Rapport CAPES externe 2022 - Page 6 — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Rapport CAPES externe 2022

12346

Réponses

  • @XAX: Je ne partage pas toutes les idées de Vassillia, mais te concernant, je pense qu'elle t'a bien calculé.
  • Et le primaire, ça sert à quoi ? Il existait des palliatifs mais on a tout supprimé. Génial. Merde, j'ai passé le capes et l'agreg pour faire des maths, pas pour moucher des morveux. 
  • @FdP c'est normal que tu sois d'accord avec elle : tu es un petit bourgeois (déclassé certes, mais l'esprit reste) et tu as récemment déclaré ton admiration pour les boites parascolaires qui s'engraissent, au point de vouloir en monter une pour le TeScia.

    Mais tu vois, sur ce fil, on discute du Capes de maths, donc tu serais gentil d'aller pourrir un autre fil. Je ne te répondrai plus.
    "J'appelle bourgeois quiconque pense bassement." Gustave Flaubert
  • Modifié (October 2022)
    @XAX: Cela ne me dérange pas d'être traité de petit bourgeois mais la réalité est que je ne l'ai jamais été, et donc je ne suis pas déclassé.
    Tu as encore beaucoup de théories alternatives à distiller en lien avec le sujet de ce fil ?
    (accessoirement tu n'as jamais été enseignant de l'enseignement secondaire et on ne t'a jamais vu produire de contenu mathématique dans ce forum)
  • @kioups: je te souhaite bien du courage de tenter d'avoir une discussion rationnelle. Tu risques de rapidement te heurter à la sociologie >:)
  • Modifié (October 2022)
    @Kioups: Si les enseignants du primaire ont la même philosophie que toi ce n'est pas étonnant que tu récupères après des élèves qui comptent (mal) sur leur doigts quand on leur demande de faire une addition comme 7+5. >:)

    PS:
    J'ai pris au premier degré ton message précédent.
  • Je compte bien sur xax et toi pour m'apprendre mon boulot. Un grand merci à vous !
  • @Kioups: Ne compte pas sur moi je ne travaille pour les autres que si on me paie. >:)
  • xaxxax
    Modifié (October 2022)
    @kioups où est-ce que je me suis permis de "t'apprendre ton boulot" ? Je ne fais que reprendre les obligations de service pour tous les élèves qui est inscrite dans le code de l'Éducation. Je conçois bien que c'est difficile et que les profs n'y sont pas forcément bien préparés pour les élèves très faibles. D'où le fait que je propose que ce soit au programme du Capes plutôt que des trucs qui me semblent moins importants.
    C'est tout.
    "J'appelle bourgeois quiconque pense bassement." Gustave Flaubert
  • J ai l'impression que le fil va bientôt être clôturé. 
  • Modifié (October 2022)
    @xax pointe un truc intéressant : les discussions autour des programmes du collège et du lycée sont stériles. Elles ne sont pas stériles parce qu’on n’est pas d’accord, elles sont stériles car elles n’ont aucun effet sur le décrochage scolaire ou l’analphabétisation. Tout se joue en primaire, les discussions sur la pédagogie devraient se concentrer exclusivement sur cette période. Les discussions sur le collège - lycée c’est presque du luxe en fait. Non pas que je ne déplore pas la “baisse de niveau” mais aucun programme aussi intelligent qu’il soit ne va élever des enfants qui n’ont pas appris à lire ou à se concentrer malgré 5 ans passés en primaire.

    Après concernant l’épreuve en tant que telle, elle est très honnête. Se pose la question des résultats mais le contenu de l’épreuve est très bien je trouve. Le problème des résultats c’est le problème du recrutement mais cela n’est en rien propre aux maths. La solution au problème du recrutement est simple mais jamais évoquée et jamais envisagée : libéralisation et chèque-éducation. 
    --->  ~ Heartbeat Heartbeat ~ www.youtube.com/watch?v=yogaAzfzpkk <---
  • @Positif le non-apprentissage à l'école primaire a été réglé par l'institution. Si l'élève a beaucoup de lacunes c'est qu'il est "malade".
    - il n'a pas appris à lire : il est dyslexique,
    - il n'a pas appris à écrire : il est dysgraphique,
    - il ne maitrise pas l'orthographe : il est dysorthographique,
    - il n'a pas appris à compter : il est dyscalculique,
    - il n'a pas appris à coordonner ses gestes : il est dyspraxique
    etc.

