Agrégés - note de l'IGESR

Voici un message d'un CE du 26/01.
Mesdames, messieurs
je vous mets en lien un article qui je le pense ne peut que vous intéresser 
Pour le lire il faut vous abonner mais cet abonnement est gratuit.
On note pour le collège une ORS de 18h00.
Ce sujet a-t-il déjà été posté ?
«1

Réponses

  • Dom
    Dom
    Modifié (7 Feb)
    Il y a déjà eu des discussions sur le sujet. 
    Je n’ai pas lu les articles postés. 
    C’est assez simple : pour taper dans le budget on va chercher un petit groupe et on va lui imposer des heures à faire en plus alors que le statut est pourtant clairement établi depuis des décennies.  
    Cette population [agrégé en collège] est de plus parfois jalousée, voire montrée du doigt, donc ça ne va pas entraîner un corporatisme aigu. 
  • Il y est aussi évoqué de passer à 18 h au lycée pré-bac. 

  • Avant de taper sur les fainéants d'agrégés qui exercent en collège (parmi lesquels un grand nombre n'a pas demandé à y enseigner, voire y a été affecté suite à une suppression de poste) il faudrait penser à accorder un bonus significatif (plus qu'il ne l'est actuellement) aux agrégés qui demandent à enseigner en lycée.
  • Exact. 90 points est un truc dérisoire. 
  • Pour l'instant une assurance à été donné au SNFOLC et au SNALC que cette ineptie ne sera pas suivie par le ministère.

    Par contre on pourrait remettre IGEN et IA-IPR devant élèves pour au moins un demi service, on manque de professeurs et ce sont des exemples de perfection à suivre (ou pas)
  • A en croire neoprofs, AOC aurait dit ne pas suivre les recommandations de ce rapport.
  • Vu le manque de professeurs, la proposition de l'IG a un sens.
    Après est-ce une proposition qui ferait beaucoup de remous au ministère ? Et mettrait sur siège éjectable du personnel au ministère ?
  • Au contraire ça risque de décourager les candidats aux concours de recrutement des profs, et donc d'aggraver la pénurie à long terme.
  • @JLT : C'est l'idée >:)
  • LeVioloniste
    Modifié (7 Feb)
    Pourquoi cela @gai requin ? Que nos enfants et petits enfants n'aient plus de professeur est-il souhaitable ?
    Pour mettre quoi à la place ?
  • Ramon Mercader
    Modifié (8 Feb)
    LeVioloniste a dit : Que nos enfants et petits enfants n'est plus de professeur est-il souhaitable ?
        Sans commentaires...
    Liberté, égalité, choucroute.
  • Mes prophéties semblent se réaliser. Je conjecture la disparition de l'agrégation d'ici à 2030.
    Liberté, égalité, choucroute.
  • Ramon peu de chance pour que l'agrégation disparaisse. Il y a besoin de ce niveau pour les facs / prépas.
    Dans ce rapport on différencie 3 types de professeur selon leur affectation (2ndaire, fac, prépa).
    Si tu crois à cela les classes prépas doivent disparaitre aussi. J'ai du mal à y croire.
  • @LeVioloniste : Emmanuel Macron a évoqué a plusieurs reprises la suppression des concours de recrutement dans certains discours. Cela ne veut pas dire qu’il va le faire, mais il y pense.
  • Ramon, ça fait plus de 20 ans que j'entends les experts du forum, nous annoncer tantôt la fin de l'agrégation, tantôt la fin des classes prépas etc... Au fur et à mesure que les années filent, les dates de prédictions reculent. C'est comme dans les sectes apocalyptiques, la fin du monde n'arrivant pas, on retarde les prévisions. J'ai perdu la foi, je ne vous crois plus ! :)
    La vie est injuste surtout pour ceux qui partent avant les cheveux blancs.
  • L’expression « serpent de mer » est en effet de rigueur. Ou bien « c’est dans les tuyaux ». Je faisais aussi partie de ceux qui annonçaient la fin de l’agrégation interne. Mais, mine de rien, ça va faire au moins une dizaine d’années…
  • zygomathique
    Modifié (8 Feb)
    l'important ce n'est pas que les classes de prépa et les prof afférant aussi (très souvent des chaires sup) disparaissent puisque ça ferait une belle économie pour la nation (com démago) : un élève comme un prof de prépa coûte cher ...

