Critères admission M1 maths fonda UPMC/Orsay — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Critères admission M1 maths fonda UPMC/Orsay

Bonjour
Je voulais savoir, m'en allant en L3 dans une fac de province cette année et ayant redoublé une fois ma L1 et une fois ma L2 dans une fac de province, ai-je encore une chance de prétendre à un M1 maths fonda à Jussieu ou Orsay en supposant une hypothétique moyenne de type extraterrestre (genre 18 ou 19 (je sais, j'aime bien rêver), parenthèse de parenthèse)) ou bien est-ce tout simplement un sombre rêve et j'ai définitivement raté ma scolarité et je serai obligé de faire un master de type nul ? (bien entendu je n'ai eu aucun problème au cours de ces 2 redoublements juste une flemme infinie).

Si certains ont des infos concernant les admissions à la Sorbonne (ou Orsay et dans une moindre mesure Diderot) en master 1 ou 2 (ne serait-ce que des connaissances ou bien...), d'avance Merci.

Réponses

  • Bonjour.

    La question est trop précoce. Fais ce qu'il faut pour avoir 19 de moyenne au premier semestre de ta L3, puis reviens poser ta question. Si tu n'arrives pas à faire cela, ta question n'a plus de sens.

    Cordialement.

    NB : le niveau se relève fortement en L3 avec l'arrivée d'anciens élèves de classes préparatoires.
  • @gerar0 Merci de ta réponse mais j'ai bien précisé en supposant. En supposant justement une moyenne extravagante comme celle-ci, est-ce possible d'intégrer ce master ou bien les redoublements seraient rédhibitoires ?
  • Drôle de question, trop précoce effectivement. Les redoublements ne sont pas rédhibitoires. Si un étudiant montre le potentiel de réussir, certainement que les responsables feront ce qu'il faut pour qu'il ait sa chance. Pourquoi se priveraient-ils d'une potentielle réussite ?
    D'ailleurs, ce n'est pas le tout de rentrer dans le M1, le but est de s'en sortir honorablement.

    Quant au "master de type nul" partout ailleurs qu'à P6/P11, c'est par contre un commentaire de type qui ne fait pas envie de discuter plus longuement avec de tels a priori.
  • Effectivement la licence de maths est plus difficile à valider (beaucoup de chapitres denses en algèbre, géomètrie, calcul différentiel et EDO, analyse complexe, intégrale de Lebesgue, topologie et analyse fonctionnelle, analyse numérique...). Il arrive que certaines L3 soit plus "light" que ce que je viens d'énumérer, ça dépend des facs.
  • Quand on a mis 4 ans pour faire la L2, il ne sert à rien de supposer qu'on va être ultra-brillant en L3. Ça relève du rêve maladif.
    Reviens dans 6 mois.

    Ou avant pour des conseils sur tes cours et exercices si tu les travailles sérieusement.
  • @BouleDePoil, tout dépend de tes notes finales en L1-L2. Si tu as 15-20 dans la majorité des matières (sauf 1-2) et aucune note moins de 10/20 - oui. Il faut bosser dur pour conserver ce niveau de note en L2. Et encore plus dur pour les augmenter. Si tu n’es pas dans ce cas et si tu redoublais parce que n’arrivais pas à avoir des moyennes, alors je rejoins l’avis de gerard0 et je te conseille la réorientation.

    @Nonoche, il y a des masters nuls où on envoie les étudiants faibles qui ont validé la L3 de justesse et sinon [que l'on] n’aimerait pas accepter dans les masters sélectifs. L'université est obligée de proposer quelque chose à ces étudiants (la nouvelle loi sur la sélection en entrée de M1).
  • Bouledepoil, quel est ton projet après le M1 de maths? Ça conditionne un peu le lieu du master
  • Merci pour toutes ces réponses, et quand je disais nul ce n'était pas méchant, juste on va dire un master plus faible où ils sont obligés de m'accepter juste parce que j'aurai validé ma L3. (et c'était bien extraterrestrial^^)
    Et sinon le projet c'est la recherche, j'ai eu une révélation :D
  • Tout est question d'offre et de demande. Il m'est avis que tu as effectivement intérêt à cartonner la L3 pour faire oublier ce qui précède, et sachant que la L1 et la L2 c'est relativement cool (une fois le choc lycée -> université passé), comparé à la L3.

