Copies CAPES externe 2021 — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Copies CAPES externe 2021

Bonjour,

Je partage mes copies au CAPES externe 2021, pour donner un point de repères aux candidats.

Première épreuve : sujet 17.5/20
Deuxième épreuve : sujet 15.91/20

Réponses

  • Merci.
    Comme quoi, comme à l’agreg et contrairement à ce qu’indiquent inlassablement les rapports de jury, on a une bonne note sans rédiger.
  • Comme un couillon, j'ai rédigé mes solutions, encadré mes résultats en suivant les recommandations du rapport du jury.

    Très clairement, ça ne paye pas. Il vaut mieux garrocher les calculs à la diable.

    Si vous constatez des bourdes parfaitement risibles dans mes copies, merci de m'en faire profiter que je puisse rigoler un coup avec vous.

    e.v.
    An apple a day keeps the doctor away ... As long as you aim well (Winston Churchill)
  • zestiria tu as passé le CAPES en 2021 en plus de 2020 pendant ton année de stage ?
  • Oui, je me suis inscrit au CAPES, en pensant que réussir la session 2021 pourrait me couvrir contre le risque de licenciement.
    J'ai été admissible, et je ne suis pas allé aux épreuves orales.

    Je me demande si réussir le concours empêche d'être licencié.
  • Non à mon sens cela ne l'empêche pas. Tu seras licencié au 31 aout et une nouvelle période de stage commencera pour toi au 01 septembre. J'ai connu des cas où des personnes licenciées ont repassé le concours et ont été validées. Jamais à ce rythme à priori. Dans les cas que je connais il y a toujours un écart minimum d'un an. Mais surtout, ces personnes ont fait un réel travail sur elles-mêmes.
  • Pourquoi les correcteurs ne barrent pas sur la copie ?
  • J'imagine qu'aujourd'hui ça doit être dématérialisé. Mais même à l'époque, où on avait vraiment la copie sous la main. Il était de toute façon interdit d'écrire quoique ce soit dessus. On corrige sur "un fantôme" à côté de la copie qui comme son nom l'indique disparaît après comparaison avec l'autre correcteur de la même copie.
  • Encore une réflexion idiote d'OS, qui montre qu'il ne comprend rien à ce qu'est un concours.
  • Je ne trouve pas que sa réflexion soit idiote cette fois-ci.
  • @willouuu merci, on ne va pas relancer le fil fermé, et j'ai saisi qu'il faut se remettre en cause.

    Je publie mon relevé de notes, et je joins l'histogramme des notes, publié dans le rapport 2021

    Aux écrits, on demande 6/20 à chaque épreuve, pour être admissible.
    Je me classe dans le top 10 ou 20%, sans être admissible à l'agrégation.

    Le CAPES n'est pas si facile. Seule la première moitié est reçue. Cela veut quand même qu'il y a 1000 candidats qui voulaient enseigner, qui sont allés aux oraux, et repartent sans rien. Le métier est encore attractif, on dit toujours qu'il y a une pénurie, et non.

    Il y a plein de candidats qui ont un niveau suffisant pour enseigner, et qui ne trouvent pas de place.127128
    127130
    127132
    127134
  • > Le CAPES n'est pas si facile. Seule la première moitié est reçue. Cela veut quand même qu'il y a 1000 candidats qui voulaient enseigner, qui sont allés aux oraux, et repartent sans rien. Le métier est encore attractif, on dit toujours qu'il y a une pénurie, et non.

    Il y a plein de candidats qui ont un niveau suffisant pour enseigner, et qui ne trouvent pas de place.


    Les exigences au capes n'ont pas été élevées depuis un bon paquet d'années, et un comparatif avec les autres capes met en évidence une grande facilité du capes de maths par rapport aux autres capes (le niveau et le volume de connaissances nécessaires pour s'en tirer proprement sont bien moins élevés).
    Et pourtant, le trou dans les postes reste bien présent et ne se résorbe pas, on a donc un manque clair de candidats avec un niveau mathématique suffisant pour être jugés aptes à devenir enseignants.

    Attention à ne pas confondre volume de candidats et volumes d'admis par rapport aux exigences données. Si un concours est "bien plus simple que les autres", comme est le capes de maths par rapport à ses camarades, il va machinalement attirer plus de candidats avec un niveau très lacunaire/fébrile qui se diront "je tente le concours le plus simple, lui au moins j'ai une chance de l'avoir".
    Sur les groupes de préparationnaires aux concours de l'enseignement, ce genre de profil est plus que commun (la personne qui a bossé quelque part quelques années, qui se sent de faire prof parce que "j'ai toujours aimé les élèves", "je n'en peux plus d'avoir un patron",.. et qui vise les maths parce qu'elle avait fait un peu de maths en L1-L2 éco-gestion et car c'est le capes le plus simple à obtenir) (idem pour le crpe avec le côté "j'ai une chance d'avoir un poste près de chez moi").


    Aux oraux de l'agrégation on a aussi la moitié des candidats environ qui ne décrochent pas une admission (et une bonne centaine ou deux qui ne vont juste pas aux oraux), mais dans ce lot on trouve beaucoup de candidats qui n'avaient pratiquement pas préparé les épreuves (ou très mal préparées) et qui se crashent, comme l'indiquent les rapports du jury.
    Il faut avouer qu'un candidat qui "veut enseigner" mais qui ne fait pas d'efforts propres pour chercher à réussir les épreuves du concours qui lui permettraient d'avoir un poste d'enseignant, ce n'est pas vraiment sérieux ni à prendre en apitoiement.
    En plus de cela ce genre de phénomène a toujours existé, mais bizarrement avant 2012 le nombre de postes était rempli, et le volume d'étudiants inscrits à l'agreg était plus important.



