Magistère — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Magistère

Bonjour
J'ai eu un parcours scolaire assez bordélique.
J'ai fait 2 ans de prepa (l2 non validé) et j'ai fait une pose d'un an.
Est-ce que ce type de dossier peut passer si j'arrive à me rattraper dans cette nouvelle l2 afin d'entrer dans un magistère ?
Et au niveau des masters, est-ce que ce ne sera trop pénalisant ?

Réponses

  • Bonjour.

    Difficile de répondre, ça dépend trop de tes résultats futurs en L2 et L3. Si tu y es brillant, les années anciennes seront oubliées.

    Cordialement
  • Pour les masters, tes résultats en L2 (ta nouvelle) et en L3 seront ceux qui seront regardés. Si tu cartonnes, on s'en moquera complètement de ton "échec" en classe préparatoire. Evidemment, si tu es dans la zone d'hésitation des jurys, tout ton parcours sera regardé, et le problème est que le niveau de cette zone dépend de la sélectivité du master, donc il n'y a pas de réponse absolue. De toutes façons, rien ne sert de se poser la question, il faut t'y mettre quoi qu'il arrive.

    Pour un magistère, dont la sélection se fait à l'entrée d'une L3, ma réponse sera (nettement) moins catégorique. En effet, quand on regarde les dossiers, on aime bien avoir une vision sur au moins 2 ans, et il va apparaître que tu es redoublant, d'une certaine manière. Hors, j'attends beaucoup mieux d'un redoublant L2 lorsqu'il redouble en ayant fait sa première deuxième année dans une classe préparatoire, où il a normalement bénéficié d'un encadrement "sérieux" et de colles régulières. Mais de toutes façons, quoi qu'il en soit, tu ne te poses pas de questions et tu essaies de partir du bon pied cette année !
  • Ok merci donc je ne devrais pas avoir de souci pour les masters si je bosse bien.(ca me rassure).
    Il y a quoi comme type de master de maths ?
    Peut-on avoir un métier mathématiques sans passer ses journées à coder comme un robot ?
    Est-ce qu'on est (presque) assuré de trouver un emploi après un master dit prestigieux ? (on ne trouve jamais les stat comme s'il n'y avait rien après, bref les débouchés sont toujours trop flous quand on ne connais pas).

    À propos des magistères, il faut quoi comme moyenne en L2 et quel classement en temps normal ?
  • Les sélectionnés en L3 magistère étaient une quinzaine, dont quelques prépas. Ceux-ci étaient moyens et non étoilés donc en venant de taupe l'admission a l'air facile. Les autres étaient donc le haut de la fac et avaient presque tous suivi une autre filière "intensive" de la fac pendant les deux premières années.
    Ce qui ne les empêchait pas d'être complètement nuls donc réussis bien ton année et ça devrait très bien passer. A noter aussi que le responsable du magistère a recruté deux autres personnes au second semestre en voyant leurs résultats aux partiels de décembre.
  • Désolé du retard je n'avais pas vu.

    Merci pour ces renseignements.
    Tu connais bien les magisteres?
  • Parfois, les recrutements dans les magistères ne sont pas très cohérents, mais c'est sûr que tu as tes chances. Cela dit, je ne crois pas que l'admission soit facile, du moins pas dans tous les magistères.
  • Je ne connais que comme un élève qui y a été accepté.

    Pour ta situation et les masters j'ajoute que j'ai fait deux ans de pause après ma licence (pour me réorienter en lettres modernes, donc une année vide puisque j'ai pris ma décision trop tard et une année en L1), ça ne m'a pas posé de problème pour entrer où je voulais en M1 et M2.
    J'avais de très bons résultats aussi mais je pense que même en général une pause habilement expliquée dans une lettre de motivation (dans mon cas c'est facile à expliquer puisque changement d'études, mais même en expliquant que la tienne était due à une dépression, ou un besoin de faire une pause après la prepa, ou je ne sais quoi encore, du moment que ça ait l'air au moins honnête) peut ne pas poser de problèmes majeurs. Ils comprennent qu'on est fragiles et curieux à cet âge, ce qui compte c'est qu'on est en mesure de suivre les enseignements.
  • D'accord merci.
    Je pense à celui de Grenoble qui a l'air d'être orienté maths appliquées. J'espère qu'ils ne seront pas trop méchants.
    Et est-ce que c'est valorisant d'avoir fait un magistère pour entrer en entreprise ?
  • Ok merci à toi aussi !
    Après par master je voulais parler des "gros" master car j'ai peur que ne pas avoir de diplôme d'ingénieur soir un trop gros handicap.
  • Je ne sais pas ce que tu appelles "gros masters". Je n'ai eu aucun mal à être accepté dans des masters quotés en tous cas.
  • Je ne connais pas la position actuelle des magistères, et donc l'expérience de RLC est sans doute plus précise que la mienne.