    En savoir plus : la dyslexie, un cas de biologisation du social la sociologue évoque le cas historique du premier dyslexique, un enfant dont la mère n'avait pas compris que ce n'est pas à l'école qu'on apprend à lire, et dont l'enfant n'ayant pas eu les apprentissages adéquats a été récupéré par un professeur de médecine qui a lancé ainsi la dyslexie en France, avec le succès que l'on sait.

    "J'appelle bourgeois quiconque pense bassement." Gustave Flaubert
  • A quoi cela sert de savoir calculer au primaire si au collège on leur dit ’’prenez votre calculatrice’’ (y compris en quatrième pour le calcul de fractions) ou que les fautes d’orthographe ne sont jamais sanctionnées. J’ai trop vu d’élèves régresser au collège pour me persuader que le problème se situe uniquement au primaire (et je ne parle pas de crise d’adolescence). 
  • Non biely,
    On a adopté ces règles ridicules que tu évoques pour aligner le collège sur l'échec du primaire.
    Si on fait en sorte que le primaire ne fournisse plus 25% d'élèves en situation de grand échec, alors ensuite, on pourra (et il faudra) revenir sur ces 2 règles ridicules.
    Aujourd'hui, je ne dirais pas que ces 2 règles sont bonnes, mais malheureusement, la situation en amont est tellement dégradée qu'elles sont quasiment nécessaires.
    Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. Benjamin Franklin
  • Modifié (October 2022)
    xax a dit en partie :
    @Positif le non-apprentissage à l'école primaire a été réglé par l'institution. Si l'élève a beaucoup de lacunes c'est qu'il est "malade" et on lui adjoint une vieille photocopie scannée avec des cases cochées appelée PAP (lire pé-ah-pé) à destination de ses professeurs de collège.

    - il n'a pas appris à lire : il est dyslexique, il ne faut pas pénaliser le fait qu'il ne sache pas lire, écrire l'énoncé en police Arial 16 pts au cas où et lui expliciter (i.e. lire à voix haute) la consigne.
    - il n'a pas appris à écrire : il est dysgraphique, il ne faut pas pénaliser le manque de soin apporté à ses copies (écrire à l'envers, refuser de prendre une règle pour tracer un trait, confondre les X et les +, etc.)
    - il ne maitrise pas l'orthographe : il est dysorthographique, il ne faut pas pénaliser l'orthographe sur ses copies (éviter de le corriger ou de lui en faire la remarque sur ses copies, ce ne serait pas bienveillant).
    - il n'a pas appris à compter : il est dyscalculique, il faut lui donner systématiquement la calculatrice, il faut lui donner des tables de multiplication à disposition, il ne faut pas le pénaliser si ses calculs sont faux.
    - il n'a pas appris à coordonner ses gestes : il est dyspraxique, il ne faut pas le pénaliser en éducation physique et sportive s'il ne peut réussir un geste.

    etc. Il faut donner systématiquement un exercice ou deux en moins.

    En savoir plus : la dyslexie, un cas de biologisation du social la sociologue évoque le cas historique du premier dyslexique, un enfant dont la mère n'avait pas compris que ce n'est pas à l'école qu'on apprend à lire, et dont l'enfant n'ayant pas eu les apprentissages adéquats a été récupéré par un professeur de médecine qui a lancé ainsi la dyslexie en France, avec le succès que l'on sait.

    J'ai complété ton message, @xax, avec des ajouts en gras pour refléter les usages, préconisations, injonctions actuelles du collège afin de faire face à cette épidémie de troubledysse.

    Pour ceux qui en douteraient, c'est à prendre au premier degré.
  • C’est marrant. La vidéo pointée par xax contient dès le départ des biais idéologiques desdits chercheurs. La dame ironise sur les intentions ou idéaux d’un de ses pairs (au sens large). Elle le décrédibilise donc. Mais cette personne que l’on décrédibilise, on n’aura pas son droit de réponse. Je décide alors de renvoyer dos à dos ces deux adversaires. Et je remets une pièce dans le dossier « STOP : arrêtez d’appeler cela de la science ! ». Toutefois j’écoute tout ce qui touche à l’éducation avec intérêt. Je ne jette cependant pas les propos de cette dame à la poubelle ni les discours de ses contradicteurs. 
  • xaxxax
    Modifié (October 2022)
    @Dom c'est un séminaire de master, donc forcément les intervenants ne se gênent pas pour donner leur point de vue. Mais la vidéo je l'ai surtout indiquée pour mémoire sur le fait que la promotion de la dyslexie s'est faite à partir de cas d'enfants qui n'avaient pas appris à lire et pour lesquels on a ensuite construit une théorie médicale.

