Chute des effectifs scientifiques de terminale - Page 2 — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Chute des effectifs scientifiques de terminale

245

Réponses

  • @Ramon Mercader Les effectifs des doublettes scientifiques terminale l'année dernière étaient :
    math + PC 64540
    PC + SVT 47207
    math + SVT 21391
    math + NSI 10284
    math + SI 5752
    Le reste est négligeable (moins de 1000 pour chacune des autres doublettes).
    J'imagine que PC+SVT concernait surtout les futurs étudiants de médecine, qui font probablement maths complémentaires.
  • JLT a dit :
    J'imagine que PC+SVT concernait surtout les futurs étudiants de médecine, qui font probablement maths complémentaires.
    Dont une partie de ceux qui font BCPST, qui ont besoin des trois spécialités. Pas de bol.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • J'imagine que PC+SVT concernait surtout les futurs étudiants de médecine, qui font probablement maths complémentaires.
        Pas tous, loin de là.....Or les maths me paraissent indispensables dans la culture de base d'un vrai scientifique....
    Liberté, égalité, choucroute.
  • Modifié (20 Sep)

    troisqua a dit :
    tu sembles psychologiquement en grande souffrance.... Vas-tu bien ?
          Tu aurais dû choisir Otto von Himbeergeist pour pseudo....
    Liberté, égalité, choucroute.
  • Ça m’évoque « faites-moi confiance » dans Le Viager. 

  • Modifié (20 Sep)
    Je radote mais c'est pour un lecteur éventuel, concernant les PASS il est recommandé de prendre Math+PC, il est toutefois possible de prendre PC+SVT avec maths complémentaires mais les notions apprises en SVT ne vous serviront pas aussi bizarre que cela puisse paraitre. En revanche c'est intéressant en cas d'échec à intégrer la filière MMOPK pour continuer en licence bio (qui doit alors correspondre alors à la mineure choisie en première année).
    Pour les LAS, il y a beaucoup plus de choix puisqu'il suffit d'être accepté dans une licence "normale" et de prendre la médecine en mineure. En revanche il y a moins d'étudiants qui viennent de LAS (toutes filières confondues) que d'étudiants qui viennent de PASS qui seront amenés à continuer en MMOPK.
    Je signale aussi qu'à ce jour, de nombreuses facs de médecine mettent les exponentielles, les logarithmes et les équa diff au programme sans calculatrice en biostats pour des modèles statistiques et en physique également.
  • Modifié (20 Sep)
    @Troisqua: Tu peux envoyer ton lien à des tas de gens ici: ce genre de fils génère un blues de type déclinologique à coup sûr.
    Cela doit générer un malaise de penser, en même temps, il faut sélectionner (donc empêcher des gens d'accéder à certains cursus scolaires) et il n'y a pas assez de monde dans les cursus qu'on voudrait sélectifs.  >:)
  • Ce site https://pass-sante.com/quelles-specialites-choisir-au-lycee-pour-faire-medecine/ indique que PC+SVT+math complémentaires est le profil majoritaire parmi les étudiants de PASS.
  • Modifié (20 Sep)
    Je sais bien mais c'est une erreur pour qui est dans l'optique "médecine à tout prix", c'est nettement plus pertinent pour qui a besoin d'une issue de secours en cas d'échec à intégrer MMOPK (la 2ème année médecine). En fonction des profils et des facs désirées, je ne conseillerai pas la même chose mais il faut voir comment vont évoluer les programmes, globalement la plupart des facs mettent de moins en moins de maths depuis la réforme du concours médecine mais tant que les profs sont là... ben ça ne change pas tant que ça.
  • Modifié (20 Sep)
    Cette discussion s'éloigne des fondamentaux, qui sont pourtant limpides : l'EN fonctionne à la façon d'une colonne de distillation fractionnée, qui, en chimie, extrait le produit le plus noble (celui qu'on trouve sur le plateau supérieur), à savoir la quinzaine (?) d'individus (hommes ou femme) qui, par discipline,  entreront à Ulm.  Tout le reste est un déchet (je précise que je ne suis pas Normalien ...), que l'on va essayer de valoriser tant bien que mal, mais un déchet quand même.

