Le boom des profs non-titulaires — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Réponses

  • J’ai le sentiment qu’on a aussi de plus en plus de reçus qui refusent leurs postes (ça rôde à mes oreilles depuis deux ans au moins). L’article n’en parle pas mais c’est certainement epsilonesque.

    Aussi, placer les remplaçants tout de suite demande nécessairement qu’on aille trouver des remplaçants ailleurs...
  • Les profs ont massivement veauté Macron en 2017....et recommenceront en 2022 puis en 2027....
    Bien fait pour eux...qu'ils n'aient pas l'indécence de pleurnicher....il fallait réfléchir avant...

    De toute façon, pour de nombreux pédagogos (qui se reconnaîtront....), un contractuel recruté sur "Le Bon Coin" est meilleur qu'un agrégé normalien...

    Et vous n'avez pas tout vu !!!!! Un jour arriveront les profs bulgares ou albanais payés 400 euros par mois...les européistes béats seront contents....
    Cela suffira largement pour les collèges et lycées de la France périphérique des gilets jaunes....
    Je doute fort qu'il y ait beaucoup de contractuels à LLG et H4....
    Liberté, égalité, choucroute.
  • C'est un sujet qui tient aux flux. Il y a une défaillance de l'enseignement des maths que masque une filière de haut niveau, mais aux débouchés aléatoires et peu attractive sauf à revenir en prépa. La blague qui est de dire "les bons en maths ne font pas prof pour gagner plus ailleurs" est mise à mal par les ingénieurs qui cherchent à passer le Capes, et n'y arrivent pas toujours.

    Dans ces conditions, la seule solution politique est de faire croire qu'on remplit "presque" les concours en baissant le nombre de postes qui y sont disponibles, ce qui suppose d'augmenter le nombre de contractuels pour éviter de laisser trop de classes sans profs. C'est très consistant comme méthode, et c'est celle que préconise la branche de l'Ocde qui prône la dislocation sociale.

    @Ramon Mercader sauf à faire un coup d’État larvé en modifiant en profondeur la constitution, ça s’arrêtera en 2022 pour son deuxième mandat. Mais sur le fond tu as raison : les profs sont de loin la profession qui vote le plus pour la personne qui occupe actuellement la fonction de chef de l’État, et le syndicat le plus en pointe est, sans surprise, la FSU (et non la CFDT comme une analyse superficielle pourrait le laisser croire).

    Quant à dire que les zones les plus défavorisés, que ce soit en banlieue ou en France périphérique, sont les moins bien loties, c'est maintenant d'une telle évidence que c'est un non sujet, c'est le choix politique qui fait le plus consensus.
  • xax : l'article ne parle pas des maths, loin d'être la seule matière concernée.

    L'article ne précise pas que de plus en plus de stagiaires sont licenciés pour des raisons parfois flous. Stagiaires qui trouvent ensuite sans problème un poste en tant que contractuels...
  • Le problème ne date pas d'hier...89988
    89992
  • CAPES de lettres classiques d'ailleurs en voie de disparition... Dans mon bassin, 3 lycées, aucun ne propose la spécialité LLCA alors qu'en collège, il y a de plus en plus de latinistes...

    2010, la mastérisation, les stages à temps plein, une idée de génie...
  • Ramon Mercader:

    Il fallait qu'ils votent pour la tête de file d'un parti qui change de projet politique en fonction de la direction du vent?
    (ultra-libéral dans les années 80 et maintenant qui prétend mener une politique "sociale"?: on a aucune preuve que ce n'est pas que de l'affichage publicitaire)
    Par ailleurs, beaucoup de gens se sont retrouvés face au choix: la peste ou le choléra? Ils ont jugé qu'il valait mieux se préserver de la peste brune et dans la configuration à laquelle on les a soumis c'est injuste de le leur reprocher.
  • Sur le graphe que tu montres JLT on voit qu'il y a une recherche d'ajustement entre la réalité de ceux qui ont à peu près le niveau et le nombre de postes disponible en maths.
    J'ai déjà lu des sujets et des rapports de jury par curiosité en maths, en lettres classiques non c'est pour ça que je n'en parlais pas. Mais évidemment je déplore aussi.

    L'augmentation des licenciements des stagiaires, je pense que ça n'a rien à voir avec un problème de niveau, c'est juste des adjudants à la con qui prennent plaisir à virer plutôt que d'aider le stagiaire (ou le titulaire). Ce phénomène est très présent dans l'entreprise ou les licenciements "personnels" sont devenus supérieurs aux licenciements économiques contrairement à une idée reçue.

