Instruction à domicile interdite ? — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Instruction à domicile interdite ?

Je viens d'apprendre que Macron souhaite interdire l'instruction à domicile (sauf pour raisons de santé).
J'estime que cela enlève une liberté et que vu l'état de l'enseignement en France on pourrait presque désormais parler de "désinstruction" obligatoire à l'école.
Que pensez-vous de cette annonce?
«13

Réponses

  • Je pense qu'il n'en fera rien. Il faut bien que les parents puissent faire quelque chose quand il n'y a plus de place à l'Ecole Alsacienne.
  • Biely: source?
  • Renseignements pris, la raison de cette décision est très particulière et en ce qui me concerne, je la comprends complètement.
    Après je bloque.
  • Bonjour,
    pour la source, il vient de l'annoncer dans un discours, cela va faire les choux gras de tous les médias toute la journée:

    l’instruction scolaire à domicile sera, à partir de la rentrée 2021, « strictement limitée, notamment aux impératifs de santé »

    A noter le "notamment" qui peut engendrer beaucoup d'exceptions.
  • Oui, on a a droit dans la même phrase à un "strictement" et à un "notamment"...l'art et la manière de toujours embrouiller comme d'habitude. Pour la raison (lutter contre l'islamisme) cela ne règlera en rien le problème.
  • « strictement limitée, notamment aux impératifs de santé »

    Un message qu'il fait passer à une partie de son électorat ou à un groupe dont il aimerait que les membres votent pour lui en 2022? Cette phrase est vide d'annonce de mesures (comme l'a été l'allocution de son ministre de la santé)
  • La fameuse instruction à domicile. D'après les inspecteurs du premier degré que j'ai rencontrés, tous les ans ces familles sont contrôlées et en terme de contenu c'est souvent une catastrophe.
    Je ne doute cependant pas une seule seconde qu'en Bretagne les dérogations soient accordées à tour de bras. Je ne vois pas comment on ira à l'affrontement avec les familles récalcitrantes.
    C'est bien beau de pondre des lois, les faire appliquer, et les réalités du terrains sont une autre affaire.
  • Cela me fait penser à ces familles qui demandent à partir quinze jours sur le temps scolaire en vacances avec leurs enfants, parce que les vacances des parents tombent ça. La demande est systématiquement refusée mais l'enfant sera quand même absent quinze jours et voilà fin de l'histoire.
  • zeitnot a écrit:
    La fameuse instruction à domicile. D'après les inspecteurs du premier degré que j'ai rencontrés, tous les ans ces familles sont contrôlées et en terme de contenu c'est souvent une catastrophe.
    Comme si on apprenait quelque chose dans l'école de la république qu'ils administrent.
    Je prendrais leur témoignage avec un maximum de précautions mais ça n'engage que moi...
    Fin de partie a écrit:
    Un message qu'il fait passer à une partie de son électorat ou à un groupe dont il aimerait que les membres votent pour lui en 2022? Cette phrase est vide d'annonce de mesures (comme l'a été l'allocution de son ministre de la santé)
    Les élections sont la vente aux enchères de l'argent du contribuable. Au passage le communautarisme facilite le travail du despote en puissance candidat à l'élection puisque il peut cibler son offre en fonction de groupes éléctoraux dont les intérêts sont identifiables (groupes ethniques partageant une vision de la société, une religion). C'est pour ça que ledit communautarisme n'est pas réellement combattu.
  • Foys a écrit:
    Les élections sont la vente aux enchères de l'argent du contribuable.

    J'ignorais qu'on pouvait vendre aux enchères de l'argent.
    Si je vends aux enchères un billet de dix euros tu crois que je peux en obtenir vingt euros? ;-)

    Donc cette histoire de limitation serait un gage minable donné aux racistes et à ceux qui voient du communautarisme partout?
  • @Fin de partie, il ne faut pas confondre la monnaie (moyen de paiement et d'échange, en l'espèce dans mon propos les votes) et l'argent qui n'en est qu'un cas particulier.
  • Le président de la République fait une annonce avec des phrases qui sont sujettes à interprétation.
    Oui, c'est son job. Il donne une ligne directrice.
    Cette ligne directrice sera traduite en un texte précis par un ministre, a priori le ministre de l'Education Nationale. Et ce texte précis sera discuté / modifié ensuite par le parlement et le sénat.

