Reconversion — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Reconversion

Ouest-France a écrit:
Il y a quelques années, Hélène Leray était professeure agrégée de mathématiques en région parisienne. La trentenaire, habitante et membre fondatrice d’un écovillage à Locoal-Mendon (Morbihan) vient d’achever une formation pour devenir bergère et fromagère. Rencontre.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/locoal-mendon-56550/bretagne-prof-de-maths-helene-acheve-une-formation-de-bergere-fromagere-6990600

Réponses

  • Je ne vois pas trop le changement. En tant que prof dans le système actuel elle était déjà dans l’élevage de moutons.:-D
  • Biely: n'en fais pas tout un fromage. Je vais me brosser les dents, j'ai une haleine de mouton. X:-(
  • Dans mon entourage, j’ai :
    • prof d’ÉPS -> électricienne
    • prof d’histoire et géographie -> maçon
    Et j’en entends d’autres mais je ne connais pas les ex-collègues.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • JLT:

    L'article que tu cites est de 2009. En 2020, j'imagine que cet homme ne touche plus à un tuyau, il est probablement patron d'une entreprise (ou probablement de plusieurs) et ce sont ses employés qui font le travail.

    Ce n'est pas si éloigné de la réalité de polytechnique me semble-t-il, je me demande si cette école forme encore des ingénieurs. Pour faire l'ingénieur, il y a des écoles moins prestigieuses j'imagine.

    PS:
    J'ai sans doute vu juste:

    https://dirigeants.bfmtv.com/Eloi-MOSQUET-2391549/

    PS2:
    Il est peut-être passé à autre chose que la plomberie si j'en crois cette annonce légale:
    https://www.annonces-legales.fr/consultation/bretagne/finistere-29/AR-PLOMER-0154941
  • Pourtant sa société existe toujours, et le site https://www.verif.com/societe/AR-PLOMER-SAS-811205277/
    indique qu'il en est le dirigeant.
  • JLT: Site non à jour? Ce que je voulais dire est que l'article que tu as cité était sans doute un peu trop spectaculaire, un peu trop conte, la réalité est sans doute plus conforme à ce qu'on imagine de prime abord.

    (si le contenu indexé par le premier lien que j'ai mis plus haut dit vrai, cela met à mal ce conte: ce type est un dirigeant d'entreprises dans des secteurs d'activités variés)
  • Je n'avais pas lu attentivement. Apparemment il est donc toujours dirigeant d'une entreprise de plomberie, mais de plus il a une activité dans l'immobilier de marchand de biens. Peut-être que les deux activités sont complémentaires d'ailleurs, il doit avoir la capacité d'acheter des logements en mauvais état, de les rénover puis de les mettre à louer ou de les revendre.
  • JLT:

    On est bien loin de l'histoire d'un bienheureux qui décide de tirer un trait sur sa formation à l'X pour passer le restant de sa vie professionnelles à faire le plombier musette à l'épaule comme le laisse imaginer l'article que tu as cité plus haut.
  • fdp c'est toi seul qui a ce cliché...
    Les fermetures d'entreprise pour changer les statuts c'est courant.

    Au Japon il y a Koshi Inaba qui avait très bien réussi en maths avant de devenir chanteur https://fr.wikipedia.org/wiki/Koshi_Inaba
  • Je connaissais un vigneron qui voulait se reconvertir dans la topologie. Maintenant, il vend des bouteilles de Klein !
    ...
  • Soleil_Vert:

    Je n'ai pas écrit l'article du télégramme de Brest qui nous raconte un conte selon moi.
    Je crains que l'histoire soit un peu différente comme pourrait le laisser comprendre les informations glanées plus haut.
  • Un collègue de physique est parti il y a deux ans pour être guide de montagne
  • Bonjour,

    Jean-Marie qui vend son pain (Bio) sur le marché près de chez moi a été professeur de mathématiques.
    Inversement Sylvain qui est devenu professeur de mathématiques a été éleveur de truites dans une carrière antérieure .

    Bien cordialement.

    kolotoko
  • Kolotoko a écrit:
    Inversement Sylvain qui est devenu professeur de mathématiques a été éleveur de truites dans une carrière antérieure .

    Il y a sûrement des similarités entre ces deux professions. B-)-
  • Citation de FDP En 2020, j'imagine que cet homme ne touche plus à un tuyau, il est probablement patron d'une entreprise (ou probablement de plusieurs) et ce sont ses employés qui font le travail.



