Docteur mais chomeur (est-ce normal ?) :\ - Page 2 — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Docteur mais chomeur (est-ce normal ?) :\

2

Réponses

  • On a plus besoin de docteurs en maths (même si certains ne sont pas au courant) que de millionnaires donneurs de leçons.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • Juliengenf a écrit:
    Au moins en me re-orientant vers une activité répondant à un vrai besoin, je suis devenu millionaire avant 40 ans,

    Bravo ! vous serez le plus riche cadavre du cimetière où on mettra votre carcasse après votre mort.
    Hélas cela n'impressionnera pas les vers de terre, ils ne savent pas ce qu'est l'argent.

    PS:
    C'est quoi un vrai besoin? Monter une startup pour produire des plantes digitalisées en blockchain? B-)
  • Heureusement qu'il y a des intervenants comme Flora ou juliengenf. Ça nous change du discours misérabiliste gauchiste. Chacun de nous est responsable de sa vie, et en voici deux qui le montrent bien par leur expérience et leur réussite méritée.
    Il y a cent mille emplois en France qui ne sont pas occupés. Et on nous invite à pleurer sur les pauvres « jeunes » des « quartiers » et des « cités » qui seraient victimes du chômage. Évidemment, juste « faire le chouf », ça gagne autant qu'un professeur, alors pourquoi prendre un travail honnête ?
    Va falloir que ça change.
    Bonne journée.
    Fr. Ch.
  • Chaurien, tu crois peut-être que tous les 60 millions de Français peuvent être millionnaires en même temps ?
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • Chaurien:
    Rappelle moi la profession qui t'a nourrie pendant une grosse partie de ta vie?
    Faites ce que je dis pas ce que je fais, c'est toujours le même refrain...
  • Si on pouvait avoir plus de docteurs en médecine. ;-) Chez moi on manque de tout, généralistes, spécialistes. Cela devient très très problématique.
  • Fin de Partie a écrit:
    Bravo ! vous serez le plus riche cadavre du cimetière où on mettra votre carcasse après votre mort.
    Avant, je disais : "Qu'on mange des nouilles ou des langoustes, on fait caca pareil.
    Maintenant, je dis : "Quitte à faire caca pareil, autant manger des langoustes."

    Parler du niveau de richesse après la mort n'est-il pas aussi illusoire que de parler des 40 vierges ?
    Il y a des arguments pour le socialo-communisme. Mais celui-là ne marche pas.

    Cela dit, les vierges n'aiment peut-être pas les langoustes.
  • L’ennui : il n’y a pas assez de langoustes pour tout le monde.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • PLM: Je ne vois aucun rapport entre ce que tu dis et mon propos. Pire, à mon sens, tu comprends le contraire de ce que j'ai écrit. Quand on est mort l'argent ne nous sert plus à rien, et même, si on croit qu'il y a un au-delà* je doute que la monnaie d'ici-bas y soit acceptée. B-)-

    Il n'y a pas besoin d'être le mort le plus riche du cimetière pour avoir eu une vie matérielle confortable.
    La plupart des individus essaient de concilier, avoir des activités qui les intéressent avec, avoir une vie matérielle confortable, sans obsession de devenir plus riches que leur voisins, leur amis.

    *: ce que je n'avais absolument pas évoqué dans mon dernier message donc je ne sais pas pourquoi tu me colles cette croyance " des 40 vierges". Pour tout te dire, je doute fort qu'il y ait un au-delà. On a qu'une vie.
  • Fin de partie a écrit:
    La plupart des individus essaient de concilier, avoir des activités qui les intéressent avec, avoir une vie matérielle confortable, sans obsession de devenir plus riches que leur voisins, leur amis.

    Ce qui s’appelle la décence commune et le refus de parvenir.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • Nicolas:

    Le mot "parvenu" est une expression inventée par les riches pour désigner des gens qui sont devenus riches sans que leur ascendants le soient depuis très longtemps. J'imagine qu'à la sortie de la guerre 39-45 on a vu le nombre de parvenus exploser du fait du marché noir. 8-)
  • Bonjour,

    @zeitnot : Le manque de docteurs en France est organisé par le numerus clausus depuis des décennies. Ce principe heurte ma conception de la concurrence et du libre marché. Il faut pas se plaindre après une telle entorse au règle du marché libre.

