Entretien professionnel pour lauréats 2020 — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Entretien professionnel pour lauréats 2020

«1345

Réponses

  • Cette version plus détaillée ne ressemble-t-elle pas fortement à une épreuve orale d'un des concours internes de l'EN ? (exposer une situation de challenge pédagogique, présenter la posture didactique adoptée, expliciter nos innovations et montrer en quoi elles ont permis d'améliorer la situation notamment grâce à une plus grande différenciation, et un petit bout sur les éléments réglementaires et institutionnels dans l'exercice des responsabilités de l'enseignant)
  • Non !
    Habituellement l’agrégation interne de mathématiques ne propose que du disciplinaire et pas de la pratique.
  • Le plus difficile pour les candidats sera de ne pas éclater de rire pendant l'entretien...

    Un cours de maths en collège ou en lycée, c'est une séance où un prof fait semblant d'enseigner des maths à des élèves qui font semblant de les comprendre....
    Liberté, égalité, choucroute.
  • Ramon, n'avez vous pas peur parfois de devenir une caricature de vous même ? Je ne dis pas que vous avez tort de penser ce que vous pensez du système (je suis trop jeune pour avoir une opinion éclairée), mais l'intégralité des interventions que j'ai lues de votre part sur ce forum sont pure amertume (ou pure acidité, c'est selon)... C'est souvent peu productif, j'ai l'impression. Mais j'imagine que je ne suis pas le premier à le relever.
  • Je suis vraiment désolé mais je ne vois aucune raison de s'extasier en lisant le galimatias technocratico-pédagogo du BO.....
    Je ne vois pas en quoi un tel entretien peut remplacer des oraux d'agrégation.....Une fois de plus, ce type d'entretien encourage à la soumission et au conformisme.....
    Liberté, égalité, choucroute.
  • Je parlais en général (je sais, ce n'est pas français mais prout).
    Je fais partie des gens qui passeront cet entretien et je ne me réjouis pas; je vois bien que je vais ressortir mes formidables capacités de langue de bois qui avaient tant plu à mes correcteurs du bac, que j'ai torché sans vraiment bosser.
    Mais je me demande ce qu'apporte votre intervention à la discussion, et je me le demande à chaque fois que vous intervenez...
  • Si tu n'as pas encore compris qu'EDNAT est en lambeaux, je n y puis rien.....
    Liberté, égalité, choucroute.
  • Moi aussi, je vais devoir le passer, et cela ne me donne pas du tout envie de rire.
    L'état de l'EDNAT non plus, et je pense que ceux qui me feront passer cet oral non plus.
  • Yirm a écrit:
    l'intégralité des interventions que j'ai lues de votre part sur ce forum sont pure amertume (ou pure acidité, c'est selon)...

    Je préfère l'amertume et l'acidité aux bons sentiments dégoulinants du sucre et du miel de la bienpensance de ceux qui s'imaginent du bon côté de l'axe du bien.....
    Liberté, égalité, choucroute.
  • Personnellement, je suis presque heureux d’avoir raté l’agrég. J’aurais été incapable de faire semblant lors de l’oral, et je ne sais ce que j’aurais fini par faire en étant recalé à l’entretien.
  • @Sato : Cet oral ne recale pas les gens, il aboutit à une note pédagogique dont se servira l'IPR en charge de son avis pour ta titularisation pour élaborer ce dit avis. (pour un agrégé il va aussi se baser sur l'inspection qu'il aura effectuée, voire peut-être du retour du tuteur établissement)

    Dans les faits, c'est un oral assez pipo certes (car il faut dire les choses qui plaisent, donc faire un doux mensonge), mais cela dure 30 minutes avec beaucoup de vent (un peu de vocabulaire, quelques connaissances sur les droits et devoirs de l'enseignant, sur quelques questions "classiques" que pose le jury quand il n'a pas d'idées sur d'autres choses à dire, une ou deux répétitions et zou) ce qui n'est en rien comparable à la préparation d'un oral de concours.
    Cela reste loin d'être la mer à boire, il ne s'agit pas de se faire des montagnes d'un petit truc mis en place "histoire de". (enfin je trouve que c'est plus pertinent et utile de le voir ainsi)
  • L’oral ne recale pas mais donne une note qui peut servir à recaler ?