    Une pénurie de candidats capables d'être admis aux concours de recrutement, oui il y en a une. Une pénurie de gens que l'on peut mettre devant des classes "parce que mieux vaut quelqu'un que personne", non. (mais ça c'est autre chose)
  • Même un candidat qui a fait quelques matières de mathématiques dans sa formation, et ensuite obtient 6/20 de moyenne générale, a un niveau suffisant pour enseigner. Il sera dans un collège, s'il a un bon contact avec les élèves, il pourra réviser le programme de collège au fur et à mesure.

    En fait, il n'y a pas de pénurie d'enseignants, avec un niveau suffisant.
  • Et c'est un spécialiste qui vous dit ça !

    Zestiria, tu devrais arrêter de parler des autres, ce qui t'est arrivé cette année devrait t'inciter à l'humilité !!
  • Bonjour

    @ zestiria : "Il sera dans un collège,"
    cela est faux.
    Un capesien est nommé en collège ou en lycée, y compris BTS. Il doit donc être capable d'enseigner à tous ces niveaux, avec suffisamment de recul.
    Et pour savoir ce qui est raconté parfois aux oraux d'eco-gestion en maths par les candidats, il ne vaut mieux pas qu'on confie à certaines personnes l'enseignement des maths même en collège ...
  • @gerard0
    Bien sûr il faut avoir un niveau L1 passable en mathématiques, et l'essentiel c'est d'abord gérer sa classe. Les stagiaires sont jugés là-dessus.

    @Mav1 : la possibilité existe d'être affecté en lycée ou en BTS. C'est peu fréquent, encore moins fréquent en début de carrière, donc il ne faut pas s'arrêter à cela.

    J'ai appris que dans une Inspé :
    - les formateurs appelaient parfois les tuteurs académiques, en début d'année
    - et disaient le stagiaire est comme ceci comme cela , il faut s’opposer à sa validation.
    - en début d'année, sans même l'avoir visité, le connaître
    - la tutrice académique d'une stagiaire l'avait prévenue
    - la stagiaire trouvait cela infondé, parce que l' Inspe n'avait aucun élément pour mettre son véto sans même la connaître.
    - après c'est la version des faits de la stagiaire, peut-être que quelqu'un dans l'Inspe avait déjà matière à mettre son véto.

    En tout cas, avoir un bon rang au CAPES ne permet absolument pas de savoir si le stage va bien se passer. Et un collègue qui a été reçu dans les derniers au CAPES, doit se dire qu'il a les mêmes chances que les autres de réussir son stage. Il est peut être mieux parti, parce que c'est quelqu'un qui connaît ses faiblesses en mathématiques, et aura peut-être davantage une analyse réflexive, et compensera aussi par une plus grande minutie dans ses séances, parce qu'il sait qu'il peut se tromper, sur un exercice impromptu.
  • Souvent, la moitié des stagiaires vont en lycée. Et il n'y a pas du tout 50% d'agrégés. Donc ce n'est pas si rare. Ensuite, certains collègues demandent systématiquement des lycées, quitte à s'éloigner géographiquement.
  • "C'est peu fréquent, encore moins fréquent en début de carrière, donc il ne faut pas s'arrêter à cela."

    tu parles de ce que tu ne connais pas manifestement ...tu as un ou des exemples et tu en fais des généralités...
  • Zestiria,

    tu continues à parler sans savoir, et tu retiens tous les bruits de couloirs qui pourraient te permettre de rejeter sur d'autres les causes de ta situation. Arrête de parler, tu te ridiculises.
  • Nous sommes dans la période ou les stagiaires apprennent s'ils sont mis en procédure d'alerte. C'est pour cela, que je donne cet exemple.
  • Cette idée qui a la vie dure que celui qui a fait des études médiocres en peinant serait forcément plus pédagogue qu'un normalien qui a réussi haut la main a tendance à me les abîmer.
  • Sur 1260 lauréats, il y a :
    - 700 étudiants de l'Inspe MEEF
    - 200 étudiants hors MEEF

    En master MEEF, on ne fait pas de maths, il y a des matières qui sont constituées d'histoire des mathématiques, de discussions pédagogiques sur comment enseigner tel chapitre. C'est sans doute utile pour un lauréat du CAPES, et pour un étudiant qui doit d'abord apprendre les mathématiques, c'est un drame. Heureusement, les écrits sont en cohérence avec le niveau des étudiants en MEEF.

    Autrement dit, quand on parle d'enseignants qui ont fait des études pas forcément brillantes et qui sont proches des élèves, on parle des étudiants en M1 MEEF.

    C'est curieux et sur les 300 contractuels qui se présentent au CAPES :
    - 150 sont admissibles
    - 60 sont reçus.

    C'est peu. Ils n'ont pas le niveau pour enseigner, mais on les laisse quand même enseigner sur un emploi précaire.
    Les contractuels sont réputés avoir un niveau faible, et arrivent quand même à faire le travail.
  • Moi ce que je vois, c'est que toutes les discussions ouvertes par Zestiria reviennent toujours à la même chose...sous couvert de, je mets mes copies pour que ça serve à d'autres, on en revient toujours à ses leitmotiv sur le stage, les tuteurs, les affectations, etc...
  • Finalement cela ressemble beaucoup à la réouverture d'une discussion fermée par la modération.
    Laissons le bénéfice du doute avant bannissement.
    AD
Cette discussion a été fermée.
Success message!