Docteur mais chomeur (est-ce normal ?) :\ — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Docteur mais chomeur (est-ce normal ?) :\

Bonjour
J'écris ce message en souhaitant avoir des idée de quoi faire après un doctorat en mathématique !!!

En effet j'ai soutenu il y a 2 mois, l'année dernière j'étais A.T.E.R mais depuis septembre dernier je suis au chômage (et j'habite à Paris) !
En fait j'ai fait mon doctorat pour être "enseignant-chercheur" à l'université mais apparemment, ça a l'air très difficile surtout pour les postes "MCF".

Mes questions.

1) Avez-vous des idées (des sites, des méthodes ... etc.) comment chercher des postes "enseignant-chercheur" au supérieur ? Même si c'est des CDD (pour l'instant) (dans des écoles supérieures par exemple ou ... etc.) ?

2) Y a-t-il des postes dans l'enseignement supérieur (privé) ? Et comment les avoir ?

3) C'est quoi la différence entre l'enseignement supérieur dans le privé et dans le public ? (Merci de discuter).

***********
La dernière fois j'ai trouvé un CDD de 1 ans mais "que l'enseignement" (pas le temps pour la recherche puisque il y avait plus de 400 heures par ans !!! ) le poste est payé à 1600€ du coups je l'ai refusé car beaucoup de travail pour 1600€ ne m’intéresse pas (si c'était moins d'heures pour pouvoir faire la recherche je l'aurais accepté).
J'ai connu un docteur qui enseignent au lycée 18 heures par semaine à 2100€ net et prend des vacation à la fac, du coups il arrive à 3000€ largement mieux que le dernier poste (sauf que moi je préfère l'enseignement supérieur).
**********

EN RÉSUMÉ. Je cherche que ça soit, un poste enseignant-chercheur (je ne m'en fiche pas trop de paiement) sinon un poste "que l'enseignement" (mais quand même bien payé pour faire de l'argent) Voilà !! :)
MERCI BEAUCOUP D'AVANCE DE DISCUTER :)
«13

Réponses

  • Les postes de l'enseignement supérieur public sont pour la plupart publiés sur le site Galaxie. Tu peux t'abonner à la lettre d'information pour recevoir un mail chaque fois qu'un nouveau poste est ouvert dans ta discipline. Pour le privé je n'y connais rien.
  • D'accord, merci pour l'information, je connais "Galaxie" je suis en train d'essayer dessus mais toujours beaucoup de concurrence et pas si facile d'y trouver quelques chose, c'est pour ça je cherche plus d'idées. Mais merci en tous cas.
  • C'est la plateforme officielle pour la plupart des candidatures, donc il ne doit pas exister beaucoup d'alternative (dans le public).
  • Très surprenant que la question 1) soit posée sur un forum public.
    Normalement, c'est le boulot d'un directeur de thèse de te coacher là-dessus en fin de thèse.
    Même si c'est pour te dire que tu es en dessous du concours actuellement -- niveau qui est très élevé actuellement.
    Si tu envisages de faire carrière dans la recherche, tu as besoin de conseils d'un pro de ton domaine, pas d'un type au hasard sur internet.
  • Hum... oui je pense que si le directeur de thèse est un peu connu et a des relations et que le doctorant a fait plusieurs articles (je veux dire un travail exceptionnel) ça passe mais si les 2 conditions ne sont pas réunies, je pense que ça ne passe pas automatiquement ...
  • Sinon vous pouvez postuler en tant que prof de prépa/ colleur dans les établissements privés comme Intégrale, Ipesup etc...La plupart des étudiants ont l'air d'être sérieux et motivés, préparent des concours pour Hec, Essec etc... Et viennent pour la plupart de bons lycées de Paris. En plus si vous êtes doctorant vous devez avoir un bon bagage j'imagine pour enseigner en prépa éco ;-) ( Après je ne sais pas comment se passe la sélection pour devenir enseignant, mais je lisais sur twitter le témoignage d'un ingénieur qui enseignait là-bas, et ce depuis un bon bout de temps, il est très connu par les étudiants de prépa Hec, car il a fait beaucoup d'articles de conseils pour le journal Major prépa )
  • Je suis en train de chercher avec beaucoup d'entrain.
  • @chaurien je ne suis pas sur d'avoir compris votre message : )
  • Bonjour,

    Vérifie ton orthographe.