    Enfin, quoi qu’il en soit, il y a de nombreuses personnes qui ne peuvent pas ou ne veulent pas mentir contre leurs convictions pendant 30 longues minutes. Aujourd’hui et ici, c’est un manque d’intelligence ou une tare, mais il n’en a pas toujours été ainsi, sans remonter au Moyen-Âge.
  • Je suis bien d'accord que cet oral ne sert à rien, il est supposé remplacé celui qui n'a pas eu lieu, et il ne remplace strictement rien. C'est une perte de temps.

    Maintenant, cet oral consiste à : "Présentation par le stagiaire d'une situation professionnelle personnelle vécue pendant l'année scolaire en cours".
    Je ne vois vraiment pas où il y a besoin de mentir ou faire semblant de quoique ce soit. Il s'agit simplement d'analyser un truc que vous avez fait pendant l'année. Il n'y a franchement pas de quoi se travestir.
  • Z : "Qui veut tuer son chien l'accuse de la rage".

    Cordialement.
  • Sur « mentir » :
    C’est l’idée de faire semblant de parler le jargon et de montrer qu’on est dans le moule de l’idéologie très malveillante de la « bienveillance labellisée É.N. ».
    La démagogie est une forme de mensonge.
    Au moins une hypocrisie caractérisée à des fins de séduire.

    - j’ai dû pratiquer la différenciation
    - exclure c’est mal, j’ai responsabilisé l’élève, c’est lui qui distribuait la parole et comme ça il n’embêtait plus personne
    - pour profiter de la richesse des raisonnements, le travail de groupe a été institué
    - j’ai fait rédiger une charte par les élèves eux-mêmes (d’ailleurs mon chef d’établissement l’a souligné lors d’une plénière)
    - les notes ont été bannies et j’ai choisi, avec eux, un système de compétences (d’ailleurs le chef d’établissement a dit que j’obtenais des résultats en travaillant autrement)
    - plus aucun élève n’avait en dessous de 10/20 sur le bulletin (où il reste hélas des notes)
    - les parents étaient très contents (j’ai reçu plein de retours)
    - je me suis renseigné sur les nouvelles pédagogies et apprendre autrement

    Ça change de l’oral : « Séries trigonométriques. Applications. ».
    (Cette leçon n’existe plus, je crois, haha)

    Mais pour la plupart, ce sera plus facile de faire le nigaud que de se farcir un développement.
    Comme le disciplinaire a tendance à disparaître, je ne donne pas cher de la peau des besogneux.
  • Il y a un petit côté miss France :

    "Je veux travailler dans l'humanitaire avec des enfants. Je suis contre la guerre et la faim dans le monde."

    Blague à part, les conseilleurs ne sont pas les payeurs, mais si j'avais à faire ce truc. Je choisirai, un séance, une séquence, une activité, ce que vous voulez.

    Je présenterais en le plaçant dans le contexte de ma progression, de ma classe, de ce que j'ai fait auparavant.
    J'expliquerais ensuite mes choix, mes objectifs.
    Je décrirais le déroulé du truc.
    Puis j'analyserais, ce qui a marché, ce qui a moins bien marché.
    Je proposerais des pistes d'améliorations ou prolongements possibles qui découlent de mon analyse.

    Et voilà, je ferais simple. Le reste, je n'ai jamais su faire. ;-)
  • Oui dès janvier se préparer à ce truc.
    Éventuellement le retenter en mars, etc.

    Le must du must : préparer une séance TICE permettant d’aller vers une démonstration.
    Tout le monde devrait se gargariser. Et en se frottant la mandoline !
  • Le texte du BO est quelque peu dans la continuité des oraux des années précédentes où il était dit (à propos exactement les oraux de 2013 à 2017 inclus, 2018 et 2019 étant graciés) "la sottise des questions posées impliquait la nécessité de régurgiter le sabir pédant institutionnel, de s'exercer à la langue de bois et au pédalage dans la choucroute ". On pouvait s'attendre à pire.
  • Je sais de quoi je vais parler : une classe de 4ème de niveau très faible (-5 points sur la moyenne par rapport à l'autre) pour laquelle j'ai eu à faire de nombreux aménagements.
  • SeismiMine a écrit:
    Oui, cela ressemble fortement à la deuxième partie du dossier RAEP du capes interne.

    [Inutile de recopier un message présent sur le forum. Un lien suffit. AD]
  • C’est dire...