    J'ai tout de même tendance à douter que, selon l'expression de RLC, il puisse y avoir des "complètements nuls" en magistère. Un "complètement nul" n'aura jamais une L1 et donc a fortiori pas de magistère. Après, il est vrai que cette notion est subjective, un de mes collègues n'arrête pas de dire qu'en dessous du "top 20" à l'agreg, on est "nul" en maths :; avec un tel critère, il y a des nuls partout, y compris dans les meilleures écoles, tant parmi les élèves que parmi leurs profs :-D

    Personnellement (et même si j'avais préféré faire autre chose), quoique premier de ma M' en maths, dans une classe qui envoyait 5 ou 6 élèves par an dans les ENS, je n'avais pas été admis au magistère d'Ulm, à celui d'Orsay j'avais été admis sous réserve d'un entretien sur le cursus, sans condition je n'avais eu "que" ceux des ENS Lyon et Cachan. C'était il y a presque 30 ans, depuis de l'eau a coulé sous les ponts, et notamment la sélectivité a pu changer.

    EDIT : remplacé master par magistère dans la première phrase
  • Par complètement nul, j'entends ce dont on parlait en privé il y a quelques temps, en pire.
    Pour reprendre une anecdote que je cite souvent, c'est passer trois séances de trois heures en TD de géométrie affine à faire une feuille de révision d'algèbre linéaire comportant des questions type "Montrer que l'espace se décompose selon un projecteur", "l'union de deux sous-espaces n'en est pas un en général" ou encore "Montrer que l'ensemble des isomorphismes de truc à bidule est un groupe", sans que ça n'avance, et entendre à la fin "Heureusement qu'on a fait des révisions, c'était pas du luxe !".
    Ou encore passer la première séance de trois heures de TD de mesure à ne pas avancer simplement sur des questions ensemblistes de base (par exemple relations entre image de l'union et union des images, des intersections...), simplement parce que personne n'a l'idée de prendre un element du premier ensemble pour montrer qu'il est dans l'autre afin de montrer une inclusion, et bluffer littéralement le chargé de td en étant le seul à savoir faire ça.
    Ou enfin être un seul sur la promo de 15 à chercher un exercice un peu théorique donné facultativement pour les vacances en td de groupes par un prof qui voulait nous pousser vers le haut (c'était la simplicité du groupe spécial orthogonal), avec éventuellement quelques élèves qui ont cherché la première question, et avoir une forte compassion en voyant le regard de déception du prof à la rentrée.
    En sortant de prépa ça m'a un peu choqué tout ça. Mais bon.
  • RLC, c'est bien ce que je pensais, tu parles d'un magistère en particulier, les magistères sont loin d'être tous comme ça.
  • Et je n'ai jamais prétendu le contraire.
  • Effectivement etre "nul" est relatif.
    Mais je pense qu'on peut quand même avoir un "consensus".

    Ne pas savoir appliquer bêtement sont cours je trouve que c'est nul à mon goût.
    C'est surtout pour ça que je veux aller en magistère car j'ai l'impression que en L2 tout se résume à de l'application de cours.
    Ça me rappelle en seconde j'ai commencé à être dessus des maths lorsque j'ai appris que personne n'arrivait à appliquer une simple formule pour monter la colinéarité...
    Peut-être prétentieux mais j'ai vraiment un doute là.
  • Ah je voulais dire des masters qui sont réservés aux gens de l'X (je vise principalement la finance et en 2ème médicale ou la R&D).
    Et j'ai cru entendre que sans ces masters , ça va être difficile en France.