    Cordialement,

    Rescassol
  • Bonjour Shrod Dinger.

    Chaurien corrige les orthographes, ici dans "... je connais "Galaxies" je suis entrain d'essayer dessus ...".
    Mais il a été sympa, il a laissé passer "En faite j'ai fait mon doctorat pour être "enseignant-chercheur" à l'université mais apparemment, ça a l'aire très difficile surtout pour les postes "MCF". "

    Cordialement.
  • @Flora Merci beaucoup pour ces informations, avez vous une idée ou ces offre de postes en prépa sont mis en ligne ? ou il faut chercher sur le site de chaque école supérieur ?
  • @gerard0 je suis nouveau sur le forum, mais ok, j'ai compris maintenant.

    Cordialement
  • Bonsoir Schrod dinger,

    de rien ;-) C'est du privé hors-contrat, et je pense qu'il faut soi-même contacter les établissements par téléphone ou par mail via leur site Internet . Peut-être que des professeurs ici pourront vous dire, je ne connais les établissement que du point de vue des étudiants, grâce à des amis à moi qui sont à Hec et qui étaient étudiants là-bas.

    Voici une petite liste:
    - Intégrale
    - Ipecom
    - Prépa commercia
    - Ipesup

    D'ailleurs, certains profs de grosses prépas de Paris etc... Font aussi des heures dans ces prépas, en tant que colleur, prof d'info ou TD.


    Bonne soirée à vous !
  • @Flora Merci ! En fait si c'est hors contrat... donc je comprends que vous parlez des heures supplémentaires qu'on peut prendre, par exemple si j'ai un contrat de 1 an quelque part avec une charge d'enseignement de 18h/semaine donc je peux prendre ces heures "hors contrat" c'est-à-dire en extra (ou c'est des vacations)! Voilà ce que j'ai compris d'après votre message. Mais à côté de ça il faut avoir un contrat sinon ça ne serait pas suffisant et en général pour les vacations on est payé 8 ou 10 mois après le travail !!
  • Possible en vrai, je ne m'y connais pas vraiment, mais après il y a aussi le prof qui est ingénieur et qui a l'air d'enseigner tout le temps par exemple.
  • Curieux, un universitaire qui massacre à ce point la langue française...
  • Curieux, je ne sais pas, mais fréquent actuellement, oui. Quand on rédige la plupart de ses articles en anglais, on perd vite l'habitude d'écrire en français soutenu.
  • Il ne s'agit pas de « français soutenu » ou de la dictée de Mérimée. Il s'agit d'éviter les fautes qu'on ne doit pas commettre déjà lorsqu'on est élève de Sixième. C'est très bien de s'exprimer correctement dans une langue étrangère, ou même dans plusieurs, mais lorsqu'on est un universitaire français, ayant bénéficié de la formation de l'Université française, financée par le peuple français, un peu de respect pour sa langue maternelle n'est pas de trop. À moins qu'on ne sache pas qui l'on est...
    Bonne soirée.
    Fr. Ch.
  • @chaurien @gerard0 j'essaie de ne pas faire des erreurs d'orthographe, mais la langue française est une langue que j'ai apprise il y a quelques temps, je pense que c'est compréhensible normalement!
  • @Flora d'accord, merci beaucoup, auriez-vous le nom de ce professeur svp ?
  • Édit : quand je parle du monsieur ingénieur plus haut, je parle du prof qui donnait des conseils pour Major prépa et qui est aussi prof en prépa hors-contrat. J'explique, car j'ai énoncé la phrase sans contexte dans le message précédent.

