Médiane: un journaliste se ridiculise — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Médiane: un journaliste se ridiculise

Désolé pour le titre p.taclic. B-)-

Une vidéo (courte) que je trouve intéressante.



PS:

Un autre exemple d'un économiste qui se prend les pieds dans le tapis:



(à partir de 3 minutes du début de la vidéo )
«1

Réponses

  • Christophe Barbier qui raconte des âneries ce n'est pas un scoop...pas étonnant qu'il travaille sur BFM.
    Je préfère Jacques Sapir sur RT France:)o
    Je ne vois pas à quel moment Jacques Sapir s'est pris les pieds dans le tapis.
    J'aime bien la précision "RT est entièrement ou partiellement financée par le gouvernement russe"
    On pourrait écrire aussi "BFM soutient Macron"...
  • RT ou BFM, no way for both of them.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • Il y a une différence entre une chaîne française qui va à la soupe et une chaîne créée comme moyen d'influence d'un pays étranger.
    Exactement comme il y a une différence entre un partisan anglais du brexit et un Nigel Farage, qui se fait soutenir par un influenceur étranger nommé Donald Trump.

    Cordialement.
  • Biely:

    La trancription de ce que dit J. Sapir à exactement 3 minutes et 6 secondes:

    <<(...)mais au salaire médian, vous savez, ce salaire qui divise la population française entre deux parties égales ceux qui gagnent 50% de plus , ceux qui gagnent 50% de moins (...)>>

    Gerard0 a écrit:
    Il y a une différence entre une chaîne française qui va à la soupe et une chaîne créée comme moyen d'influence d'un pays étranger.

    En l'occurrence la différence est que RT n'est pas financée, semble-t-il, par les grandes fortunes qui possèdent une grande partie de la presse française. On peut penser que cela évite la servilité habituelle qu'on voit sur des grands médias. Tu ne peux plus écouter les médias publics le matin (ne parlons pas des médias privés): ils n'ont qu'une seule voix.

    PS:
    RT, c'est un peu comme ce qu'était The voice of America dans les pays de l'Est avant la chute du mur.
  • Fin de partie
    C'est quand même moins grave qu'un Barbier qui nous explique que la médiane augmente parce que les plus riches sont plus riches...
  • Biely:

    C'est bien pour cela que j'ai dit, en parlant de J. Tapir Sapir, qu'il se prend les pieds dans le tapis (il parle trop vite, sa langue fourche) tandis que pour C. Barbier je pense qu'il mélange la moyenne et la médiane.

    PS:
    Merci à Biely. J'avais confondu deux espèces. B-)-
  • Sapir, pas Tapir:-)
  • Bonjour,

    @FDP :
    Puis-je te taquiner en ce dimanche gris ?

    En te lisant sur ce forum depuis des mois, j’étais persuadé que tu ne sais pas reconnaître les propos ridicules.

    Est-ce un changement soudain qui annonce la fin de ton discours coutumier ?
  • YvesM:

    J'ai bien indiqué que le titre avait pour fonction d'être p.taclic B-)-
    Après, les lecteurs de ce fil n'ont pas besoin qu'on leur tire la manche dans une direction pour se faire leur opinion sur la prestation de C. Barbier. Clairement il est arrivé les mains dans les poches et n'a pas réfléchi sérieusement à ce qu'il allait dire aux millions de gens (probablement) qui l'écoutent. De la pure improvisation ratée.

    Mais j'imagine qu'il n'en a cure, il se console en pensant: les chiens aboient mais la caravane passe. Que la caravane passe est tout ce qui l'intéresse. C'est même d'une grande vulgarité de demander à ce type de s'exprimer sur un tel sujet selon moi.

    PS:
    Beaucoup de gens disent du mal de BFM TV mais ils regardent tout de même.
    Le plus inquiétant n'est pas que cette chaîne existe mais qu'autant de gens la regardent en en disant du mal. :-D
    (si j'avais un poste de TV je ferais surement comme eux)
  • C.Barbier se plante dans l'explication, mais sur le fond, il a raison. Le seuil de pauvreté est un instrument de mesure très fragile. Compter le nombre de personnes sous le seuil de pauvreté, et analyser les variations de ce nombre, c'est dire : j'ai compté le nombre de personnes. A 10% près, c'est 2 millions. Et l'année dernière, pareil, j'avais une marge d'erreur d'environ 10% et le nombre était de 1Million 980.

