Pub

13»

Réponses

  • Merci, Deufeufeu, j'ai cette note dans mes archives, car c'est mon ami Norbert Verdier, très actif sur le forum, qui l'a rédigé. Et, effectivement, j'ai beaucoup apprécié son commentaire.

    En tout cas, merci de ton intérêt pour ce travail.

    Et tu peux remplacer le "vous" par le "tu" (sauf si tu y es résolûment contre, évidemment...).

    A +

    Borde.
  • Salut,
    Je n'ai qu'une toute petite question concernant ce livre...
    En fait je m'interroge concernant la petite anecdote de Gauss sur le TNP est-ce vraiment en 1849 alors qu'il était jeune ??? (il a 72 ans si je ne me trompe en 49 !!!)
    Et après avoir fait un tour sur Wiki et bien il est dit que c'est en 1792 !
    Voilà c'est sur c'est vraiment une broutille, mais bon voilà je suis un tantinet pointilleux ...
    Amicalement Micke

    PS Soit dit en passant ce bouquin est excellent !
  • Oui, cela m'a surpris, au début, comme toi, lorsque j'ai fait mes recherches...Mais il faut comprendre ma phrase (sans doute mal tournée) dans le sens suivant : <B>la lettre</B>, qu'il a écrite (je ne me souviens plus du destinataire, Norbert V doit le savoir), date de 1849, et, dans cette lettre, il raconte <I>a posteriori</I> son intuition, qui, elle, date bien de la fin du 18ème.
    <BR>
    <BR>Remarque que l'on peut être jeune à 72 ans ! Le meilleur exemple ? Oumpapah, bien sûr, dont j'ai envie ici de rendre hommage (une fois de plus)...
    <BR>
    <BR>Borde.<BR>
  • Voir page 74 du livre de Borde. Je crois que Micke a mal compris le sens de la phrase: Borde écrit:

    "..Gauss raconta que, dans une lettre de 1849, alors qu'il était encore un jeune homme, il avait eu l'intuition..."

    Autrement dit, Gauss raconte dans une lettre de 1849, ce qu'il a fait dans sa jeunesse.

    Ceci dit, la phrase n'est peut-être pas parfaitement claire et peut pr^ter à confusion.
  • Salut Borde. Tu as répondu pendant que je consultais Marcus du Sautoy (la symphonie des nombres premiers) et que tournais les pages de ton bouquin à la recherche de la fameuse phrase.
  • Pas grave, RAJ, et ça me permet de te saluer...D'autre part, je suis d'accord pour dire que certaines phrases peuvent prêter à confusion, et ce, malgré les diverses relectures (tu sais de quoi je parle...).

    Borde.
  • Il faudrait peut-être écrire:

    "..Gauss raconta, dans une lettre de 1849, que, alors qu'il était encore un jeune homme, il avait eu l'intuition..."
  • "..que, alors..", c'est pas génial. "qu'alors" (Calor?) serait préférable.
  • RAJ : "qu'alors qu'il était encore un jeune homme", c'est encore plus pire, comme qui dirait..

    moi, la phrase originale de Borde me paraît très claire et sans ambiguïté : je ne vois pas où est le problème si on comprend le français.

    De toute façon, si on ne fait que changer l'ordre des termes de la phrase on risque d'en obscurcir le sens, genre : "Belle marquise, d'amour mourir vos beaux yeux me font"...
  • « Dans une lettre de 1849, Gauss raconte que jeune homme, il avait eu l'intuition que les vaches étaient des herbivores. »

    Une bon vieil ablatif absolu sous-entendu, y a que ça de vrai.
  • Cette dernière version me semble être la bonne.
  • Yop désolé je n'avais effectivement pas compris ce sens-là !!
    Dans ce cas je n'ai plus rien à dire !

    Aleg dslé j conpren pas l fransé :p
  • Pas de problème, Micke, ce fil est justement destiné à poser des questions sur ce livre, et, dans la mesure du possible, à m'aider à y répondre.

    Borde.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.