    Yes je peux vous dire par mp le nom ;-)

    Et sinon je suis un peu d'accord avec Gérard, c'est vrai qu'à force de parler en anglais pour certains étudiants on n'arrive plus à écrire en français. C'est un peu mon cas, dissert en anglais, oraux en anglais, examens en anglais etc.. ( Presque plus de français)
  • Pourquoi ne pas chercher un contrat post-doctoral ? Ce doit être le plus courant après la thèse, et puis cela fait toujours quelques années à faire de la recherche. Du moins si c'est ce que tu aimes faire. Au pire des cas, cela te donnera un peu de temps pour trouver une solution à long terme.
  • Chaurien, est-ce que tu sais que l'immense majorité des gens n'a pas le français pour langue maternelle ?
  • Désolé, Shrod dinger,

    je n'ai pas décelé dans ton français courant le fait qu'il ne soit pas ta langue maternelle. Tu le manies plutôt comme la plupart des 15-35 ans actuels qui n'ont pas bénéficié du même enseignement de primaire que Chaurien et moi. Mais tu verras, si tu lis ses messages, qu'il y a un aspect idéologique (politique ?) dans ses diatribes orthographiques.
    Sinon, pour ta situation, il faut reconnaître qu'en France la thèse n'est pas considérée (par les employeurs) comme une formation professionnalisante. Et que les places institutionnelles en recherche sont en petit nombre, relativement aux thèses.

    Cordialement.
  • Docteur mais chômeur (est-ce normal ?)
  • Bonjour

    Oui c'est normal. C'est le mensonge auquel croît les enfants. Ils croient que la compétence implique l'emploi. Encore pire que le père-noël. Je salue ta capacité à rester jeune, Chaurien.
    Mais le moyen numéro un pour trouver du boulot en France, c'est encore et toujours le piston, le népotisme, le passe-droit.

    Et on se retrouve avec des armées de diplômés (pas des décrocheurs ...) qui se demandent où est leur place. La vie n'a pas besoin d'autant de compétences intellectuelles.
  • PLM a écrit:
    Mais le moyen numéro un pour trouver du boulot en France, c'est encore et toujours le piston, le népotisme, le passe-droit.
    Bien évidemment, et ce sont ceux qui sont les plus prompts à utiliser ces méthodes qui te disent de traverser la rue (je pense qu'ils espèrent que tu ne vas pas faire attention en traversant).

    Du boulot à la petite semaine on en trouve encore mais il ne faut pas compter sur le salaire pour payer le loyer ou prendre un crédit pour acheter un appartement ou une maison. 8-)

    PS:
    Je peux facilement imaginer la frustration des gens qui ont produit un effort scolaire et qui s'aperçoivent que cet effort ne se concrétisera pas au niveau de l'emploi et qu'ils seront abonnés à des boulots mal payés voire mal payés et précaires.
  • C'est pourtant ce que tu répètes continuellement, non ? Que l'école sous sa forme actuelle sert à sélectionner sur le marché de l'emploi.
  • L'université a une responsabilité. Sa raison d'être est le maintien, l'amélioration et la promotion du savoir.

    Université (aux bacheliers) - "Venez, venez chez moi".
    Bachelier - Pourquoi ?
    Université - pour avoir des diplômes.
    Bachelier - Et ça sert à quoi les diplômes ?
    Université - C'est plus facile d'avoir un boulot quand on a un diplôme.
    Bachelier - ok. J'arrive.

    Le bachelier étudie et obtient son diplôme mais pas de travail. Il se retourne alors contre l'université :

    Bachelier - Vous m'avez menti !
    Université - Ah mais attendez. Nous n'avons jamais promis de travail. Nous, c'est le maintien, l'amélioration et la promotion du savoir ...

    Ceux qui ont voté Trump, ce sont les petits blancs déclassés. Combien de temps avant que les diplômés légitimes se rebellent contre le système qui les qualifie tout en les excluant ?
  • Bonjour.

    Il y a un paradoxe évident entre le désir légitime de ceux qui le peuvent d'accomplir pleinement leur potentiel, parce qu'il faut déjà le vouloir et en avoir la capacité, à mettre en parallèle avec la réalité de la société qui promeut ce type de parcours sursaturé au niveau des débouchés.