    Que de bile, que de rancoeur contre les patrons: et si les employes etaient contents de travailler grace a lui?
  • Une fois je vais voir un ami en Corse, on va ensemble à la Poste, et je me mets à discuter avec le guichetier. Culture générale très supérieure à la mienne (ce n'est pas difficile), un registre de vocabulaire aussi nettement au dessus. Je suis un peu surpris, une fois sorti du bureau j'exprime la surprise à mon pote : "ah bah oui, il était agrégé de géographie, mais il n'arrivait pas à revenir en Corse, alors il a décidé de venir travailler à la Poste où il y avait des opportunités"
  • bonjour

    j'ai eu il y a quelques années un élève brillant
    (au bac : 20 en philo, en grec, en latin, en littérature comparée, 18 en math, en physique et en histoire et géo)
    il avait vocation à faire une prépa scientifique pour être chercheur en science physique (je l'avais encouragé à envisager tout de suite l'ENS)

    il était admis dans plusieurs bonnes prépa parisiennes ou lyonnaises quand j'ai appris au mois de septembre de l'année du bac
    qu'il avait choisi d'entrer comme novice dans une abbaye dominicaine dont la règle est particulièrement stricte;
    j'ai été surpris mais je ne l'ai nullement contrarié et nous sommes restés en contact par l'intermédiaire de ses parents
    et de son frère que j'ai cette année comme élève

    pour lui il s'agissait d'un tournant important de sa vie d'adulte mais pour autant il n'a pas renoncé complètement à la recherche scientifique
    qu'il retrouvera un jour ou l'autre, j'en suis persuadé, d'une façon différente de celle qu'il avait envisagée étant étudiant

    dans l'existence d'un homme ou d'une femme il existe des renversements et des bouleversements
    et la vie est rarement un long fleuve tranquille,
    ce n'est pas forcément tragique et les proches doivent accepter ces ruptures inattendues

    cordialement
  • il était admis dans plusieurs bonnes prépa parisiennes ou lyonnaises quand j'ai appris au mois de septembre de l'année du bac
    qu'il avait choisi d'entrer comme novice dans une abbaye dominicaine dont la règle est particulièrement stricte;

    CC es-tu là ?

    Est-ce que tu peux me décrire la tête que tu fais en lisant les lignes ci-dessus ? (:D
  • P.:

    Tu extrais mes propos du contexte.
    Je commentais un article de journal qui nous raconte une histoire/une fable.
    Un agrégé de mathématiques devient plombier (on nous dit qu'il a pour ambition de passer un CAP).
    Dans l'imaginaire du lecteur du journal cela signifie très certainement qu'il va s'habiller en bleu de travail et qu'il ira chez les gens, sacoche à l'épaule, réparer ici, la chasse d'eau des toilettes, ici, déboucher un lavabo.
    Je dis seulement que ce n'est très certainement pas ce qui est arrivé exactement.
    Par ailleurs, c'est factuel de ne pas mélanger ce que fait celle ou celui qui fait réellement le travail et celui ou celle qui donne les ordres mais qui ne fait pas avancer ce travail.
    Ne pas faire cette distinction cela revient, par exemple, à considérer qu'un principal de collège fait le même travail qu'un enseignant (tout ces gens travaillent dans le même collège après tout).
  • Bonjour

    Le polytechnicien qui fait plombier n'a pas que du talent. Il a aussi de la chance. Parce que des gens, ne serait-ce que bachelier général, ont déjà été refoulés de CAP au prétexte qu'ils étaient trop diplômés.
  • PetitLutinMalicieux: Il ne faut pas croire tout ce qu'on lit dans les journaux. Je ne suis pas certain qu'il faille un CAP de plomberie pour ouvrir une entreprise de plomberie ni même avoir des connaissances en plomberie (idéalement ce serait mieux mais je pense que ce n'est pas nécessaire)

    PS:
    L'ombre du storytelling plane sur cet article de journal selon moi.
  • Mon hypothèse est qu'il a réellement passé le CAP et exercé comme plombier pendant quelques temps avant de devenir dirigeant d'entreprise. Le fait de savoir faire le travail technique permet de diriger plus efficacement.
  • JLT:

    C'est ce que je pense aussi mais en même temps je sens une forte odeur de com' dans cette histoire.
  • Que de bile, que de rancoeur contre les patrons: et si les employes etaient contents de travailler grace a lui?

    Les SCOP existent et gagneraient à être un modèle de société plus courant.

    Les plombiers comme les médecins ne manquent pas de boulot, patron ou pas.
    il avait vocation à faire une prépa scientifique pour être chercheur en science physique (je l'avais encouragé à envisager tout de suite l'ENS)

    J'en ai connu un, la prof principale passait son temps à dire qu'il serait un grand scientifique.
    En le regardant quand elle disait cela j'avais des doutes alors je lui ai demandé.
    Il n'avait pas l'intention de faire des sciences et s'abstenait de le dire, il visait prépa commercial et a fait HEC.