    De ce point de vue, la baisse ces effectifs en sciences n'aura aucune conséquence, les Ulmites étant capables, je pense, de se passer de tout espèce d'enseignement ....

    La question de l'incidence sur le nombre d'ingénieurs est malgré tout intéressante, mais les ingénieurs français étant priés de faire du management et des présentations PowerPoint très rapidement dans leur carrière, on peut valablement considérer que cela n'a également aucune importance.

    Fort de mes années actives (passées) dans différents secteurs, je pense que les Bureaux d'études où on se donne la peine de TOUT calculer (mécanique, thermique, électronique, chimie, fiabilité, etc sont finalement assez rares (transports en général (incluant ferroviaire, automobile et aérospatial), nucléaire, génie civil (il faut mieux que le pont ne s'écroule pas ...). Il serait intéressant de chiffrer les besoins de ces secteurs.

  • Modifié (20 Sep)
    umrk a dit : Il serait intéressant de chiffrer les besoins de ces secteurs.
    Ce qui est compliqué car en même temps il y a la question des salaires (la masse salariale) qui y est indissociablement liée.
    Pour écraser cette masse salariale il faut du "gras" dans les effectifs d'apprentis ingénieurs, c'est-à-dire qu'on veut former plus de gens que le marché de l'emploi peut en absorber dans ces secteurs d'activités pour qu'il y ait une vraie concurrence entre les gens qui y cherchent du travail.
    Autant le dire, qu'on ne peut pas faire confiance à tous les nombres qui sont avancés en ce qui concerne le prétendu manque d'ingénieurs.
    (ces chiffres prennent en compte ce "gras" et je ne vois pas comment le chiffrer)
  • Modifié (20 Sep)
    A mon avis, c'est n'importe quoi cette déification des normaliens (où ulmistes), ils sont très bons dans leur domaine de compétence certes mais ce ne sont pas des sur-hommes (ou sur-femmes). J'en ai connu dont mon directeur général actuel qui ne fait plus du tout de recherche par contre il a le sens des affaires, il faut bien l'admettre. Il a d'ailleurs travaillé sur ses qualités de management sur le tard ainsi que toute l'équipe dirigeante via des formations (comme quoi il manque des choses à l'école normale pour diriger une équipe)
  • @Vassillia: Ce n'est pas ce que dit Umrk, il ne déifie pas ces gens (je pense que c'est le contraire mais c'est mon interprétation). C'est un système qui tourne tout seul et plus personne ne sait pourquoi c'est comme ça.
  • umrk a dit :
    La question de l'incidence sur le nombre d'ingénieurs est malgré tout intéressante, mais les ingénieurs français étant priés de faire du management et des présentations PowerPoint très rapidement dans leur carrière, on peut valablement considérer que cela n'a également aucune importance.
    J’avais deviné le truc avant de choper mon plôme de nain génieur donc j’ai bifurqué.
    Cela dit, Fin de partie a raison de signaler le problème de la paie parce que chez les informaticiens, ça délocalise pas mal en Inde donc quand j’entends certains patrons chouiner parce qu’il faut plus d’ingénieurs (qui ne sont pas tous informaticiens, je sais) en France, je me pose des questions (enfin, j’ai une petite idée des réponses).
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • Modifié (20 Sep)
    Puisque je suis cité, j'interviens. A titre personnel, oui, je l'avoue, j'ai tendance à déifier les Ulmites (mais ce n'est pas ce que j'ai écrit, qui voulait plutôt dire qu'ils étaient hors normes).

    Mais à ceci j'ai une thérapie de choc, que je m'applique dans mes crises les plus aigües : je pense aux monuments de sottises qu'a pu produire l'école de philosophie de la Rue d'Ulm, maoïstes, Polpotistes et j'en passe (je pense bien sûr à l'ineffable Alain Badiou, ma tête de turc préférée).

