Faire des annales or not ? (agreg interne) — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Faire des annales or not ? (agreg interne)

Bonjour à tous
Je prépare les agrégations cette année (je vise clairement l'interne même si de ce que j'ai compris, avoir un peu de chance sur les thèmes peut permettre d'être lauréat de l'externe) et je me pose comme question de savoir si je dois faire des sujets des années précédentes ?

J'entends souvent deux versions.
1) Les sujets sont tellement diversifiés d'une année sur l'autre que ça ne sert à rien de s'entraîner sur ceux des années passées puisqu'on aura quelque chose de totalement différent.
2) Rien ne vaut un ancien sujet pour se jauger et s'entraîner à enchaîner des questions de ce niveau.

Je précise que je n'ai pas de problème à composer pendant 6h. C'est quelque chose que j'ai gardé de mes années d'études et je n'ai pas à m'entraîner sur ce domaine.
Ce qui fait que j'ai bien envie de travailler du cours et des questions classiques jusqu'au dernier moment, mais en même temps j'aurais l'impression d'avoir raté quelque chose si je me présente aux écrits sans avoir fait un seul sujet...
Qu'en pensez-vous ?
Merci d'avance,
H.

Réponses

  • A mon avis, c'est utile de bosser des annales. Déjà, tu vois à quoi ça ressemble et ensuite, ça te permet de bosser des thèmes classiques (suivant les sujets, certains sont plus exotiques).
  • Bonjour.

    Si tu es bien au point sur les programmes, travailler les sujets d'années précédentes te donnera confiance (si tu n'oublies pas que c'est un concours et que le sujet n'a pas vocation à être terminé en 6 h). Pour ma part, je n'ai pas pu, j'ai fini les apprentissages 5 jours avant la première épreuve; j'ai préféré me reposer pour arriver l'esprit frais. Ce fut suffisant pour que les notes d'écrit m'assurent quasiment l'admission (contrairement à ce que je croyais, car le sujet d'algèbre n'avait que 2 parties sur 3 faisables, la troisième étant extrêmement difficile).
    Bien évidemment, il faut bien connaître le cœur du programme (je l'avais travaillé comme si je devais l’enseigner (*) ) et avoir un minimum d'impasses (quand je l'ai passé, tous ceux qui avaient fait l'impasse sur les espaces hermitiens se sont plantés).

    Cordialement.

    (*) Un collègue a suivi ce conseil deux ans plus tard, il a eu aussi l'agreg au premier passage.
  • Merci pour vos réponses.

    Pour l'instant, je suis loin d'avoir travaillé tout le programme, donc je pense me concentrer la dessus, faire le tour en espérant qu'il me reste du temps en janvier pour faire des sujets.

    gerard0, quand tu dis comme si tu devais l'enseigner, c'est un peu comme préparer une leçon d'oral 1, ou c'est encore différent ?

    Merci,
    H.
  • C'est différent..
    Pour un cours, c'est toi qui décides ce que tu y mets. Par contre, tu as besoin de bien comprendre ce que tu expliques. Éventuellement tu peux l'expliquer de différentes manières. Et tu prévois des questions d'élèves. Pour un oral, tes auditeurs en savent généralement plus que toi, et tu prévois des questions difficiles.
    Mais une fois que tu sais exposer à des étudiants, passer à un oral de concours est assez facile.

    Cordialement.
  • Les annales d'agreg interne sont trop longues et prennent trop de temps. Il faudrait 10 à 15 heures pour finir un sujet.

    Je préfère faire des sujets de concours d'ingénieurs Centrale, Mines, Polytechnique. Le niveau est équivalent et c'est plus motivant de faire un sujet en 4 heures ou 2 fois 2 heures.

    Je trouve que 6 heures c'est trop long quand on travaille à côté.
  • Rappel pour Heisenberg : O Shine a réussi son capes par hasard (pas d'oral en 2020) et a montré depuis de nombreuses fois :
    * Qu'il n'a pas le niveau attendu d'un certifié (erreurs sur des notions du lycée, jusqu'à la correction fausse d'un exercice de quatrième !)
    * Qu'il parle de tout sans savoir, histoire de parler de lui
    * Qu'il est incapable de faire seul les premières questions d'un sujet d'agreg.

    Donc tu peux considérer ses avis comme sans intérêt.

    Cordialement.
  • gerard0, ok je vois ce que tu veux dire, merci.

    On m'avait proposé de donner des cours à des L1 de septembre à Janvier. J'ai refusé de peur de manquer de temps pour préparer le concours mais ça peut quand même être un bon entraînement.

    Si je ne réussis pas l'agreg cette année, je tenterai peut être ça l'année prochaine, même si le programme de l'interne va bien plus loin.

    Concernant Oshine, effectivement, je parcours le forum depuis quelques semaines et j'ai pu voir par moi-même certaines choses.

    H.
  • Bonjour,

    Je pense que le fait de s'entraîner sur des sujets de X, Centrale, etc. n'est pas une idée absurde.