    Pour le Capes, mon point de vue est qu'il faudrait plutôt intégrer des éléments pour aider les élèves les plus faibles à la place d'éléments qui sont du domaine du chef d'établissement ou du CPE ... si l'on veut garder une épreuve disciplinaire bien sûr ...
    La justification est que cela concerne 25% d'une classe d'âge (peut-être 30% après l'épisode Covid) et que c'est pas terrible de les laisser comme ça pour la société et pour l’économie.

    Merci Sato, ça confirme qu'il y a quand même des améliorations à apporter et qu'on ferait bien de s'inspirer de pays qui y parviennent ...
    "J'appelle bourgeois quiconque pense bassement." Gustave Flaubert
  • Modifié (October 2022)
    xax a dit :
    la sociologue évoque le cas historique du premier dyslexique, un enfant dont la mère n'avait pas compris que ce n'est pas à l'école qu'on apprend à lire, et dont l'enfant n'ayant pas eu les apprentissages adéquats a été récupéré par un professeur de médecine qui a lancé ainsi la dyslexie en France, avec le succès que l'on sait.
    L'utilisation de "on" ici, suggère une généralité au delà du cas mentionné. On apprend où à lire? Sur les genoux d'un prêtre? >:)
    PS.
    Dans une école gagnée à l'anthroposophie ("pédagogie Steiner-Waldorf") ?
  • Depuis que je suis en lycée, je dois avoir un PAP sur 100 élèves. A part des tiers-temps pour les épreuves terminales, jamais été emmerdé pour quoi que ce soit. 
    Par contre, j'ai eu une "vraie" élève dyslexique il y a une dizaine d'années, elle se débrouillait toute seule, elle passait beaucoup de temps pour lire et pour écrire. Jamais de tiers-temps, une excellente moyenne. Mais elle était bien claquée le soir.
  • Modifié (October 2022)
    Tu as bien de la chance, @kioups, au collège j'en ai entre 1 sur 5 et 1 sur 10.
    @Fdp,
    On apprend à lire en voyant l'armoire.
    Tu fais peut-être (il y a des exceptions) partie des gens dont les murs du domicile des parents étaient recouvert de meubles appelés bibliothèques et remplis de livre. Il y a des familles chez lesquelles il n'y a aucun livre. Ça influe.
  • Modifié (October 2022)
    L’égo de mathématicien mis de côté, ne pensez-vous pas que le contenu de l’épreuve est parfaitement adapté et honnête ?
    --->  ~ Heartbeat Heartbeat ~ www.youtube.com/watch?v=yogaAzfzpkk <---
  • DomDom
    Modifié (October 2022)
    « la promotion de la dyslexie s'est faite à partir de cas d'enfants qui n'avaient pas appris à lire et pour lesquels on a ensuite construit une théorie médicale »
    Mais voyons, xax, ça, c’est une vérité ou un point de vue ? Sans preuve je dis que c’est un point de vue. Et toi ? Qu’en dis-tu ? Sur quelle argumentation ?
  • Modifié (October 2022)
    @Sato: Chez moi les seuls livres dont je me souvienne sont les livres que lisaient mon père: de la SF, livres Fleuve noir avec le logo de la fusée (livres années 50-60), des San-Antonio et peut-être quelques polars éditions du Masque*. Quand j'étais enfant (avant 10 ans) je ne me rappelle pas avoir jamais vu ma mère lire. Ce qui m'a certainement aidé est que mes parents portaient un regard positif sur la culture même s'ils n'étaient pas d'une grande culture et que ma mère ne travaillait plus et s'occupait de ses enfants: récitation des tables d'addition et de multiplication etc. De plus ma mère pensait que le travail à l'école était payant pour le futur (c'était une croyance qui ne s'est pas vraiment vérifiée pour ce qui me concerne). J'étais à l'époque "client" de l'idéologie méritocratique. J'en suis revenu depuis.
    *: je me rappelle mon père lisant le magazine le Haut-parleur, ou un magazine de ce type, le lundi, son seul jour de repos (il travaillait le samedi et parfois le dimanche matin, il était à cette époque vendeur d'articles de sport)
  • xaxxax
    Modifié (October 2022)
    @Dom le cas initial de dyslexie est parfaitement explicité dans la vidéo du séminaire, ainsi que le nom du prof de médecine qui s'en est emparé : il s'agissait d'un enfant qui n'avait pas eu les apprentissages, mais ça n'a pas arrêté ce prof pour en conclure que l'enfant souffrait d'un trouble qui l’empêchait de lire. 
    La mère a ensuite écrit un livre préfacé par ce même prof de médecine (il lui devait bien ça).