    Le fait que dans ce que je considère le temple du savoir, on ait pu à ce point manquer du plus élémentaire bon sens restera à jamais pour moi un mystère insondable .... Ceci, plus le fait que celui considéré comme le plus grand philosophe, j'ai nommé Heidegger, (pardon je me suis trompé), ait été nazi, m'a convaincu que la philosophie n'était pas une discipline sérieuse (on juge l'arbre à ses fruits ...)


    www.umrk.fr (je précise, car le lien pointe sur un de mes romans, consacré (entre autres) aux ulmites)
  • Modifié (20 Sep)
    umrk a dit :
    Cette discussion s'éloigne des fondamentaux, qui sont pourtant limpides : l'EN fonctionne à la façon d'une colonne de distillation fractionnée, qui, en chimie, extrait le produit le plus noble (celui qu'on trouve sur le plateau supérieur), à savoir la quinzaine (?) d'individus (hommes ou femme) qui, par discipline,  entreront à Ulm.  Tout le reste est un déchet (je précise que je ne suis pas Normalien ...), que l'on va essayer de valoriser tant bien que mal, mais un déchet quand même.
    OUI ! Mais 70% des intervenants de ce forum sont des normaliens donc ils refuseront d’admettre cela. Mais en effet, tous les autres étudiants sont traités comme des déchets. En ingé, si t’as pas l’X, t’es un déchet, un sous-X qui passera systématiquement derrière un X même à 50 ans. Le système fronssais fixe les carrière à 20 ans. Et si tu n’es pas un bien né, tu es finito.
    umrk a dit :
    De ce point de vue, la baisse ces effectifs en sciences n'aura aucune conséquence, les Ulmites étant capables, je pense, de se passer de tout espèce d'enseignement ....
    La question de l'incidence sur le nombre d'ingénieurs est malgré tout intéressante, mais les ingénieurs français étant priés de faire du management et des présentations PowerPoint très rapidement dans leur carrière, on peut valablement considérer que cela n'a également aucune importance.
    Il n’y a pas d’industries en France, que peuvent donc faire les “ingénieurs formés ” ? Plus grand chose malheureusement. On ne peut pas participer à l’élaboration d’un projet qui n’existe pas. Cette fétichisation permanente des 20 élèves de l’Oulme montre bien que le système français est complètement zinzin . Je peux compendre la fétichisation d’Oxbridge... et de leur 80 000 étudiants, mais pas de l’Oulme et de leurs 15 étudiants. Mais le paramètre éludé c’est simplement que l’élève de cet école n’a pas reçu le même enseignement en primaire, au collège, au lycée que toi (ou moi). En fait on peut dire qu’en France ta caste se fixe dès l’âge de 7 ans . Si tu n’as pas accès au collège qui fait du “hors programme” tu es finito, tu auras Centrale au mieux. Quant à ta remarque sur la philo, il est parfaitement inutile de lire quoi que ce soit de philosophique écrit après les années 20 (ou 30 ou 40), tant le domaine a été infesté par les communistes.
    --->  ~ Heartbeat Heartbeat ~ www.youtube.com/watch?v=yogaAzfzpkk <---
  • Modifié (21 Sep)
    @Positif En tout cas, ton commentaire montre bien qu'Étienne Klein avait peut-être tort de dire que les ingénieurs en entreprise étaient des gens modérés capables d'apporter du bon sens et de la nuance.
  • @Ramon Mercader : heureusement que ceux qui demandent aux autres s'ils vont bien sur le plan psychologique ne sont pas tous des médecins. Tes proches ne te le demandent-ils pas ?
  • Positif a dit :
    OUI ! Mais 70% des intervenants de ce forum sont des normaliens
    Ha bon…
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • Modifié (21 Sep)
    J'ai une autre explication possible pour toi @Positif
    Tu te sens traité comme un déchet car ton comportement est inadapté aux besoins de ton entreprise et/ou car tes exigences ne sont pas en adéquation avec ton apport personnel et collectif. Comme tu ne veux pas te remettre en question, tu te cherches des excuses au point d'inventer des chiffres totalement fictifs en guise d'argument. Rien de bien surprenant quand on te lit, je te souhaite d'évoluer personnellement ce qui me semble le prérequis à évoluer professionnellement. Cela ne dépend pas que du diplôme contrairement à ce que tu sembles croire et je connais plusieurs exemples dans ce sens.
  • dpdp
    Modifié (21 Sep)
    @Positif Il y a bien d'autres endroits où réagir avec des messages de ce type (à presque chaque conversation où tu interviens...) ferait que tu serais très rapidement qualifié de complotiste.
  • DomDom
    Modifié (21 Sep)
    Étonnant quand même de parler de déchet. 
    Je ne me cache pas derrière mon petit doigt, par exemple pour les élèves de 3e, on entend quasiment ce discours sur ceux qui ne vont pas en 2ndeGT (des élèves parlent comme ça, des parents aussi et même parfois des profs…).
    Mais pour le post-bac, j’ai rarement entendu ça.
    Sur le fond du sujet [« moins de matheux » ou « moins de scientifique »] j’avais déjà dit que c’était exactement le fond de la réforme. 
    « On va mettre des maths facultatives au lieu de obligatoires => moins d’élèves feront des maths ». 
    Ça me semble être une évidence.
  • Modifié (21 Sep)
    Positif a dit :
    OUI ! Mais 70% des intervenants de ce forum sont des normaliens donc ils refuseront d’admettre cela
    Tu as accès au CV de tous les membres de ce forum? >:) Je n'y crois pas à tes 70%.
     Cette fétichisation permanente des 20 élèves de l’Oulme montre bien que le système français est complètement zinzin
    Pourquoi 20? Ce sont les mêmes élèves chaque année? >:)
  • Idem, ça ferait beaucoup, je prends ce discours « des 70% » plutôt sous une forme rhétorique. 
    Par contre, j’imagine qu’on a beaucoup de profs de sup ou de docteurs ou autres statuts universitaires dans ce merveilleux forum. Puis des profs agrégés aussi qui attestent d’un certain niveau en maths. Sans savoir dans quelle proportion (dont je me moque d’ailleurs, l’avantage est justement de parler maths et il n’y a pas à regarder les galons en maths mais les arguments, c’est ça aussi le réel avantage de cette discipline de mon point de vue).
  • Modifié (21 Sep)
    @Dom: La conséquence de la sélection est une hiérarchie de fait dans le cursus scolaire des gens. Il y a une tentation pour ceux qui sont au sommet de cette hiérarchie de traiter ceux qui sont bien en dessous d'eux comme des "déchets"*. Dans un tel système tout individu normalement constitué devrait aspirer à être le plus haut possible dans cette hiérarchie (c'est le message implicite délivré aux élèves me semble-t-il). Ce qui précède est une banalité je m'en excuse.
    *: j'avais lu un papier qui discutait de la perception du déclassement social des gens. Ce qui les atteignait le plus semble-t-il est qu'il y ait moins de gens en dessous d'eux, il n'y a pas une perception intrinsèque de leur condition, elle se fait par comparaison avec les gens en dessous qui finissent par être perçus comme une menace.
  • DomDom
    Modifié (21 Sep)
    « Il y a une tentation pour ceux qui sont au sommet de cette hiérarchie de traiter ceux qui sont bien en dessous d'eux comme des "déchets" »