    Si le Président de la République rédigeait lui-même le texte de loi, les gens qui le critiquent aujourd'hui parce que son texte est 'flou' le critiqueraient encore, pour dire que le Président ne respecte pas la démocratie et ne consulte pas les représentants du peuple, et s'approprie tous les pouvoirs.
  • Lourrran: honnêtement tu vois le Parlement légiférer sur ce sujet? Si j'ai bien compris cette saillie de Macron vise une très petite partie de la population. Comment faire une loi qui remet en cause des pratiques éducatives pour seulement un groupe d'individus tandis que d'autres ne seraient pas impactés et pourraient continuer à avoir cette pratique éducative?
  • Soit, ça peut se faire via un décret. Et dans ce cas, c'est le ministre qui a la charge de faire un texte suffisamment précis, ce n'est pas le Président.
  • À l'école certains contenus relèvent parfois plus de l'opinion que des connaissances avérées, en histoire ou SVT par exemple. De plus, il y a des associations « agréées », par exemple LGBT ou soi-disant « anti-racistes », qui sont autorisées à exposer leur propagande aux élèves, sur le temps scolaire. On peut concevoir que des familles désapprouvent cette situation et préfèrent instruire elles-mêmes leurs enfants, en leur donnant une éducation conforme à leurs valeurs. Leur refuser ce droit, c'est encore un recul de la liberté.
    Le président Macron a dit dans son discours du 2 octobre : « Ce à quoi nous devons nous attaquer, c'est le séparatisme islamiste ». Il faut donc des mesures spécifiques propres à traiter ce problème, et non des mesures générales qui atteignent des familles qui n'ont rien à voir avec lui.
    Bonne journée.
    Fr. Ch.
  • La mesure vise en effet le separatisme, j'ai également eu un retour d'un inspecteur du premier degré.
    Bien évidemment la mesure frappera uniquement les enfants retirés de l'école par leurs parents pour des raisons de sauvegarde physique ou psychologique, j'espère qu'ici personne ne se fait d'illusion.
    Les séparatistes ont eux déjà prévu de contourner le problème en montant des ecoles financées par qui vous savez.
  • Là j’ai fait de mon mieux pour le WE :

    Suggérez-vous d’appeler un chat, un chah ?
  • Bonjour,
    de nombreuses raisons peuvent pousser des parents à choisir une instruction à domicile, et il est probable que de fortes pressions auront lieu pour augmenter les exceptions.
    Il me semble que le débat commence à déraper, est-il possible de le recentrer?
  • Ronan a écrit:
    et il est probable que de fortes pressions auront lieu pour augmenter les exceptions.

    Je ne suis pas spécialiste de la question mais il me semblait qu'un contrôle s'exerçait déjà sur les familles qui avaient fait le choix de ne pas envoyer leur enfants à l'école et assurer eux-mêmes leur éducation. Qui dit contrôle dit pression, parce que dans le cas d'espèce si des parents ne convainquent pas la personne chargée de vérifier que cette instruction se fait bien alors l'administration de tutelle de cette personne va exiger que les enfants soient scolarisés dans une institution scolaire "agrée". C'est du moins ce que j'avais cru comprendre.
    .
    XAX a écrit:
    Les séparatistes ont eux déjà prévu de contourner le problème en montant des ecoles financées par qui vous savez.

    Tu veux dire les Illuminatis eux-mêmes? B-)
  • Moi non plus, je ne sais pas ce qu’il en est.
    Oui, l’inspection passe voir de temps en temps.
    Un contrôle reste un contrôle.
    Mais que se passe-t-il si le contrôleur estime qu’il y a défaut d’instruction ?