    Mais on vient de ramener l’agrégation externe au niveau du CAPES interne, si toutefois aucune nuance n’est apportée dans ce texte.
  • @Dom : bonjour. Où vois-tu que cet entretien concerne uniquement les agrégés ?
  • dom a écrit:
    Mais on vient de ramener l’agrégation externe au niveau du CAPES interne.

    On peut raisonnablement conjecturer la disparition de l'agrégation d'ici 2030.....
    Liberté, égalité, choucroute.
  • Non, Thierry, je faisais remarquer que sauf mention contraire cet oral concerne tous les concours donc aussi bien l’agrégation externe que le capes interne.
    À la limite pour le capes interne, c’est déjà un peu le cas. C’est un oral professionnel et non disciplinaire.
    Mais si l’on fait cela pour l’oral de l’agrégation externe, je m’interroge...
  • @Dom : j'avais donc mal compris. Cependant, je ne vois toujours pas les raisons de ton interrogation à l'égard de l'agrégation externe. Il sera certainement plus soutenu, plus exigeant du point de vue des attendus.

    @Ramon : bonsoir. L'objectif, me semble-t-il, est de fusionner Capes et Agreg, qui coûtent très chers, en un seul et même concours : plus exigeant que le Capes et moins exigeant que l'Agreg. De plus, si l'oral de cette année est un succès, je pense qu'il y aura une grande réforme le concernant.
  • Thierry Poma a écrit:
    L'objectif, me semble-t-il, est de fusionner Capes et Agreg, qui coûtent très chers, en un seul et même concours

    Tout le monde à 18 h/semaine avec un salaire de certifié......les meilleurs ne passeront pas ce concours....le niveau risque encore de baisser......
    Thierry Poma a écrit:
    plus exigeant que le Capes

    Je n'y crois guère....

    PS:
    Après la disparition de l'agrégation, je conjecture la disparition des CPGE et la dilution des grandes écoles dans les universités.....ce qui achèverait l'entreprise de tiers-mondisation du système éducatif français....
    Liberté, égalité, choucroute.
  • Ok, Thierry.
    Mais je ne vois pas comment on va pouvoir être plus exigeant si on ne parle pas de maths.
    Bon, je préconise d’attendre un peu pour savoir plus précisément ce qu’il en est. Des infos viendront peut-être...

    Sur l’évolution des concours.
    En effet, j’entends parler de la disparition de l’agrégation interne. Mais c’est toujours officieux.
    Ça deviendrait un concours plutôt « validation d’acquis ». Encore une fois, de vagues discussions... peu crédibles... de confiance très discutable...

    À une époque j’avais cru qu’on finirait par distinguer un concours « collège » et un concours « lycée ».
    Je ne le crois plus. Par contre sans parler de fusion, j’imagine bien un autre concours avec un nouveau nom et si possible avec un bon acronyme bien pourri genre « j’ai mon CADO », Certificat d’Adhésion aux Dogmes Oligarchiques.

    Plaisanterie mise à part, comme le progressisme maladif veut qu’on réforme tout et surtout les statuts (d’ailleurs je ne dis pas que réformer les statuts est débile en soi), la campagne de 2022 saura bien proposer des candidats qui prônent les 20h pour tous les nouveaux profs du secondaire. Pardon, j’anticipe peut-être trop grossièrement.
  • comme le progressisme maladif veut qu’on réforme tout et surtout les statuts

    Ne t'inquiète pas Dom, notre président a dit : "on ne déboulonnera pas de statuts". :-D
  • Hello tous,

    effectivement cet entretien ne semble pas permettre de nous faire progresser. Un peu de discours officiel (ça va être dur pour moi...) et quelques analyses de ces erreurs semblent ce qui est attendu.
    Cela mis à part, j'ai vu sur i-prof que mon reclassement a été (enfin!) acté. Est-ce que quelqu'un a déjà reçu l'arrêté le concernant?
  • Bonjour tout le monde,

    Je viens de relire le Bulletin Officiel n° 49 du 24 décembre 2020. Il ne s'agit ni plus ni moins que d'une commission de pré-titularisation. Comme dans une commission de titularisation, il y aura un inspecteur, pas nécessairement un inspecteur de Mathématique. Les réponses attendues doivent être professionnelles. Il est hors de question d'évoquer vos rapports (voire vos tensions) avec l'INSPE, ou avec votre tuteur. Des réponses du style "mon tuteur m'a dit (...)", ou "j'ai appris à l'INSPE que (...)" sont à prohiber. Le jury veut entendre une analyse réflexive personnelle, appuyée sur des textes institutionnels : par exemple, pour un professeur ayant une seconde, il est indispensable de connaître également les textes du cycle 4, afin de pas se faire piéger. Il y a bien d'autres aspects, tels que la didactique et les choix entrepris, qui seront très appréciés : par exemple, décider de scinder la séquence portant sur les fonctions ou bien sur les vecteurs en plusieurs sous-séquences, appuyé sur une argumentation bien étayée, sera bien vue du jury. Reconnaître ses propres erreurs et y remédier sur la base (...).