    Il s'agit donc plutôt de l'évolution de la société qui comporte plus de connards qui se permettent de faire ce qu'ils veulent de la vie sociale de leurs prochains, selon que leur tête leur plaît ou pas.
    L’Éducation nationale ne fait donc que rattraper un retard sociétal.

    C'est une évolution très profonde, qui est intéressante à analyser : d'un côté de réels efforts pour diminuer les risques physiques, de l'autre une explosion des risques dits "psycho-sociaux" due essentiellement aux nouvelles méthodes de management et aux personnes qui s'y complaisent.
  • @Fin de partie : le plus logique entre la peste et le choléra, c'est de ne choisir ni l'un ni l'autre.
  • Disons plutôt que, vu le faible nombre de candidats au CAPES, le nombre de postes mis au concours est supérieur au nombre de postes effectivement pourvus afin d'encourager les gens à candidater. Le CAPES, comme l'agreg externe, est devenu un examen et non un concours.

    Les choses vont changer avec la réforme du concours :

    https://www.education.gouv.fr/cid139256/devenir-enseignant-une-meilleure-formation-initiale-et-des-parcours-plus-attractifs-pour-entrer-dans-le-metier.html

    Le concours deviendra (encore) moins disciplinaire. On peut imaginer que le nombre d'admis sera plus élevé, mais que leur niveau disciplinaire baissera.
  • FDP a écrit:
    se préserver de la peste brune

    Toujours le prêt-à-penser et les expressions journalistiques préfabriquées.....
    FDP a écrit:
    dans la configuration à laquelle on les a soumis c'est injuste de le leur reprocher.

    Plus l'oppresseur est vil, plus l'esclave est infâme ...
    Je m'étonne que des gens, dont le métier consiste notamment à apprendre aux élèves à exercer leur esprit critique, en soient eux-mêmes aussi cruellement dépourvus....
    JLT a écrit:
    Le concours deviendra (encore) moins disciplinaire. On peut imaginer que le nombre d'admis sera plus élevé, mais que leur niveau disciplinaire baissera.

    Il faudra creuser jusqu'en Nouvelle Zélande.... Aujourd'hui, les épreuves écrites du CAPES sont de niveau Bac +0,5....En 2025, maîtriser le programme de 3ème des années 80 suffira....
    Liberté, égalité, choucroute.
  • Xax:
    Les autres choisissent pour vous de toute façon. Je trouve indécent tous ces gens qui se félicitent que la peste brune ne soit pas (encore) au pouvoir mais qui se félicitent en même temps de ne pas avoir voté pour "Manu le malin".
    Les pires ce sont ceux qui t'expliquent sérieusement dans les yeux qu'il n'y avait aucun risque que cela arrive pour justifier leur non-vote.
  • Dernières commandes !

    ça va fermer !

    e.v.
    An apple a day keeps the doctor away ... As long as you aim well (Winston Churchill)
  • Cacahuètes ?
  • @JLT les INSPE c'était une revendication de Brighelli pour ressusciter les ISP je crois. Dans les académie indiquées pour le premier degré (Créteil Amiens, Versailles) c'était ça ou l'implosion.

    Pour le second degré il y aura donc officiellement une formation à deux vitesses :
    - les MEEF INSPE profil Capes - ,
    - les M2 disciplinaires, profil Capes + et agreg.

    Est-ce que ça change vraiment les choses? La part de questions style "agir en fonctionnaire au cœur de la désagrégation sociale, tenir sa classe diverse, panorama des nouvelles sexualités et parentalités" va un peu augmenter, mais il s'agit surtout d'avoir un minimum de candidats.

    @Ramon Mercader dans ce que j'ai vu des épreuves du Capes, ce n'est pas la difficulté qui frappe évidemment, mais la longueur. Comme si on savait qu'il n'y avait plus rien à attendre question niveau, on sélectionne donc sur un autre critère : l'habileté à se mobiliser pour aller vite.

    On recrute les employés de caisse dans les supermarchés sur ce même principe : un niveau pas forcément élevé, mais des dispositions à s'organiser pour aller vite et bien pour tenir le rythme du tapis roulant.

