Unification quantique oscillateur gravitation — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Unification quantique oscillateur gravitation

Bonjour.

1 - Constitution de l'oscillateur gravitationnelle:

Cet oscillateur linéaire utilise une particule de masse m oscillant à la verticale suivant le vecteur G de la gravité.
L'oscillation comprend deux phases. La première est la phase de la chute de la particule avec la force G, et la seconde est la phase inverse qui correspond à l'éjection verticale de la particule donnée par une impulsion d'énergie E. Oscillation montante de la particule = E , oscillation descendante de la particule = G.

file.php?44,file=124818


La gravité est de l'énergie, mais inverse pour E dans notre cas de figure.

$$E - G = 0$$

Quantité de mouvement de la particule dans l'oscillateur:

$$p = mv = \sqrt{2m^2g(H-h)}$$

Vitesse et accélération g de la particule:

$$v=\sqrt{2gh}$$



2 - Principe d'incertitude d'Heisenberg

L'intégration de la constante g se fait avec le principe d'incertitude d'Heisenberg:

$$\Delta v\ =\ \sqrt{2g(H-h2)}\ -\ \sqrt{2g(H-h1)} $$
$$\Delta x\ =\ (x2-x1) $$
$$\Delta x\Delta v\ \ {\ge } \ {\frac{\hbar}{2m}} $$

Quantité de mouvement k donnée à la particule après l'impulsion:

file.php?44,file=124820


États cohérents d'un oscillateur et principe d'incertitude:

$$\sigma x\ \sigma p\ =\sqrt{\frac{\hbar}{2m\omega}} \ \sqrt{\frac{\hbar m\omega}{2}} = \frac{\hbar}{2}$$



3 - Électron et vitesse de la lumière:

La gravité quantique nommée z ferait alors tomber la particule de la surface, pour ensuite réapparaître grâce à l'énergie. Autant la constante g a une accélération sur un objet relativiste, alors z serait une constante d'accélération de la particule quantique pour atteindre la vitesse de la lumière.

Nous pouvons déterminer la quantité d'énergie qu'il faudrait pour déplacer l'électron à c-1:

$$m = 9,11*10^-31 \\ v = c-1$$
$$Ez={\frac{1}{\sqrt{1-({\frac{v^2}{c^2}})}}} \ mc^2$$

Énergie potentielle gravitationnelle quantique de l'électron :

$$z=\frac{Ez}{mh}$$124818
124820

Réponses

  • Modifié (24 Jul)
    Message de juillet 2020 qui a été fusionné avec ce fil par la modération. J'ai effacé les donnés car il y avait une incohérence et une incompréhension lors de la lecture sur l'ensemble de ce fil.
  • Modifié (24 Jul)
    Message de juillet 2020 qui a été fusionné avec ce fil par la modération. J'ai effacé les donnés car il y avait une incohérence et une incompréhension lors de la lecture sur l'ensemble de ce fil. 2/2
  • Partie II

    Substitution de la contrainte mécanique de l'impacte et du rebond causée par la particule lors de sa chute, par une continuité de l'énergie cinétique de la particule vers l'antimatière. Le cumul de l'énergie de potentiel de l'oscillateur, suite à la force gravitationnelle, permet cela.



    gravitational-oscillator-anti.gif




    Cinétique de la particule au fond du puits de potentiel, et évitement de la singularité :


    gravitational-oscillator-anti_singularity.png


    À x=0 lorsque la particule va au plus vite (ne pas se fier au GIF pour la vitesse), son énergie cinétique lui permet de ne pas tomber dans la singularité. En effet son évitement se fait de par son horizon. La force de gravité correspond à la matière attirée vers cette singularité, alors que l'énergie la repulse en dehors.

    Peut-être nous pourrions y voir une certaine métrique associée à la théorie d'Einstein-Cartan en rapport de l'évitement de cette singularité.
  • Évitement de singularité et champ de Higgs. Références:

    [1] https://arxiv.org/abs/1901.05295
    [2] https://arxiv.org/abs/1410.5226


    Révision de l'énergie de potentielle du champ de Higgs en relation de l'évitement de singularité, et correction de la métastabilité du vrai / faux vide.

    La cinétique de la particule permet d'éviter la singularité à travers le champ de Higgs. Le champ de Higgs correspond au chemin emprunté par la particule. Autrement dit, le champ de Higgs correspond au chemin parcouru par la particule grâce à l'énergie cinétique et permet d'éviter la singularité.

    Si l'énergie cinétique de la particule est suffisante et si la quantité et condition d'énergie permet de passer au-delàs de la barrière de potentiel, l'évitement de singularité se produit. Mais lors de l'atténuation de la cinétique de la particule, cela provoque de par la quantité d'énergie inférieure, la chute de la particule vers la singularité et d'atteindre le vrai vide.

    En conclusion, la métastabilité du vide est décalée et est représentée en trois parties. La première correspond au faux vide du champ de Higgs au niveau de la rupture spontanée de la symétrie, suit en deux le vrai vide du champ de Higgs qui est en fait l'énergie du point zéro et n'est donc pas le vrai vide puisqu'en trois on a le véritable vide absolu qui correspond à l'effondrement total.

