Le brevet cuvée 2022 — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Le brevet cuvée 2022

La bonne nouvelle: ce sera rapide à corriger! 2 pages pour ceux qui ne font rien, 4 max pour ceux qui font tout. Tout se fait sans rédiger ou presque.
Pour le reste, pas de trigonométrie, pas de réciproque de Thalès ni de Pythagore, pas de fractions, un QCM à 3 choix (sans points négatifs j'imagine), des conversions et de la proportionnalité en quantité (faut bien meubler). La seule question où il faudrait éventuellement rédiger est le trop classique exercice de PGCD qui n'est compréhensible que par 5 élèves par classe et que personne ne rédige ou presque. Les très bons élèves ont surement fini en 1h. Pour un tel format il serait plus judicieux de faire un QCM géant du type qui tournait sur ce forum (TESCIA je crois)
Je vais chercher le courage de vous faire quelques photos.

«134

Réponses

  • La rédaction se jugera aussi sur la mention des conditions d'utilisation du théorème de Thalès et la petite phrase d'introduction du théorème de Pythagore. Ainsi que sur les phrases conclusions !
    Sujet plus facile que les dernières années je trouve car beaucoup de choix proposés, en plus du QCM. 
    La seule question un peu délicate, outre celles sur le PGCD (qu'il ne faut pas nommer) et le calcul littéral bien sûr, est celle où il faut ajouter -21 dans le programme scratch.
    Bref, je suis d'accord pour dire que ça va être rapide à corriger !
  • Le sujet est sorti sur Touitère une demi-heure avant le début de l’épreuve, paraît-il.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • Modifié (30 Jun)
    J'ai surveillé un massacre. Dans ma salle 70 % des élèves se sont trompés pour l'aire d'un carré. 
    80% n'ont pas réussi la question 1 de l'exercice 1.
  • Anecdotes entendues dans les 10 km autour de chez moi. Dans le collège A la fuite n'a pas eu de conséquences. Dans le collège B les élèves ont attendu 2 h avant de composer sur le sujet de secours.
  • Modifié (30 Jun)
    Après je suis dans un collège REP les élèves ne font rien de l'année et leur parent s'en foutent.
    Triste qu'en arrivant au lycée les élèves ne connaissent pas l'aire d'un carré.
  • Math Coss a dit :
    Anecdotes entendues dans les 10 km autour de chez moi. Dans le collège A la fuite n'a pas eu de conséquences. Dans le collège B les élèves ont attendu 2 h avant de composer sur le sujet de secours.
    De source sûre pour le collège B ?
  • L'exercice 1 est insoluble car rien ne dit que tous les pas sont de la même longueur.
  • C'est sérieux cette histoire de fuite? Pas très envie d'une épreuve de secours à corriger pendant les vacances pour un examen qui n'a plus aucun sens...
  • Modifié (30 Jun)
    La dernière question va faire mal ...
    Résoudre $x^2+4x-21 =x^2$
  • L'exercice 1 peut se faire avec des triangles semblables et de la trigo, mais personne ne l'aura fait ainsi.
  • DomDom
    Modifié (30 Jun)
    La fuite… non… 
    Pas d’inquiétude pour les maths.
    Vous saurez dès demain matin ce qu’il en est sur cette histoire de fuite. 
    Pour la question 1 de l’exercice 1 c’est très classique de se planter : à force d’essuyer Pythagore et Thalès tout le temps, on oublie le théorème de 6e. 
    Je ne m’en moquerais pas du tout. 
    Ça plante tout l’exercice… mais c’est comme ça. 
    C’est très courant que même un élève « bon » sèche  là-dessus.  