    Si tu prends la peine de regarder le séminaire jusqu'au bout bien sûr ...

    Après lorsque les apprentissages du lire-écrire au CP sont passés de 400h à 250h, il y a eu évidemment une explosion de la dyslexie.
    Les évolutions pédagogiques ont fait ensuite que d'autres troubles dys sont apparus.
    Pour les maths, quand on regarde l'évolution des performances données par la Depp entre 1987 et 2017, on ne s'étonnera pas de l'apparition de la dyscalculie ...
    "J'appelle bourgeois quiconque pense bassement." Gustave Flaubert
  • Modifié (October 2022)
    Il y avait donc chez toi quelques uns de ces objets qu'on appelle des livres. Ça compte.

    Je connais un paysan en retraite à qui on a offert les 3 Mousquetaires, qui l'a dévoré ainsi que les deux suites. Et un autre exemple de personne qui a découvert la lecture après 40 ans. Quand ils étaient enfants, il n'y avait aucun livre à la maison et sûrement pas un Sana.
  • DomDom
    Modifié (October 2022)
    « Pour le Capes, mon point de vue est qu'il faudrait plutôt intégrer des éléments pour aider les élèves les plus faibles à la place d'éléments qui sont du domaine du chef d'établissement ou du CPE »

    J’ai cru à une absurdité… mais j’ai peut-être compris. 
    À la place des âneries apprises en Master, faire apprendre une panoplie de choses aux futurs profs au sujet des « élèves en difficulté » (expression bien vaste choisie volontairement). 
    Cependant il y a un problème : tant qu’on n’a pas un niveau disciplinaire convenable, je crois vain de parler d’autre chose. À la limite, quand le CAPES était accessible dès la Licence, c’était une bonne idée de prendre deux ans pour préparer ces panoplies éducatives. Mais en 2022, le M2 n’offre pas un niveau acceptable en maths, donc… non, je trouve ça peu pertinent. Il reste l’année de stage où éventuellement on pourrait parler de tout ça (outils pour aider les élèves en difficulté). 
  • L'ultracrépidarianiste est de sortie...
  • @Dom oui c'est ça. Tu pointes des problèmes plus graves que ce que je pensais !
    "J'appelle bourgeois quiconque pense bassement." Gustave Flaubert
  • @kioups ce que tu indiques est une question bien connue en sociologie de l'éducation : "les enseignants sont très attachés à la norme implicite selon laquelle les parents sont dénués de toute expertise pédagogique et doivent se contenter de suivre les préconisations de l'institution", et sur le cas précis des recommandations pour les élèves très faibles, Sato a exposé le point de vue de l'institution. Je crois qu'il se passe de commentaires.
    "J'appelle bourgeois quiconque pense bassement." Gustave Flaubert
  • Des parents, pas tous les parents. Comme Sato, je connais les directives de l'institution. Et je connais aussi les élèves que j'ai devant moi. Donc, tes commentaires hors-sol...
  • Modifié (October 2022)
    @XAX: Cela se vérifie tous les jours que la plupart des parents sont dénués de toute expertise pédagogique*. Eduquer chez soi ses enfants reste autorisé si on pense qu'on est un expert en pédagogie. >:)
    *: Si tu rencontrais des parents d'élèves souvent tu n'aurais pas de doute sur cette question.
  • Et qu'est-ce que tu trouves hors sol dans mes commentaires ? Qu'on recentre l'épreuve d'entretien professionnel du Capes sur le contenu disciplinaire et en priorité sur l'aide aux enfants en grande difficulté ?
    "J'appelle bourgeois quiconque pense bassement." Gustave Flaubert
  • Modifié (October 2022)