    @FDP : Juliengenf ne donne pas d'indication sur son attitude vis à vis de l'argent. Or, dans ton message tu écris " sans obsession de devenir plus riches que leur voisins ".

    On peut être " riche " sans cette obsession. Non ?
  • YvesM:pourquoi venir sur un forum clamer qu'on est millionnaire parmi des gens qui ne vous connaissent pas, qui se fichent à priori de votre situation sociale? C'est singulier comme attitude.
    Généralement les gens cherchent d'autres manières de se valoriser aux yeux des autres en France que de parler de leur fortune monétaire à des parfaits inconnus. (peut-être qu'aux USA ou ailleurs cette façon de se présenter à des inconnus est courante, je l'ignore).
  • YvesM, je suis au courant pour le numerus clausus. Et je m'en plains aussi !
  • Bonjour,

    FdP, Juliengenf ne cherche pas à se valoriser d'être millionnaire, mais de la façon dont il est arrivé là où il en est, sans l'aide de quiconque, ce n'est pas la même chose.

    Cordialement,

    Rescassol
  • FdP a écrit:
    http://www.les-mathematiques.net/phorum/read.php?9,2201300,2304870#msg-2304870 YvesM:pourquoi venir sur un forum clamer qu'on est millionnaire parmi des gens qui ne vous connaissent pas, qui se fichent à priori de votre situation sociale? C'est singulier comme attitude.

    Pas plus singulier que de clamer qu'on a été admis à l'ENS en 5/2... un réussite bien plus difficile en effet !
    Mais ça illustre un angle mort de notre élite intellectuelle : le désalignement complet avec le besoin du monde réel. Car le vrai point de départ doit être de se poser la question de son utilité sociale.
    Si je devais tout refaire et choisir un vœu, ce serait celui d'avoir les 30 points de QI qui m'auraient ouvert la porte du monde académique.
    Mais le monde ne marche pas comme ça et, à la fin de la journée, il faut gagner avec les atouts qu'on a, en les mettant au service de la société.
    Le pire est de se réveiller un jour et de constater l’inanité de ses efforts : on a bossé comme un porc, but nothing to show for it. Ni nirvana intellectuel, ni nirvana matériel.
    Le purgatoire, en somme...
  • Juliengenf a écrit:
    Mais ça illustre un angle mort de notre élite intellectuelle : le desalignement complet avec le besoin du monde réel. Car le vrai point de départ doit être de se poser la question de son utilité sociale.

    Tout le monde sait que les gens les plus utiles à la société sont aussi les moins bien payés*, en tout cas, infiniment moins que le CIO d'une entreprise multinationale qui fabrique des trucs dont on pourrait se passer aisément (au hasard: un fabricant bien connu de soda).

    Juliengenf: tu as une revanche à prendre sur les gens qui ont été admis en 5/2? (inutile de t'en prendre à moi, je n'appartiens pas à ce groupe de gens). En tout cas, c'est l'effet que me fait ton discours.

    *: c'est à pleurer de voir ce que perçoit une auxiliaire de vie qui intervient chez des gens pour les aider dans leur vie de tous les jours.
  • Fin de partie a écrit:
    Le mot "parvenu" est une expression inventée par les riches pour désigner des gens qui sont devenus riches sans que leur ascendants le soient depuis très longtemps. J'imagine qu'à la sortie de la guerre 39-45 on a vu le nombre de parvenus exploser du fait du marché noir. 8-)

    Le refus de parvenir est un demi-siècle plus ancien.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • C'est rigolo dans la phrase :
    je suis devenu millionaire avant 40 ans, n'ai pas besoin de mendier des augmentations de salaires minables

    certains s'attardent sur la mise en avant du terme "millionnaire". Personnellement ça n'a pas choqué une seconde, par contre la deuxième partie qui suinte la haine, m'a davantage interpelé.
  • Zeinot:
    Il n'est que l'expression de gens qui pensent qu'ils peuvent se passer des autres pour vivre, prospérer. C'est un mythe moderne, sous-produit de l'individualisme élevé au rang de religion dans cette société (le covid est venu nous rappeler qu'on était interdépendant)
  • Bonjour,

    @zeitnot : C’est l’augmentation de salaire qui est « minable » pas les personnes qui la donnent ou la reçoivent.

