Editions MIR: mirage ou contenu particulier ?

Bonsoir,

Il semble qu'il y ait une communauté de passionnés des ouvrages édités par MIR.
Par curiosité, j'aimerais comprendre en quoi le contenu MIR serait supérieur à celui de livres récents "équivalents" ?
Si quelqu'un avait la gentillesse et le temps de m'éclairer, je l'en remercie d'avance :)

Réponses

  • Bonne nuit,

    L'intérêt des ouvrages de MIR était double: il étaient écrits par de très bon auteurs, bien connus dans leur spécialité, et ils coûtaient peu cher.
    Pour ceux qui étaient communistes (il y en avaient beaucoup à l'époque !) un intérêt supplémentaire résidait dans le fait qu'ils "venaient de là-bas". MIR = Paix, etc.
    Bien sûr que les traductions en anglais sont aussi bien, mais ce n'est pas MIR, ça coûte jusqu'à dix fois plus cher, ce n'est pas en français (parfois très mauvais ...), et maintenant ça commence à dater. Bien que certains soient mis à jour (Arnold par exemple).
    D'autre part, il y a une mode actuelle qui consiste à faire grimper artificiellement le prix de certains livres de maths, mode à laquelle il ne faut pas céder.
    Quand je vois sur Amazon (et les autres) que les livres d'occasion sont tous plus chers que les livres neufs, ça m'énerve passablement.
    Il faut dire que les MIR étaient solidement reliés en toile tandis que leur copie est brochée ou "reliée" de façon désastreuse et scandaleuse.

    Bien cordialement.
  • Bonjour CdP,

    Merci d'avoir pris le temps de répondre de façon détaillée.

    Concernant ce qu'il faut qualifier de spéculation, c'est la loi de l'offre et de la demande. Plus de demandes que d'offres : ça grimpe.

    Mon interrogation est de comprendre pour quelle raison ça grimpe. J'ai un premier élément de réponse dans : "écrits par de très bons auteurs". Mais d'un autre côté, il y a aujourd'hui aussi de très bons auteurs.

    Ayant utilisé de nombreux ouvrages, après de nombreuses années, j'en ai encore deux en tête qui sortent du lot sur plusieurs dizaines d'autres. Mais aucune spéculation à ma connaissance.

    Concernant l'aspect idéologique, aucun intérêt dans la mesure où l'idée est de ne se concentrer que sur la qualité du contenu.

    Dans votre réponse, je note l'aspect "très bons auteurs" et livres peu cher (à l'époque). Cela n'explique pas complètement l'emballement, mais aide peut-être à mieux le comprendre.

    Si d'autres ont d'autres regards à apporter sur MIR, j'y serais attentif. D'ailleurs, quitte à dépasser le thème "MIR", s'il existait actuellement un auteur, une collection ou une approche très nettement supérieure aux autres, je suis preneur.

    Bien sûr, cela restera subjectif...

    Bien cordialement
  • A noter :

    dans les années 1960, on trouvait aussi des éditions à bas prix d'auteurs américain de talent. Je dois à Polya et son "comment poser et résoudre un problème" pas mal de progrès en maths. Pour l'équivalent d'une dizaine d'euros.

    Cordialement.
  • gerard : ce petit livre est effectivement une merveille.
  • Moi aussi, je dois beaucoup à Polya, c'est un très bon livre.
    SInon pour revenir a Mir, heureusement qu'il y a toujours de très bons auteurs, mais Arnold, Novikov, Dubrovin, Pontryaguin, Rokhlin, Kirillov c'est quand même un peu plus que de très bons auteurs et puis c'est tout une époque pour les mathématiques : la topologie, la géométrie symplectique. C'est un peu la réponse Russe aux ouvrages des Bourbaki où toutes ces choses étaient absentes. L'un d'entre eux disait grosso-modo :" au lieu d'expliquer des choses simples de façon compliquée, comme Bourbaki, on expliquait des choses compliquées de façon simple." B-) Ceci dit il ne faut pas se tromper tous ces gens-là étaient des amis, parfois très proches, et avaient une admiration mutuelle pour les travaux des uns et des autres.


    M.
  • Bonjour Mauricion

    qui est Rokhlin ?
  • Rokhlin et Pontryagin ont calculé les $\pi_k(S^2)$ pour $k$ pas trop grand.Ce qui a conduit Rokhlin a son célèbre théorème de signature http://en.wikipedia.org/wiki/Rokhlin's_theorem
    Ils ont utilisé la construction, appelée aujourd'hui de Thom, qui identifie les groupes d'homotopie avec des groupes de cobordisme. Serre a tué ces travaux dans sa thèse avec sa technique de fibration, suite spectrale de Leray etc. Mais la construction R-P est revenue en force, quelques années plus tard, avec la thèse de Thom qui l'a utilisée dans les sens inverse pour obtenir son célèbre théorème sur les classes de Stiefel-Whitney. C'était la grande époque de la topologie et une grande époque pour les mathématiques. Tu trouves tous les détails dans le (beau) livre de Milnor characteristic classes et... dans les livres MIR : Novikov-Dubrovine-Fomenko Vol II et III et Fomenko-Fuchs. Pour une lecture nostalgique, tu peux aussi lire : "The golden years of Moscow mathematics", bien que Rokhlin soit de l'école de Leningrad, il y est mentionné.