    J'oublie les marges d'erreurs qui sont de 10% sur le 1er chiffre comme sur le second, et je commente la variation de +1%. C'est n'importe quoi.

    On pourrait aussi parler de plein de plein de pays très pauvres, où cet indicateur nous dirait qu'il n'y a personne sous le seuil de pauvreté, parce que dans ces pays, le seuil de pauvreté est à 0€.
  • Lourran a écrit:
    C.Barbier se plante dans l'explication, mais sur le fond, il a raison

    Un élève écrit sur sa copie:

    $\displaystyle \int_0^1 \ln x\,dx=-1$ parce que la température est remontée au dessus de dix degrés et que les oies ont commencé leur migration.

    Il a tous les points? Il a raison après tout mais il s'est un peu trompé d'explication et on ne se demande pas du tout comment à partir d'une telle explication il parvient à ce résultat. B-)

    PS:
    La discussion de la pertinence du thermomètre utilisé est un moyen de créer un écran de fumée.
    Pertinent ou pas, sur ce coup C. Barbier dit une énormité qui est probablement dictée par le fait qu'à ce moment-là il confond moyenne et médiane.
  • gerard0 a écrit:
    Il y a une différence entre une chaîne française qui va à la soupe et une chaîne créée comme moyen d'influence d'un pays étranger.
    Exactement comme il y a une différence entre un partisan anglais du brexit et un Nigel Farage, qui se fait soutenir par un influenceur étranger nommé Donald Trump.

    Cordialement.
    Tout le monde va à la soupe. Les orateurs publics parlent dans l'intérêt de leurs sponsors respectifs, ce n'est pas très original. Ce qui est plus inquiétant est que personne ne semble s'inquiéter de ce que certains revendiquent ouvertement la capacité de produire de la vérité officielle (exemple: dénonciation de "fake news" dans certains media ayant pignon sur rue).
  • La définition de la pauvreté par des quantiles est une arnaque historique de la gauche. Par exemple, si par définition "l'indigence crasse et invivable" consiste à toucher un revenu inférieur à celui des trois quarts des français, alors il y a 25% de pauvres miséreux en France en permanence (et la gauche peut continuer d'inonder le monde des idées de psaumes sur la lutte des classes) quand bien même les gens (même les plus modestes en ce sens) ont un confort de vie qui excède largement les habitants considérés aisés du même pays un siècle auparavant (probabilité de mort par famine extrêmement faible - eau courante - éléctricité -chauffage- internet - smartphone -vêtements à la mode etc).
  • Heu ... dénoncer des fakes ce n'est pas "produire de la vérité officielle". Vive les dénonciateurs de fakes, même s'il faut les lire, eux aussi, avec esprit critique.
    Les média "ayant pignon sur rue" sont moins sujets que les autres de propager des fakes, ils ont besoin de conserver la confiance de leurs lecteurs (sinon leurs annonceurs les lâcheront, voir leurs propriétaires les vendront à l'encan). le plus sûr moyen d'être désinformé est de se contenter de Facebook et autres Youtube. Eux n'ont pas de concurrents, et vivent des nouvelles surprenantes, vraies ou fausses. Le média-bashing est aussi une façon de désinformer.

    NB : 3 articles intéressants à ce sujet sur Pour la Science.

    Cordialement.
  • Pour le coup, je trouve FdP bien gentil avec Barbier, qui nous ressort la théorie du ruissellement à l'insu de son plein gré.
  • Foys : "...eau courante - électricité -chauffage- internet - smartphone -vêtements à la mode etc"

    Tu vis chez les Bisounours ! Va voir un peu chez ATD-quart Monde (je ne te propose pas le Secours Populaire puisque tu sembles exécrer la gauche), ou aux Resto du Cœur, ou chez Emmaüs (ne te contente pas de dire bonjour aux bénévole), renseigne-toi !