    Jaymz, je ne crois en rien que la rédaction (Pythagore Thalès) va compter beaucoup. Les points vont être généreusement attribués. C’est encore comme ça. Et après tout, si le gamin sait faire les calculs, « c’est c’qui compte ». Ainsi, je parie sur 1 point de moins maximum… nous saurons peut-être…

    Soc, oui, l’équation banale ne sera pas résolue. 
    JLT, oui, bon, les pieds et les pouces sont des unités fixes (selon les pays !) donc les pas, ça passe sans problème. N’exagérons pas. 
    Amusante la vasque : elle n’a pas de trop plein pour évacuer l’eau en cas de pépin. Dommage.
  • @JLT dans l'exo original les pas sont considérés de même longueur : 65 cm


    "J'appelle bourgeois quiconque pense bassement." Gustave Flaubert
  • Ah ça me paraît plus correct avec les mots "approximativement" et "approximative". L'exo est tiré d'un livre ?
  • DomDom
    Modifié (30 Jun)
    Ça ressemble à sesamaths, me dis-je. 
    Bon, il existe une flopée d’exercices de ce type un peu partout, non ?

    Je trouve quand même que tu chipotes un peu, JLT. Je ne vais pas critiquer la rigueur qui me tient très à cœur m’enfin là, bon…

  • Il est possible que quelques candidats utilisent la trigo pour la question 2 de l'exercice 1. J'ai déjà vu le faire pour cet exercice archi classique qu'on retrouve quand même très régulièrement !
    Pour les quelques copies que j'ai regardé rapidement, c'était effectivement un massacre.
    Sinon, j'espère qu'il n'y aura pas de suite pour cette histoire de fuite car si l'anecdote de Math Coss se révèle vraie, l'épreuve devrait légitimement être repassée.
    Dom, je n'ai pas dit que la rédaction compterait pour beaucoup, j'ai dit, en réponse à Soc, qu'elle s'évaluerait notamment avec les questions utilisant Thalès, Pythagore etc... et pas que pour le PGCD. Je ne pense pas effectivement que la rédaction compte pour beaucoup, comme les dernières années, car ce n'est plus malheureusement une priorité !
  • Pour Le Parisien : « Brevet des collèges : le sujet de secours est tombé ! » « sans que l'on sache pour le moment s'il s'agit d'une fuite, a révélé RTL. »
  • Là, non seulement ils ont repris les mêmes valeurs numériques, mais ils ont aussi fait un copier-coller du dessin, excepté qu'ils ont rajouté des points A, B, C, D, E sur la figure pour faciliter la tâche des élèves.
  • xaxxax
    Modifié (30 Jun)
    @JLT oui : Sesamath cycle 4 2016
    "J'appelle bourgeois quiconque pense bassement." Gustave Flaubert
  • DomDom
    Modifié (30 Jun)
    Ha oui, ok, j’avais mal compris. 
    Une remarque pour cette histoire de PGCD : ils retirent le PGCD des programmes, ils mettent les nombres premiers et ils s’amusent à mettre une question de PGCD. C’est idiot quand même, de mon point de vue. 
    L’exercice est classique mais désuet après cette réforme de 2016. 
    Il garde un intérêt mais ceux qui le réussissent sont ceux qui appliquent la recette de cuisine. Bref. 
    Pour « la fuite » d’un sujet. 
    Pas de panique d’après mon petit doigt. 
    Par contre les chefs de centre ont intérêt à ne pas tomber en panne de photocopieur… 
  • Dom : d'accord avec toi pour l'histoire du PGCD sans le nommer, c'est vraiment naze. Personnellement je fais noter PGCD(... ; ...) et PPCM (... ; ...) à mes élèves de 3e, il faut appeler un chat un chat bon sang.
  • Je n’y avais pas pensé. C’est une très bonne idée d’insérer quand même PGCD(…;...) et PPCM(…;…) et d’utiliser les décompositions en facteurs premiers. 
    Au moins les nombres premiers sont appliqués de manière pertinente. Ça va passer loin de beaucoup de d’élèves, mais c’est comme tellement d’autres choses, donc…