    Dans l'imaginaire du lecteur du journal cela signifie très certainement qu'il va s'habiller en bleu de travail et qu'il ira chez les gens, sacoche à l'épaule, réparer ici, la chasse d'eau des toilettes, ici, déboucher un lavabo.

    Je dis dans ton imaginaire surtout.
    Quant au lavabo bouché, j'en ai un et j'ai appelé 4 plombiers aucun ne veut le faire...
  • Soleil_Vert: C'est clair que le journaliste fait du storytelling: Il ne raconte pas ce que fait vraiment cette personne mais ce qu'il lui déclare qu'il prétend qu'il va faire. Moi j'appelle cela du publireportage.
  • Pourquoi, de la chance ? Ce serait idiot de déclarer son passif de polytechnicien quand on postule pour un CAP. Les diplômes ne sont jamais un handicap, ils se cachent très bien.
  • Moi aussi, parfois je me mets à rêver d'être éleveuse de chèvre et faire mon fromage.
    J'ai même pensé travailler dans les pompes funèbres.
    Quand on se reconvertit, il y a une part de risque que je n'ose pas prendre.
    A près de 50 ans, cela devient difficile.
    Passer des concours? On ne connait pas trop le travail qui nous attend donc se lancer dans l'inconnu est risqué. Mieux vaut se reconvertir pour un métier passion.Mais là, le salaire suit rarement.
  • Et la retraite sera minable même après avoir travaillé cinquante ans : vingt-cinq dans le public plus vingt-cinq dans le privé = pas grand chose.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • L'autre jour, ma fille m'a dit qu'elle me verrait bien être manque (très) actif dans une épicerie solidaire !
    J'ai déjà regardé le contenu des concours d'attaché statisticien INSEE (formation ENSAI) et administrateur INSEE (formation ENSAE). Au niveau maths j'ai mes chances, mais pour les autres matières ... surtout pour ENSAE. Et en effet, on n'a pas vraiment d'idée du type réel de métier qui est derrière.
  • C'est vrai que je n'avais pas pensé à la retraite ;-) .
    Se reconvertir quand on entame la deuxième partie de sa carrière est plus difficile.

    J'aurais sans doute , si j'avais eu connaissance de ces métiers à la fin de mes études, aller à l'INSEE. Car comme toi, Guiguiche, je regarde les concours d'attaché statisticien ou administrateur ou Inspecteur des finances. La diversité des métiers dans ces domaines est alléchante mais on peut aussi tomber sur un poste qui ne nous plaira pas.

    Beaucoup de profs de maths passent et réussissent le concours de contrôleur de l'Insee.
  • Chaning tu as un vrai avantage, beaucoup d'artisans font faillite à cause de problème de trésorerie, administratif... car ils ne sont pas armés intellectuellement pour gérer ce genre de choses.
    Toi tu serais bien plus capable d'y faire face.
    Mieux vaut se reconvertir pour un métier passion.Mais là, le salaire suit rarement.

    Tu n'as pas un hobby autre que les pompes funèbres?
    Un salaire élevé n'est nécessaire que si on a obligation d'habiter en ville.
    En province le logement est moins cher donc la pression est moins grande.
    Et la retraite sera minable

    A supposer qu'il y en ait une! Avec la réforme qui s'annonce depuis un an, on s'en éloigne de plus en plus.
  • J'aime les créations manuelles : couture, broderie, mosaïque...mais faut pas rêver, ça ne rapporte rien ou alors au bout de plusieurs années si on se fait "un nom".
    Ce pourrait juste être un complément de salaire en montant sa petite boite sur internet pour démarrer.
  • J'ai une question par rapport à l'administrateur INSEE (formation ENSAE). J'ai regardé le concours... On dit qu'après il y a une formation. Pour tous? Même si tu es BAC+8 dans le domaine en question? Il y a surement une partie concernant les protocoles utilisés par l'INSEE, qui sont utile. Mais... le reste il faut en passer aussi?
  • La formation fait partie de la titularisation, donc oui, elle est obligatoire.
    De même pour attaché.
  • Je remonte ce post après avoir lu un article sur une prof de maths agrégée qui a monté son entreprise de cours particuliers.
    J'y ai souvent pensé mais est-ce vraiment rentable? Il faut faire plus de 30 heures de cours par semaine pour cela.Ce qui est difficile car les élèves ne sont disponibles qu'en fin de journée.