    Sans énergie cinétique, le contour de la barrière de potentiel correspond au trajet de l'orbite de la particule en énergie du point zéro, et se produit par rapport à son inertie.

    gravitational-oscillator-avoidance-singularity-higgs.png
  • Le champ et le potentiel de Higgs sont également bien utilisés pour pouvoir représenter la métastabilité de l'univers, ainsi que la particule quantique. Pouvoir faire le lien entre RG et MQ à travers l'oscillateur gravitationnel en expliquant le mécanisme de Higgs devient très intéressant, voire important. Si nous devions faire le saut d'un objet massif par-dessus la barrière de potentiel et la singularité gravitationnelle, alors nous tracerions à travers la particule, la courbe du champ de Higgs. On comprend donc que pour ce faire, l'énergie cinétique doit être en conséquence. On aurait donc tendance à croire que pour une particule quantique qui l'étape de traverser un trou noir deviendrait plus facile. Je suppose que son évitement est lié à la force électromagnétique.

    Dans une définition plus spéculative et compte tenu de notre connaissance de la singularité gravitationnelle suivie de la dilatation du temps, nous pourrions associer le centre de la terre en tant que tel. En effet pour la particule quantique il devient plus facile d'imaginer l'évitement de la singularité au niveau du noyau terrestre grâce à l'oscillateur gravitationnel.

    Application de la physique conventionnelle. À savoir l'énergie cinétique de la particule pour l'oscillateur harmonique ou anharmonique, et l'inertie pour simuler le mouvement en orbite de la particule ou de la masse autour d'un objet plus massif. D'après le modèle d'oscillateur que je propose, là où les orbites se situent approximativement à x=0 dans le puits de potentiel de l'oscillateur, correspond à l'énergie du point zéro. La perturbation initiale de l'énergie du point zéro (ZPE) correspond au mouvement de la particule située dans le faux vide en orbite autour de la singularité gravitationnelle.

    L'idée est maintenant que l'inertie d'un corps en orbite correspondrait au mouvement de sa masse se produisant par la force de gravité, mais par un évitement de la singularité gravitationnelle grâce à la barrière de potentiel. Autrement dit la particule glisse le long de la barrière de potentiel et correspond au mouvement d'inertie suivant l'orbite par rapport à l'objet de plus grande gravité au centre du système. En effet dans l'illustration classique, l'orbite est la courbe fermée représentant la trajectoire qu'un objet céleste dessine sous l'effet de la gravitation et des forces d'inertie. Il faut donc se rappeler que la propre déformation par enfoncement de l'objet céleste dans la courbure de l'espace-temps crée tout autour de lui une barrière de potentiel énergétique aux bords supérieurs.

    En réalité pour que l'inertie fonctionne ainsi, il semblerait que l'univers tourne sur lui-même et soit en rotation pour pouvoir créer cette inertie.


    gravitational-oscillator-orbit.png
  • Kartazion a dit :
    Évitement de singularité et champ de Higgs. Références:

    [1] https://arxiv.org/abs/1901.05295
    [2] https://arxiv.org/abs/1410.5226


    Révision de l'énergie de potentielle du champ de Higgs en relation de l'évitement de singularité, et correction de la métastabilité du vrai / faux vide.

    ...

    ...

    En conclusion, la métastabilité du vide est décalée et est représentée en trois parties. La première correspond au faux vide du champ de Higgs au niveau de la rupture spontanée de la symétrie, suit en deux le vrai vide du champ de Higgs qui est en fait l'énergie du point zéro et n'est donc pas le vrai vide puisqu'en trois on a le véritable vide absolu qui correspond à l'effondrement total.

    ...
    Bonsoir. En effet la métastabilité du vide est révisée.  https://cerncourier.com/a/the-higgs-and-the-fate-of-the-universe/

    [en] New depths. The transition of the universe to a different vacuum state after electroweak symmetry breaking can be pictured as a ball rolling along a potential. If the SM is correct and there is no new physics beyond it, then the current value of the BEH field (v ~246 GeV) does not have the lowest energy and hence is not the true vacuum of the universe. Rather, the potential “turns over” at around 1012 GeV and becomes negative, suggesting that the universe might one day tunnel out of its current state.
     
    [fr] Nouvelles profondeurs. La transition de l'univers vers un état de vide différent après la rupture de la symétrie électrofaible peut être représentée comme une boule roulant le long d'un potentiel. Si le SM est correct et qu'il n'y a pas de nouvelle physique au-delà, alors la valeur actuelle du champ BEH (v ~246 GeV) n'a pas l'énergie la plus basse et n'est donc pas le vrai vide de l'univers. Au contraire, le potentiel "se retourne" vers 1012 GeV et devient négatif, suggérant que l'univers pourrait un jour sortir de son état actuel.

    _________________

    J'en profite pour ajouter un deuxième type d'évitement de singularité par l'effet tunnel d'une faible cinétique / inertie de la particule.

    Pour faire court et simple ; En cas de faible cinétique / inertie, la particule aura alors tendance à être soumise à l'effet tunnel au lieu d'un évitement de singularité par le champ de Higgs à travers la barrière de potentiel. La particule se retrouve alors au niveau de l'horizon des événements du trou noir. Cela étant dit, cela ne signifie pas que la particule atteindra finalement le vrai vide, et doit être considérée comme un évitement de singularité au niveau de l'horizon des événements du trou noir à travers le rayonnement de Hawking.





  • Bonsoir.

    Voici et deux ans après graphiquement parlant comment l'évolution de l'univers, et suivant les règles de l'énergie de potentiel d'un oscillateur an.harmonique, se présente:




    Cordialement.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!