Admissibilité agrégation — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Admissibilité agrégation

Bonjour

Je viens de mettre en ligne la liste des admissibles pour les deux concours agrégation de mathématiques (classique et «docteurs»). En cas de non conformité je rappelle que c'est la liste sur Publinet qui fait autorité.

Les convocations viendront dès que j'aurai les convocations du CAPES et le plus vite possible. Ça ne sera pas avant la fin de la semaine, semble-t-il, de toute façon.

Je laisserai un message sur ce fil lorsqu'elles seront en ligne.
F.B
«13

Réponses

  • Bonjour,
    Savons nous combien il y a d'admissibles et à combien est la barre ?
  • On compte 27 pages de 30 noms.
  • Bonjour
    Les admissibles ont ils accès à leurs notes ?
  • oui... au moment des résultats d'admission !:-D
  • Bonjour,

    la barre est à 5,01/20
  • C'est précis cette année ! Des notes au centième de point !
  • @vik78: you're back!!!!!::o
  • Bravo !
    J'ai aussi trouvé sur la liste 10 personnes de ma prépa agreg de l'an dernier :-)
  • Bonjour, arhg la mauvaise nouvelle de webmaster...
    En effet Lille c'est loin... très loin (bon ok c'est relatif! mais du sud c'est très très loin ). Ce qui me fait peur c'est que les résultats du capes sont pour la semaine prochaine il me semble...ce qui risque encore de retarder l'édition des convocations de l'agreg...
    Bon en attendant: bonne préparation à tout le monde.
  • Patalo64 a écrit:
    la barre est à 5,01/20

    C'est vraiment très faible.....
    Liberté, égalité, choucroute.
  • @ Ramon Mercader

    Tu finis par devenir pénible avec ta rengaine.
    Je pense que tout le phôrüm a compris ton point de vue.
    Tu fais semblant d'oublier que les notes d'un concours n'ont aucune valeur absolue.

    Le jury doit donner un poids relatif entre les différentes copies. Il doit bien discriminer les meilleures quitte à ce que les dernières se retrouvent dans la bouillie du barème.

    Enfin il doit convoquer aux oraux tous les candidats qui ont une chance d'être admis et ne pas convoquer ceux qui n'ont aucune chance. Il se base pour cela sur une longue expérience, ainsi qu'un pifomètre avec vernier.

    Bref, peu à voir avec un niveau supposé des derniers candidats mesuré sur une échelle cosmique supposée.

    @ tous les admissibles : Tirez la langue aux ronchons et allez jusqu'au bout. Vous êtes admissibles, ergo vous avez une vraie chance d'être admis. [size=x-large]Merde ![/size]

    e.v.
    À ta naissance, tu pleurais tout le temps et tout le monde souriait autour de toi. Fais en sorte qu'à ta mort, ce soit l'inverse. (Proverbe arabe)
  • Ev : (tu) +1
  • En 2016, la barre d'admissibilité était à 5/20. Beaucoup de postes n'ont pas été pourvus (467 postes étaient à pourvoir et seuls 304 ont été attribués)... probablement en raison du niveau insuffisant de nombreux admissibles...
    Étonnant non ?

    Cela étant dit, je souhaite bonne chance à tous les admissibles et je leur adresse mes plus sincères vœux de succès.
    Liberté, égalité, choucroute.
  • Bon bah si on peut dire MERDE sans soucier la modération, alors profitons-en !
  • @ Ramon.

    Il n'y a aucune contradiction :
    Le jury a arrêté sa liste à 304, parce qu'il estimait qu'au delà le niveau - absolu - n'était pas suffisant. C'est officiel, Raphaël.
    Je prétends que tous les admissibles convoqués ont une chance décente d'être agrégés, et donc d'avoir le fameux niveau requis pour figurer sur la fameuse liste.

    N'en déplaise aux regretteurs d'hier.