  • Modifié (30 Jun)
    Math Coss a dit :
    Pour Le Parisien : « Brevet des collèges : le sujet de secours est tombé ! » « sans que l'on sache pour le moment s'il s'agit d'une fuite, a révélé RTL. »
    Heu, article du 28 juin 2011 :-)
  • Modifié (30 Jun)
    Je fais comme Arnaud G : on doit utiliser la décomposition en facteurs premiers pour retrouver un PGCD ou PPCM mais sans le nommer expressément ! Donc perso, je dis aux élèves que ça s'appelle ainsi mais que le nom PGCD ou PPCM n'est pas exigible, au contraire de la méthode pour utiliser cette notion dans un exercice comme posé lors de l'épreuve.
    Edit : https://www.huffingtonpost.fr/entry/brevet-2022-leducation-nationale-va-porter-plainte-apres-la-fuite-de-sujets_fr_62be0098e4b0f6125724b4d0
  • DomDom
    Modifié (30 Jun)
    Mon petit doigt ne m’a pas raconté cette histoire. 
    J’en dis plus demain si ce que l’on m’a dit est avéré.
    Cela dit, il a pu se passer en même temps plusieurs péripéties différentes dans les différents centres d’examen. 
  • Modifié (30 Jun)
    Ah ! Désolé pour le fumble du Parisien. Le Monde du jour alors : « Brevet des collèges : plainte du ministère de l’éducation nationale après une fuite des sujets ».
    Addendum : Le Figaro : « Brevet des collèges : l'Éducation nationale va porter plainte après la fuite de sujets ».

  • Dans l'exercice scratch la lettre R c'est pour faire penser à l'aire ?
  • Hum… « Résultat » peut-être ? « Réponse » ?
    Ça ne manque pas d’R. 
  • Si on n'a pas de résultats de cours sur le PGCD cet exercice est totalement infaisable (dans le sens démontrer le résultat, et non pas le deviner) pour les élèves de 3ème, y compris les meilleurs. De fait, même avec un cours sur le PGCD,  je n'ai jamais vu un seul élève le rédiger juste sans l'avoir vu auparavant. Même si ce type d'exercice est intéressant, vouloir le mettre au brevet a toujours été une imbécilité. C'est du même niveau d'incompétence que de mettre les probabilités non équiprobables au collège... D'ailleurs en y pensant je me dis que je vais les supprimer de mon cours l'an prochain...
  • Tout à fait d’accord. 
    Rien que le raisonnement pour déduire « le nombre doit diviser chacun des nombres » est soit absent, soit récité. 