    Je trouve regrettable que les propos soient systématiquement déformés. Surtout dans un forum de maths : on peut faire l’effort de lire ce qui est écrit.
  • YvesM, justement : il y a aussi le verbe mendier. L’aurais-tu oublié ?
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • YvesM, arrête d'être malhonnête s'il te plait, je n'ai jamais écrit que c'était des personnes qui étaient minables. J'ai bien compris que c'étaient les salaires ou les augmentations.

    Il n'y a qu'un seul individu qui déforme les propos sur ce fil, TOI ! C'est exactement ce que tu viens de faire, LAMENTABLE. C'est celui qui déforme qui accuse l'autre, c'est une manœuvre minable. C'est bien toi le paresseux, c'est toi qui ne fait pas l'effort de lire l'autre.
  • Nicolas, en effet les termes mendier, et augmentations de salaires minables m'ont plus interpelés que millionnaire. Je trouve que c'est très méprisant. J'ai le droit de dire ça sans que YvesM vienne raconter de la merde sur mon dos.
  • Bonjour,

    « Mendier : solliciter quelque chose humblement et avec insistance » selon Larousse.

    Pas de quoi parler de « haine ». Si ?
  • juliengenf est un grand garçon, j'ai donné mon ressenti sur cette partie de la phrase qui m'a heurté, s'il pense que je me trompe il a tout loisir s'il le souhaite de m'apporter la contradiction. Il n'a pas besoin d' YvesM pour lui servir d'interprète. Tout comme moi, je n'ai pas besoin tes leçons de morales minables, ni de tes allégations mensongères sur des propos que je n'ai pas tenus.
  • YvesM:
    Comparer un travail salarié à l'action de tendre la main c'est souvent perçu comme une insulte.
    Le mendiant vit du bon vouloir de la personne sollicitée qui ne lui doit rien.
    Celui à qui on demande une augmentation quand on est employé ne peut pas dire qu'il ne doit rien à la personne qui le sollicite. Le patron d'une marque de soda bien connue n'aurait rien à vendre s'il n'y avait pas des petites mains et des gens propriétaires de ces mains qui font le travail de production: il est redevable à tous ces gens.
  • Bonjour,

    @zeitnot : Cris tant que tu veux. Tu n’as pas justifié la « haine » dont tu parles. C’est mon propos. Et je ne représente pas une autre personne. Encore une fois, je ne vois pas en quoi la phrase doit être dénigrer en parlant de « haine ». Je cherche à comprendre.

    @FDP : Sans déconner, un mendiant dans la rue ne demande pas “d’augmentation de salaire”. Relis la phrase. Il s’agit du sens “solliciter humblement et avec insistance”.

    Bref, comme j’ai fait remarqué : trop souvent on ne lit pas ce qui est écrit. C’est dommage.
  • YvesM: C'est toi qui ne lit pas ce qui est écrit.
    Mendier c'est demander quelque chose qui ne t'est pas due à quelqu'un qui ne te doit rien, mais que tu espères qu'on va tout de même te donner.
    Tu penses qu'une augmentation n'est pas due à un salarié qui travaille dur et qu'un employeur ne doit rien à ses salariés?
  • juliengenf a écrit:
    Au moins en me re-orientant vers une activité répondant à un vrai besoin, je suis devenu millionaire avant 40 ans, n'ai pas besoin de mendier des augmentations de salaires minables au gouvernement français (au bord de la ruine), ni de lui faire confiance pour payer ma retraite :)
    Je viens témoigner de mon respect, j'avais également pris conscience de ce que vous dîtes, et si j'ai toujours méprisé l'idée de devenir riche, ça a changé il y a peu. J'en suis au stade de la reconversion professionnelle, probablement moins ambitieuse que votre parcours de vie mûrement planifié, mais en tout cas, bel exemple et belle analyse.
  • YvesM, pas plus que tu n'as justifié la malhonnêteté crasseuse dont tu fais preuves, en me prêtant des propos que je n'ai pas tenus. Avec une telle attitude, personne n'aura vu dans tes propos quelqu'un qui cherche à comprendre. Ce sont les propos d'un manipulateur.
  • Quel pays :
    - donne une large reconnaissance à ses docteurs ?
    - n'a ni grande école ni prépa ?
    - n'a pas constitué la voie professionnelle en parcours de relégation ?
    - possède une structure industrielle performante et de premier ordre mondial ?
    - n'a ni pathologie budgétaire ni déficit commercial ?

