Nom d'un mathématicien russe — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Nom d'un mathématicien russe

Bonjour,

Je cherche le nom du mathématicien russe qui critiquait l'enseignement abstrait. J'avais lu une longue "diatribe" (peut être une traduction) sur les étudiants qui ont des enseignements abstraits mais ne savent pas faire un développement limité à l'ordre 100 (je cite de mémoire).

Il me semble que c'était une critique de l'enseignement en France et que ça date des années 90
Merci

Réponses

  • Vladimir Arnold peut-être ?
  • Bonjour,
    ici son texte:
    Arnold
    cordialement
  • oui c'est lui! merci messieurs

    c'est quand même cocasse ce qu'il raconte

    A la question « Combien font 2+3 ? » un élève d’école français a répondu « 3 +2, puisque l’addition est commutative ».


    Une version en anglais de quelques uns des problèmes de math auquel un étudiant en physique est censé savoir répondre
    https://pdfs.semanticscholar.org/3371/3f25ed3124c7189d8166cd0d6ed451ef1511.pdf

  • Ce qui est marrant c'est que tout ce qu'il dit est justement ce que je reproche à l'enseignement de la physique chez nous.

    J'ai tendance à penser que malgré le choix parfois discutable des choses enseignées (comme dit dans un autre fil, même si je survis largement à une absence de géométrie dans mon cursus, j'aurais vraiment aimé en avoir et j'ai toujours eu honte pour nous tous qu'on galère autant à tracer un arc paramétré).
    Cependant, l'enseignement de ce qu'il reste est plutôt motivé, géométriquement ou physiquement, ou du moins mes profs l'ont-ils toujours très bien fait. Ce qui m'a conduit à la situation cocasse où j'ai compris l'histoire du moment d'inertie en physique lorsque mon prof de spé nous a expliqué la variance en probas.

    Justement, l'abstraction extrême et les définitions non motivées je les ai toujours trouvées en physique.
    Le plus grave n'est peut-être pas le divorce entre mathématique et physique, que l'absorption de cette dernière par la première. Avoir en fait une vraie pratique physique et mathématique indépendantes (je veux dire jusque dans les méthodes, que l'expérimental aille plus loin que les deux pauvres heures de TP la semaine, répétitives et dans lesquelles on passe une heure à gratter du papier pour redire le cours), vu la séparation actuelle des matières, serait probablement une idée. Dur de donner l'envie de la non abstraction dans ce contexte. N'ayant plus rien à quoi me rattacher en compréhension physique, les mathématiques avaient pour elles le confort du puzzle abstrait, et ironiquement, ce sont elles qui m'ont forcé à réfléchir au sens concret des notions, par moi-même ou grâce à mes profs. Donner du sens aux maths devra se faire en en donnant d'autant plus à la physique.
  • quadrateur2cercle écrivait : http://www.les-mathematiques.net/phorum/read.php?9,2045224,2045274#msg-2045274
    [Inutile de recopier un message présent sur le forum. Un lien suffit. AD]
    Voir les commentaires à cette réponse sur Mathoverflow : https://mathoverflow.net/questions/153604/the-arnold-serre-debate/153606#153606
  • J'ai eu un jour une réponse analogue à celle de $2+3$, mais à la question <<que devient le birapport $[a,b,c,d]$ lorsque l'on échange $a$ et $b$ ?>>

    Réponse : $[b,a,c,d]$

    Cordialement, j__j
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!