    @Fin de partie oui il n'y a aucun risque, c'est pas moi qui le dit, c'est Jospin qui a avoué cela dans une interview célèbre pour dire que tout cela n'était qu'un cirque (JMLP, ami de Mitterrand, a été favorisé pour lui permettre de garder le pouvoir, et JMLP rend toujours des hommages appuyés à Jospin). Sur le fond tu devrais regarder attentivement les discours du parti communiste dans les années 70 et 80 (jusqu'à la fin de Marchais), tu serais surpris ....
  • Xax: Tu crois toutes les déclarations faites par des politiciens? En principe, on ne connait le résultat d'un vote quand les gens ont vraiment voté. C'est toujours facile de faire des pronostics après l'échéance de l'évènement pronostiqué. Rendez-vous en 2022.
  • R.Mercadier: pourquoi,un veaute MLP NDA ou leur élection changerait quelque chose?
    Pour les salaires ? 2300 milliards de dettes,que peuvent-ils faire de plus?
    Pour le "respect":vous ne vous imaginez quand même pas que ceux qui pestent contre l'EN ne sont pas ,eux aussi, des électeurs frontistes?Qu'après que leur progéniture rentre de classe en pleurs,ils ne voudront pas aussi "casser la gueule" au prof comme beaucoup d'autres?
    Pour l'incontournable plombier/enseignant ça fait 25 ans que je l'entends,j'attends toujours...
    Donc expliquez-moi vos changements attendus...
  • @FdP, sérieusement, avoir peur de clowns, politiquement utiles qui plus est ... c'est pas la peine d'en discuter, ce n'est pas le lieu et personne ne sera jamais d'accord là-dessus.

    La question ici c'est celle des personnels contractuels, de ce que ça révèle vis à vis du niveau des postulants aux concours, des politiques éducatives peu responsables etc.
  • @xax : tu aurais un lien de l'interview de Jospin dont tu parles ? Ça ne me dit rien du tout.
  • Xax: Tout ce qui m'intéresse est de dénoncer comment la précarité de l'emploi est en train de gagner la totalité du monde du travail, fonction publique y compris.
    Dans un monde capitaliste pour attirer des "talents'" quelque part il faut proposer aux gens qu'on souhaite attirer des salaires très corrects . Si les salaires des profs étaient meilleurs cela diminuerait très certainement les problèmes de trouver des candidats à l'embauche pour cette profession.

    @Paf: dans tous les bars de quartier, après l'élection, on a entendu ce type de stupidités.
  • @paf oui et j'ai même la référence très précise : 29 septembre 2007 sur France Culture (Répliques).

    "Pendant toutes les années du mitterrandisme nous n'avons jamais été face à une menace fasciste et donc, tout antifascisme n'était que du théâtre. Nous avons été face à un parti, le Front national, qui était un parti d'extrême droite, un parti populiste aussi à sa façon, mais nous n'avons jamais été dans une situation de menace fasciste et même pas face à un parti fasciste".

    @FdP : ce que tu dis est inexact sur l'aspect politique, n'importe qui d'un peu sérieux sait parfaitement que tout ce cirque avec JMLP et sa descendance n'est qu'une énorme - et parfois sinistre avec les jeux de mots odieux - pitrerie dont les deux parties opposées profitent au maximum. C'est aussi surtout la plus grosse escroquerie sociale et politique de ces dernières décennies car un électorat populaire nombreux est captif d'un parti qui ne fera jamais rien pour lui.
    Voilà pourquoi c'est inutile de débattre de cette question, qui est hors sujet ici en plus.

    Par contre ton analyse sur les salaires des profs est malheureusement pertinente. Il y a une gestion de l'EN que j'ai personnellement du mal à comprendre à ce niveau.
  • Bonjour,

    @xax : l’analyse économique des salaires dans l’EN dans un système capitaliste, comme la fait @FDP, n’est pas pertinente. Il est erroné de considérer qu’il suffit d’augmenter le salaire -moyen- pour attirer suffisamment d’employés.

    Dans un système capitaliste, le salaire du dernier embauché s’ajuste pour qu’il accepte de travailler. Il s’agit du salaire dit marginal. En aucun cas du salaire moyen de tous les employés. C’est évident, non ?

    Le système de grille et d’indice empêche l’EN de donner le salaire marginal dans le cas où celui-ci serait plus important que le salaire d’employés avec plus d’ancienneté. En gros, l’EN ne peut pas donner un salaire marginal au nouvel embauché égal à 12 ans d’ancienneté.