    voilà voilà.
  • Celui qui vit de la misère des autres ?
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • nicolas.patrois je pensais plutôt à l'Allemagne, toi aux USA je suppose ?
  • zeitnot écrivait : http://www.les-mathematiques.net/phorum/read.php?9,2201300,2305002#msg-2305002
    [Inutile de recopier un message présent sur le forum. Un lien suffit. AD]

    L'intention était le ridicule, et non le mépris, mais c'était sans doute maladroit.
    Quand on voit passer les propositions de revalorisation salariale du corps enseignant, les montants ont de quoi faire rire (ou pleurer).
    C'est dingue à quel point la promotion française (socialiste ?) du "tout-gratuit" et de l'"égalité" (au détriment de la justice) a peu à peu effacé l'importance, dans la conscience collective, d'être récompensé pour son travail.
    Dans certains pays voisins, les salaires des profs ne sont pas 2, ni 3, mais près de 4 fois supérieurs à ce qu'ils sont en France - cherchez la différence !
  • juliengenf tu sais en Suisse les caissières de Lidl sont aussi payées 3 ou 4 fois plus :-)
    En Allemagne, avec une obligation de service bi-valente de 30 heures, le remplacement obligatoire de collègues, et la gestion des tâches administratives, la paye est effectivement différente, mais, curieusement, le coût par élève identique au petit français ... car il y a très peu de personnel administratif alors qu'il est pléthorique en France.
  • xax a écrit:
    nicolas.patrois je pensais plutôt à l'Allemagne, toi aux USA je suppose ?

    Non non, je pensais aussi à l’Allemagne.
    juliengenf a écrit:
    C'est dingue à quel point la promotion française (socialiste ?) du "tout-gratuit" et de l'"égalité" (au détriment de la justice) a peu à peu effacé l'importance, dans la conscience collective, d'être récompensé pour son travail.

    Parce qu’un millionnaire a travaillé tout seul avec ses petits bras pour avoir des millions sur son compte en banque ?
    Ils ne doivent pas être nombreux, les millionnaires dont c’est le cas.
    De quelle justice parles-tu ? De celle qui vire les gens de leur maison pour payer les frais d’hôpital ?
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • juliengenf
    Dans certains pays (Russie par exemple) les salaires des profs sont 2,3 voire 4 fois inférieurs à ce qu'ils sont en France et pourtant les (bons) résultats sont présents: cherchez l'erreur!:-D
  • L'intention était le ridicule, et non le mépris

    Merci Julien pour ta réponse. ;-)
    Amicalement.


    (Je n'avais pas besoin des mensonges d'YvesM à mon encontre .)
  • Il ne me semble pas qu'il y ait une obligation de service de 30 heures par semaine en Allemagne pour les professeurs.

    Voir par exemple ici pour la Bavière

    Les obligations de service ne sont pas les mêmes suivant les Länder.

    D'autres part, les "Stunden" allemandes semblent durer 45 minutes : c'est un point qu'il faudrait vérifier, mais si c'est le cas, ça signifie qu'il faudrait appliquer un coefficient 0,75 à l'obligation de service allemande pour qu'elle soit comparable à la française.
    Horaires
  • Je lisais il y a peu une comparaison France / Allemagne, sur le site Atlantico. Je sais, c'est Atlantico, mais c'est le seul site où j'ai trouvé une comparaison.
    Ils donnaient différentes comparaisons ... Les 3 infos que j'ai retenues :
    -1- Pour chaque lycéen scolarisé, on dépense quasiment 2 fois plus en France qu'en Allemagne.
    -2- Les établissements français sont beaucoup plus petits, pour le primaire, environ 200 élèves par établissement contre le double en Allemagne. Et cela générerait des coûts 'administratifs' très élevés.
    -3- La décentralisation : beaucoup plus de décentralisation en Allemagne qu'en France. (plusieurs petits mammouths, c'est plus facile à gérer qu'un gros mammouth)
  • Tu as fait ton doctorat dans quelle spécialité ?

