Agrégation interne leçons d'oral - Page 2 — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Agrégation interne leçons d'oral

2»

Réponses

  • Je suis sûr d'avoir déjà vu un site avec tous les corrigés des 20 épreuves de 2011 à 2020 ; impossible de retrouver ça.
    Sans ces corrigés je ne peux pas bosser correctement ; il me faut un vrai corrigé pour voir si j'ai juste, ou pour me guider.

    HELP !

    Rescassol, j'ai envoyé les 2 "ici". L'un des 2 donne les énoncés des 2 épreuves depuis 2001, et des liens vers les rapports du jury, mais pas trace de corrigés. L'autre donne des corrigés d'autres concours (grandes écoles ça ne m'intéresse pas).
  • Bonjour Manou007.

    Ce que tu dis m'inquiète un peu : " il me faut un vrai corrigé pour voir si j'ai juste, ou pour me guider." ?? Comment vas-tu faire au concours, tu n'auras pas de corrigé ?
    Tu donnes l'impression de vouloir privilégier la reproduction de ce qui s'est fait les années précédentes sur la compréhension de ce qui servira pour les épreuves que tu passeras. Pour faire les sujets, il te faut connaître à fond les programmes du concours. Dans ce cas, il te manquera seulement (et éventuellement) quelques trucs que tu trouveras ici en posant la question. Mais avec une bonne connaissance du programme, tu feras une bonne part des épreuves (ce qui assure une admissibilité). Et tu auras déjà fait une grande part de la préparation des oraux (dont les sujets portent ... sur le programme).
    Je ne dis pas ça par hasard : Quand j'ai passé l'agreg interne, je n'ai fait d'abord que la préparation de l'écrit, en revoyant ou apprenant tous les thèmes du programme. Je n'ai pas eu le temps de faire des sujets (il y en avait peu, c'était les premières années). Puis après avoir fait ce que je pouvais aux écrits (en fait c'était très bon), j'ai pu suivre, dans de mauvaises conditions, la prépa agreg interne de la ville d'à côté (100 km), où j'ai surtout appris ce qu'attend le jury. Et j'ai réussi.
    Sans jamais avoir fait un sujet d'écrit, en ayant fait seulement une leçon d'oral.

    Actuellement, les candidats arrivent mieux préparés à l'oral, avec des thèmes tout prêts, donc tu auras besoin de cette préparation, mais la base, dans les deux cas, est de parfaitement comprendre ce qui est au programme (ou d'y faire des impasses et d'avoir de la chance).

    Bon courage !
  • Si si sur concours-maths-cpge.fr, tu as bien les corrigés depuis 20 ans.
    Après avoir sélectionné "agrégation interne", tu as la liste des épreuves et tu cliques sur "détails", où apparaîtront un voire plusieurs corrigés.
  • Désolé je vois toutes les questions un peu tard mais il me semble que d'autres y ont apporté des réponses.
  • gerard0, peut-être que tu es beaucoup + fort que moi. Je comprends à peu près tout ce que je lis dans les livres, et j'arrive à faire pas mal d'exercices d'application, mais pas tous. Avec le corrigé, je comprends la voie que je n'avais pas su prendre, et quelques mois + tard, si je refais l'exo, j'y parviens. C'est comme ça que je pense progresser. Connaître à fond les programmes, comme tu dis, ne suffit pas, il y a des méthodologies à assimiler peu à peu, au fil des problèmes cherchés.

    Si toi, avec seulement une connaissance, même encyclopédique du programme, tu peux faire un problème de A à Z, même chez toi en une semaine, alors pour moi tu es un extra-terrestre. Moi je ne peux pas.

    J'ai besoin d'un corrigé pour me débloquer quand je bloque trop longtemps. Plusieurs mois + tard je le reprends et c'est nettement mieux.

    Pour résumer, il y a (de mon point de vue), d'une part, la culture, d'autre part la pratique des problèmes en temps limité.
    Je l'ai déjà passé 2 fois le concours ; ma culture est à 70% environ. Je n'étais pas très loin de la barre d'admissibilité la dernière fois ; je crois que ce qui me manque surtout, c'est la pratique des problèmes (concentration, gestion du temps). Voilà pourquoi, pour mieux me préparer la prochaine fois, j'aime faire des problèmes, et avoir assez vite la voie à suivre pour avancer. Quand j'ai un sujet avec solution, je ne recopies pas la solution ; je ne m'y rapporte pas dès 2 minutes de blocage ; je ne lis pas la solution non plus ; je lis la 1ère phrase... Ça me donne une voie que je n'avais pas explorée, par manque de pratique...

