.
    2. Obtenir un prix prestigieux.
    3. Le refuser.
    4. Se nourrir de pain noir et de lait fermenté.
  • Pourquoi inviter Tao quand on a Pablo ?
  • être incompris ça aide aussi à être reconnu génie! ...au moins par soi-même.
  • Si bien doué que l'on soit, on ne fait rien de grand sans travail. - (Henri Poincaré, 1854-1912).
  • Un passage obligé, découvert hier par hasard.128468
  • Certaines lectures peuvent aider apparemment.128480
  • Moi je vais chez Gify et j'en ressort grandi car j'ai à chaque fois plein d'idées de génie.
  • Béocien a écrit:
    j'en ressort

    Moi non plus, je ne suis pas un génie de l'orthographe.
  • @Zeitnot:

    Je ne suis pas non plus un génie de la lecture. Mon nom c'est Boécien pas béotien. Pour Gify je maintiens car mon intention n'est pas de leur faire de la pubX:-(
  • L’homme qui valait 3 milliards ou Super Jaimie était une série télévisé année 70 sur les transformations bionic.

    Dans peut-être quelques décennies quand la science maîtrisera bien la technologie bionic, tous ceux qui veulent devenir un génie en mathématiques pourra le devenir.

    On pourra apporter des modifications au niveau du cerveau, plus grande capacité à mémoriser, vitesse d’apprentissage de nombreuses théories en mathématiques physique informatique, avec quelques puces en intelligence artificielle dans notre cerveau on pourra explorer de milliers ou millions d’approches pour démontrer des conjectures en mathématiques, comprendre la preuve de Wiles ou Perelman en quelques minutes.

    Mais se posent la question si j’ai une classe avec tous mes élèves bionics intellectuellement donc ils sauront résoudre tous les exercices, conjectures niveau recherche que je leur donnerai.

    Quels cours dois-je faire sachant qu’ils savent déjà tout ?
    Quels exercices de maths dois-je donner qu’ils ne sauront pas faire ?
  • Je ne crois pas à l’homme bionique quand on parle d’autre chose que du « physique » et de la force, etc.
    On ne sait déjà pas définir « l’intelligence » alors la rendre « bionique » ou performante…
    Par contre, tel un ordinateur, calculer plus vite, ou avoir des textes et savoirs instantanément lisibles oui, à la rigueur.
    Il y a eu des discussions sur « comment avoir des idées ? ». Et c’est ça peut-être qui est important en maths. Ce n’est pas seulement connaître par cœur des définitions et théorèmes (on qualifierait une telle personne de « scolaire »).
    Tant qu’on ne sait pas pourquoi untel a une idée astucieuse ou novatrice alors que tous les autres ne l’ont pas eue, il est vain d’épiloguer sur « améliorer cette compétence » que l’on ne connaît pas.

    Une question me taraude : pourquoi vouloir être un génie ? Ne serait-ce qu’en maths.
  • Quels cours dois-je faire sachant qu’ils savent déjà tout ?

    Aucun, s'ils savent déjà tout.

    C'est un peu comme lorsque je donne un exercice à mes élèves. Parfois certains me disent, "c'est dur cette question là, on ne l'a jamais faite", ou "on ne sait pas la faire".
    Je leur réponds, si j'étais certains que vous savez tous faire cet exercice sans problème, je ne perdrais pas mon temps à vous le faire faire

    Merci Chaurien : Je m'en veux, elle était facilement évitable celle-ci.
  • À force de faire de la répétition (il en faut), et de ne faire que ça (il ne le faut pas), les élèves croient que faire des maths c’est résoudre des questions déjà résolues une fois.
    Comme pour les échecs, toute proportion gardée, il y a des parties encore non jouées…
  • Tout à fait, d'ailleurs aux échecs, même d'assez bons joueurs peuvent se faire, notamment en blitz, complétement déstabiliser par un adversaire un peu fantasque qui se met un jouer dans l'ouverture un truc pas du tout thématique.
  • Quand c'est toujours la même chose, ce n'est pas amusant, et c'est même lassant.
    La nouveauté est génératrice d'excitation et de plaisir.
    En maths comme dans d'autres domaines.

    Bon, apparemment, c'est l'heure pour moi d'aller prendre mes petites pilules blanches.
  • Ok je prends les pilules noires alors.
    Tu commences.
  • Modifié (1 Mar)
    C'est quoi ce fil ? La modération dort ou quoi ? On l'a connue plus prompte sur des sujets moins délirants...
  • Je suis d’accord.
    Cela dit, c’est très léger, pas idéologique et personne ne s’engueule.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!