    L’EN fixe donc sa grille et son salaire marginal et observe, avec effroi, le niveau marginal (celui du moins bien classé au concours).

    Pour revenir à un système capitaliste on a le choix :
    - on privatise l’enseignement où chaque établissement recrute et licencie les profs aux conditions du marché,
    - ou on négocie le salaire des nouveaux employés chaque année... comme dans une entreprise. On accepte des variations importantes d’une année sur l’autre. On utilise les augmentations annuelles pour homogénéiser les salaires (dans une certaine bande pour un certain travail) sur plusieurs années, disons 4 ans.
  • @YvesM oui je sais cela, mais ça ne tient pas pour une administration qui pourra revaloriser d'un coup tous les salaires. Ce n'est pas possible parce que le budget de l'État exploserait, mais ça l'a été dans une certaine mesure en Allemagne comme un intervenant du forum l'avait rapporté.
    D'autre part ton analyse ne dit rien sur le sujet du fil : l'emploi de contractuels pour suppléer au manque de reçus aux concours.
    Tes deux solutions sont inopérantes dans ces conditions.

    En fait je suis persuadé qu'il n'y a qu'une solution pour augmenter l'attractivité via les salaires : une indexation sur la difficulté des conditions et une autre sur les résultats. Outre l'attractivité, cela permettrait de réintroduire une certaine homogénéité territoriale de la qualité de l'enseignement qui a disparu. D'autre part cela permettrait de supprimer les méthodes pédagogistes qui sont en partie à l'origine de l'effondrement du niveau de l'enseignement.

    Mais je ne suis pas convaincu de la faisabilité, une revalorisation dans le sens de l'intérêt général, pour une plus grande équité sociale, ce serait un casus belli pour la FSU.
  • Xax a écrit:
    ce que tu dis est inexact sur l'aspect politique, n'importe qui d'un peu sérieux sait parfaitement que tout ce cirque avec JMLP et sa descendance n'est qu'une énorme - et parfois sinistre avec les jeux de mots odieux - pitrerie dont les deux parties opposées profitent au maximum.

    Il faut vraiment être aveugle pour se contenter d'arguments pareils. ::o

    $190 921 ,NA, 4 375 894,4 570 838,4 804 713,3 834 530,6 421 426,7 678 491$ Ce sont les résultats aux élections présidentielles depuis 1974 de qui vous savez. En 2007, il y a eu un fléchissement du fait qu'un autre populiste de droite était en lice (et a remporté l'élection).
  • YvesM a écrit:
    @xax : l’analyse économique des salaires dans l’EN dans un système capitaliste, comme la fait @FDP, n’est pas pertinente. Il est erroné de considérer qu’il suffit d’augmenter le salaire -moyen- pour attirer suffisamment d’employés.

    Dans un système capitaliste, le salaire du dernier embauché s’ajuste pour qu’il accepte de travailler. Il s’agit du salaire dit marginal. En aucun cas du salaire moyen de tous les employés. C’est évident, non ?

    Il y a beaucoup plus simple : augmenter le point d’indice en suivant l’inflation (et rattraper tout ce que le point d’indice a perdu depuis que son augmentation annuelle est systématiquement inférieure à l’inflation, voire carrément nulle).
    Parce que bon, se farcir un concours difficile, un bac+5, commencer à 100 € ou 200 € au dessus du SMIC avec des conditions de travail qui envoient du rêve (chaque année on se demande comment ça va s’améliorer) et des grilles salariales qui se tassent en direction du SMIC, c’est sûr que ça va attirer les foules.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • @FdP : les chiffres que tu donnes correspondent à l'augmentation d'un électorat en souffrance et rien d'autre. Mon argument est celui-là, ne feins pas de l'ignorer : "C'est aussi surtout la plus grosse escroquerie sociale et politique de ces dernières décennies car un électorat populaire nombreux est captif d'un parti qui ne fera jamais rien pour lui. " C'est en cela que le parti en question arrange tout le monde, et que la "lutte contre" n'est également qu'un cirque comme le dit Jospin (et qui sait de quoi il parle ...).
    Évidemment, si tu as participé au cirque de "la lutte contre" avec des types qui viennent te bourrer le mou chaque mois en te faisant croire depuis 40 ans combien tu es important pour contrer le Mal, la Bête immonde, les forces de l'Enfer etc. alors que la famille de bambochards qui navigue entre la bouteille, quelques tringleries voyantes et le tiroir caisse n'est que le supplétif d'un système serré de gestion sociale absolument nécessaire, tu vas avoir du mal à considérer que tu t'es fais avoir.