    A+
  • Quels sujets de concours pourraient se rapprocher de celui de l’agrégation interne ? Centrale ? X ens ? Mines ? Y en a-t-il d'autres ?
    J'essaie actuellement de m’entraîner sur des sujets d'agrégation, mais pas en temps limité. Je préfère chercher des questions en prenant le temps puis regarder la correction.
    Merci.
  • Bonjour,
    dans ma préparation, redémarrant presque à zéro après plus de 25 ans sans faire de (vraies) mathématiques j'ai beaucoup travaillé sur des annales, une tous les deux we à peu près,
    au début avec le cours à coté, puis de moins en moins au fur et à mesure que je progressais.
    Je ne me suis jamais chronométré ni mis en situation d'examen, mais le temps passé devait dépendre de mes disponibilités (et de celle de ma famille).
    Je l'ai eu avec un classement correct à la 3eme année.

    Mon travail ne se limitait évidemment pas à cela.
  • Comme tu le fais remarquer, les sujets peuvent porter sur des thématiques tellement variées que le bachotage des sujets est loin de me sembler une stratégie efficace, contrairement à des concours X, Mines-Ponts, Centrale, etc.

    Il me semble qu'il est important d'en faire quelques-uns, ne serait-ce que pour s'apprendre à gérer 6h. C'est utile d'en faire si tu te les fais corriger par un préparateur, un habitué de la correction de concours, ou au moins par un matheux plus avancé que toi. Ce qui est important, ce n'est pas d'avoir la réponse d'un corrigé lu quelque part, mais de savoir si ce que tu fais (qui peut être différent) est correct, bien mené, etc.

    Ma stratégie avait été plutôt de travailler à fond les cours sur lesquels j'étais mal à l'aise, approfondir ceux que je maitrisais et faire des exos. Cela est utile pour l'oral, mais aussi pour l'écrit où les sujets contiennent souvent des arguments / raisonnements ultra-classiques que tu verras dans un cours ou un exercice. Ma stratégie avait été payante de mon point de vue, et même au delà de mes espérances. Et bien entendu, ne pas oublier de lire les rapports (même un peu anciens).
  • Non, je n'ai pas dit que faire des sujets d'écoles était une idée absurde, mais je vois ça plutôt comme un travail de fond si on a le temps, en faire de temps en temps, ou entre 2 sujets d'agreg' par exemple.

    Disons que je me vois mal arriver en janvier et faire des sujets d'écoles s'il me reste du temps. Je vais plutôt travailler sur des anciens sujets d'agreg.

    Merci en tout cas pour vos divers retours. Ils montrent aussi que la façon de préparer ce concours est très personnelle car le plupart d'entre vous avez fonctionné différemment et tout en l'obtenant.
    H.
  • J'avais utilisé cette méthode qui permet aussi de préparer l'oral:
    • j'ai classé dans un tableau la liste des leçons par thème - j'avais utilisé pour ça le plan des Gourdon (hors probas et analyse numérique).
    • les items les plus fournis se retrouvent fréquemment à l'écrit; j'ai cherché dans les annales la matière à travailler sur certaines parties seulement.
    J'étais inscrit dans une prépa qui organisait des agregs blanches, c'est bien de s'obliger à y aller pour se mettre dans les conditions de travail de l'écrit. Chez moi, je n'avais pas le courage de rester 6h sur un sujet....
  • Visiblement ma première phrase n'a pas été assez claire, donc je la reformule : contrairement à ce qui se passe lorsqu'on prépare Mines-Ponts, X, Centrale où les compétences attendues et sujets se ressemblent (enfin en tout cas c'était comme cela lorsque j'étais en taupe), où là le bachotage peut avoir du sens, en revanche les thématiques des sujets d'agrégation sont suffisamment vastes, ce qui me fait partager ton point 1, d'autant plus que tu dis être à l'aise pour gérer 6h, ce qui était pour moi la vraie nouveauté.

    Je demeure aussi persuadé qu'un intérêt de faire un sujet (probablement le principal) est de pouvoir se faire corriger sa copie par des préparateurs ou des personnes qui ont été jurées à des concours (pas nécessairement les agreg). Il faut savoir ce qui va et ce qui ne va pas dans ce que TU rédiges, et non seulement si ça colle ou non au corrigé.

    Ensuite, comme tu le dis, chaque préparation est personnelle, il n'y a pas de conseil absolu valable pour tous.
  • Bonjour,

    Le meilleur conseil que je puisse te donner est d'appliquer tout ce que tu dis à tes élèves et en variant les compétences quand tu regardes un sujet. Identifie, comme chez tes élèves, tes points forts et tes points à travailler et surtout prends du plaisir à faire des maths !
  • Je trouve les sujets d'école d'ingénieur plus intéressants que les sujets d'agreg interne qui sont longs et rébarbatifs.

    Les sujets de Mines Ponts et Centrale MP sont souvent très intéressants.

    Je fais des maths pour progresser je ne vise pas de concours particulier. Je le saurai si un jour je me sens fort en maths.
  • Heu ... que viennent faire ici tes états d'âme ? Quelle intervention idiote ! Digne d'un préado qui intervient dans une conversation d'adulte.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!