    C’est surtout ça le problème : dans les faits, ont-ils un smiley rouge et « au revoir merci bien » ou bien sont-ils contraints, d’une manière ou d’une autre ?
    Je demande « dans les faits » et pas « que dit la loi ? » puisqu’on s’assoit dessus de temps en temps...
  • @Fin de partie: je ne parlais pas à titre individuel, mais collectif pour élargir les cas d'exemptions qui seront prévus dans le futur décret.
  • Dom:

    Ce qui est important est que des lois existent pour exercer un contrôle sur ces situations qui sont très minoritaires j'imagine. Lois qui jusqu'à aujourd'hui semblaient suffire. Pourquoi tout d'un coup ce sujet revient sur la table moins de deux ans avant une élection importante?
    A la limite, si cela intéresse le gouvernement il peut s'assurer que ces contrôles s'exercent comme il se doit et demander un rapport sur cette question.
  • xax a écrit:
    Les séparatistes ont eux déjà prévu de contourner le problème en montant des ecoles financées par qui vous savez.

    C'est déjà le cas en Bretagne ou dans les Pays-de-la-Loire. Enfin, je suis pas sûr qu'on parle des mêmes séparatistes...
  • @Fin de partie: tout à fait d'accord. Les lois existantes permettraient sans doute de régler ce problème, à condition d'avoir le courage de les appliquer.
  • J'ai l'impression de vivre dans un pays en guerre.
    On en est à chercher à débusquer la "cinquième colonne" (les séparatistes dans le vocabulaire du moment) parce qu'on ne veut pas/peut pas rendre plus attractif concrètement l'idéal républicain français. Effrayant.
    Je n'ai pas de doute que si on cherche des séparatistes on va en trouver. Va-t-on sombrer dans une forme de chasse aux sorcières à la mode McCarthy?
    Ronan a écrit:
    à condition d'avoir le courage de les appliquer.

    Qu'est-ce qui te donne à penser que ces lois ne sont pas appliquées ou mal appliquées?
  • Je vous rassure, il n'y aucune pression !! Si l'inspecteur qui vient voir s'il le boulot d'instruction à domicile est fait, constate que ça ne va pas. Il va dire et écrire que ça ne vas pas et qu'il faut corriger. Ça s'arrête là, vous imaginez quoi ?? Qu'on envoie l'armée chercher les gosses, pour foutre la pression ?

    Sinon, en milieu rural, l'écrasante majorité des parents qui choisissent l'instruction à domicile c'est quoi ? C'est parce que les familles désapprouvent ce qui se passe dans les écoles ? Comme je lis plus haut. Ben non, pas du tout, du moins en règle générale non. La réalité est bien plus triste.
    La précarité sociale tout simplement. On fait un enfant, et un autre et un autre pour toucher des prestations sociales. Quand on commence déjà au minimum à en avoir trois, ça fait déjà du monde à préparer, il faut se lever, il faut les faire bouffer, il faut les habiller. Il faut les emmener à l'école, ou alors très tôt à l'arrêt de bus, parce que la navette doit faire les quinze hameaux du bled pour rejoindre l'école qui est à 5 bornes. Même si le tarif est moins cher pour les familles les moins aisées ça fait quand même 2.50 euros par gosse et par jour à sortir.
    Voilà, alors tout le monde en pyjama, on ne se réveille pas à 7h du matin, pas besoin de mettre le nez dehors et pasta/ravioli pour tout le monde à midi. C'est triste, ce sont des familles qui ont renoncé. Mais voilà les motivations de l'instruction à domicile pour beaucoup de familles en milieu rural.
    Ce n'est pas une caricature mais une réalité sociale qui existe. Mais certains font semblant de l'ignorer aveuglés qu'ils sont par leur idéologie.
  • Zeinot a écrit:
    C'est triste, ce sont des familles qui ont renoncé. Mais voilà les motivations de l'instruction à domicile pour beaucoup de familles en milieu rural.
    Ce n'est pas une caricature mais une réalité sociale qui existe. Mais certains font semblant de l'ignorer aveuglés qu'ils sont par leur idéologie.