    Cordialement.
  • Aléa: On ne tire pas sur une ambulance. Par ailleurs, pour convaincre les dévots qui n'ont cependant pas encore mis leur cerveau au monde mont-de-piété cela me semble plus pertinent pour montrer la bêtise du propos en montrant le "défaut" du raisonnement. B-)-

    PS:
    Merci à celui qui m'a fait remarquer mon erreur. Je connais mal ce truc, je n'ai rien à gager. :-D
  • Foys a écrit:
    La définition de la pauvreté par des quantiles est une arnaque historique de la gauche. Par exemple, si par définition "l'indigence crasse et invivable" consiste à toucher un revenu inférieur à celui des trois quarts des français, alors il y a 25% de pauvres miséreux en France en permanence.
    Oui, mais c'est toi qui donne cette définition, ce n'est pas la gauche. Qui pratique l'arnaque ?
  • C.Barbier se plante, il dit que si le nombre de personnes sous le seuil de pauvreté augmente , c'est parce que ces salauds de riches sont de plus en plus riches. Il nous fait croire que c'est à cause de ça que le revenu médian augmente , et donc que le nombre de pauvres augmente.

    En fait, il accuse les riches à tort. Si le revenu médian monte, c'est parce que le revenu des classes moyennes augmente. Et c'est à cause de ça que le seuil de pauvreté monte, et que le nombre de personnes sous le seuil de pauvreté augmente.

    Ahhh, ces journalistes, ils font semblant de ne pas connaître la définition de la médiane, pour pouvoir accuser les riches. Heureusement que FdP, défenseurs des riches, dénonce cette manipulation.
  • FDP a écrit:
    les dévots qui n'ont cependant pas encore mis leur cerveau au monde piété
    Mont-de-piété ? Ou bien, y a-t-il un jeu de mot, que je n'ai pas compris ?

    Édit : Correction de FDP, en même temps que j'écrivais.
  • Gerard0
    ''Les média "ayant pignon sur rue" sont moins sujets que les autres de propager des fakes''
    Il faut être un bisounours pour croire que les grands médias nous protègent mieux des fakes news. Les grands médias ne sont que le relais de communications de leurs maîtres. En France il n'existe plus aucun journal d' "information" indépendant (sauf le canard enchaîné mais c'est à part). J'ai encore en tête les armes de destructions massives de Saddam Hussein...
  • Biely,

    On dirait du FdP. Aucune réflexion, rien que du réflexe sur les mots. Si tu crois à ce que tu dis, tu ne peux rien savoir, même pas si ce que tu racontes est vrai !!
    Et sur les armes de destruction massives, tu es vraiment à côté de la plaque, puisque à l'époque, tous les journaux français sérieux ont mis en doute cette affirmation (trop grossière, démentie par les experts). Donc tu confirmes bien que les grands médias peuvent dire la vérité.

    mais la polémique est trop tentante ... tu ne te contrôles plus !!

    Cordialement.
  • Lourran a écrit:
    Ahhh, ces journalistes, ils font semblant de ne pas connaître la définition de la médiane, pour pouvoir accuser les riches. Heureusement que FdP, défenseurs des riches, dénonce cette manipulation.

    Tu n'as probablement jamais joué au billard c'est pour cela que tu ne comprends pas.

    En creux ma question est:
    Comment peut-on écouter/croire un type qui fait une erreur pareille?
  • @lourran: est-on vraiment sûr que le revenu médian augmente ?
    Le salaire net médian mesuré en équivalent temps plein par l’Insee se monte à 1.789 euros par mois selon les dernières statistiques disponibles (2016, contre 1.797 euros en 2015), dont 1.639 euros pour les femmes et 1.899 euros pour les hommes, hors salaire des apprentis et des stagiaires.
    source: https://www.toutsurmesfinances.com/argent/a/salaire-median-salaire-moyen-en-france-montant-brut-et-net-evolution
  • Comment peut-on écouter/croire un journaliste qui fait une erreur pareille ?

    On peut écouter sans croire, et croire sans écouter ... la corrélation entre les 2 ne doit pas être très forte.