    Vous l'aurez compris, cet oral est déterminant.

    Bien cordialement,

    Thierry

    PS : je ne parle pas de l'exposé de 10mn d'une situation professionnelle personnelle vécue pendant l'année scolaire en cours.
  • Merci Thierry, une version plus synthétique du JO.
    Donc pour la seconde partie de 20 minutes :
    L'entretien permet, en prenant appui sur la première partie, d'évaluer la capacité d'analyse et de réflexivité relativement à la pratique professionnelle de l'année en cours, dans les domaines de compétences suivants :
    - l'intégration des éléments réglementaires et institutionnels dans l'exercice des responsabilités attachées à sa fonction (droits et des devoirs du fonctionnaire et de l'agent public, valeurs de la République et service public de l'éducation, etc.) ;
    - les compétences relationnelles, de communication et d'animation favorisant la transmission, l'implication et la coopération au sein de la communauté éducative et son environnement ;
    - pour les personnels enseignants, les compétences professionnelles liées à la maîtrise des contenus disciplinaires et à leur didactique ;
    On peut penser que si l'inspecteur est un inspecteur de mathématiques, les questions disciplinaires et didactiques seront privilégiées notamment pour les certifiés agrégés stagiaires. Le chef d'établissement ne peut être "son" chef d'établissement.
  • Bonjour
    Je viens d'assister à la "formation" sur cet entretien professionnel et j'en sors au moins aussi dépitée qu'en y entrant, sinon plus. Je suis totalement allergique à la novlangue de l'EN, je n'ai absolument rien compris à ce que je dois faire et, en tant que lauréate de l'agrégation interne, je n'ai eu aucune formation et aucune aide alors que je vais être convoquée potentiellement dans 15 jours.
    Est-ce que certains dans la même situation que moi ont déjà réfléchi à ce qu'ils vont présenter ? Auraient des exemples à partager ?
    En plus cet oral est dans le même format que le grand oral du bac. Aucun support, aucune présentation, les mains dans les poches et faut juste parler. Je considère qu'une présentation entre professionnels devrait nous permettre d'utiliser tous les supports nécessaires pour favoriser le dialogue, mais là, à part parler dans le vide ...
    Je ne sais pas faire ce genre de choses, j'aurais préféré passer les oraux ; c'est dur, on peut se planter en beauté, mais au moins on connaît le format et on sait pourquoi on se plante si c'est le cas.

    Merci, Dido
  • Pour ma part, je n'en ai pas la moindre nouvelle.
    Je compte poser la question lors de mon inspection de validation qui a lieu le 22.
    J'ai vu le témoignage de quelqu'un qui l'avait déjà passé, cela semblait assez bienveillant.
  • Pardon je ne comprends pas un truc.

    Il y a une « inspection de validation » (n’est-ce pas plutôt « de titularisation » ?) et en plus cet oral ?
  • Oui, le terme correct est sans doute inspection de titularisation.
    Et oui aussi, il y a un oral qui a été mis en place pour "compenser" l'oral" annulé l'an dernier.
    Cet oral est à l'initiative des académie, donc c'est extrêmement variable.
    Il y a des échanges sur un groupe facebook: "professeurs stagiaires 2020-2021 toutes disciplines"
    Certains l'ont déjà passé, d'autres ont reçu leur convocation, dido a eu droit à une formation ...
    Moi je n'ai pas eu la moindre info.
  • Ok.
    Quelle chienlit !
    Bon courage aux « candidats » de ces oraux en pochette surprise mais tellement stressants.
  • Formation est un bien grand mot. Disons que j'ai eu droit à 1h30 de novlangue INSPEsque à laquelle je n'ai absolument rien compris. Et l'idée de devoir parler cette langue pendant 30 minutes et que mon avenir pro se joue peut-être là dessus après tous ces efforts pour avoir l'agreg n'est pas loin de me plonger dans la dépression ...
  • Cette formation était destinée à qui?
    concours internes? tous?
  • Une remarque :
    Comme le plus souvent, on nomme « formation » ce qui ne ressemble au mieux qu’à de « l’information ».