    Je ne trouve pas que ceci soit une banalité et je pense même que c’est faux. Qu’il existe des gens qui ont ce profil, oui, mais que ce soit tout le monde, non, je n’en crois rien.
    Dis-tu que toi, si tu étais « tout en haut », alors tu traiterais les gens « bien en dessous » comme des ”déchets”, ou que tu aurais eu la tentation de le faire ? Ma question est juste de savoir si c’est une loi sur les humains (tous sont comme ça) ou pas. 
  • SocSoc
    Modifié (21 Sep)
    Pour avoir fréquenté un certain nombre de normaliens, je n'ai pas constaté de mépris particulier de leur part envers les autres. Ce qui peut arriver pour certains est qu'ils pensent que ce qu'ils ont obtenus par le travail, tout le monde peut l'obtenir par le travail et donc considérer que les autres devraient faire plus d'efforts.
    Pour ce qui est de ceux qui ont un autre cursus, il est naturel et même légitime d'être impressionné par la performance de ceux qui arrivent dans les 30 premiers parmi 10000 (combien d'élèves en 2eme année de CPGE ?), sans pour autant avoir besoin de les déifier. Souvent ceux qui refusent d'être impressionnés aiment se dire qu'ils auraient pu y arriver en travaillant davantage, pour ma part j'en suis moins certain. On peut compenser un déficit de travail par un bon câblage, on peut compenser une différence de câblage par beaucoup de travail, mais on ne peut pas rattraper ceux qui sont mieux câblés et travaillent plus.
  • @Dom: Les gens qui se hissent au sommet de cette hiérarchie sont convaincus que c'est sur leur seul mérite donc dans leur tête les gens qui n'arrivent pas à faire la même chose qu'eux ne sont pas méritants, n'ont pas fait les efforts pour y arriver. De là, à penser qu'ils sont des "déchets" il n'y a peut-être qu'un petit pas à effectuer.
  • Modifié (21 Sep)
    Dom a dit :
    Étonnant quand même de parler de déchet. 
    Je ne me cache pas derrière mon petit doigt, par exemple pour les élèves de 3e, on entend quasiment ce discours sur ceux qui ne vont pas en 2ndeGT (des élèves parlent comme ça, des parents aussi et même parfois des profs…).
    Mais pour le post-bac, j’ai rarement entendu ça
    Dans un système de concours classants, tout ce qui est hors du premier prix est un lot de consolation. Les déchets commencent à partir du deuxième rang. Les polytechniciens appellent les étudiants des Mines qui essaient de passer dans le Corps des Mines les “faux minards”, les étudiants de l’ENS toisent ceux qui entrent dans l’établissement via la voie universitaire (et les profs aussi !). Les entreprises ont des “grilles de salaires” dans lesquelles tu es moins payé que les polytechniciens, etc etc etc...
    --->  ~ Heartbeat Heartbeat ~ www.youtube.com/watch?v=yogaAzfzpkk <---
  • « Les gens qui se hissent au sommet de cette hiérarchie sont convaincus que c'est sur leur seul mérite donc dans leur tête les gens qui n'arrivent pas à faire la même chose qu'eux ne sont pas méritants, n'ont pas fait les efforts pour y arriver.»