    Un journaliste qui se trompe, un journaliste qui confond médiane et moyenne, ça me dérange, bien sûr. Mais très honnêtement, ça me dérange 100 fois moins qu'un journaliste qui se prétend neutre, et qui n'est en fait qu'un militant de tel ou tel parti politique. 100 fois moins.
    Et des journalistes qui ne sont que des militants, on peut en lister des tonnes.

    A la limite, je préfère encore un journaliste de l'humanité. Il prend partie, il raconte n'importe quoi pour défendre ses idées, mais au moins, il nous prévient qu'il est de mauvaise foi.
  • Lourran a écrit:
    A la limite, je préfère encore un journaliste de l'humanité. Il prend partie, il raconte n'importe quoi pour défendre ses idées, mais au moins, il nous prévient qu'il est de mauvaise foi.

    Il n'a pas besoin de raconter "n'importe quoi" pour décrire la réalité malheureusement. Les méfaits des puissances d'argent sont tellement pléthoriques qu'il n'y a que l'embarras du choix pour les porter à la connaissance du public.
    Pour cette raison, je pense que c'est plus facile d'écrire pour un journaliste de l'Humanité que de Valeurs actuelles. B-)-
  • Je commente http://www.les-mathematiques.net/phorum/read.php?9,1883746,1883746#msg-1883746

    1/ Déjà, penser que Barbier se ridiculise à cause de ça, j'en doute. La vidéo a été vue 5000 fois.

    2/ La suite du fil est un paquet de militance décomplexée

    3/ Que veut dire "les riches"? Si les 51% de personnes les plus riches sont considérées comme riches (elles mettent quand-même 49% des gens derrière elles, le propos n'est pas invraisemblable)

    4/ Bref: ça me semble un peu rapide. On a déjà 7 millions de "vrais pauvres" en France, ce qui n'est pas un nombre heureux. Ce n'est peut-être pas la peine d'inventer que 35 millions de français sont pauvres non plus. Les "vrais riches" sont très peu nombreux. Par contre, il y a 20 millions de français qui vivent particulièrement bien matériellement. Alors ça ne fait pas non plus 35 millions, mais bon.

    5/ Je pense qu'il ne faut pas oublier où on vit et ce qu'on veut faire. Par exemple, moi, à Paris, je suis à la limite de la pauvreté à cause du prix des loyers et de la façon dont le fisc traite le célibat (et du prix des clopes). Mais mon salaire ferait très bien vivre une personne installée à la campagne. De même il y a beaucoup de gens qui fondent des familles, se mettent des crédits sur le dos et la corde au cou. C'est un sujet assez complexe. J'ai vu passer un pub pour un livre de Matthieu Ricard qui vit (ou vivait) avec 40E/mois en Inde (enfin près de Katmandou, Népal).

    Je m'arrête là, mais je voulais désintoxiquer les lecteurs d'un forum de maths du fil ouvert par FDP, où "gratuitement" des attaques (peut-être justifiées, je ne sais pas) sont portées contre des chaines de TV ou médias, etc, etc, le tout avec comme post initiateur une erreur "vague" de confusion entre moyenne et médiane.
    Aide les autres comme toi-même car ils sont toi, ils sont vraiment toi
  • Prof, aux yeux des gens, c'est pas glorieux.
    De maths, aux yeux des profs, c'est pas trop utile.
    De gauche, vu de l'extérieur, on l'est tous, de l'intérieur j'ai des doutes.
    Les plus virulents des intervenants s'en prennent volontiers à "la gauche" l'accusant de tous les maux. Personnellement, la gauche, c'est Jaurès et le front populaire, et depuis, quelques percées cosmétiques.

    Tapez sur le papa noël, ça fera des vacances aux profs de gauche qui ne comprennent rien. Il n'y a plus de gauche depuis 30 ans voire 70 ans. C'est fini la gauche, vous avez gagné. Lâchez-nous ! On compte sur vous pour nous remettre sur le droit chemin.
  • @CC: non, ce ne sont pas les 51%, bien sûr, ce serait ridicule.