    À bientôt.
  • Merci insoo17
  • Une remarque :
    Un été je devais rattraper en septembre des modules.
    J’ai quasiment échoué sur tous les exercices du bouquin que j’avais.
    Mais, MAIS ! j’ai cherché à chaque fois assez longtemps.
    Il se trouve que j’ai eu de très belles notes lors des épreuves.

    Chercher, touiller, retravailler le cours, les définitions, etc. ça permet tout de même de s’approprier les notions.
    Et c’est durable, en plus.
    Ainsi, échouer sur des exercices, même sans correction, ce n’est pas grave, finalement.
    C’est l’activité de rechercher et de résolution qui est effective pour acquérir un bon niveau.

    Je suis d’accord que c’est parfois très intrigant de savoir comment l’auteur a fait, lui.
    C’est autre chose. Même si c’est vrai que ça développe peut-être une « culture » (des idées des autres, qu’on s’approprie).
  • Manou007 :

    "Si toi, avec seulement une connaissance, même encyclopédique du programme, tu peux faire un problème de A à Z, même chez toi en une semaine, alors pour moi tu es un extra-terrestre. Moi je ne peux pas"
    Je n'en sais rien, je ne sais pas si j'en suis capable. Après tout, je n'ai fait que deux sujets d'agreg interne, les deux de mon concours. Et en 6 heures, je n'ai pas fini le deuxième; en 5 h j'ai fait les 2/3 du premier, puis plus rien. Mais j'avais alors accumulé déjà suffisamment de points pour être difficilement refusable à l'oral (ce que je ne savais pas).
    Méfie-toi, on a souvent tendance à se sous-estimer, et à sous-estimer ce qu'apporte une réelle connaissance du programme (disons, le connaître assez pour pouvoir l'enseigner) par rapport à la vague connaissance qui suffit pour comprendre les corrections.
    Mais chacun a sa façon de faire. J'ai préparé l'oral avec un collègue qui l'a raté pour la cinquième fois cette année-là (et l'a réussi l'année suivante). Pour ma part, je n'aurais pas eu cette patience; je n'ai pas eu à recommencer, mais après 2 échecs, je serais passé à autre chose. Donc je te donne une impression, tu en fais ce que tu veux.

    Cordialement.
  • gerard0 :

    Merci de tes messages. Je crois que je me suis mal fait comprendre. Si j'aime avoir le corrigé, ce n'est pas pour bêtement le lire, le comprendre et le recopier ; je ne suis pas con à ce point.

    Comme l'a dit Dom dans son dernier message, je procède bien comme il le dit : quand je cherche un problème chez moi, je cherche, je relis les parties du cours concernées,,je "touille" longtemps. Quand je trouve, je regarde le corrigé, et je découvre parfois ce que je viens de faire presque à l'identique, ce qui me rassure ; parfois je découvre une autre méthode ; quand vraiment je bloque trop longtemps, je regarde sur le corrigé, comment on peut démarrer, je cherche à nouveau... En fait ce qui m'agace, c'est (ça arrive parfois, c'est quand je suis impuissant à résoudre la question, même en connaissant bien le chapitre). Là je regarde vraiment le corrigé, et si je ne l'avais pas, je ressentirais de la frustration.

    En condition de concours c'est évidemment différent. Mon principal problème est, je crois, de mal gérer mon temps de recherche. Si je perds 3/4 d'heure pour une seule question, dont j'ignore le barème, est-ce une bonne chose, ou aurais-je dû la zapper + tôt et passer à la suite ? Comment savoir ? Cette année, à l'épreuve 1, je n'ai rempli que 2 pages en ne traitant que la partie 1 (sur 5 parties), et je suis parti au bout de 2h30, croyant avoir entre 1 et 2. Quel dommage : j'ai vu que j'ai eu 5.4, ce qui est énorme comparé à l'immensité du problème. Ça prouvait que ce que j'avais fait était tout juste ou presque, et que si j'étais resté, en 3h30 j'étais capable sans doute d'avoir une assez bonne note. J'ai relu le sujet chez moi, je me suis dit "quel con!", sur les parties 2 et 3 j'aurais pu en prendre des points ; ça me semblait moins dur que la 1. Je ne commettrai pas la même erreur en 2022, comme tu dis je me suis sous-estimé.