    Non. Je ne suis pas d’accord avec cette affirmation. 
  • Et si, au lieu d'attribuer citations et comportements à des personnes qui n'ont rien demandé, nous nous tournions vers les principaux intéressés : les normaliens et polytechniciens du forum, afin de connaitre leurs opinions ?
    Nous pouvons aussi arrêter cette mascarade et reprendre normalement le fil du sujet.
  • @Dp: Pardon d'avoir interrompu cette séance de déploration.
  • @Dom: C'est socialement mal vu d'afficher son mépris publiquement.
  • En fait, quand tu dis « les » à chaque fois. N’est-ce pas de toi que tu parles si tu étais à ces places là ?
    Tu avais utilisé le terme « turpitude » en te trompant. Mais peut-être convient-il, là…
  • Modifié (21 Sep)
    @Dom: Tu me demandes de me projeter dans une réalité alternative. On se construit sur un vécu réel.
    Je ne peux pas te répondre. Dans un univers parallèle j'ai peut-être un clone qui a fait ULM et qui méprise tous ceux qui n'ont pas fréquenté cette école, je ne peux pas dire plus.
  • Modifié (21 Sep)
    "je ne peux pas dire plus."
    Non ce n'est pas vrai car tu aurais pu compléter par "....mais dans un autre univers parallèle j'ai peut-être un clone qui a fait ULM et qui ne méprise pas tous ceux qui n'ont pas fréquenté cette école". Mais tu as choisi l'alternative (tout aussi infondée que l'autre) qui t'arrange.
  • Modifié (21 Sep)
    J'ai simplement voulu (en forçant le trait) exprimer quel est mon ressenti par rapport à un Ulmite, moi qui ne le suis pas. La question de savoir quel peut être le ressenti d'un Ulmite dans l'autre sens est totalement distincte ....