    Ce que tu dis (pour prouver qu'un ensemble est inclus dans un autre) c'est dommage que ce ne soit pas un réflexe.
    D'ailleurs je me disais que quand on est prof est-ce qu'on peut demander à nos élèves beaucoup plus que ce que l'école attend ?
  • Mon M2 de l'année dernière était à moitié avec l'X, celui que je vais faire cette année aussi, et je pense que j'aurais eu mes chances au MVA ou El Karoui. Pour info j'avais fait seulement la L3 en magistère, ensuite j'ai fait mon M1 à l'upmc.
  • Pinkiwinky : As-tu songé à tenter le second concours des ENS Rennes et Paris-Saclay ?
  • Le M1 était facile après cette L3 du coup?

    Moi je pensais à faire L3 et M1 dans un magistere si possible pour ensuite faire le M2 dans le truc qui me plaît.
  • Ah je suis déjà passé par la L2 prepa donc je pense pas y être autorisé (et ma prépa ne prépare malheureusement pas du tout à ça)
    Ah et je précise que je ne suis pas un génie, j'espère qu'il ne faut pas en être un pour entrer dans un magistère, si ?
  • Le M1 est facile parce qu'il y a peu de matière. Le magistère n'y préparait pas spécialement. Il était cependant intéressant pour les cours de physique quantique et d'arithmétique (corps finis, problème des carrés modulo un entier, nombres p-adiques, et classification des formes quadratiques de degré 2 sur Q).
    Ce M1 propose quand même beaucoup de cours assez uniques qui peuvent beaucoup jouer si tu veux un gros M2.
  • >Ah et je précise que je ne suis pas un génie,j'espère qu'il faut pas en être un pour entrer dans un magistère si?

    Ce qui va te faire avancer dans la vie c'est de bien te rentrer dans le cerveau que tu ne perds jamais rien à tenter. Au mieux tu réussis, au pire tu n'intègres pas de magistère, ce qui ne ruinera pas ta carrière
  • Je pensais que c'était un coucours L3 mais en fait c'est en L2.
    Par contre je ne pense pas que mon dossier peut être accepté rien qu'à l'inscription car il ne faut pas oublier que je suis passé par la 2ème année prépa et que j'aurai obtenu ma licence 2 en 4 ans ...
    Et c'est pas qu'il n'y a aucune raison mais j'ai du mal à imaginer que ça passe (même moi je trouve que ce ne sont pas des raisons valables...) donc ça risque d'être dur pour la dérogation mais je vais peut-être tenter si l'année se passe bien.
  • Ok et la sélection est tranquille pour le M1 ?
    Je veux dire est-ce qu'il y a de la place pour "tout le monde" ?
  • Je ne sais pas, je ne me charge pas (encore) du recrutement.
  • Des étudiants font appel au recteur pour leur trouver une place, donc "non", tous les étudiants ne trouvent pas de place dans les M1 auxquels ils ont candidaté.

    J'ai rarement participé à la sélection dans notre M1, mais j'ai vaguement le souvenir que, parmi les candidats non rejetés, moins d'un sur trois avait reçu la proposition de venir, une fois la liste complémentaire épuisée.

    En même temps, certains M1/M2 seraient limite de fermer, faute d'étudiants (enfin on m'avait dit cela il y a 10 ans, je ne sais pas si c'est toujours vrai) ; je ne sais pas si de tels Master ne seraient pas incités à être plus light dans les exigences, car la fermeture d'un Master, c'est la mort à moyen terme de la filière.

    Il vaut donc mieux ratisser large, postuler à des M1 qui t'intéressent sur le plan thématique, mais ne pas te limiter géographiquement.
  • Et par exemple dans mon cas il vaut mieux faire de l'info en option.
    Mais est-ce que faire une autre option va être pénalisant ? (j'ai envie de continuer la physique).
    Et pareil pour les cours d'ouverture (genre musique).
  • Oui mais je pense qu'il y a des masters (identiques) qui permettent de trouver du travail plus facilement que d'autres d'où mon désir d'attendre les meilleurs.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!