    Tu veux dire, en creux, que les "séparatistes" sont les gens que tu décris? Si j'ai bien compris alors cette saillie de Macron est encore plus honteuse qu'elle m'était apparue au premier abord.
  • C'est sûr qu'il est plus facile de faire le fier à bras que de songer aux problèmes sociaux du pays qui prennent des dimensions considérables, nous sommes bien d'accord aussi Zeitnot.
  • (Edit, je répondais à Fdp) Non pas du tout aucun rapport. Mais conneries de spératistes et autres ne sont en rien représentatives du terrain, en ce qui concerne l'instruction à domicile. Je ne dis pas que ça n'existe pas. Mais c'est loin d'être la majorité des cas, comme on voudrait le faire croire..
    Le chômage augmentant, l'instruction à domicile va exploser. Cf message ci-dessus.
  • Zeinot:

    Si j'ai bien compris la logique du discours de Macron. Il veut faire la chasse au séparatisme (concept que je n'avais jamais entendu il y a cinq ans, je dois être sourd) et il fait le raisonnement que le séparatisme est nourri, entre autres(?) par le fait que des enfants ne vont pas à l'école républicaine et sont livrés à l'instruction de leur parents (soupçonnés de créer des séparatistes par l'instruction donnée)
    Maintenant tu nous expliques que selon toi un certain nombre de gosses ne vont pas à l'école pour des questions de pauvreté et pas parce que des parents veulent bourrer le mou à leur gosses avec leur vue sur la vie, la société et leur foi.
    Si tu vois juste alors le passage du discours de Macron concernant cette question est honteux.
  • Je ne crois pas un seul instant que la pauvreté soit une raison de l’instruction à domicile contrairement à la fainéantise ou à une question de religion (islam dans la grande majorité).
    A mon avis la majorité de ces "instructions" hors de contrôle à domicile ne se réalisent pas dans des endroits reculés de la campagne mais bien dans certaines zones que l’on qualifient souvent de non-droit et où aucun contrôle n’est vraiment possible sous peine de rompre la fameuse "paix sociale".
    Bien souvent il y a la gratuité TOTALE des transports scolaires et de la restauration pour ces familles nombreuses et peu aisées (c’est le cas dans mon département). Cela a d’ailleurs posé problème durant le confinement car les parents devaient dépenser de l’argent pour nourrir les gosses et cela revenait cher...Résultat? Le département a décidé d’instauré une aide supplémentaire (appelée "bon solidaire") pour "compenser" la "perte"...
  • Bien souvent il y a la gratuité TOTALE des transports scolaires et de la restauration pour ces familles nombreuses

    Archi faux.
    Ce sont les communes rurales qui financent les cantines et les transports. Je connais le fonctionnement de dizaines de communes de mon département, et aucune n'a les moyens d'assurer la gratuité. Malgré des efforts financiers déjà très importants. Beaucoup gens ont une méconnaissance du fonctionnement du budget d'une commune. J'ai déjà pu le lire sur ce forum par rapport au financement des écoles privées.

    Pour la cantine la quasi totalité des communes que je connais proposent deux tarifs selon le quotient familial. C'est loin d'être gratuit.

    Je fais un constat, je n'excuse rien.

    Biely les grandes villes ne sont pas que la France.
  • Biely a écrit:
    A mon avis la majorité de ces "instructions" hors de contrôle à domicile ne se réalisent pas dans des endroits reculés de la campagne mais bien dans certaines zones que l’on qualifient souvent de non-droit et où aucun contrôle n’est vraiment possible sous peine de rompre la fameuse "paix sociale".