    Pour le reste, comparer les barres d'admissibilité d'une année sur l'autre et en tirer des conclusions me parait hautement acrobatique. Mon petit doigt me dit que les notes ont été bidouillées pour avoir la même barre d'admissibilité en 2017 qu'en 2016, au centième.

    e.v.
    À ta naissance, tu pleurais tout le temps et tout le monde souriait autour de toi. Fais en sorte qu'à ta mort, ce soit l'inverse. (Proverbe arabe)
  • Euh... je ne suis pas un "regretteur d'hier" (je n'étais même pas là, hier :-P !), mais si l'on a peu ou prou le même nombre de candidats, d'admissibles et la même barre d'admissibilité en 2017 que l'an passé, et sachant que le niveau moyen des candidats a peu de chance d'avoir "fortement progressé" cette année par rapport à l'année dernière, alors... suis-je le seul à avoir quelques craintes quant à l'issue finale ? (Noter bien qu'à la différence de Ramon, je n'ai aucune critique à formuler. Il s'agit d'un banal constat à mes yeux...)

    Dès lors, affirmer que "tous les admissibles convoqués ont une chance décente d'être agrégés, et donc d'avoir le fameux niveau requis pour figurer sur la fameuse liste" me semble relever du même type d'encouragement qu'on devait prodiguer aux kamikazes avant de partir en mission dans le Pacifique...

    Cela étant dit, j'espère bien sûr me tromper et ça ne m'empêche pas de souhaiter une bonne chance à tous les candidats en leur conseillant avec d'autres qu'il faut toujours aller jusqu'au bout, ne serait-ce que pour l'aspect formateur de l'exercice !

    En tout cas, j'ai mon billet de train et quelques nuits d'hôtel pour Lille 2017, j'irai donc assister à quelques oraux... :-)
  • Le jury rappelle régulièrement que chaque année des gens admissibles ras des fesses sont admis.
    Evidemment, il vaut mieux partir avec un bon matelas de point, n'empêche qu'il y a des étudiants pour qui l'écrit est plus difficile que l'oral, ce ne sont pas les plus nombreux, mais ils existent.
  • Cela ne change rien : cela veut simplement dire que le concours ne se joue pas sur l'écrit seul. Il n'en reste pas moins que certains sont admissibles à l'écrit sans être dans les tous derniers mais n'ont pas vraiment de "chance décente" d'être admis. Par exemple, tous les candidats suffisamment forts pour passer l'admissibilité mais pas assez pour improviser les oraux et qui ne les auront pas du tout préparés ont des chances très décentes aussi de ne pas être admis. Certains se reconnaîtront peut-être déjà, même si, et c'est le sens des messages ci-dessus, des contre-performances sont possibles dans tous les sens !...

    Cela dit, on peut s'interroger sur les raisons d'une éventuelle "harmonisation" de la moyenne d'écrit par rapport à 2016... Le concours devrait être "harmonisé" à 10 chaque année, non ? (Si c'est possible, je n'ai jamais pratiqué ce genre d'opération et je ne sais pas au final si c'est praticable. Si quelqu'un a des infos sur le sujet, je suis preneur. Sinon, je chercherai sur Google un de ces jours...)
  • Il y a de nos jours beaucoup trop de postes mis au concours. Proposer 467 postes en 2016, c'est beaucoup trop....si à la fin on n'admet que 304 candidats. Aujourd'hui, il n y a pas assez de candidats ayant un niveau satisfaisant.

    Il faudrait diminuer le nombre de postes pour l'agrégation externe et n'en proposer que 200.Ces admis devraient être prioritairement affectés en CPGE ou en TSRAUVPDM (Terminale scientifique rénovée avec un vrai programme de maths). Les candidats actuellement classés entre la 201 ème et la 304 ème place prendraient les meilleures places au CAPES, ce qui contribuerait à augmenter le niveau de ce concours.
    Il faudrait aussi augmenter légèrement le nombre de postes à l'agrégation interne dans le souci de favoriser la promotion des enseignants en exercice qui souhaiteraient travailler moins pour gagner plus.
    Liberté, égalité, choucroute.
  • Sauf qu'on manque de profs, et que dans les hautes sphères, on est bien trop content d'avoir tout un tas de certifiés piégés et devant faire dix huit heures pour leur donner l'opportunité de ne devoir "que" quinze heures en coûtant plus cher, en plus!
    Donc on n'ouvre pas davantage de postes en interne. Au contraire, d'ailleurs, si l'on en croit les "chiffres".
  • Le nombre de postes de l'interne remonte doucement depuis quelques années après avoir baissé dans les années 2000.