    En fait soit la communication sur lesdits débouchés n'est pas suffisamment efficace, directe et proactive soit il s'agit d'une niche d'emplois pour l'honneur de l'esprit humain.

    Le pire, s'est le sentiment d'inutilité, lui aussi pleinement légitime, de tous ceux qui sont dans ce cas, à soit émarger au chômage soit vivre de petits boulots à la petite semaine, quand ce n'est pas à la petite journée.
    Mais bon, comme il y a toujours plus malheureux, à quoi bon s'épancher là-dessus ?

    À bientôt.

    Cherche livres et objets du domaine mathématique :

    Intégraphes, règles log et calculateurs électromécaniques.

  • Fin de partie
    A un moment donné il va falloir être cohérent! Il faudrait savoir: pour toi l’école c’est juste une arnaque du grand patronat qui ne sert qu’à sélectionner d’une manière hypocrite pour garder une petite partie bien rémunérée ou alors il s’agit d’un endroit où on peut se cultiver en se fichant un peu des répercussions professionnelles?
    Si c’est le premier cas alors logiquement ceux qui sont ’’en haut’’ avec un doctorat par exemple devraient tous trouver un très bon poste très bien payé ce qui visiblement n’est pas le cas donc cela invalide ta thèse. Dans le deuxième cas je ne vois pas en quoi il faudrait se plaindre de quoi que ce soit au niveau des exigences et du salaire pour trouver un emploi.
  • JLT: tu es censé avoir trouvé une contradiction dans mon propos? Si c'est le cas, désolé mais je ne la vois pas.
    PLM a écrit:
    Combien de temps avant que les diplômés légitimes se rebellent contre le système qui les qualifie tout en les excluant ?
    Certains l'ont déjà fait et parfois de façon très violente.
    Imagine ce que cela doit être d'avoir des parents ou des grands-parents d'origine maghrébine, de vivre dans les quartiers comme on dit pudiquement (au lieu de ghetto social) et d'obtenir un master, et finalement s'apercevoir qu'on n'arrive pas à obtenir un emploi qui soit compatible avec ce niveau d'étude.
  • biely a exprimé mieux que moi la contradiction dans tes propos.
  • Pour PetitLutinMalicieux, j'ai souvenir d'universités qui vantaient les mérites de leurs taux d'insertion sur le marché de l'emploi.

    Dans ce cas, il y a effectivement mensonge car ces chiffres sont donnés pour attirer les clients pour qu'ils n'aillent pas voir ailleurs.
    C'est purement commercial.
    Pourquoi une communication claire n'est-elle pas donnée à la place ?
    C'est purement commercial aussi.

    Maintenant, celui qui se lance dans un doctorat et à plus forte raison quelqu'un en fin de parcours n'est pas comme le premier bachelier inscrit pour faire grossir les effectifs et instaurer des rentrées financières (j'ai sans doute quelques naïvetés sur ce sujet).

    Cordialement.

    Cherche livres et objets du domaine mathématique :

    Intégraphes, règles log et calculateurs électromécaniques.

  • Mais là où vous voyez de la contradiction il n'y en a pas.
    Biely a écrit:
    c’est juste une arnaque du grand patronat qui ne sert qu’à sélectionner d’une manière hypocrite pour garder une petite partie bien rémunérée ou alors il s’agit d’un endroit où on peut se cultiver en se fichant un peu des répercussions professionnelles?

    Biely: ce que je préconise pour l'école, l'université, n'a pas été adopté et mis en place à ce que je sache.
    Le jour hypothétique où cela sera mis en place tu pourras me reprocher d'être contradictoire.

    A cet instant c'est la première alternative qui a cours: <<c’est juste une arnaque du grand patronat qui ne sert qu’à sélectionner d’une manière hypocrite pour garder une petite partie bien rémunérée >>
    Je crois que les jeunes intègrent bien l'idée de cette sélection mais cette sélection est concrétisée essentiellement par le diplôme qu'on te remet. C'est à dire que concrètement si tu as un master tu t'attends à trouver un emploi en adéquation avec ce niveau d'étude et pas à faire le livreur à vélo parce que le marché de l'emploi se fiche de ton master.