    Il est temps que cette année "pourrie" se termine car j'ai de plus en plus des envies de partir de l'EN .La réforme a achevé de ternir ce métier.Les élèves négocient leurs notes, leurs devoirs...

    Hormis passer des concours (je ne le souhaite pas), il n'y a pas de possibilités de reconversion pour un prof de maths.
    Je regarde les offres d'emploi parfois et aucune ne nécessite de solides connaissances en maths. Il y a toujours besoin de maîtriser d'autres domaines : gestion, compta, informatique,...Il faut donc se former dans de multiples domaines.


    Je suis consciente aussi que l'herbe n'est pas plus verte ailleurs.
    J'attends donc ma retraite dans ....20 ans.
  • Bonjour,

    Chanig, je comprends parfaitement ton questionnement mais nous sommes un certain nombre à t'avoir déjà conseillé de franchir le cap: refuser ou diminuer tes heures supplémentaires (tu n'es pas Atlas), ne pas prendre de nouveau programme l'an prochain et t'inscrire à la préparation à l'agrégation de ton académie. Oui, elle est à une heure et demie de chez toi, c'était aussi mon cas et celui de plusieurs collègues du forum; oui, c'est difficile à concilier avec la vie personnelle, la vie de famille, mais ça fait aussi un bien fou car c'est stimulant intellectuellement, cela te fait des rendez-vous réguliers, crée de l'émulation, aide à passer les moments de doute, et les préparateurs savent te conseiller, te diriger, etc...

    Tu as déjà progressé par ton travail personnel, tout cela n'est pas en pure perte, mais suivre une préparation va te permettre de bonifier tout cela.
    Ne te méprends pas, loin de moi l'idée de te faire la morale, on m'a tenu le même discours à une période au cours de laquelle je doutais, j'ai su l'entendre et m'en félicite chaque jour.
    Enfin, le contexte ambiant est lourd et pesant pour tout le monde, ça ne facilite pas les choses.

    Bon courage et tous mes vœux de réussite.

    Cordialement.

    Y.
  • Chanig a écrit:
    Je remonte ce post après avoir lu un article sur une prof de maths agrégée qui a monté son entreprise de cours particuliers.
    J'y ai souvent pensé mais est-ce vraiment rentable?

    Il y a d'autres paramètres à prendre en compte: la concurrence, l'endroit où tu habites*. La crise du covid a fait décoller l'enseignement virtuel (ces entreprises potentiellement peuvent capter des clients partout en France et dans le monde)
    Ce mode de fonctionnement pourrait s'imposer comme standard pour le soutien scolaire.

    *Dans un endroit où le nombre de gens qui ne paient pas l'impôt sur le revenu est élevé la clientèle est plus rare que lorsque c'est la situation inverse (crédit d'impôt)

    PS:
    Je ne suis pas sûr que la période soit propice pour essayer de changer de crèmerie en ce qui concerne l'emploi.
  • Merci Ybreney pour tes encouragements.;-)
    C'est vrai que là je bosse seule dans mon coin depuis janvier, à raison de 3-4 heures par jour .Ce ne sera pas facile de rester motivée tout le temps.
    Je crains malheureusement qu'il me soit difficile de refuser des heures sup l'an prochain car il y en aura à prendre.
    Mon collègue refuse de faire plus de 10 heures, un autre plus de 18 car il va être obligé d'enseigner NSI.
    Je vais voir cela avec mes collègues et mon CDE lors de la répartition prochaine.


    Findepartie : en effet, mieux vaut conserver son emploi stable (d'autant que je viens d'arriver à l'échelon 10 )
  • Faire des heures sup par choix/opportunité, ok.
    Faire des heures sup pour dépanner provisoirement, ok.
    Faire des heures sup par obligation, parce que les collègues refusent de faire des efforts et que l'administration ne suit pas : non.

    Il y a ce lien où on aborde les questions de gestion de carrière / réorientation.
    N'étant pas concerné, je n'ai pas tout lu. Je ne suis pas sûr que tu sois exactement dans la cible, mais tu jugeras mieux que moi.
  • chanig : ton collègue à 10 h doit être à temps partiel. Impossible pour lui d'avoir des HSA. Par contre, celui à 18h ne peut pas refuser 2 HSA.
  • Pour raison médicale, celui qui est à 18h peut refuser 2HSA. On ne connaît pas la situation précise.
  • Et le CDE peut refuser la quotité de service à 10h du temps partiel pour l'intérêt de fonctionnement de l'établissement (=résorber le volant d'HSA créé dans le cas contraire), sauf raison médicale bien sûr.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!