    Regarde le graphique:

    http://piketty.pse.ens.fr/files/ideologie/pdf/G0.5.pdf
  • Christophe:

    Il s'agit d'un extrait vidéo capturé sur une chaîne d'info qui est regardée par des millions de gens.
    Tout le monde j'imagine n'a pas remarqué la bêtise de l'argument mais j'imagine que des milliers de gens ont eux bien entendu quand il a été diffusé sur cette chaîne d'info.

    Il y a un indicateur de la pauvreté qui est reconnu mondialement. Il n'est qu'une mesure de la pauvreté dans un pays et il permet de faire des comparaisons internationales. Comme tu le rappelles indirectement la pauvreté touche les gens individuellement même s'ils sont nombreux comme individus à être impactés: on ne devient pas pauvre par solidarité avec son voisin en refusant par exemple des augmentations de salaires. B-)-

    Il existe un autre indicateur qui est parfois utilisé: le coefficient de Gini. Mais cet indicateur quand il est appliqué dans ce domaine ne mesure pas la pauvreté mais les inégalités de revenus.


    PS:

    Ma critique ne va pas vers cette chaîne d'infos que je ne regarde jamais.
    Le type qu'on y voit dans cette vidéo est invité sur toutes les chaînes. Il aurait pu proférer cette ineptie sur n'importe quelle chaîne du PAF. C'est peut-être ça le plus terrifiant.
  • @christophe c.
    « une erreur "vague" de confusion entre moyenne et médiane » est une erreur grave quand on parle statistiques.
    On peut aussi bien dire que $f(x)=2\times x+1$ entraîne $f(4)=2\times 4+1$ c'est une erreur "vague" de confusion entre expression quantifié et expression non quantifié.
  • Je pointe cette discussion passée même si ce n'est pas au sujet de la médiane.

    Il s'agit de pourcentage : http://www.les-mathematiques.net/phorum/read.php?9,1816096,1816208#msg-1816208

    La vidéo dure moins de deux minutes :https://actu.orange.fr/politique/videos/segolene-royal-annonce-que-les-tarifs-edf-n-augmenteront-pas-en-aout-prochain-19-06-CNT0000019gEyN.html

    Du grand n'importe quoi mathématique. Peut-être une vérité psychologique (enfin je n'y crois pas moi-même) ?

    Attention aux lecteurs, les deux phrases suivantes sont au moins des bêtises :

    D'abord : "Cela baisse puisque ça devait augmenter et que j'ai décidé d'annuler l'augmentation, donc ça baisse".

    De plus : "Annuler une hausse de 5% revient à annoncer une baisse de 5%."
  • Allez, pour le plaisir, un type qui a réellement des problèmes avec les chiffres : video

    En plus, avec lui, c'est drôle.
  • Lourran:

    Ce type est mort en 2003. Il ne peut plus influencer les gens.

    Par contre, celui qui est montré dans la première vidéo lui est bien vivant et à chaque fois qu'il parle il y a potentiellement des millions de gens qui peuvent l'écouter et être convaincus par son discours.
  • @cc: ce n'est pas parce que les très riches sont peu nombreux qu'ils ne sont pas très nuisibles.
    Une des grosses arnaques du discours économique actuel est de laisser entendre que les inégalités actuelles sont des inégalités des revenus du travail, inégalités que beaucoup de gens considèrent comme acceptables (mérite,talent...).
    Mais les plus grosses inégalités sont dans les revenus du capital, et du capital lui-même.
    Si demain tu deviens propriétaire d'un appartement proche de ton job, tes soucis s'envolent (reste la clope...).
  • Je réponds aux deux posts d'alea se trouvant ici pour le deuxième -> http://www.les-mathematiques.net/phorum/read.php?9,1883746,1884326#msg-1884326

    1/ oui, bien sûr que je sais que quand on parle de riches, on parle des 10 premiers % (par exemple), pas des 51 premiers pourcents. Mais ça ne change rien à ce que j'ai dit en ce qui concerne formellement une supposée faute terrible de maths. Déjà quasiment personne ne connait l'expression "salaires médians" parmi les gens qui seraient susceptibles d'écouter Barbier la bouche ouverte. En bref, l'opération faussement mathématique de le cibler pour une faute achoppe sur le "vague" du mot "les riches".