    l'important c'est qu'elles disparaissent mais que les classes dominantes continuent de pouvoir affecter leurs enfants dans les bons parcours scolaires ... sans même passer par parcoursup (tiens, ça me rappelle une certaine ministre)

    le plus grave c'est la perte de démocratie associée à une telle mesure : ne plus offrir à tous ceux qui le mérite un parcours exigeant et riche de potentiel car en terme économique : quel est le "retour sur investissement" de la formation d'élèves passant par ces parcours ?

    mais la démocratie est déjà morte puisque "le reste" de l'école ne marche pas mieux cependant et ne marchera pas mieux avec de telles mesures

    et quand on entend que les mesures clés pour le "choc des savoirs" c'est le SNU obligatoire et l'uniforme ...
    un imbécile en uniforme peut faire illusion ... 5 mn !! (tant qu'il ne parle pas) mais ça reste un imbécile !!!

    Ce ne sont pas les signes, les symboles qui constituent la science ; le seul principe qui y domine, c’est l’esprit de sagacité auquel les objets soumis servent d’auxiliaire.                BHASCARA

  • Ramon Mercader
    Modifié (8 Feb)
     Les CPGE et l'agrégation sont des spécificités françaises qui donnent de l'urticaire aux mondialistes anglo-saxons. D'ici la fin de la décennie, ordre sera peut-être intimé au directeur commercial de la région France d'y mettre fin. Si ce n'est pas Choupinet, ce sera son successeur (Attal, Philippe, Schiappa, Darmanin...).
    Liberté, égalité, choucroute.
  • zeitnot
    Modifié (8 Feb)
    Attal, Philippe, Schippa, Darmin, occupent ou ont occupé le pouvoir et pourtant le nombre de postes à l'agrégation ne cesse de croître il me semble. Pourquoi cet ordre n'aurait-il pas déjà été donné, pourquoi attendre ? Pourquoi d'ici 6 ans ça aurait plus de chance d'arriver qu'aujourd'hui ? Franchement, c'est purement gratuit et à part le croyez moi,  cela ne repose comme souvent sur rien, absolument rien.
    J'ai entendu la même chose pour les années, 2000, la même chose pour les années 2010, la même chose pour les années 2020... Nous sommes en 2024, rien neuf à part des prédicateurs qui s'agitent à intervalle régulier.
    La vie est injuste surtout pour ceux qui partent avant les cheveux blancs.
  • @Zeitnot: C'est comme aux échecs, il faut avoir plusieurs coups d'avance...
    Liberté, égalité, choucroute.
  • zeitnot
    Modifié (8 Feb)
    Oui, mais les joueurs qui pensent te mettre échec et mat, mais qui calculent mal et qui se plantent à chaque fois, j'en ai connus beaucoup.
    La vie est injuste surtout pour ceux qui partent avant les cheveux blancs.
  • Comme le disait le regretté José Garcimore: "des fois cha marche, des fois cha marche pas"...
    Liberté, égalité, choucroute.
  • C'est pas faux. :)
    La vie est injuste surtout pour ceux qui partent avant les cheveux blancs.
  • math2
    Modifié (8 Feb)
    @ LeVioloniste : j'espère que l'agrégation ne sera pas maintenue uniquement pour les recrutements en prépa ou à l'université (où il y a aussi des PRCE au passage). En effet, une telle agrégation pourrait se réduire à très peu de places, peut-être entre 10 et 30 (les besoins peuvent certaines années ne pas être énormes), on devrait sans doute la réserver aux docteurs (les IG aiment à mettre en prépa des docteurs, et nombreux sont mes collègues ne pouvant pas concevoir que l'on puisse recruter un PRAG non docteur), et sans doute plus besoin d'interne non plus, ce qui réduirait les possibilités de promotion des collègues certifiés. Il y aurait un autre problème : les universités sont pour l'instant autonomes quant à leur recrutement, cela  ferait bizarre que l'on doive piocher dans la très courte liste des agrégés de l'année (ou recruter à la mutation des déjà PRAG ou profs de prépa).
  • geo
    geo
    Modifié (8 Feb)
    Si plus d'agrégation, plus d'agrégation sur de liste d'aptitude donc plus d'IPR.
    Dans mon académie ils sont pléthores les IPR devenus agrégés sur liste d'aptitude avant d'être inspecteur.
    D'ailleurs quand ils inspectent les lauréats au concours ils les descendent bien...
  • Il y a aussi des IPR qui ont l'agreg externe ou interne.
  • geo
    geo
    Modifié (8 Feb)
    Oui mais sur 8 IPRs de mon académie il y en au moins 5.
    Et je peux te dire que quand on a eu l'interne des collègues d'autres bahuts dont moi même, nous avons bien senti l'inspection passer.
    Quelques années  avant très bon prof et après on est limite.
    Je trouve cela honteux. C'est du cassage de prof.
    Depuis ce temps j'ai une très grande méfiance envers ces individus.
  • OShine
    Modifié (8 Feb)
    @geo
    Que veux tu dire par : "nous avons bien senti l'inspection passer." ? 
  • Sato
    Modifié (8 Feb)
    Si plus d'agrégation, plus d'agrégation sur de liste d'aptitude donc plus d'IPR.
      :D
    Surtout qu’ils donnent des cours de maintien aux agrégatifs à la fac.