    - si c'est un domaine appliqué, tu dois pouvoir trouver dans le même domaine, dans le secteur privé
    - si c'est un domaine plus théorique, tu dois avoir des compétences très fortes en abstraction, et tu peux trouver facilement une entreprise qui va te recruter et te former à ses applications terre-à-terre
  • Zestiria,
    je pense que ta question s'adresse à Schrod Dinger
  • @schrod dinger as-tu pensé à postuler sur d’autres universités dans d’autres pays ?
  • Schrod dinger ne s'est pas connecté depuis le mois de mai ...
  • Il a du trouver un travail... Pour un docteur, l'insertion se passe bien.

    J'ai parlé de ma camarade à l'Inspe qui ne trouvait pas de poste à l'université,
    a passé l'agrégation, et a arrêté en cours d'année pour rejoindre le secteur privé.
  • Il a du trouver un job ... ou pas !

    Pour un docteur, l'insertion se passe bien ... mais Schrod dinger nous disait qu'il était au chômage depuis septembre ... et au moment de sa dernière connexion, en mai, il n'avait a priori toujours rien trouvé.

    Tu as des certitudes, un peu comme mon voisin qui passe ses journées au PMU du coin.
  • Juliengenf a écrit:
    Rien d'anormal à être docteur et au chômage. La société ne te paie pas pour faire des doctorats mais pour apporter une valeur utile à tes pairs. [...]
    Au moins en me re-orientant vers une activité répondant à un vrai besoin, je[...]

    Je suis tout à fait d'accord avec le fait que le travail devrait répondre aux besoin de la société et que l'on se devrait d'être utile (que ce soit en faisant de la recherche, de l'entretien ou du divertissement). Cette notion a malheureusement disparu et l'on travaille maintenant uniquement pour des revenus, ce qui n'est pas tout à fait la même chose.

    Quand on va vers la finance avec un bagage de maths, on va là où il y a des (gros) revenus, mais pas là où l'on est utile à la société. Pour éclaircir mon propos avec un exemple plus parlant (certains réclament), quand on devient conseiller fiscal, on va là où il y a un besoin individuel, mais certainement pas un besoin collectif. On y génère de gros revenus, mais on y détruit ce qui constitue l'essence même de la société, à savoir la mise en commun de ressource pour le bien collectif.
  • En tant que conseiller fiscal, on n'est pas utile à la société, mais on est utile à son employeur.

    Pourquoi les entreprises ont-elles besoin de conseillers fiscaux ? Pourquoi paient-elles cher les conseillers fiscaux ?
    Parce que les lois sont compliquées.
    Quand le code fiscal fait 1000 pages, quand il y a plein de lois qui disent une chose dans l'article 1 et donnent 50 exceptions dans les 50 articles suivants ... c'est du pain béni pour les conseillers fiscaux.
    Simplifions les textes, et il y aura moins de conseillers fiscaux. Ce sont les législateurs qui indirectement ont poussé ces jobs de conseillers fiscaux.

    On a même parfois l'impression que certaines lois sont totalement artificielles. On modifie telle loi au niveau comptable ... pourquoi ? pour obliger les boites à adapter leurs logiciels, et donc créer artificiellement de l'emploi dans les boites d'informatique, et dans les services comptabilité des boites.

    Un individu qui cherche un job, il ne se pose pas ces questions d'être utile à la bonne marche du monde. Il veut un boulot, et un salaire. Point final.
    Et si le seul boulot qui lui est proposé, c'est celui de conseiller fiscal, il va prendre le job.
  • Bonjour,

    @soc : Tous les métiers sont utiles. Les inutiles sont éliminés et n’existent plus ou pas.

    Pour conseiller fiscal, celui qui ne respecte pas la loi peut aller en prison ou payer des amendes ruineuses ou mettre en faillite sa société. Même sans ces cas extrêmes, la rentabilité de sa société peut être amoindrie par rapport à celles des concurrents et, sur le long terme, sa société ne se développe pas autant qu’elle aurait pu.
    Quand le législateur crée un avantage à invertir en Martinique, celui qui le fait, loin d’être assoiffé d’argent, répond à cette demande de la société que matérialise la loi fiscale.

    Bref, dire « un conseiller fiscal ne sert pas » est une débilité.
Cette discussion a été fermée.
Success message!