    Je le répète, je connais des élèves vraiment dyslexiques. Je trouve tes commentaires désobligeants voire stupides.
    Pour le reste, j'ai déjà répondu. Comme ton copain Fdp, tu ne lis que ce qui t'intéresse.
  • Modifié (October 2022)
    @XAX: Tu peux me citer un document produit par un ministère qui justifierait des mauvais résultats éducatifs par une "épidémie" de troubles type dyslexie?  Etre sensibilisé au problème, voire essayer de le combattre*, n'en fait pas une excuse a priori pour tout ce qui ne va pas.
    *: Cela me semblerait normal qu'on essaie d'y remédier aussi bien que possible.
    @Kioups: Tu évites le '"comme ton copain" stp. Je ne suis pas un libertarien qui croit que toutes les structures étatiques, voire collectives ont un rôle néfaste voire sont conçues pour être nuisibles.
    NB. Plus important encore, je ne suis pas une groupie de Raoult.
    PS.
    C'est rare les gens qui lisent ce qui ne les intéresse pas. >:)
  • DomDom
    Modifié (October 2022)
    xax, tu ne comprends toujours pas ! 
    Toute ta méthodologie est à revoir, tout ton esprit critique également. 
    Tu prends un truc, et hop, c’est une parole d’évangile. 
    Ce que dit Sato, je le valide parfaitement mais ça n’est pas incompatible avec le fait que ton argumentaire est pourri. 
    Tu persistes avec :
    « le cas initial de dyslexie est parfaitement explicité dans la vidéo du séminaire, ainsi que le nom du prof de médecine qui s'en est emparé »
    Ceci ne démontre rien, en es-tu conscient ???
    Autre question : que dit-elle sur l’École unique ? 
  • Selon ce site https://francedyslexia.com/statistiques-troubles-dys/
    - Environ 5% des enfants souffrent de dyslexie
    - Environ 5% ou 6% des enfants souffrent de dyscalculie (mais 5% + 6% , ça fait 8% environ, car beaucoup d'enfants cumulent les 2 handicaps)
    - Environ 20% des enfants souffrent d'hyperactivité (TDAH)

    On parle donc d'environ 25% d'enfants qui souffrent de troubles. 

    La question n'est pas de savoir si ces troubles existent ou pas. Mais de savoir si 25%, c'est réaliste ou pas.
    Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. Benjamin Franklin
  • @Dom si j'étais parfaitement au point je ne viendrais discuter de ces choses.

    En fait le truc important sur lequel j'aimerais bien avoir vos avis, c'est l'idée de recentrer l'entretien professionnel du Capes sur des aspects pédagogiques importants, et là une vraie prise en compte des élèves en difficulté.
    D'ailleurs Dom, je l'en remercie, à donné un point de vue qui me paraît très pertinent.
    "J'appelle bourgeois quiconque pense bassement." Gustave Flaubert
  • Gérer les élèves en difficulté, c'est une infime partie du métier. Et comme on se retrouve avec des candidats (et lauréats) avec un niveau de plus en plus faible, ils ont déjà une plus grande connaissance de ces difficultés. Problème résolu.
  • @kioups
    Problème résolu? 
    Visiblement le niveau des candidats n’est pas suffisamment descendu pour résoudre ce problème des élèves en difficulté...

  • J'ai confiance, on va continuer à creuser !
  • kioups,
    il faut avouer que ton message est difficile à appréhender. 
    Est-il ironique ? Cynique ? 
  • Modifié (October 2022)
    Positif a dit :
    Non pas que je ne déplore pas la “baisse de niveau” mais aucun programme aussi intelligent qu’il soit ne va élever des enfants qui n’ont pas appris à lire ou à se concentrer malgré 5 ans passés en primaire.
    Pour ton information, la plupart des enfants français passent environ 8 ans à l'école primaire et non pas 5.