    @nicolas.patrois oui très bon, je me souviens maintenant avoir lu un article qu'on pouvait expliquer 20% de perte salariale comme ça chez les instits (les profs je sais pas mais ça doit être pareil), et que le Snuipp/FSU avait opté pour une baisse du temps de travail de 15% (1/2 journée par semaine supprimée à l'école primaire) plutôt que de défendre le bout de gras salarial pour les adhérents. Ça n'arrange ni l'état de l'éducation des enfants, ni les fins de mois des instits, mais la FSU et le gouvernement de l'époque étaient contents.
  • XAX: La seule chose que je voulais dire est qu'il faut arrêter de penser que la peste brune ne se hissera jamais au pouvoir comme tu sembles le dire. C'est un phénomène qu'on voit presque partout en Europe donc les explications que tu avances sont insuffisantes pour expliquer ce qui est en train d'arriver.
  • @FdP
    Petite question: en quoi considère tu (quelques critères précis) que M.Le.P et son parti sont une ''peste brune'' (dans le programme du parti, les déclarations officielles de ces 5 dernières années mettons)?
  • @FdP : je ne connais aucun parti en Europe d'inspiration criminelle au pouvoir ou en passe de l'être, voire même tout simplement d'exister. Donc ton "presque partout" = nulle part.
  • Cette discussion prend un tour étrange sur un forum de mathématiques. Pour y contribuer comme elle vient, j'observe que l'épithète « fasciste », avec son diminutif « facho », n'a rien d'une caractérisation politique sérieuse, mais est tout simplement une insulte qu'on profère à l’égard de ce qui ne nous plaît pas. Sont réputés fachos bien sûr Marine Le Pen et sa nièce Marion Maréchal et ceux qui les soutiennent, mais aussi Éric Zemmour, Michel Houellebecq, Michel Onfray, Charlotte d'Ornellas, l'équipe de Radio Courtoisie et celle de Valeurs Actuelles, et j'en oublie, aidez-moi à compléter la liste noire. C'est ridicule.
    Pour moi le fascisme est un phénomène politique comme un autre, qu'il faut analyser sérieusement, mais il a pris fin avec la victoire alliée dans la Deuxième Guerre mondiale, et rien ne justifie que nous vivions encore dans le cadre des clivages qui étaient ceux de la vie politique française dans les années 1940, lorsque je n'étais pas né, et je vais sur mes 75 ans !
    Le populisme est pour moi un phénomène positif de contestation du vieux système des partis établis, qui vivaient dans une connivence sur l'essentiel : la défense et la perpétuation de notre identité nationale et civilisationnelle, systématiquement niées. Dans toutes les discussions qui ont eu lieu sur ce forum à propos de la crise interminable de l’Éducation Nationale, c'est toujours le point aveugle, mais c'est pour moi la clé du problème.
    Bonne journée.
    Fr. Ch.
    16/09/2019
  • @FdP il y a un article dans theconversation qui fait le point sur les écarts de salaires. Il indique un chiffre de 17% de salaire inférieur à la moyenne de l'OCDE pour les instits - proche des 20% dont je me rappelais.
    Par contre les écarts à la moyenne de l'OCDE pour les profs du secondaire sont plus faibles, 2 à 3 %.
  • @Chaurien tu es un peu hors sujet :-) Cependant tu pourras écouter l'interview de Jospin qui dit que "l'antifascisme" n'était qu'un cirque, à la suite il dit que l'identité nationale est quelque chose d'important.

    Personnellement je ne vois pas du tout la question de l'identité et sa défense comme on le présente (défense en fait des "valeurs" traditionnelles, mode de vie, armée, religion catholique etc.), et qui souvent est très marquée à droite en fait.

    L'identité c'est beaucoup beaucoup plus profond : c'est ce qui permet de déterminer son action, ses stratégies et ses créations. L'identité française est quelque chose de remarquée dans le monde pour cette raison : il y a un génie français que peu de nations égale et sur moins de plans.

    Et là on peut recommencer à parler de maths :-) Parce qu'ils sont constitutifs de l'identité française, et même plus, car les pratiques et la formulation modernes, de la période de Viète à Descartes, sont françaises.
  • Bon le week-end est passé. On ferme cette discussion trop éloignée des mathématiques.
    AD
Cette discussion a été fermée.
Success message!