    On a vite fait de tomber dans le cliché.
    Mon cliché était que cela concerne des familles CSP+ dont le mari gagne très bien sa vie et dont la femme qui a un bon niveau d'études s'occupe à plein-temps des gosses et de leur éducation, et que de plus ces familles sont souvent catholiques très pratiquantes. (je le répète c'est le cliché que j'ai).
    Quelle est la réalité de ce phénomène?
  • Je n'ai pas de statiques Fdp, bien sûr, ce que tu décris ça doit exister, mais en Bretagne que je connais un peu, je ne pense pas me tromper en disant que c'est très à la marge. Dans la situation que tu décris, on s'oriente plus vers du privé très côté, voire du hors-contrat.
  • J'ai trouvé une page web qui décrit un peu cette réalité:
    Marginales en France, les pratiques de non scolarisation sont toutefois en légère augmentation. Les derniers chiffres indiquent qu’environ 25 000 enfants, soit 0,3% des enfants âgés de 6 à 16 ans, suivent une instruction à domicile (CNED ou en famille).

    Je vous invite à lire l'interview d'un chercheur:
    https://www.u-cergy.fr/fr/recherche-et-valorisation/actualites-recherche/seminaire-homeschooling.html
  • Zeitnot
    En ce qui concerne les transports scolaires (de la maternelle au lycée inclus) le plus souvent il s’agit de la compétence du Conseil départemental et non des communes. Cette compétence depuis 2019 glisse d’ailleurs de plus en plus vers le Conseil Régional (surtout sur les transports non urbains). En ce qui concerne la restauration scolaire il s’agit effectivement de la compétence des communes pour les maternelles et primaires , du Conseil départemental pour les collèges et du Conseil régional pour les lycées.
    Je te cite: " Même si le tarif est moins cher pour les familles les moins aisées ça fait quand même 2.50 euros par gosse et par jour à sortir."
    Et tu penses donc que les parents peuvent dépenser moins si ils gardent leurs enfants à la maison? Il faudra m’expliquer comment on peut nourrir (convenablement) un gamin à moins de 2.50 le repas.
    Fin de Partie
    Ce 0,3% ne veut pas dire grand chose (dans l’article ils précisent bien qu’il n’y a pas de statistiques précises justement).
    Ce qui est à peu près certain c’est qu’il y a une augmentation assez nette ces dernières années en partie en raison de la création d’écoles coraniques (car c’est bien cela qui pose problème non?), parfois officielles (même si hors contrat) , parfois franchement clandestines. On a bien vu la difficulté pour la justice d’interdire ces écoles et les enfants qui y sont ne comptent certainement pas dans ces 0,3%.
  • FdP https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/10/03/separatisme-et-ecole-l-instruction-a-domicile-sera-limitee-aux-imperatifs-de-sante_6054593_3224.html il y a une certaine augmentation du phénomène : 2018 35000, 2019 41000, 2020 50000
    Ce qui fait de l'ordre de 6 à 7% d'une classe d'âge. Avec cette progression on dépasserait bientôt 10% d'une classe d'age en 2022, ce qui commence à être considérable.
    Evidemment si on divise par le nombre de niveaux obligatoires jusqu'à 16 ans (8 en comptant la maternelle), on retombe à un peu moins de 1% d'une classe d'âge, mais c'est quand même le chiffre global (1) qui fait sens.
    Le 0,3 % d'une classe d'âge est en tout cas très sous-estimé et ne correspond plus à la réalité actuelle.

    (1) notamment pour calculer le nombre d'enseignants supplémentaires à prévoir ...
  • J'émets une hypothèse, sans en connaître la crédibilité: La scolarisation à 3 ans peut être responsable d'une partie de cette augmentation, la déclaration de scolarisation à la maison permettant à des parents de décaler l'entrée en maternelle.
  • XAX:

    L'article du Monde n'est pas en accès libre. Je ne sais pas d'où sort ce nombre de 50 000 et les autres nombres cités.


    Je vois dans tout ceci une tentative de diversion, s'il y a séparatisme, ce serait dû au fait que tous les gosses ne vont pas à l'école de la République. Surtout pas pour des causes économiques et le repli de l'Etat (services publics qui ferment et s'éloignent des citoyens etc) et le climat de suspicion qui est en train de monter, et la décrédibilisation de la parole des politiciens élus ou en charge des affaires qui progresse.