    Anti-London System !
  • Petite section (PS), Moyenne Section (MS), Grande Section (GS), puis CP-CE1-CE2-CM1-CM2. 
  • @Zeitnot, on ne peut guère reprocher à @Positif ne pas savoir parfaitement que l'école primaire comprend la maternelle et l'élémentaire, que l'élémentaire ne comprend pas que le cours élémentaire mais aussi le cours préparatoire à l'élémentaire et également le cours moyen qui constitue lui les deux tiers du cycle 3 mais ne le termine pas puisque le dit cycle 3 s'achève dans le secondaire.

    Si c'était une blague dans Astérix, on dirait que c'est une caricature.

    Au début du primaire, en maternelle, beaucoup de parents sont perdus car la petite section, la grande section et la moyenne section sont obligatoires (avec l'obligation que l'enfant soit propre, mais comme c'est obligatoire, de fait l'enfant a l'obligation d'être propre) mais sont précédées pour qui peut de la très petite section (TPS) facultative qui remplace ce qui s'appelait la première année de petite section, alors que la petite section actuelle était auparavant la deuxième année de petite section.

    Ainsi, l'enseignement primaire actuel commence en petite section alors qu'il commençait auparavant en petite section, mais ce n'est pas la même section. En très petite section d'aujourd'hui, tu n'es pas encore en primaire alors qu'avec l'ancien régime, tu y étais.

    Combien ç'a-t-il coûté de faire tout ça ? Je suppose qu'il y a des pays où ils comptent simplement les années : 1, 2, 3, 4, 5, 6…

  • Non, on ne peut pas lui en vouloir, il est comme la plupart des gens qui dégoisent sur le système éducatif français au bistrot sans même en connaître la structure, en employant des mots à tort et à travers sans même savoir ce qu'ils recouvrent.
    Anti-London System !
  • Là, je suis solidaire de Positif.  Pour le commun des mortels, il me semble, il y a l'école maternelle, puis l'école primaire, puis le collège. Chipoter sur le fait que ce que l'individu lambda appelle l'école maternelle, c'est en fait partie intégrante de l'école primaire, c'est mesquin.
    Idem, je crois qu'on parle de cycles, et que CM2 et 6ème sont dans le même cycle ? C'est bien ça ?

    Tous ces trucs qui sont totalement contraires à l'intuition, ça me fait penser à certaines méthodes utilisées dans certaines boites. Les chefs utilisent un jargon bien à eux pour échanger ... J'utilise un jargon volontairement abscons, les initiés peuvent me comprendre, et les non-initiés, soit ils posent des questions et avouent leur ignorance, soit ils se taisent. Très bonne méthode pour éviter tout débat.
    Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. Benjamin Franklin
  • Modifié (October 2022)
    Lourrran pour les cycles c'est effectivement beaucoup plus compliqué et ça n'a pas toujours existé ou pas toujours découpé ainsi. Donc on peut aisément se tromper.
    Par contre pour le reste, c'est aussi con que de dire que l'enseignement secondaire ce n'est que le collège ou le lycée comme disent de nombreuses personnes. Les deux en font partie. Ce n'est quand même pas si compliqué que ça et on est tous allés à l'école, donc vraiment c'est bizarre de se tromper autant,  Et ce n'est en rien une nouveauté ni du chipotage.
    Primaire : maternelle + élémentaire.
    Secondaire : collège+ lycée.
    Supérieur : tout un tas de trucs.
    Ça fait des décennies que c'est ainsi.
    Anti-London System !
  • Modifié (October 2022)
    .
    --->  ~ Heartbeat Heartbeat ~ www.youtube.com/watch?v=yogaAzfzpkk <---
  • Modifié (October 2022)
    @Positif: Les enfants vont à l'école uniquement pour apprendre à lire , compter et ce genre de trucs? Tu veux dire que la maternelle n'est pas l'école mais de la garderie? Si c'est le cas, alors c'est sûrement la garderie la plus couteuse de France. >:)
    PS.
    C'est quoi l'autisme français ? J'ignorais que c'était un mal qui te demandait ton passeport avant de te tomber dessus. >:)
  • Modifié (October 2022)
    kioups,
    il faut avouer que ton message est difficile à appréhender. 
    Est-il ironique ? Cynique ? 
    Disons que j'avais l'impression qu'il fallait raconter à peu près n'importe quoi ici, j'ai voulu me mettre au niveau.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!