    Par contre, je m'étonne que vu l'air du temps et la tendance à faire travailler plus les profs pour pas les payer plus, ils n'aient pas encore essayé de balayer l'agreg interne, c'est contre toute logique comptable , et comme il semble qu'elle compte plus dans l'EN que celle de faciliter la vie à ses employés
  • Ils ont balayé la bi-admissibilité tout de même.
    ouf, je l'ai eu juste à temps ...
  • @ Curiosity.

    Je persiste et je signe. C'est le principe des concours admissibilité/admission. Tu ne convoques que les candidats qui ont une chance réelle d'être reçu. Il est parfaitement possible (capes de maths) d'avoir un nombre d'admissibles de l'ordre de grandeur du nombre de postes ouverts au concours. Dans ces cas, on se doute bien que tous les postes ne seront pas pourvus.

    Toutefois, libre à toi de passer les oraux avec le bandeau du sacrifice rituel.
    Curiosity a écrit:
    Le concours devrait être "harmonisé" à 10 chaque année, non ?

    Non. Cela doublerait de fait le coefficient de l'écrit, et rendrait moins discriminantes les épreuves d'écrit pour les meilleurs candidats.
    Sinon c'est possible techniquement. Voire facile.

    e.v.
    À ta naissance, tu pleurais tout le temps et tout le monde souriait autour de toi. Fais en sorte qu'à ta mort, ce soit l'inverse. (Proverbe arabe)
  • Sur les "chances réelles d'être reçus," il faut garder en tête que le nombre élevé d'admissibles fait aussi les affaires d'un jury pléthorique.

    Même s'il ne faut en garder au final que 304 et pas 460, cela permet de mettre du beurre dans les épinards pour plus de monde. Pourquoi se priver tant que le ministère ferme les yeux ?
  • @ Nonoche.

    Je suppose qu'avant d'écrire ton affirmation, tu t'es appuyé sur une solide étude des rapports nombre de reçus/nombre d'admissibles au cours du temps. Pour ma part, j'ai la flemme et je suis médiocrement intéressé.

    @webmaster et les autres membres du jury qui pourraient lire ces lignes, bien que la lecture des interventions du phôrüm n'est pas rémunérée : Mieux vaut lire ça que d'être con.

    Bonne journée à tous,

    e.v.
    À ta naissance, tu pleurais tout le temps et tout le monde souriait autour de toi. Fais en sorte qu'à ta mort, ce soit l'inverse. (Proverbe arabe)
  • Est-ce que quelqu'un a des informations sur le concours spécial docteur ?
  • askovic écrivait:
    > @vik78: you're back!!!!!::o


    de retour et encore admissible (dommage que le statut bi n'existe plus si j'ai bien suivi) ! Un peu mieux préparé pour l'oral cette année mais ça reste encore très insuffisant à mon goût.
    Mon objectif: passer les 3 oraux, être admis et après soit y aller dès cette année (mais chaud à gérer au niveau démission pro etc.) soit repasser l'année prochaine pour ce qui serait alors je l'espère la dernière fois.
  • curiosity a écrit:
    certains sont admissibles à l'écrit sans être dans les tous derniers mais n'ont pas vraiment de "chance décente" d'être admis.
    Je l'aurai formulé différemment de EV. Moi j'aurais dis un truc du genre : tous les admissibles ont produit une copie qui ne permet pas d'affirmer qu'ils n'ont pas le niveau pour être agrégé. Bon mais peu importe comment on voit ça au final, comme l'a dit aléa, chaque année des tout juste admissibles sont admis. On peut donc se dire que ce n'est pas une mauvaise chose d'aller chercher "aussi bas" (quoi que cela puisse vouloir dire).

