Maths et personnalité politique — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Maths et personnalité politique

Bonjour

Connaissez-vous des personnalités politiques qui ont fait une découverte (un théorème, une preuve...) en mathématiques

Voici une preuve de 1876 du théorème de Pythagore par James Garfield Président des États-Unis
http://kobotis.net/math/MathematicalWorlds/Fall2014/131/Presentations/pdf/BendoraitisJ_p1.pdf

Réponses

  • Bonjour,

    Le théorème de Napoléon, mais c'est peut-être une légende.

    Cordialement,

    Rescassol
  • Concernant le théorème de Napoléon il semblerait qu'il n'y ait aucune preuve de sa paternité, en revanche il y aurait des preuves assez solides concernant une discussion entre Napoléon et Lagrange à propos du problème de Napoléon.

    Une petite page internet qui parle du théorème de Napoléon et contient une description par un témoin extérieur de la discussion Lagrange/Napoléon.

    Pour ce fil on pourrait évidemment rajouter tous les mathématiciens qui ont ensuite fait de la politique ou assimilé :
    Borel, Lagrange, Painlevé, Villani... mais c'est sans doute de la triche !
  • Rescassol, il faudrait y regarder de plus près, mais je pense qu'il y a une part de vérité dans ce « problème de Napoléon ». On devrait plutôt dire de Bonaparte, car celui-ci avait des connaissances en mathématiques comme ancien élève d'une école militaire, et il était quelque peu amateur de mathématiques. À l'occasion de la campagne d'Italie il a rencontré l'abbé Lorenzo Mascheroni, auteur de recherches sur la géométrie du compas. De retour en France, il a fait une communication à l'Académie des Sciences, et Laplace, qui avait un tempérament de courtisan, aurait dit : « Nous attendions tout de vous, Général, sauf des leçons de géométrie ». Là je vais vite, tout ça doit être vérifié et « sourcé » comme on dit je crois.
    Bonne journée.
    Fr. Ch.
    10/06/2020
  • Lazare Carnot avez-vous dans vos archives ses résultats de mathématiques ?
    Merci.
  • Il y a plutôt beaucoup de mathématiciens ou de scientifiques de premier plan qui ont fait des carrières de second rôle ("Villani like").

    Pour revenir à Napoléon, il avait nommé Laplace à l'intérieur, mais l'avait vite congédié :« Géomètre de première catégorie, Laplace n’a pas tardé à se montrer un administrateur plus que médiocre (...) ; il portait l’esprit de l’infiniment petit jusque dans l’administration. »
  • Emile Borel, député et ministre !
  • Émile Borel premier à l’X , ENS , et agrégation https://fr.wikipedia.org/wiki/Émile_Borel
    Impressionnant.

    [Correction du lien. AD]
  • bonjour

    Ulugh Beg était petit-fils de Timour Lang (appelé Tamerlan par les Français) il régnait dans les années 1400
    sur l'empire des Timour fondé par son grand-père et dont la capitale était Samarcande la grande ville d'Asie centrale

    dans son palais du Daguestan il avait installé une Académie vouée aux sciences astronomiques et mathématiques

    il avait nommé comme responsable de son observatoire le mathématicien perse Al-Kashi
    dont tous les bacheliers connaissent le théorème de triangulation

    et Ulugh Beg lui-même faisait des cours de philosophie et mathématiques en rapport avec l'astronomie
    la trigonométrie a fait des progrès incontestables grâce aux recherches scientifiques (et théologiques)
    dans le monde perse comme dans le monde arabe

    cordialement
  • Bonjour,

    Jean, tu vas t'attirer les foudres de Chaurien :-D

    Cordialement,

    Rescassol
  • Mais non, Rescassol, Je n'ai rien contre « Al Kashi », ni aucun mathématicien de quelque origine que ce soit dans l'histoire.

    J'ai par exemple une vraie affection pour Omar Khayyâm, qui aimait les mêmes choses que moi : le vin, les femmes, la poésie et les mathématiques, je ne sais dans quel ordre. Mais voyez comme les choses sont compliquées en ces mathématiques orientales anciennes : il paraît qu'on ne sait même pas si le Khayyâm poète était le même homme que le Khayyâm mathématicien. Moi il me plaît de croire que c'était bien le même, mais ce n'est qu'un sentiment.

    Pour en revenir à Al Kashi, comme tout un chacun, je ne connais son œuvre que par des on-dit, et j'ai lu que cette attribution de ce théorème n'est pas avérée. La seule chose que je dénonce c'est que par un coup de force on ait donné cette dénomination injustifiée, et seulement en France, à un théorème qui s'en passait depuis des siècles, en vertu de motivations qui n'ont rien à voir avec une historiographie raisonnée des mathématiques. Voir la discussion sur Wikipedia, qui va plus loin que ce que j'ai jamais osé dire sur ce forum : https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Loi_des_cosinus

    De plus, le brillant fonctionnaire inconnu qui a imposé cette appellation saugrenue aurait pu s'aviser que le phonème consonantique $\int $ de « chien » ou « chat » s'écrit en français « ch » et non « sh », et au moins nous infliger un « théorème d'Al Kachi », mais sans doute la qualité de notre langue c'était le cadet de ses soucis, seul comptait son engagement fanatique.

    Ce puissant personnage devrait être fier du succès de son entreprise et se faire connaître de tous. À défaut, si quelqu'un a des informations sur l’invention de cette appellation, il pourrait nous en faire part. En fait c'est un problème pour les historiens des mathématiques, même s'il s'agit d'une histoire récente.

    Ce qui est terrifiant c'est l'esprit suiviste moutonnier des professeurs et auteurs de livres de mathématiques qui se sont soumis à ce diktat sans réfléchir, même des mathématiciens de talent édités par C&M.

    Et j'appelle encore une fois les esprits libres, professeurs ou auteurs, à refuser cette appellation frauduleuse et ridicule, et à désigner ce théorème comme autrefois et comme partout dans le monde : « loi des cosinus », « Pythagore généralisé », ou à ne pas lui donner du tout de désignation, ce dont il s'est bien passé depuis toujours.

    Bonne soirée.
    Fr. Ch.

    [small]Un peu plus de vin, ma bien-aimée!
    Tes joues n'ont pas encore l'éclat des roses.
    Un peu plus de tristesse, Khayyâm!
    Ta bien-aimée va te sourire.[/small]
  • @jean lismonde : "il avait nommé comme responsable de son observatoire le mathématicien perse Al-Kashi
    dont tous les bacheliers connaissent le théorème de triangulation".

    J'ai un doute.
    C'était vrai en 1988, mais maintenant...
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!