    Pour les probas : oui, il faut (de mon point de vue) traiter d’abord des cas avec non équiprobabilites des issues. Dans beaucoup de manuels, c’est insupportable, on ne trouve que des choses équiprobables comme « 10 billes bleues, 10 billes rouges » ou encore « on écrit A B C A B C  dur les faces d’un dé équilibré » ou encore une roue avec autant de quartiers de chaque catégorie, complètement débile. 
    Et ça pousse à écrire, à dire : « comme on a $n$ issues, c’est $1/n$ pour chacune ». Débile et faux. 
    On crée l’implicite, on apprend à l’élève à ne pas s’occuper du fait que ce soit uniforme. Super…
  • SocSoc
    Modifié (1 Jul)
    J'ai du mal m'exprimer :) À mon sens il faut au contraire ne faire que de l'équiprobabilité au collège. Pour moi l'intuition des probabilités c'est tout simplement la proportionnalité, qui correspond au cas d'équiprobabilité. Le cas non équiprobable est une généralisation de la définition en se mettant à considérer des lois de répartition non uniformes, mais qui nécessitent d'avoir déjà correctement appréhendé le cas uniforme, ce qui n'est pas si évident, et encore moins si on le mélange avec les cas non équiprobables.
    Même dans ce cadre on peut très facilement introduire des cas de non équiprobabilité en se mettant à considérer des évènements comme des issues. Par exemple 5 jaunes, 3 vertes et 2 bleues, on commence par considérer que l'on a 10 issues, une fois connues les probabilités on fait considérer la même expérience en ne considérant que la couleur comme issue et on obtient 3 issues non équiprobables.
  • Modifié (1 Jul)
    Soc a dit :
     C'est du même niveau d'incompétence que de mettre les probabilités non équiprobables au collège...
    Je n'ai pas eu la même lecture de Dom. Pour ma part j'ai toujours trouvé absurde ces exercices de troisième avec des arbres (pondérés) avec la fameuse phrase style "on multiplie les probabilités le long d'un chemin.
    Édit: je n'avais pas vu la réponse de Soc...
  • @Biely Justement, dans le cas équiprobable on comprend bien que c'est prendre une proportion d'une proportion, donc on les multiplie. En revanche dans le cas non équiprobable c'est du chinois pour les élèves.
  • Mais ce type d'exercice (le pokemon donc) est au programme.
    Dans le programme officiel cycle 4  et dans les attendus de fin de 3ème, on retrouve la mention suivante : "[L'élève] modélise et résout des problèmes mettant en jeu la divisibilité (engrenages, conjonction de phénomènes…)."
    Avec comme exemple : 
    "Deux ampoules clignotent. L’une s’allume toutes les 153 secondes et l’autre toutes les 187 secondes. À minuit, elles s’allument ensemble. Détermine l’heure à laquelle elles s’allumeront de nouveau ensemble. "
    Par contre, et c'est ce que je disais, il n'est pas mentionné le PGCD et PPCM dans les programmes, donc on peut très bien leur apprendre la méthode ( à partir de la décompo en facteurs premiers) sans dire que c'est le PGCD !
    Après ce type d'exercice est faisable sans faire intervenir ces notions mais que ce soit avec ou sans, ça ne s'improvise pas et il faut l'avoir vu pendant l'année.
  • Pour ceux qui corrigent, on peut décider par exemple que chacun prenne en photo la meilleure copie sur l'exercice du PGCD et on les publie ici, cela permettra de mieux visualiser ce que font au mieux les élèves.
  • DomDom
    Modifié (1 Jul)
    En effet, gros désaccord. 
    Je pense qu’il faut d’abord traiter de l’inéquiprobabilité (on donne une loi et on demande les probas d’évènement, ça donne la manière de calculer - additionner les probas quand c’est disjoint, en gros). 
    Puis traiter les cas des billes de couleur et annoncer la méthode classique quand c’est équiprobable.
    Je répète : demandons à la fin de la séquence « si tu as trois issues dans une expérience aléatoire, quelle est la probabilité de chacune ? »
    Attendre la réponse et se demander s’il ne faut pas mettre en garde !
  • La réponse qu'ils vont te donner est la plus naturelle qui soit. Ce n'est pas une mécompréhension des probabilités, c'est une mécompréhension du cas non équiprobable, ce qui est tout à fait normal. Il faut dans un premier temps se baser sur l'intuition, lui donner un cadre mathématique, puis dans un second temps (au lycée) chercher à étendre sa définition à des cas plus complexes.
  • OShine a dit :
    80% n'ont pas réussi la question 1 de l'exercice 1.
    C'est normal, l’énoncé demande de démontrer alors que ce n'est en général pas vu au collège. Un élève peut comprendre pourquoi les droites sont parallèles sans comprendre la question ou ce qui est attendu. Pour démontrer, il faut une axiomatique, ou appelez-la comme vous voulez, mais bref, il faut quelque chose que l'on n'a pas.
  • « La réponse qu'ils vont te donner est la plus naturelle qui soit. »

    Justement non. 
    Demande-leur quelle est la probabilité d’obtenir le brevet. 
  • Modifié (1 Jul)
    Le seul problème de la question 1 de l'exercice 1 est que les élèves ont oublié leurs cours de sixième...