    ramon a écrit:
    Proposer 467 postes en 2016, c'est beaucoup trop....si à la fin on n'admet que 304 candidats. Aujourd'hui, il n y a pas assez de candidats ayant un niveau satisfaisant.
    Ton "beaucoup trop" ne me semble pas avoir de sens. L'état indique le nombre d'agrégés qu'il lui faudrait recruter, point. Le jury quant à lui doit départager les candidats et arrêter le recrutement quand il estime que le niveau des admis devient trop faible. Visiblement, d'après le jury, la france produit actuellement environ 300 matheux voulant être agrégé et ayant le niveau (actuel) d'être agrégé par ans. Si l'on avait besoin de 330 nouveaux agrégés par ans pour entretenir le vivier d'agrégés de math ce serait logique de voir augmenter le nombre de places à pouvoir au concours de 30 places par ans. Bref je suis d'accord avec ta deuxième phrase mais je n'y vois aucun mal (à part le fait qu'on manque de prof).

    Pour tes idées de réduction du nombre de places à l'agreg etc, il faut savoir qu'actuellement le métier de prof du secondaire n'est pas le métier le plus attractif du monde (malgré les 15h de travail par semaines et les 6 mois de vacances par an). Ce problème d'attractivité se ressent en math. Si tu baisses le nombre de places à l'agrégation tu diminues l'attractivité. Si c'est pour perdre une partie des agrégés en queue de peloton au profit d'autre filières comme l'ingénierie ça ne risque pas d'augmenter le niveau moyen des profs de math du secondaire...

    Pour ce qui est du recrutement de prof de prépa, à ce que j'en sais actuellement il faut un assez bon classement à l'agreg (externe mais peut être bientôt docteur aussi ?) et une thèse soutenue pour vraiment avoir une chance. C'est une autre façon de faire de la sélection, je supposes que tu préfères la sélection façon concours ? Dans tous les cas je pense qu'on n'a pas trop à s'inquiéter du niveau de math des prof de prépa.
    commut a écrit:
    Est-ce que quelqu'un a des informations sur le concours spécial docteur ?
    Ce concours est réservé aux docteurs :-D Ce n'est pas très précis comme question ça.

    A part ça, quelqu'un sait pourquoi les oraux sont à Lille cette année ? Est-ce que les oraux ont déjà été en dehors de la région parisienne ?
  • @ev : " C'est le principe des concours admissibilité/admission. Tu ne convoques que les candidats qui ont une chance réelle d'être reçu." Cette phrase est selon moi au mieux une lapalissade, au pire une absurdité.

    Lapalissade dans le sens où l'expression "avoir une chance réelle d'être reçu" n'est pas définie et rejoint le fameux "100 % des gagnants ont tenté leur chance". C'est clair que chaque candidat convoqué a une chance réelle d'être reçu et que chaque candidat non reçu n'a aucune chance d'être reçu...
    Ce qui manque peut-être, pour que ça soit moins critiquable de mon point de vue, c'est une touche scientifique (que tu réclames prestement chez les autre ;-)), à savoir : avoir une chance réelle d'être reçu, c'est à partir de combien, disons en termes de probabilité ?

    Absurdité parce que précisément, les oraux comptent énormément, et donc savoir si un candidat a une chance réelle d'être reçu en ne se basant que sur sur les écrits, c'est laisser penser que les écrits sont l'essentiel et l'oral une formalité où il suffit de montrer qu'on a travaillé (bachoté ?) un minimum. Or, c'est plutôt l'inverse qui se produit, et chacun en est bien conscient ici : à l'écrit, sans interaction, on peut arriver à cacher beaucoup de choses qu'on ne maîtrise pas. A l'oral, avec un jury un peu perspicace (et non "vicieux", ce qui en tout cas n'a jamais été le cas dans les oraux auxquels j'ai assisté), c'est très facile de le détecter...