    2/ Je n'utilise pas le mot "inégalités", comme tu sais, que j'estime une parfaite escroquerie langagière. Je suis contre tous les artifices tentant de conditionner les gens par des mots CONTRE leur consentement intellectuel. Cela ne va pas dire pour autant que j'adhère aux dogmes de la droite et du libéralisme. Je ne m'en occupe pas, c'est tout. En revanche, je te rappelle (tu sais que c'est amical, je ne te confonds pas avec FdP), que j'ai bien souvent exprimé mon opinion "factuelle" (je pourrais dire mon pari) sur cette fausse notion de riches. Je le rappelle les très riches n'ont pas d'argent. Ils ont des droits monétaires.

    Pour eux, ça équivaut à posséder des milliards "en droit", mais pour la société ça ne joue que comme seul rôle de les rendre POLITIQUEMENT puissants. En d'autres mots, vouloir leur prendre leur "soit disant milliards" ou vouloir les prendre à la FED ou la BCE revient opératoirement STRICTEMENT AU MEME. Ca s'appelle "la planche à billets.

    Le fait d'assouvir une jalousie ou de venger une rancoeur ou une aigreur parce qu'au lieu de faire tourner cette planche dans le garage de la BCE, on a diminué ou exécuté (si 100% de saisie de ses biens) le montant d'encours d'un riche est opératoirement nul et dangereux car enfonce l'idée fausse d'une redistribution.

    La réalité est hélas qu'on ne peut redistribuer que des classes moyennes vers les classes moyennes (qui incluent les pauvres), puisqu'ils sollicitent presque les mêmes postes de consommation production.

    Sauf que décrit comme ça, ça devient tout de suite moins "sexy" pour les esbrouffes gauchisantes dans les mots (je ne porte pas de jugement sur cette dernière redistribution monétaire, c'est une affaire de politique et non d'objectivité, donc je reste en retrait, je dis juste qu'on a moins de succès sur les tréteaux quand on parle de taxer un agriculteur libéral pour financer le revenu d'une agrégé de lettres classiques qui en tout et pour tout dans une année scolaire n'aura fait qu'une chose: organiser la pièce de théatre de fin d'année pour la fête des écoles (et occuper en attendant des classes avec des "pédagogies de projet").

    Cette distinction est bien plus sensible que la distinction capital / revenu
    Aide les autres comme toi-même car ils sont toi, ils sont vraiment toi
  • @cc
    Ça fait bien longtemps que tu sors cet argument de la monnaie qui n'est pas de la richesse.
    Mais cet accaparement de la masse monétaire par des personnes privées est catastrophique.
    Car ce sont les détenteurs de cette masse qui décident des investissements et des efforts collectifs.

    Jusque là c'était essentiellement les États qui la détenaient et bon an mal an (notamment après guerre où les États ont été très puissants) cet investissement allait dans le sens de l'intérêt général (routes, sécu, hôpitaux etc.).

    Maintenant ce pouvoir politique de l'argent est entre les mains d'une minorité de personnes privées, qui outre qu'ils possèdent un pouvoir non partagé exorbitant entre leur mains, emploient leur pouvoir à satisfaire des lubies (conquête de l'espace,trans-humanisme) ou des désirs de conditions de vie toujours plus luxueuse et protégées dans un environnement qui est et sera de plus en plus dégradé. Bref la richesse collective produite est de plus en plus canalisée vers des intérêt irrationnels, égoïstes, privées et non contrôlé par la grosse majorité de la population.
  • Ce forum se transforme en divan du psychanalyste.
    Moi je sors de cinq mois d'hospitalisation, cancer du pancréas, péritonite, deux opérations et maintenant diabète. Je n'emmerde pas la terre entière avec ça. Je regarde un bouquet de roses et la photo de Scarlett Johansson, avec un rayon du frêle soleil d'automne, et je suis heureux.
    Je vais finir par penser que nos amis venus de loin ont raison de nous considérer comme des « babtous fragiles », en tout cas certains d'entre nous, pas tous, les Dieux merci.
    Je suggère la création d'un sous-forum spécifique « allo maman bobo ». Ça m'évitera de perdre mon temps.
    Adessias.
    Fr. Ch.
  • @aléa
    http://www.les-mathematiques.net/phorum/read.php?9,1883746,1884000#msg-1884000

    Dans https://www.insee.fr/fr/statistiques/3303433?sommaire=3353488
    on trouve
    INSEE a écrit:
    Le seuil de pauvreté monétaire, qui correspond à 60 % du niveau de vie médian de la population, s’établit à 1 015 euros par mois pour une personne seule en 2015.