    Dernière chose ; il y a quelques années, j'ai rencontré un prof agrégé en prépa à Lyon, Yves Coutarel (un collègue de JM Monier, auteur d'excellents livres pour les prépas, que je connais à 70% environ désormais), qui m'a dit : "n'attends pas d'être cultivé pour chercher des problèmes". Il était convaincu qu'il faut chercher beaucoup de problèmes pour se préparer, même quand on a des lacunes. Toi tu as réussi à obtenir le concours, avec ta seule culture, bravo à toi. Moi je me suis cultivé depuis quelque années avec les JM Monier, maintenant il faut que je cherche des problèmes.

    Bon à cette heure tardive, je vais retrouver les bras de Morphée. Depuis 1 semaine, j'ai bien revu ce qui se rapporte aux structures, et à l'arithmétique dans Z et dans K[X] ; demain je cherche le problème de 2015, il se rapproche bien de ces thèmes.

    Bonne nuit à toi gerard0, et bonne nuit à vous tous. Manou007
  • Chers collègues, si vous avez des conseils à me donner en ce qui concerne la gestion du temps, et de l'épreuve, je suis preneur.

    En effet, on ne sait pas combien vaut une question au barème ; d'où mon questionnement : faut-il insister "longtemps" quand on "rame", ou bien la zapper et passer à la suite ? Comment savoir ? Comment estimer ce qu'on a fait quand on arrive au milieu des 6 heures ?

    A l'épreuve 1 de cette année, j'ai été très con. Au bout de 2h30, je n'ai rempli que 2 pages, je n'ai même pas terminé la partie 1. Alors je me suis dit, c'est pas la peine, ce sera pas pour cette année, et je suis parti.

    Surprise : j'ai eu avec si peu de questions traitées, 5.4, ce qui est énorme, comparé à l'immensité du problème ; ça prouve que le peu que j'avais fait était très bon en tout cas. Chez moi j'ai alors parcouru les parties 2 et 3, c'était largement à ma portée de prendre des points en 3h30, et même d' être admissible.

    Mes 2 petites pages (la moitié d'une copie double !!!) valaient 5.4, comment aurais-je pu imaginer ça ? Si je l'avais su, je me serais battu comme un lion 3h30 de + et, avec 4 points de +, j'aurais passé l'oral. Quel con !

    Bonne nuit à tous.
  • Manou007,
    ce qu'il vaut bien voir, c'est qu'une autre année tu peux faire 7 pages et avoir la même note. Ta note est relative à la performance des autres candidats. Donc, il ne faut surtout pas essayer de juger sa performance. L'année où, je l'ai eu, je ne suis pas devenu d'un coup super fort en mathématiques, mais les deux sujets des écrits ont globalement très fortement déplu à beaucoup de candidats cette année là. Moi, ça ne m'a pas découragé donc mes notes sont devenues comme par magie bien meilleures que les années précédentes.

    Quelques conseils classiques :

    -Il faut essayer de très bien rédiger, faire quelque chose de très propre. C'est vraiment important pour l'interne. Pas besoin de foncer et de vouloir faire de l’abattage. C'est plutôt mal vu des correcteurs.

    -Dans la mesure du possible, il faut essayer de ne pas sauter trop de questions. On peut croire que c'est une bonne stratégie, mais quand on fait cela, on a tendance à perdre le fil du sujet. Et au final, je pense que ce n'est pas efficace.

    -Quand c'est difficile, c'est difficile pour ton voisin aussi. C'est un concours, il ne faut rien lâcher, tête baissée on se donne à fond pendant les 6 heures. Il faut s'interdire de sortir plus tôt même si on est dépité.

    -Personnellement si vraiment je suis bloqué dans l'avancement du sujet, la dernière heure seulement je m'autorise à aller à la pêche aux points. Je me rappelle par exemple de faire une ou deux récurrences gratuites dans des parties que je n'avais pas abordées. Mais en admettant les résultats précédents, il y a des trucs parfois purement formels à faire.

    Bon courage, ça va le faire. ;-)
  • Bonjour Manou007.