    www.umrk.fr
  • +1 avec @dp d'autant que je ne serai pas surprise que certains contributeurs de ce fil soient normaliens et pas du tout dans les plus méprisants mais au contraire dans les plus silencieux. Dans une tentative de recentrage, je recopie les raisons évoquées dans l'article :
    • La quasi-absence de sciences dans le tronc commun : le choix de disciplines scientifiques est donc limité aux spécialités, ce qui peut expliquer la diminution des effectifs des profils scientifiques.
    • Le statut d’option des cours de mathématiques de terminale maths complémentaires et maths expertes : ces heures sont exclues du cursus standard. Elles engendrent une inégalité d’offre dépendant du budget et de la politique de l’établissement et non du choix de l’élève. Leur caractère facultatif entraîne une réduction des effectifs des profils scientifiques à forte dominante mathématique. Leur statut d’option est contradictoire avec leur rôle déterminant pour l’orientation vers de nombreuses filières du supérieur.
    • La politique et le discours du libre choix : ils sont contradictoires avec la promotion des orientations scientifiques et l’information sur les choix nécessaires à faire pour permettre de favoriser la réussite d’études supérieures en sciences. L’annonce d’ajout de 1h30 de maths en première risque d’aggraver la situation actuelle.
  • @Troisqua: C'est possible aussi que j'ai un clone dans un univers parallèle qui a fait ULM et qui ne méprise pas les autres pour ne pas avoir fréquenté la même école. Mais dans notre univers je n'ai pas fait ULM et je ne méprise pas les autres de ne pas avoir fait ULM.

    Dom voulait me faire dire que ce que j'écrivais plus haut était, en fait, la description de ce que je pensais. Je lui faisais remarquer que notre vécu réel nous modelait et que je n'exclus pas le fait que quelque part dans un univers parallèle ce qu'il dit est vrai, mais dans notre univers (le seul bien réel), ce qu'il dit est faux. >:)