    Et lorsqu'on passe la souris sur le mot "seuil de pauvreté"

    INSEE a écrit:
    Définition

    Pauvreté monétaire et seuil de pauvreté : un individu (ou un ménage) est considéré comme pauvre lorsqu'il vit dans un ménage dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté. L'Insee, comme Eurostat et les autres pays européens, mesure la pauvreté monétaire de manière relative alors que d'autres pays (comme les États-Unis ou l’Australie) ont une approche absolue. Dans l'approche en termes relatifs, le seuil est déterminé par rapport à la distribution des niveaux de vie de l'ensemble de la population. Eurostat et les pays européens utilisent en général un seuil à 60 % de la médiane des niveaux de vie. La France privilégie également ce seuil, mais publie des taux de pauvreté selon d’autres seuils (40 %, 50 % ou 70 %) conformément aux recommandations du rapport du Cnis sur la mesure des inégalités.

    Donc ce n'est pas moi qui invente le fait que la pauvreté est définie par des quantiles (même si mon exemple inventé force le trait certes); cette définition suggère notamment que même si son niveau de vie augmente, un individu peut devenir officiellement pauvre voire très pauvre juste parce qu'une partie de la population s'enrichit plus vite que lui.
  • Ces deux vidéos sont des gigantesques portraits à charge contre la "pauvreté définie par des quantiles" (et montrent aussi au passage la disparition des mathématiques en France, il suffit de voir des intellectuels se noyer dans un verre d'eau via "mais la pauvreté (définie comme fraction du salaire médian) et le salaire moyen augmentent tous les deux, quelle est la raison de ce paradoxe?" ... tristesse).
  • Je connais un peu la question sur certains aspects "pratiques", s'il y a des choses exactes dans ce que tu dis Christophe, c'est bien moins abstrait. Je vais te donner un exemple de comment ça se passe, une société que je connais bien pour certaines raisons et qui est une multinationale multisectorielle et qui opère bien entendu dans les paradis fiscaux. Cette société est détenue par des personnes physiques, elle s'est constitué avec la prédation sur un groupe en difficulté (un peu comme ce qu'a fait Arnault en France).
    La plupart des activités sont "standards" transports, commerces, énergie, industries etc. Mais le système est si complexe et "optimisé" que les impôts et taxes sont particulièrement réduits, y compris pour les activités bancaires, assurantielles etc. Ainsi le groupe est tellement important qu'il a développé ses propres services financiers, d'assurances, et même de réassurance (!) dans des paradis fiscaux sans TVA avec un impôt sur les bénéfices de 1% pour ce type d'activité. À moins de bénéficier d'une fuite sur l'architecture finale - ce qui est impossible tant tout est segmenté, entrelacé avec des sociétés amies - un État ne peu (à supposer qu'il le veuille) faire payer ce qui lui est du.
    Le principe n'est pas seulement de cacher - n'importe quel homme politique véreux ou chirurgien esthétique a son compte off shore et ses société "écrans" - mais de s'affranchir totalement de la fiscalité de droit commun sur des flux continus.

    Il s'agit en quelque sorte d'une para-fraude à l'échelle planétaire et d'un auto-blanchiment de celle-ci.

    Quand un banquier suisse se fait gauler parce qu'il rabattait le fric des dentistes et des maçons, ça me fait rire tant c'est insignifiant; même lorsque les listes sont longues, la mesure est nulle.

    Ce n'est même pas un problème de rémunération du capital / travail : son évolution défavorable pour le travail n'est qu'une conséquence de mécanismes plus profonds.