    Et je ne parle pas du préfixe « in » qui pourrait être compris comme étant privatif.
    (Ça c’est juste une vanne)
  • C'était destiné à tous les stagiaires. En réalité, ils ne parlaient que de la situation des stagiaires de l'externe. Ils faisaient références aux autres formations sur cet oral auxquels les lauréats de l'interne n'avaient pas été conviés, du travail pour le préparer qu'ils avaient réalisé avec leur tuteur et leurs formateurs inspe, du fait que ça demandait une préparation longue tout le long de l'année ..... et qu'on allait donc être convoqué pour commencer à passer dans 15 jours..... Tout ça avec des bilans réflexifs, des référentiels étudiés depuis le début de l'année à l'inspe .... Bref, tout n'est organisé que par rapport aux lauréats de l'externe, mais nous devons passer la même épreuve sans aucune préparation, formation ......
  • Je vais y aller sans préparation.

    Je ne comprends pas tous ces gens qui stressent pour un entretien professionnel où il faut juste discuter avec un jury sur notre travail durant l'année.

    Dom je ne ressens aucun stress.

    Je sais déjà sur quoi je vais parler. J'ai mon sujet mais je ne vais rien préparer.
  • Bonjour,

    Un document d'aide à la préparation sur le site de l'inspection de l'académie de Versailles :
    https://euler.ac-versailles.fr/IMG/pdf/entretien_pro_laureat_aide.pdf

    Quelqu'un sait où récupérer la vidéo du webinaire de l'académie de Versailles ?
  • Ça rappelle les cours de marxisme-léninisme dans les ex-pays socialistes. Personne n'y croyait mais il fallait les réciter. Les candidats aux concours de l'enseignement doivent faire de même pour la vulgate didacticienne. Ils apprennent, ils récitent le jour J, et ensuite dans leur carrière, ils feront comme leur dictera leur bon sens et leur personnalité propre. C'est juste un ennui que nous n'avions pas autrefois, mais que voulez-vous, c'est l'époque. Peut-être un jour tout ça sera balayé, mais je ne verrai sans doute pas ce jour béni.
  • Je suis tout cœur avec la candidats. J'aurai été extrêmement nul, pour ce genre de c.....rie.

    C'est sûr, qu'il va falloir jouer un peu les béni-oui-oui sur la partie question. Le jury va juger votre capacité à être en accord avec eux. Mais à mon avis pas la peine de complétement se travestir non plus, durant la présentation du merdier. Il faut rester un peu naturel et dire les choses simplement sans trop de tralala, pour être un minimum à l'aise. J'ose encore espérer qu'il n'y a pas que des ayatollahs dans les jurys.

    Bon courage à tous.
  • J'espère qu'on recevra un mail pour le lien, à moins que ça soit mis sur Euler peut-être ? J'ai essayé de prendre 2 ou 3 notes, mais ne parlant pas couramment la langue de l'inspe, je n'ai pas réussi à noter plus de 2 mots venant de quelques phrases, rien qui ne peut constituer le début d'une idée du discours à tenir.
    Ce truc est clairement organisé pour valider le formatage institutionnel des stagiaires, sauf que j'avais réussi à totalement l'oublier depuis mes années IUFM ...
  • Ce genre d'entretien c'est juste pour ne pas faire entrer dans l'éducation nationale les personnes qui pourraient dire des choses graves ou les personnes n'ayant aucune ouverture d'esprit.

    Dido tu stresses pour rien.

    Il faut juste que tu aies un peu de connaissances sur la vie d'un établissement, la continuité pédagogique, les évaluations, les compétences, comment gérer des élèves difficiles etc...
  • OShine,
    je n'ai pas ta naïveté.
    Hélas
  • dido c'est normal d'être stressé. Ça me rappelle cette anecdote.

    Une jeune comédienne disait ingénument à la grande actrice Sarah Bernhardt: «Moi, je n’ai jamais le trac sur scène». À quoi Sarah répondit: «Ne vous inquiétez pas, ma petite, ça vous viendra avec le talent».
  • Je ne suis pas naïf mais réaliste.

    L'année de la titularisation il faut vraiment dire des énormes conneries ou faire n'importe quoi pour ne pas être pris.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!