  • SocSoc
    Modifié (21 Sep)
    @Fin de partie Tu ne veux pas extrapoler pour toi-même alors que tu es le mieux placé pour le faire, mais tu es prêt à extrapoler pour tous les autres, j'imagine que tu peux saisir la limite de ce positionnement.
    Les divers intervenants de ce forum n'ont sans doute ni l'envie ni le besoin d'exposer leur pédigrée et c'est tout à leur honneur. Il est vrai que certains semblent penser détenir la Vérité ici aussi, mais ce n'est pas la norme.
    @vassillia: Pour tenter de te suivre dans le recentrage, la volonté (affichée tout au moins) de rehausser brutalement le niveau en mathématiques a pu effrayer tous ceux qui avaient conscience ou peur de ne pas l'avoir.
    Un des problèmes est qu'au sortir du collège l'hétérogénéité est beaucoup plus marquée en mathématiques que dans les autres disciplines. Les élèves qui ont les connaissances requises pour poursuivre un cursus scientifique sont peu nombreux, et parmi ceux-là nombreux sont ceux qui peuvent et veulent s'orienter autrement.
  • Modifié (21 Sep)
    @Fin de partie  : C'était pas la peine de me faire un résumé, j'avais déjà compris merci.
    Régulièrement tu fais des procès d'intention et en plus, tu essentialises. Tes propos deviennent caricaturaux donc plus provocants qu'intéressants, mais tu persistes alors qu'on est nombreux à te pointer ce problème. Pour le coup, ta pirouette était un peu nouvelle avec un autre sophisme : le faux dilemme (qui ici consistait à dire "la seule alternative aurait été d'avoir un clone ulmard méprisant" alors que bien évidemment ce n'était pas la seule possible). Je te connaissais par tes autres sophismes, mais pas encore par celui-là.
  • DomDom
    Modifié (21 Sep)
    Non, non, je ne joue pas à vouloir faire dire des trucs. 
    Je remarque que tu dis « tous les » tout le temps. Et je me demande pourquoi. 
    Tu as tout de même mis de l’eau dans ton vin en disant « peut-être » en parlant d’un éventuel clone. 
    Tant mieux, allez.
  • @Vassillia : je trouve les trois points évoqués par le rapport, tout à fait pertinents.
    Concernant le problème de la formation d'ingénieurs qui souffrirait de lacunes chez les recrutés, de mon expérience personnelle, c'est tout à fait juste. Dans l'INSA où je travaille, environ 20% de nos nouveaux effectifs recrutés sont en difficulté pour suivre le programme (nécessaire aux départements de spécialités à partir de la 3ème année). Ce taux était inférieur à 5% il y a une dizaine d'années.
    Dans le même temps, l'école manque de profs expérimentés (l'essentiel du personnel est contractuel). L'accompagnement individuel (soutien) a également diminué (en qualité et en quantité). Le résultat c'est qu'on nous impose de devenir moins exigeant pour tout le monde (car impossible de se couper en quatre). Les épreuves d'examen deviennent un peu ridicules, les étudiants en savent de moins en moins, il ne sert à rien de le nier, et sont les premiers à se dire qu'ils pourront s'en sortir en faisant du management davantage que des sciences.
    Ce n'est donc pas nécessairement toujours un souhait des entreprises de ne plus avoir de R&D, c'est en partie faute d'une offre de compétences chez les recrutés.
  • Modifié (21 Sep)
    @Troisqua: Dom s'attendait à ce que je me défende* et lui dise: jamais de la vie je ne peux pas penser ça mais je ne voulais pas me contenter de ça, trop facile. Nous sommes le produit, en particulier, de notre vécu. Si tu es entouré de gens qui croient que leur mérite les met au dessus des autres c'est difficile de ne pas être contaminé par une telle pensée quand on sait que souvent nous nous conformons à des idées** pour nous intégrer à un groupe.
    *: Je ne pense pas qu'il s'attendait  à ce que je lui dise: tu as raison, je méprise tous les gens qui n'ont pas fait ULM ou une grande école.
    **: l'intégration est plus aisée quand on partage les idées, les us, du groupe.
  • Modifié (21 Sep)
    @Fin de partie  : tu as écrit "Dom s'attendait à ce que je me défende" et je me suis arrêté là (procès d'intention).
    Ensuite "Si tu es entouré de gens qui croient que leur mérite les met au dessus des autres" : prémisse discutable (infondée) qui amène une conclusion qui serait quasi systématique (forme de faux dilemme).
  • @Troisqua: Tu as mal lu.
  • Modifié (21 Sep)
    J'ai fait un copier coller de ton commentaire. Je m'arrête ici concernant notre échange.
  • Modifié (21 Sep)
    @Troisqua: Mais tu avoues que tu n'as pas lu la suite.
    FDP a dit :
    *: Je ne pense pas qu'il s'attendait  à ce que je lui dise: tu as raison, je méprise tous les gens qui n'ont pas fait ULM ou une grande école.
    PS.
    C'est trop facile de ne pas dire les choses clairement mais de les suggérer pour pouvoir prétendre qu'on ne les a pas dites.
  • « Si tu es entouré de gens qui croient que … »

    Supposons que cela soit vrai. Ok. 
    Mais il y a un « Si », ouf. 
    Et donc, tu « ces gens » qui t’entourent ne sont pas comme ça ?

    Bref. Encore cette pensée essentialisante sans fondement. On est plusieurs à dire dans ce forum pour diverses discussions qu’en disant « les » on se plante assez vite. 
    Je crois que la digression est close. 
  • @Dom: Tu crois que ta pensée vient du vide, pas du tout de ton éducation, de ton vécu, de tes efforts à appartenir à un groupe?
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!