    A l'heure actuelle un certain nombre de gens investissent du temps et de l'énergie à faire des études en ayant confiance* dans le fait qu'ils trouveront un emploi en adéquation avec leur formation mais pour un certain nombre d'entre eux, ils ne trouveront pas l'emploi qu'ils ont cru pouvoir obtenir.
    Au bout d'un certain temps à la sortie de tes études si tu ne peux pas mettre dans ton cv une expérience professionnelle en adéquation avec ton niveau de formation, tu as un fort risque de faire des boulots avec une qualification moindre (et une rémunération moindre) si tu parviens à trouver un emploi, et ceci pour le restant de ta vie.



    *: pour la plupart des gens la connaissance n'est pas une motivation suffisante ce que je peux comprendre aisément.
  • Pour moi la connaissance était primordiale dans mon choix de parcours supérieur et je n'ai en plus pas été aussi loin que je l'aurais voulu, mais à un moment, il faut bien intégrer le principe de réalité.

    Cherche livres et objets du domaine mathématique :

    Intégraphes, règles log et calculateurs électromécaniques.

  • Dreamer a écrit:
    mais à un moment, il faut bien intégrer le principe de réalité.

    C'est ce que croient faire la plupart des jeunes qui font des études je suppose. Leur principale motivation n'est pas la connaissance mais ils veulent avoir une vie matérielle la plus agréable possible en ayant un emploi correctement rémunéré*.

    *: il n'y a aucune critique dans mon propos.
  • Quand je parlais du principe de réalité, c'était celui des moyens propres.

    Cherche livres et objets du domaine mathématique :

    Intégraphes, règles log et calculateurs électromécaniques.

  • L'agregation pour les docteurs est une bonne solution.
  • L'agrégation n'implique pas un emploi.

    e.v.
    An apple a day keeps the doctor away ... As long as you aim well (Winston Churchill)
  • Je ne comprends pas ev.
    Veux-tu dire « le fait de s’inscrire » ?
  • @ Dom. Non, le fait de réussir. Il y a effectivement :

    0. Réussir l'inscription.
    1. Réussir l'écrit.
    2. Réussir l'oral (sauf 2020).
    3. Réussir à se faire attribuer un stage par la DGRH.
    4. Réussir à valider le stage.

    Chaque étape est éliminatoire.

    amicalement,

    e.v.
    An apple a day keeps the doctor away ... As long as you aim well (Winston Churchill)
  • Ok ;-)
  • Derrière ce titre, j'ai envie de répondre que la question n'est pas la bonne.

    En effet, visiblement tu n'es pas prêt à accepter certains emplois qui pourtant correspondent à raisonnablement à tes qualifications.

    Tu veux faire de la recherche, ou être prof mais très bien payé.

    Les concours de MCF sont effectivement globalement très sélectifs et les exigences pour obtenir un poste ont énormément monté. Les Profs (ou HDR) ont tendance à prendre des personnes en thèse, plus que de raison, parce que c'est bon pour leur CV, parce qu'on ne peut pas juger complètement sur des résultats de L ou de M ce que donnera quelqu'un en thèse, mais l'inconvénient à cela est qu'on se retrouve avec un nombre de docteurs très supérieur à celui du nombre de postes de chercheurs ou d'enseignant-chercheurs. Donc il n'y aura pas de place pour tout le monde, mais c'est écrit d'avance.


    Donc "docteur mais chômeur" non ça n'est pas normal mais "docteur qui ne trouve pas de poste d'enseignant-chercheur ou de chercheur" oui c'est tout à fait normal.

    Si tu as fait des maths appli, il y a sans doute la possibilité d'aller faire de la recherche dans le privé. Moi j'aurais refusé car je suis attaché au service public (je me serais refusé à chercher ou à enseigner dans le privé), mais objectivement j'avais eu, même sans postuler, des propositions assez intéressantes, parfois même au sortir de mon DEA.