    Bonne journée,
    Mauricio
  • Merci !
    C'est quoi une classe de Stiefel-Whitney ?
    Connais-tu des choses en rapport avec la théorie quantique des champs et les variétés possédant une spin-structure ? C'est vraiment trop hard !
  • livres écrivait : http://www.les-mathematiques.net/phorum/read.php?11,798626,798626#msg-798626
    [Inutile de répéter le message initial. Un lien suffit. AD]

    En effet, c'est un sujet intéressant. Les livres MIR étaient (et sont toujours finalement) le reflet d'un enseignement en science très différent de l'enseignement en science 'occidental' actuel. Ils reflétaient -à mon sens- la simplicité, la générosité, le partage des connaissances et l’universalité du savoir. Pour moi, qui avait commence mes études de Maths en URSS, c’était quelque chose, c’était aussi par certain cotés, la continuation de cette 'vieille vision de la science orthodoxe', presque au sens des vieux croyants et qui partageait à la fois cette simplicité et cette robustesse du savoir que donne une certaine foi. En gros, on pouvait avoir pleine confiance dans les auteurs et dans le contenu des livres. Ils n’étaient pas 'supérieurs' aux livres publiés par Hermann en France ou par Springer-Verlag en Allemagne et aux USA, ils étaient juste différents, et certainement que c'est cette différence qui manque désormais.

    Pour finir, MIR existe toujours. C'est une minuscule maison d’édition presque inconnue qui a rétrécie comme une peau de chagrin pour n’être plus qu'un point. Ils n'ont plus aucun moyens.

    Peut-être que paradoxalement ce sera la seule maison d’édition en science à survivre a 2013.
    À suivre.
  • Cette différence manque à une époque où le conformisme est devenu une vertu.

    Lorsque j'étudiais, une seule prof géniale (ENS) s'était distinguée par une approche résolument différente.

    Qu'est-ce que la simplicité manque dans le monde actuel.
  • livres écrivait : [www.les-mathematiques.net]
    [Inutile de répéter le message initial. Un lien suffit. AD]
    inutile de mettre ce genre de messages qui ne servent a rien a part a agacer les gens et a marquer votre presence.RvZ
  • Bonsoir Rupp V Zorn
    Je suppose que ton dernier message s'adresse à moi.
    Je mets ce genre d'indications pour expliquer en quoi et pourquoi je modifie le contenu de ton message.
    En même temps tu le remarques (tu parles d'agacement), ainsi la fois suivante, tu te souviens de la manière de faire.
    Quand à marquer ma présence B-), c'est simplement pour savoir quel modérateur est intervenu, et à qui s'adresser en cas de litige.
    AD
  • Je n'ai pas vu le message initial de RvZ, mais dans ce qu'il en reste, il n'y a plus rien. Ni lien, ni question.
    Peut-être voulait-il simplement faire "remonter" ce fil sans intérêt ?
  • Bonsoir Philippe
    Le message initial de RvZ est ici : http://www.les-mathematiques.net/phorum/read.php?11,798626,804945#msg-804945
    dans lequel, j'ai remplacé la recopie d'un message par son lien, accompagné d'un message explicatif qui semble avoir agacé RvZ.
    AD
  • Ah, et pourtant j'avais lu les messages précédents. Je devais être endormi au moment où j'ai tapé ce message. :D

    Sinon, les livres des éditions MIR sont biens, je garde de bons souvenirs de ceux que j'ai lus à la fac, et j'en possède deux que je consulte de temps en temps.
    Je ne dirais quand même pas qu'ils soient exceptionnels au point de dépenser plusieurs centaines d'euros pour en posséder un.
  • pour répondre à ta question, il suffit de comparer le contenu des livres autres choses la plupart des livre édition Mir de l'ex défunt URSS les auteurs ce sont des académiciens
  • Magnifiques livres des éditions MIR, j'ai encore "Calcul différentiel et intégral", "Théorie des fonctions spéciales", "Astronomie générale", "Résistance des matériaux" et "Cinétique chimique" achetés en 76 à Paris quand j'étais en taupe à Paris ! Le premier me servait pour comprendre le cours presque inexistant de Chevalley, mon prof de maths de spé qui, pourtant, ne cessait de me répéter que j'aurais une ENSI (c'est grâce à ces livres que je m'en suis sorti et n'ai jamais détesté les maths) !
  • Je me souviens de cette collection. On en voyait beaucoup dans les rayons d'un certain magasin de livres d'occasion du quartier latin à Paris.

    Il y avait une librairie dans le même quartier, qui vendait de la littérature russe, qui avait tout un rayon de livres neufs de cette collection (c'était au premier étage si je me souviens bien). A cette époque existait encore la librairie PUF place de la Sorbonne.
    J'ai localisé deux livres dans ma bibliothèque de cette collection: Introduction à l'algèbre de A. Kostrikin (que j'aime beau même si l'écriture est dense) et un recueil d'exercices d'analyse fonctionnelle dont l'un des auteurs est Kirilov.

    PS:
    Il me semble qu'à la fin des années 80 (peut-être dans les années 90 je ne sais) une partie de ces livres avaient été réédités chez le même éditeur mais avec une couverture plastifiée moins rouge. :D
  • Je me souviens qu'il y avait pas mal des livres de cette collection à la b.u. de la fac d'Avignon quand j'étais étudiant. Je les ai consultés quelques fois.
    J'avais acheté mes deux tomes d'analyse complexe de B. Chabat à la librairie Gibert de Marseille quand j'étais en dea. Ils devaient coûter aux alentours de 30€ l'unité, et il y avait d'autres tomes. Les prix exorbitants auxquels ils sont vendus (eux et bien d'autres livres) incitent fortement au chapardage...
    Je l'ai déjà dit plus haut, mais personnellement, je pense qu'il vaut mieux éviter d'acheter tout livre de maths, aussi bon soit-il, vendu plus du double de son prix originel.
    Il existe en général des moyens d'avoir du matériel aussi bon, quitte à acheter trois ou quatre livres au lieu d'un. Sans compter que les mathématiques évoluent !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.