    Lorsque je m'occupais de l'admission sur titres (en L3) dans notre fac, j'avais aussi le critère de ce qu'avaient donné les anciens étudiants provenant de la même université. Je savais que 11 dans telle université permettait raisonnablement de réussir chez nous, tandis que 16 dans telle autre risquait d'être insuffisant, au vu des expériences antérieures. Je me faisais avec mon prédécesseur des fiches mémoire (non déclarées à la CNIL ...). Personnellement, je n'ai jamais pris une seule fois quelqu'un qui a eu plus d'un redoublement, sauf un cas très particulier. Les collègues qui s'occupent du M1 sont plus stricts que moi je crois. Mais on n'est ni P6 ni P11.
  • C'est bizarre, cette notion de bon master et de mauvais master, non, vous ne trouvez pas ?

    Avec en plus ces relents de « Paris c'est mieux, Paris c'est la France, ah oui on a aussi notre petit jardin autour avec des ploucs, on appelle ça la province. » toujours aussi agréables pour 90 % de la population française ?

    Il me semble qu'à l'époque où j'y étais (pas à Paris), nous autres étudiants en maîtrise nous étions en quelque sorte "auto-sélectionnés" : il aurait fallu être totalement masochiste pour s'y inscrire sans être intéressé et sans avoir un minimum le niveau. On pouvait aussi choisir les u.v., sachant qu'un choix facile conduisait à un diplôme peu utile.
  • Sincèrement, vu les faibles effectifs en sciences, je me demande si ça existe vraiment, des formations vraiment sélectives en maths.
    Il y a quelques années, j'avais intercédé auprès du responsable de notre L3 en faveur d'un jeune qui y avait été refusé. Le collègue avait accepté de revoir sa position. Ce qui n'a servi en rien, car entre-temps, il avait été accepté dans une université parisienne de très bonne renommée (qui l'avait aussi refusé dans un premier temps).
    J'ai d'autres exemples; je n'en dirai pas plus par discrétion professionnelle, comme on dit.
  • BouleDePoil, si quelqu'un sur un forum te dit que c'est mort, avec ton dossier il n'y a plus rien à faire qu'est ce que tu fais ? Tu quitte ta licence ?
    Si tu obtiens ta moyenne de 18 tu ne candidate même pas aux "bons" M1 parce que quelqu'un t'as dit que c'était mort ?

    Travaille pour avoir la meilleur moyenne possible puis candidate à toutes les formations que tu aimeras avoir mais aussi à des formations plus accessibles en plan B et tu verras bien, inutile de te poser ce genre de question.
  • Je ne connais pas le seuil (s'il existe) pour Paris VI mais je sais de la bouche de quelqu'un qui sélectionnait les dossiers de candidature de M1 que le cinquième semestre compte pour autant que le reste des notes.

    gerard0 a écrit:
    NB : le niveau se relève fortement en L3 avec l'arrivée d'anciens élèves de classes préparatoires.

    Je me rappelle d'anciens prépas arrivés en cours de route, mais ce n'était pas des foudres de guerre. La montée du niveau est plus corrélée au programme de L3 qui était plus exigeant que les années précédentes (pour ma part, dans ma fac).
  • Purple,

    le niveau d'exigence est lié aux capacités d'ensemble des étudiants. les anciens prépa ne sont généralement "pas des foudres de guerre"(*), mais ont appris pas mal de choses qu'on ne voit pas dans une L1-L2 courante (donc probablement dans celles de BouledePoil).

    Cordialement.

    (*) j'avais vu ça à mon époque où de très bons bacheliers faisaient comme moi la fac de sciences pour faire des maths (pas des concours), en particulier un admis centrale Lyon qui buttait sur tous les démarrages d'exercices, mais une fois mis sur la voie, calculait 2 fois plus vite (et à la fac, je n'étais pas un lent !).
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!