    Ainsi je soutiens de mon côté que tous les admissibles ont une chance d'être admis - "par définition" de l'admissibilité disons, si l'on s'autorise un abus de langage - mais cette "chance de", en termes de probabilité, va de 0 à presque 1 ;-)...
  • Bien entendu, j'ai des statistiques au doigt mouillé.

    Il semble que le nombre d'admissibles est au cours du temps, grosso modo, le double du nombre de places offertes.
    2005 avec 388 postes offertes, il y a 712 admissibles.
    2008 avec 252 postes offerts, il y a 551 admissibles.
    2012, avec 308 postes offerts, il y a 571 admissibles.

    2016, 467 postes offerts ... 816 admissibles ...mais seulement 304 admis.
  • @mojojo : "On peut donc se dire que ce n'est pas une mauvaise chose d'aller chercher "aussi bas" (quoi que cela puisse vouloir dire)." Ce n'est ni une mauvaise, ni une bonne chose, c'est simplement que le concours est, comme toutes choses, un jeu auxquel on joue suivant certaines règles.
    Dans le cas présent, on teste deux aptitudes différentes, l'écrit et l'oral, et on donne un poids relatif (= des coefficients) à chacune qui fait que, à prestations identiques, on peut changer les admis(sibles) et le classement rien qu'en changeant ces coefficients !
    On pourrait très bien imaginer une autre règle du jeu, par exemple : si les candidats font tel type de fautes trop souvent, ou ne savent pas répondre à tel sous-ensemble de questions, on ne les admet pas à l'oral même si leurs notes sont suffisamment élevées, ce qui est possible quand on grappille des points ou qu'on ne répond qu'aux questions faciles (ou qu'on ne répond qu'aux questions difficiles !!). Ceci afin d'essayer (y arriverait-on vraiment ? la chose mériterait certainement une étude un peu plus approfondie) de ne pas admettre à l'oral des candidats ne maîtrisant pas certaines bases.
    Mais les choses ne sont pas si simples. Avec ce système, on écarterait peut-être des candidats qui sont étourdis ou qui perdent leurs moyens à l'écrit. On retombe sur ce que je suggérais plus haut : l'écrit et l'oral testent des aptitudes différentes. Une question essentielle que le jury doit donc se poser en fait est : que veut-on tester exactement, et comment y parvient-on ? En conséquence, une question intéressante est également celle-ci : est-ce que tout le monde - les candidats en premier lieu ! - a bien conscience de ce qui est jugé incidemment par les épreuves actuelles ? On retombe sur une question discutée récemment (notamment à propos de l'interne, mais elle vaut pour tous les concours), à savoir : est-ce que j'ai bien compris ce que l'on attendait de moi durant le concours ?
  • Curiosity : je suis assez d'accord avec toi. Ce que je voulais dire avec ma dernière phrase c'est que ça ne servirait à rien de mettre la barre d'admissibilité à 5 si chaque année tous les admis avaient eu au moins 7 à l'admissibilité.

    De la même façon mettre une barre trop haute empêcherait un nombre non négligeable de candidats d'êtres admis alors qu'ils auraient eu toutes leurs chances autrement. Mais je suppose que la barre d'admissibilité joue aussi un peu le rôle de filtre pour les candidats ne sachant pas répondre à suffisamment des questions simples des écrits, même si avec un triple 15 aux oraux et 2 zéros aux oraux ils auraient été admis.
  • @ Curiosity.

    Tu comprends bien que le défi imposé au (président du) jury est une gageure.

    Flanquer un coup de canif au milieu d'une liste en laissant d'un côté ceux qui n'auraient aucune chance, et de l'autre ceux qui auraient une chance réelle.

    Si tu veux calculer des probabilités, tu vas voir les rapports de jury avec les tableaux à double entrée notes de l'écrit/ notes de l'oral et tu calcules la probabilité d'être reçu sachant la note d'écrit.