    Le doctorat est également plus valorisé à l'étranger. A mon avis, même une fois les assurances santé et impôts payés, un prof même du secondaire gagne nettement plus en Suisse, au Luxembourg ou même en Allemagne, par exemple. Donc là tu ne serais pas chercheur, mais tu enseignerais et tu aurais un bon salaire.
  • Dans notre université, nous avons eu une fois un docteur qui a fait son parcours L+M en 8 ans, et sans raison autre que son niveau qui était faible. Je ne sais pas s'il s'est révélé brillant en recherche (je ne suis pas capable de juger une thèse de big data sans demonstration), mais de voir que sur le papier un de nos plus mauvais étudiant de Master est docteur, ça ne va pas dans le sens de la valorisation du titre... J'ai ajouté ce texte après la lecture du texte du SNESUP (au passage notre délégué local SNESUP défend l'idée de plus d'examen et la thèse pour tous les entrants à l'université qui ont envie de faire bac+8)
  • Mais le moyen numéro un pour trouver du boulot en France, c'est encore et toujours le piston, le népotisme, le passe-

    Il n'y a pas que ça, il y a d'autres trucs aussi.... De nos jours la plupart des recrutements se font par le biais des logiciels de tracking, autrement dit seulement 1/6 des CV seront présentés devant le DRH, un gain de temps pour lui, mais une triste affaire pour certains candidats.

    Un prof en école de co m'avait mis la puce à l'oreille, sans trop m'en dire, donc j'ai lu pleins de petits bouquins et fait des recherches de mon côté. C'est une des raisons pourlesquelles lorsque je fais un CV, ça me prend beaucoup de temps, mais au moins je suis certaine d'être qualifiée automatiquement dans la pile supérieure. Mon objectif est de toujours dévier le logiciel, mettre les mots clés omniprésents dans l'offre toujours en début de phrase, ne jamais mettre les langues de telle façon, mais les arranger de la façon requise etc... Le logiciel peut même capter nos comptes facebook, Twitter etc...Ce qui fait que j'ai toujours fait en sorte de mettre des pseudos sur mes comptes de réseaux sociaux, afin que le logiciel ne les identifie pas et que personne ne me trouve.

    Et c'est aussi une des raisons pour lesquelles, dans certaines entreprises comme Dior par exemple, ils précisent bien après le dépôt du CV sur le site, " votre candidature sera étudiée soigneusement par nos équipes", afin d'accentuer qu'eux ne font pas ça et n'ont pas recours à ces logiciels.

    Mais bref, voili voiloù
  • Merci beaucoup, pour tous vos messages.
  • Rien d'anormal à être docteur et au chômage. La société ne te paie pas pour faire des doctorats mais pour apporter une valeur utile à tes pairs. Et aujourd'hui, pour être utile avec un doctorat de maths, il faut faire partie des meilleurs : le besoin est limité.
    C'est la raison pour laquelle je me suis tourné vers un secteur avec un vrai besoin pour mon profil de compétences, qui me rémunère dignement par rapport aux efforts que je fournis.
    Alors va faire quelque chose qui réponde à un besoin (un CAP de cuisine ou un diplôme d'infirmier, par exemple) et tu verras que tu trouveras du travail.
    Après on peut toujours faire le difficile et poser tout un tas de conditions... Moi aussi j'aurais aimé être payé pour faire mon petit doctorat de maths tranquillement et enseigner seulement 400h par année. Mais je n'aurais pu faire un doctorat excellent et aurais été relégué dans des postes de second rang, chose que je ne voulais.
    Au moins en me re-orientant vers une activité répondant à un vrai besoin, je suis devenu millionaire avant 40 ans, n'ai pas besoin de mendier des augmentations de salaires minables au gouvernement français (au bord de la ruine), ni de lui faire confiance pour payer ma retraite :)
Cette discussion a été fermée.
Success message!