    5,4 en partant au bout de 2h30, ça veut dire qu'en ayant confiance en toi, tu aurais probablement eu plus de 10 en 6 h. Donc ton problème n'est pas de faire en deux semaines un sujet, mais de rester les 6h de l'épreuve.
    "Moi je me suis cultivé depuis quelque années avec les JM Monier," Là, par contre, c'est un peu court. Pour ma part, je me suis cultivé avec des tas de bouquins (*), y compris sur des sujets très en dehors du programme (logique, histoire des maths, mathématiques du calcul formel, algorithmique, ..), ce qui amène à creuser vraiment les notions de base. Et voir des notions présentées de façon différentes (par exemple la réduction des endomorphismes, que j'ai vu dans 3 ou 4 bouquins qui faisaient tous différemment des autres) permet de "prendre de la hauteur", de comprendre plus finement.

    Sur le barème : Sortant de la deuxième composition (algèbre, la partie que je n'aime pas), j'ai estimé que je serais noté sur 14 puisque j'avais fait 2 parties sur 3. La troisième étant quasiment infaisable (avis des formateurs) j'ai eu la surprise d'avoir 20. Eh oui, c'est un concours ... les meilleurs copies (je n'étais sans doute pas le seul) sont à 20.
    Et j'ai vu à l'oral 1 (toujours l'algèbre) que dominer les bases sert : j'avais un sujet basique, j'ai repris et exposé un cours classique que les examinateurs ont évidemment reconnu, sauf le dernier théorème dont je ne voyais pas l'utilité et que je n'avais pas eu le temps de le démontrer. Ils m'ont demandé pourquoi je ne l'avais pas inclus; "je n'ai pas eu le temps de le démontrer"; "eh bien démontrez-le"; ce que j'ai fait (c'était une application assez simple du reste de la leçon". Ce qui m'a sans doute valu ma note de base (14), que je n'ai pu améliorer ensuite, le jury m'ayant emmené sur des notions que je ne maîtrisais pas (une de mes impasses). Mais ça a été tellement dur et déstabilisant que j'ai failli abandonner l'épreuve et rentrer chez moi ! Puis je suis revenu passer le deuxième oral et j'ai bien fait.
    Conclusion : Toujours aller jusqu'au bout.

    Cordialement.

    (*) j'aurais aimé avoir ce qu'on trouve maintenant sur Internet, mais à l'époque, seuls les chercheurs pratiquaient le Web.
  • Merci de vos conseils les amis. Sûr que, en 2022, je vais rester me battre jusqu'à la dernière minute des chacune des 2 épreuves, quelles que soient mes impressions ; j'ai compris la "leçon"...

    En effet c'est un concours, et le fait que j'aie eu 5.4 à l'épreuve 1, en traitant seulement les 3 quarts de la partie 1, en 2h30, me prouve que cette partie a été très dure pour tous, donc que je ne suis pas si mauvais que je le croyais. J'ai probablement été récompensé d'avoir résolu 2 ou 3 questions où beaucoup d'autres se sont plantés. Quel con d'être parti, mais là je radote excusez moi.

    Le lendemain, j'y suis allé, en touriste, juste pour m'entrainer, puisque (dans ma tête), j'avais moins de 2 à la 1ère épreuve, et que donc c'était foutu. J'ai travaillé en dilettante, je me suis même arrêté après 13h, une demi-heure, pour faire une petite sieste sur la table (normal j'ai des origines corses, j'ai le devoir de perpétuer les traditions lol). J'ai eu 7.8, c'est pas mal, puisque je n'avais pas vraiment préparé le concours (j'ai dû bosser 30 ou 40 heures aux vacances de Noël c'est tout)

    Je n'aurai jamais 20, comme gerard0, ni même 15, mais depuis cet essai, je suis sûr de pouvoir obtenir entre 9 et 10 à chaque épreuve, ce qui donne l'admissibilité, ce qui me ferait déjà très grand bien !

    Je retourne à mon arithmétique dans Z, et vous salue chaleureusement. A bientôt. Manou007
  • Zeitnot, j'ai répondu à ton message privé, mais je suis malhabile, je ne suis pas sûr qu'il soit bien parti. Quand je clique sur "envoyer", le logiciel me dit qu'il manque le nom du destinataire. Je ne comprends pas pourquoi, puisque, après l'avoir lu, j'avais cliqué sur "répondre". L'as-tu reçu ? Sinon quel est la bonne manœuvre ?