    Tu y verras tous les ans des remontadas pas piquées des charançons : En gros, des marchands de tapis qui ont du mal à écrire leur nom si tu veux.

    @ Nonoche.

    Je ne vois pas en quoi les chiffres que tu donnes laissent à penser un gavage éhonté du jury.
    C'est moi ou tu me conseilles une grègue de bisounours ?

    e.v.
    À ta naissance, tu pleurais tout le temps et tout le monde souriait autour de toi. Fais en sorte qu'à ta mort, ce soit l'inverse. (Proverbe arabe)
  • @vik78: bref ça sent la crise de la quarantaine.....::o(:D(:P)
  • @vik78: lorsque j'étais dans le privé, et devant mon indécision à franchir le pas, un collègue m'a (ironiquement) suggéré d'essayer de cumuler un maximum d'admissibilités (voire d'admissions) jusqu'à la retraite....
  • En consultant la liste des membres du jury, on constate que certaines académies sont surreprésentées alors que certaines sont absentes (personne ne vient de l'académie de Caen par exemple...) https://agreg.org/a2017_agreg_externe_mathematiques_725025.pdf

    Il me paraîtrait juste que dans un concours national, toutes les académies soient représentées. Pourquoi n'est-ce pas le cas?
    Liberté, égalité, choucroute.
  • @Ramon.
    Je n'ai pas vu académie de Corse, académie de Guadeloupe, académie de Guyane, académie de Martinique, académie de Mayotte académie de de la Polynésie française, Académie de de la Réunion, académie de Saint-Pierre et Miquelon

    Ces jurys sentent bon l'entre-soi. On n'a qu'à voir que l'académie de Paris est sur-représentée dans le jury d'agrèg.
    L'académie de Paris en population, c 'est 1/25 de La France, alors que le nombre de jury venant de cette académie est de 32 sur 90.

    Si on ne peut même plus se gaver entre copains, où va-t-on? D'autant plus qu'on est obligé de donner des miettes aux pouilleux de province pour éviter qu'ils beuglent. Quant à nos colonies, il faut qu'ils apprennent à descendre de leurs cocotiers avant de venir rejoindre l'élite que nous sommes.
  • Euh... Ca n'a pas un lien avec les académies où il y a des prépas agreg ou plus de candidats (donc plus de "professionnels" pour juger) ?
  • Dans toute académie, il existe des personnes largement compétentes pour faire partie du jury de l'agrégation (PU,MCF, CPGE...).
    Je m'étonne donc de la composition du jury. Toutes les académies devraient être représentées par au moins deux membres. Cela montrerait qu'il n y a pas en France de citoyens de seconde zone habitant des territoires oubliés par les autorités....
    Il serait souhaitable que l'on trouve dans ce jury un peu moins de parisiens et un peu plus de provinciaux.

    Bonne nouvelle cependant: la présence des IG dans le jury me parait relativement plus discrète qu'il y a quelques années (il est normal qu'ils en fassent partie....mais sans excès)
    Liberté, égalité, choucroute.
  • Ça a peut-être un lien aussi avec la facilité des déplacements, non ?
    Parce que venir des DOM, ou même de Corse, jusqu'à Lille, ce n'est pas aussi simple qu'un coup de TGV...
  • Caen n'est pas située dans les DOM-TOM....
    De nos jours, on se déplace beaucoup plus facilement. venir de Corse ou de la Réunion n'est vraiment pas un problème.