  • Modifié (1 Jul)
    Dom a dit :
    « La réponse qu'ils vont te donner est la plus naturelle qui soit. »
    Justement non. 
    Demande-leur quelle est la probabilité d’obtenir le brevet. 
    Ils vont te répondre: 100%! Dans ce domaine il n'existe plus qu'une seule issue. :D
    Pour l'étude des cas non équiprobables en troisième je suis totalement pour mais à condition de ne pas dire les choses à moitié et de prendre son temps ce qui est loin d'être le cas en général (le plus souvent c'est presque toujours des cas équiprobables et d'un coup on balance un ou deux cas non équiprobable d'où l'incompréhension et les nœuds dans le cerveau).
  • DomDom
    Modifié (1 Jul)
    biely, 
    oui, c’est exactement ça. 
    Même si les profs l’ont fait toute l’année, l’élève ordinaire se lance dans « la réciproque de Thalès » et se retrouve à chercher le problème « on ne donne pas toutes les longueurs, ce n’est pas normal !!! ». 
    Et c’est cuit. Trente minutes foutues à la poubelle. 
    Je suis d’accord [au sujet de ce que tu dis sur les probas]. Il faut le faire « bien ». Ne pas faire semblant. 
  • Enfin tout de même dans le cas non équiprobable expliquez-moi quel genre de situation un élève serait capable de modéliser. Connaitre les formules c'est une chose, mais y mettre du sens cela me semble plus important et je ne vois comment un élève de 3e pourrait y parvenir.
  • DomDom
    Modifié (1 Jul)
    Des cas non équiprobables (couleurs des billes) se ramènent à des cas équiprobables (étiquetage dès chaque bille). 
    C’est bien ça. 

    Mais j’insiste un peu : si un élève répond qu’il a une chance sur deux d’avoir son permis car « soit il l’a, soit il ne l’a pas », alors on il a complètement foiré la séquence « proba ». 
    Je crains qu’en ne faisant que des exercices avec probas uniforme, on ne génère institutionnellement l’erreur grossière.   
  • Alors tu fais de l'équiprobable et ils doivent apprendre à différencier événement et issue. Montre-moi du vrai non équiprobable!
  • Ça ne vous choque pas qu’il y ait autant de démontrer alors qu’on ne fait pas de démonstration dans la plupart des collèges ? Même il y a 30 ou 40 ans ça ne commençait qu’en 4e et c’était limité. C’est en contradiction avec la baisse d’exigence, aussi bien de fait que prônée par les inspecteurs, dans les établissements. 
  • Modifié (1 Jul)
    Bonjour Soc.
    On prend l'ensemble des matchs de foot de ligue 1 et 2. L'épreuve aléatoire est de tirer au hasard un match et de noter le nombre de buts. Les résultats 0, 1,.. 10 ne sont pas équiprobables. La distribution des valeurs est proche d'une loi de Poisson tronquée (constatation, pas de preuve). 
    Cordialement.
  • SocSoc
    Modifié (1 Jul)
    Donc ils ne modélisent pas, on leur donne directement les probas (qui au passage sont plutôt des stats transformées en probas).
  • DomDom
    Modifié (1 Jul)
    -Un dé truqué ?

    -Un dé avec les probas de chaque face proportionnelles au nombre indiqué par le chiffre ?
    quelle est la probabilité de « pair » ?

    -Une expérience avec univers de cardinal 3, {A;B;C} et avec p({A})=1/2 ; p({B})=1/3. 
    Trouver p({C}), calculer p(« voyelle »). 

    Dans quelques bouquins on donne les probabilités en écritures décimales et on demande les probabilités d’événements divers. 
    Je ne comprends pas où est l’angoisse.
  • Modéliser n’est pas la seule chose à savoir. 
    Tu vois bien que le « une chance sur n » est dangereux avec les questions sur les examens ou si tu veux sur « il pleut dehors ? il ne pleut pas ? ».
  • Sato, oui même si là, le premier « démontrer » est une démonstration (certes immédiate). 
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!