    [Sans doute as-tu omis de cocher la case "Garder une copie". AD]
  • C'est bon ! Message privé bien reçu. ;-)
  • Chers collègues, je n'ai pas trouvé de corrigé de l'épreuve 1 de 2015. Avez-vous ça ?

    Merci
  • Bonsoir,

    je les ai mais je n'arrive pas à les charger.
  • Merci quand-même Amédé, peut-être peux-tu me donner l'adresse si tu te souviens où tu avais trouvé ce corrigé ?
  • Correction sujet 2
  • Correction sujet 1
  • En fait j'appuyais pas sur le bon bouton... C'est un peu comme mes démo de maths j'ai pas tous les arguments tout le temps ;)
  • Ce corrigé est très bien détaillé. Merci à Olivier Halgand.

    La première épreuve de 2015 a l'air facile. Rien a voir avec le niveau de cette année bien plus élevé.
  • Oui c'est vrai OShine, mais tu sembles ne pas avoir compris qu'il s'agit d'un concours. Cette année, j'ai trouvé ça effectivement très difficile, à un tel point que je suis parti à 11h30, sûr que ma copie (seulement 2 pages, même pas la totalité de la partie 1 traitée) ne valait même pas 2/20, et que c'était foutu pour cette année. Je l'ai regretté quand j'ai vu que j'avais obtenu 5.4. En plus j'ai regardé les questions des parties non traitées, j'avais les moyens d'en prendre encore des points. Si j'étais resté 3h30 de plus j'aurais pu être admissible ; en obtenant 9.6 à cette épreuve ça le faisait. En 3h30 il était largement envisageable de prendre 4.2 points.

    Si un sujet est facile il l'est pour tout le monde. S'il est difficile idem.

    J'ai retenu la leçon pour l'an prochain : il faut tout donner jusqu'à la dernière minute.
  • Merci Amédé.
  • Manou007,

    Et oui, seuls ceux qui restent jusqu’au bout ne regrettent rien.

    Courage.
  • Même si c'est dur pour tout le monde, les sujets trop difficiles me dégoutent des maths et me découragent.

    La difficulté extrême n'est pas adaptée à tout le monde.

    Même dans les sujets "faciles" , on peut faire des erreurs graves assez facilement.
  • OS: elle a l'air facile... Elle ne l'est pas.
  • Merci Dom pour ton encouragement. OShine, je suis un peu comme toi : je me suis découragé cette année à l'épreuve 1, suis parti au bout de 2h30, rendant une copie de 2 pages. Mais comme c'était très galère pour beaucoup de candidats, avec ces 2 misérables pages, et 3/4 de la partie 1 traitée, j'ai eu 5.4 (alors que je croyais avoir entre 1 et 2).

    Ce qui prouve que si j'avais été moins con, je serais resté les 6 heures et aurais peut-être été admissible, en prenant 4.2 points de +. Mais je radote excusez moi collègues, c'est Elzheimer précoce...

    C'est juste pour te dire OShine, que, bien que j'aie réagi comme toi (dégoût, abandon quand c'est trop difficile), je suis fermement décidé à me battre jusqu'au bout en 2022, quelle que soit la difficulté des 2 problèmes. Il faut lutter contre ce sentiment d'impuissance, car on ne sait jamais ce qu'ont fait les autres, et que c'est un concours. Si j'ai eu 5.4 en ne traitant que 3/4 de la partie 1, ça signifie que grand nombre de candidats ont galéré sur cette partie, et que le peu que j'ai fait, je l'ai bien fait. Ma note m'a agacé (car regret d'être parti), et en même temps m'a rassuré (je ne suis pas si nul que je le croyais, 5.4 points en 2h30 c'est pas si mal). Alors comme m'y encourage Dom, cette année sera placée sous le signe du courage et de l'entêtement ; à moins d'être déjà très fort et très cultivé (ce qui n'est pas mon cas), c'est comme ça qu'on peut gagner. C'est comme dans un match sportif contre un adversaire réputé + fort. Une condition nécessaire pour le battre, est de croire que c'est possible. Quand j'habitais à Bilbao, les indépendantistes taguaient sur les murs :

    "Si luchas, puedes perder. Si no luchas, ya has perdido" (Si tu luttes, tu peux perdre. Si tu ne luttes pas, tu as déjà perdu).

    A bientôt ; Manou007
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!