    Quelqu'un pourrait-il nous expliquer comment est constitué le jury et par qui ???
    Ces personnes ont-elles le souci de la diversité géographique que ce jury devrait avoir ?
    Liberté, égalité, choucroute.
  • Bof ...
    On pourrait aussi souhaiter que les proportions de chauves, de blondes ou de moustachus dans le jury soit plus représentatives de la population française, mais je ne suis pas certain que tout ça soit d'une importance capitale.
  • @Vecteur Libre:

    Si la composition géographique du jury n'a pas d'importance, je propose qu'en 2018 il ne comporte AUCUN membre issu de l'académie de Paris...et que les épreuves orales aient lieu à Ajaccio....
    Liberté, égalité, choucroute.
  • Pour la composition du jury, ça ne me ferait absolument ni chaud ni froid.
    Quand à la deuxième proposition, elle est toute autre et un peu hors-sujet. La question du lieu est d'en trouver un qui soit relativement accessible depuis le reste de la France.
  • Vecteur Libre a écrit:
    Quand à la deuxième proposition, elle est toute autre et un peu hors-sujet. La question du lieu est d'en trouver un qui soit relativement accessible depuis le reste de la France.

    On saluera la position très centrale de Lille, ainsi que le choix pertinent (pour le CAPES) de Nancy, tout aussi centrale et dont on ne vante pas assez les infrastructures de transport...
  • Lille est accessible par TGV depuis pas mal d'endroits en France.
    Contrairement à Sèvres. Je trouve donc qu'il y a du progrès depuis l'année dernière.
    Après, je conçois que ça puisse ennuyer un candidat de Toulouse, et que tout le monde n'est pas obligé d'avoir le même avis que moi.
    Mais quand même, Lille est une ville bien desservie par les transports.
  • @ Ramon & Joapa.

    Il ne vous est pas venu à l'esprit que les dernières épreuves avaient lieu dans l'adhérence de Paris ? Ceci peut expliquer une partie de cela. Attendez de voir la compo d'un jury à Lille avant de vomir.
    Maintenant, ça ne vous dérangerait pas d'aller chier votre bile sur les murs un peu plus loin et laisser les nouveaux reçus remonter le moral des admissibles ?
    C'est facile de dénigrer ce concours. La grègue, c'est large, c'est un fleuve, on peut pisser dedans. (Merci Victor)

    @ Romegaire.

    Lille est bien desservie par des tégévés.
    Et si tu veux te foutre de Nancy, tu joues avec ta vie.

    e.v.
    À ta naissance, tu pleurais tout le temps et tout le monde souriait autour de toi. Fais en sorte qu'à ta mort, ce soit l'inverse. (Proverbe arabe)
  • Nancy, c'est pas une île :-D ?
  • ev a écrit:
    Il ne vous est pas venu à l'esprit que les dernières épreuves avaient lieu dans l'adhérence de Paris ? Ceci peut expliquer une partie de cela. Attendez de voir la compo d'un jury à Lille avant de vomir.

    Dans quelle langue écris-tu ????
    ev a écrit:
    Maintenant, ça ne vous dérangerait pas d'aller chier votre bile sur les murs un peu plus loin

    La grègue, c'est large, c'est un fleuve, on peut pisser dedans

    Pourquoi tant de vulgarité ???? Comme disait Lao Tseu: "L'invective ne déshonore que son auteur"....
    ev a écrit:
    laisser les nouveaux reçus remonter le moral des admissibles

    Je n'aurais jamais imaginé qu'à leur âge, les admissibles avaient besoin d'être maternés....J'espère qu'ils auront davantage de moral lorsque l'éternel retour du concrèt s'imposera à eux pour aller affronter une classe de 5ème en septembre....Dompter une classe de collège, c'est plus difficile que les fonctions holomorphes ou les p-Sylow.....
    ev a écrit:
    C'est facile de dénigrer ce concours.

    Je n'ai JAMAIS dénigré ce concours que j'ai réussi en 1995....Tu as dû mal lire mes propos.
    Je ne faisais que m'interroger sur l'origine géographique des membres du jury et sur l'absence manifeste de certaines académies dans sa composition...
    Liberté, égalité, choucroute.
  • M'enfin, ça me parait quand même évident qu'il y ait une corrélation entre l'origine des candidats et des membres du jury... Le rapport 2016 souligne d'ailleurs cette répartition (pour les candidats) et s'en inquiète...
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!