    Il est intéressant de voir que ce sont des matheux à l'origine comme Piketty qui commencent à voir - de loin - certaines réalités.
  • Foys a écrit:
    La définition de la pauvreté par des quantiles est une arnaque historique de la gauche
    Je ne savais pas que l'INSEE c'est la gauche. Ou Eurostat.

    Bravo, Foys, tu viens de te tirer une balle dans le pied.

    Cordialement.

    "Quand on veut noyer son chien, on l'accuse de la rage".
  • Foys a écrit:
    Ces deux vidéos sont des gigantesques portraits à charge contre la "pauvreté définie par des quantiles"

    Tu crois que leur diffusion va faire baisser la pauvreté en France? B-)-

    Pour un néo-libéral la pauvreté est un faux-problème: un pauvre est quelqu'un qui n'est pas méritant. La société n'a pas vocation à pallier au manque de mérite des gens, n'est-ce pas, mais à récompenser ceux qui ont du mérite ? :-D

    PS:
    Vu que la récompense est un accroissement du revenu et du capital, on reconnait les gens les plus méritants au fait qu'ils ont un capital et des revenus supérieurs à la moyenne. B-)-
  • Bonsoir,

    FdP, tu n'as rien compris, Foys critique le fait de définir la pauvreté à l'aide des quartiles, pas autre chose.

    Cordialement,

    Rescassol
  • Rescassol:

    J'ai parfaitement compris la philosophie:
    On casse le thermomètre qui mesure la pauvreté et de la sorte il n'y a plus de pauvres puisqu'on ne sait plus quantifier leur nombre. B-)-

    Vous n'y croyez pas?
    https://www.liberation.fr/debats/2019/10/21/pourquoi-supprimer-l-observatoire-national-de-la-pauvrete_1758919

    Parce qu'un type qui donne un récital très suivi sur des chaînes de tv et qui prétend parler de ce sujet ne sait pas faire la différence entre une moyenne et une médiane il faut changer de thermomètre?
    C'est pitoyable comme critique.
    Dans la même veine je propose l'interdiction de l'usage des pourcentages dans la menée des affaires publiques pour la raison que la plupart des gens n'y entendent rien du tout en pourcentages. B-)-

    Une vraie critique serait de proposer un thermomètre de remplacement.
  • Bonsoir,

    Tu t'enfonces !! Il ne s'agit pas de dire que la pauvreté n'existe pas, mais de dire que les quartiles ne sont pas un bon instrument de mesure.
    La médiane et la moyenne ne sont pas mieux.
    Bien sûr, il faut se creuser la tête pour trouver un bon instrument, on te laisse ce boulot, c'est sûrement dans tes cordes.

    Cordialement,

    Rescassol
  • Au lieu de dire des conneries hors sol, allez donc faire un tour chez ATD quart monde, il vont vous expliquer comme il faut. Vous verrez que la désespérance éducative fait partie du problème aussi.
  • Bonsoir,

    Xax, je ne vois pas où est la connerie, on le sait bien qu'il y a de la pauvreté.
    Foys dit seulement que ça ne se mesure pas comme ça, et je suis d'accord, que ça te plaise ou non.
    Tu peux nous expliquer ce que tu fais, à part insulter les gens ?
    La prochaine fois que je me fais inonder, si tu viens m'aider avec une petite cuiller et que je te dis que ce n'est pas la bonne méthode, tu vas aussi m'insulter ?

    Cordialement

    Rescassol
  • Rescassol a écrit:
    Tu t'enfonces !! Il ne s'agit pas de dire que la pauvreté n'existe pas, mais de dire que les quartiles ne sont pas un bon instrument de mesure.

    Quand quelqu'un dit de quelque chose que cela ne convient pas sans donner de vraie raison pourquoi cela ne convient pas il est difficile de ne pas soupçonner que celui qui dit ça n'a qu'un but: faire disparaître ce qu'il désigne comme ne convenant pas et qu'il n'a pas pour but de rendre plus fine la mesure.

    Pour certaines personnes il n'y a pas de pauvres, il y a seulement des gens peu méritants donc ceux qui pensent ça ne comprennent pas pourquoi on s'ingénie à mesurer quelque chose qui n'existe pas. :-D
Cette discussion a été fermée.
Success message!