    Dans l'interview que j'ai citée plus haut on peut lire:
    Le ministère de l’Education nationale a récemment mis en évidence l’augmentation de l’instruction à domicile, comment l’expliquez-vous ?
    Je vois une explication à long terme, l’élévation du niveau de qualification de la population rend probablement les parents plus compétents, et donc susceptibles de s’autoriser à engager la non scolarisation de leurs enfants. À plus court terme, il pourrait y avoir un effet de plus grande circulation de l’information : des sites web, des réseaux sociaux, des livres et des reportages de presse écrite et audiovisuelle permettent sans doute à des parents d’apprendre l’existence de la non scolarisation et de trouver l’accompagnement qui permet de s’y engager. J’ajoute que le nombre augmente aussi parce que l’évolution part de très bas.
  • Biely a écrit:
    Je te cite: " Même si le tarif est moins cher pour les familles les moins aisées ça fait quand même 2.50 euros par gosse et par jour à sortir."
    Et tu penses donc que les parents peuvent dépenser moins si ils gardent leurs enfants à la maison?

    Je n'en sais strictement rien. Je ne gère pas leur budget.
    Il faudra m’expliquer comment on peut nourrir (convenablement) un gamin à moins de 2.50 le repas.

    Je suis tout à fait d'accord avec ça. Ce n'est pas moi qui dit que c'est cher. Je pense même tout le contrarie. Mais il y a des familles pour qui tout est de toute façon, toujours trop cher et qui en font un argument. Quand on les écoute, il faudrait presque que la collectivité paye les vêtements pour aller à l'école parce que l'école est gratuite.

    Sinon, chez nous ce sont bien les communes qui gèrent les transports pour les primaires sur leur commune.

    Enfin, soit on dit "maternelle et élémentaire" soit on dit "primaire" mais pas on ne dit pas "maternelle et primaire". :-D
  • On trouve cette phrase, dans l'article du Monde:
    "Ce sont les processus de déscolarisation progressifs, presque du « cas par cas », qu’a aussi dans son viseur M. Macron. « Allez à Maubeuge, vous rencontrerez une directrice d’école qui vous donnera des chiffres précis, a-t-il répondu à un journaliste qui l’interrogeait sur l’ampleur du phénomène."

    Surréaliste, non?
  • C'est vrai, pourquoi les gens déscolarisent leurs enfants de plus en plus? incompréhensible :-S.



  • A-t-on seulement les statistiques des inspecteurs ? Il faudrait ensuite les mettre en relief avec l'école classique.

    Cette interdiction pose quand même beaucoup de problèmes. Entre autres, une famille mal située en terme de carte scolaire (harcèlement ou que sais-je) à qui on a déjà interdit les dérogations et l'école à la maison n'a plus le choix. Et pas sûr que cela remplisse alors l'objectif de l'apaisement et de l'union.
  • Majax: ce qui pose problème aussi est qu'on fait peser de la suspicion sur ces familles.
  • FdP en effet, en plus de tous les problèmes qu'elles cherchent déjà à éviter.

    Je veux bien qu'il y ait à boire et à manger chez ceux qui la pratique (et encore j'attends de voir des statistiques), mais je me suis déjà posé la question pour ma propre famille, pour des raisons d'éducation qui me sont personnelles.
    Là je suis contraint.
  • Au risque de passer pour un ignare, c’est qui, vous savez qui?
  • Voldemort peut-être ?
  • Je n'ai pas compris la question.
  • majax a écrit:
    A-t-on seulement les statistiques des inspecteurs ?

    Bien sûr. Elles sont dans les sous-sols désaffectés d'une école de Maubeuge, gardées 24/7 par une institutrice féroce gavée d'amphétamines.

    Pourquoi cette question ?

    e.v.
    An apple a day keeps the doctor away ... As long as you aim well (Winston Churchill)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!