Éther ou pas éther ? — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Éther ou pas éther ?

Bonjour à tous et merci par avance à ceux qui m'accorderont un peu d'attention.

Je ne suis pas du tout compétent en mathématique, je suis métallographe de formation et passionné de physique théorique dans mes temps libres.
Je me suis interrogé sur une question fondamentale de l'astrophysique et de la théorie de la relativité : l'éther luminifère et sa non-existence.
J'ai voulu comparer, pour mieux comprendre, avec et sans éther luminifère, à travers une expérience de pensée, cela donne ceci.

3 observateurs : A et B qui se déplacent à vitesse relativiste vers O situé quelque part entre eux.

Sans éther : u = (v+w)/(1+vw/c²) vitesse de A par rapport à B vue depuis A ou vice-versa, reste inférieure à c.
Pour la cohérence entre eux des divers temps propres il faut utiliser la relativité de simultanéité.

Avec éther : je décrète que O est immobile par rapport à cet éther luminifère et je réfère tout mouvement à cet éther.
Au lieu de dire "aucune vitesse ne peut excéder c", cela revient à dire "aucune vitesse mesurée par rapport à O ne peut excéder c"
On a alors : u = v+w, et donc une limite entre A et B de 2c, et une simultanéité absolue.

Là ou je veux en venir, ce qui ne cesse de me perturber et que j'aimerais que vous me confirmiez, c'est que vu depuis O les deux versions donnent les mêmes observations, il faut être en A ou B pour voir une différence.

Réponses

  • Personne ne me répond, je vais apporter une précision supplémentaire.
    Il y a une incohérence là-dedans, mais qui n'est pas de mon fait.

    Dans la version classique sans éther et vu depuis O, on observe bel et bien une vitesse supérieure à c.
    Pour O la vitesse de rapprochement entre A et B semble bel et bien valoir u=v+w car pour lui en un temps t ils se sont rapprochés l'un de l'autre d'une distance valant d+d'.
    D'un point de vue purement mathématique si on veut obtenir un résultat juste dans le référentiel de O, il faut additionner les vitesses sans utiliser la loi de composition des vitesses, on n'utilise cette dernière que lorsque l'on veut adopter le point de vue de A ou B.

    Il y a clairement un problème là, une incohérence mathématique.
  • Bonjour.

    personne ne répond parce que tu es sur le mauvais forum. Ta question est une question de physique, tu auras peut-être des réponses sur un forum de physique.
    Quant à ce que tu appelles "une incohérence mathématique", c'est un mauvais qualificatif. Tu fais des calculs qui donnent des résultats différents pour des hypothèses (physiques) différentes, c'est un problème d'hypothèses, pas de calcul (*).
    Enfin en te lisant, j'ai dès le début vu que tu ne fais pas sérieusement travail de physicien, ton emploi du mot "vitesse" sans précaution le montre bien (**).

    Cordialement.

    (*) sauf si tu te trompes dans tes calculs, que tu n'écris pas
    (**) même en physique classique la notion de vitesse est relative au repère dans lequel on la mesure. je roule à 80 km/h (repère lié à la route), mais avec la terre, je vais à 40000/24 km/h puisqu'elle tourne sur elle-même, et encore à une autre vitesse dans un repère lié au soleil, etc.
  • gerard j'ai voulu vous répondre avec force détermination "mais si, voyez, je sais ce que je dis"
    J'ai voulu dépioter cette problématique pour vous démontrer que j'ai raison, à tel point que j'ai réussi à constater que ce n'est effectivement pas un problème mathématique.
    Je vais aller m'expliquer avec des physiciens,
    Désolé de vous avoir fait perdre votre temps.
  • Excusez-moi, je ne peux m'empêcher de faire un commentaire supplémentaire, mais je crois que cela est de circonstance pour conclure.
    En fin de compte, le fait que ce ne soit pas un problème mathématique répond à ma question, la mathématique ne posera pas de problème, cela remet en question une idée largement répandue selon laquelle la théorie de la relativité prouve la non-existence d'un éther, c'est faux, elle se contente de fixer des critères auxquels celui-ci devrait répondre pour pouvoir exister.
    La réponse sur le plan de la physique est que pour pouvoir envisager un éther il faut être capable d'en définir un qui soit centré sur la terre.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!