  • :o Tu sais qu'il y a un IPR qui se vantait d'inspecter des collègues de prépa :D
  • S'ils suppriment les IPR, il y a des chances qu'ils les fusionnent avec les IEN, ce qui ne serait pas une bonne chose.
  • Par contre si AOC était défavorable à la note de l'IG, quid de la nouvelle ministre ?
    Les cartes sont rebattues.
  • @geo : c'est également mon cas (pour le cassage après l'interne). Je n'ai pas le cursus de tous les IPR de mon académie. Cela m'arrive de travailler avec certains, ça se passe très bien, c'est plus compliqué avec d'autres.
  • geo
    geo
    Modifié (10 Feb)
    Bienvenu au club kioups.
    C'est quand même dingue. Il m'a reproché au moins 5 fois de m'être investi dans la préparation au concours.
    Ils devraient avoir encore des classes en charge.
  • OShine
    Modifié (10 Feb)
    Après c'est normal, quand un prof prépare le concours qui a un programme énorme, il a moins de temps pour préparer les cours.
    S'ils veulent que les profs soient investis à 100% il faudrait qu'ils suppriment l'agrégation interne ? 
    Ou qu'ils changent le format du concours ? 
  • Pour être investi à 100% dans ses cours, il y a un paquet d'autres trucs à supprimer avant l'agreg interne...
  • Notamment arrêter d’être Prof Principal (rappel : c’est un des rares trucs que le chef ne peut pas imposer). 
  • math2
    Modifié (10 Feb)
    Je trouve effectivement absurde que l'on puisse reprocher à un prof de préparer l'agrégation interne, tant qu'au moins il continue à effectuer ses missions normalement.

    En effet, au delà de la potentielle réussite et donc une possibilité de promotion du collègue, le concours est un moment pour améliorer la connaissance de sa discipline et tout le monde est censé se former au cours de sa carrière professionnelle.

    Supprimer l'agrégation interne aurait comme conséquence que les collègues passeraient le concours externe, avec tout ce que cela a de négatif.
  • nicolas.patrois
    Modifié (10 Feb)
    Si le concours interne est proposé par l’institution, quelles peuvent être les raisons pour reprocher de le préparer à un collègue jugé bon par ailleurs ?
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • Dom
    Dom
    Modifié (10 Feb)
    Peut-être que lors de l’entretien l’inspecteur aurait dit un truc comme « qu’avez-vous mis en place pour récupérer les élèves décrocheurs de la classe en maths ? ».
    Et là, si la réponse ressemble à « rien, car comme je prépare l’agrégation interne, je n’ai pas le temps » on peut comprendre le retour désagréable. 
    Je force le trait, mais le fond a peut-être été de cette teneur. 
  • geo
    geo
    Modifié (10 Feb)
    Pas du tout Dom.  Il a été à charge sur tout et a démonté tout ce que j'ai fait. J'en ai parlé aux syndicats ils m'ont dit que c'était une habitude chez certains de mon académie.
    Ce qui est dingue c'est que tu es bon avant et une m... après.
    D'où plus aucune confiance en ce corps.
  • Oui ok. J’ai déjà eu vent d’histoires identiques. 
    Les inspections se passent bien et pour la titularisation de l’interne ça fait la fine bouche, voire c’est malveillant et désagréable. 
    Et oui, il y en a des comme ça. 
  • Avec le temps on prend du recul sur les jugements extérieurs. J’enseigne depuis 8 ans, les conseils qu’on m’a donné étaient souvent bons. Certaines critiques se sont avérées totalement infondées. Je m’en remets maintenant davantage à l’auto évaluation et à l’analyse réflexive. Il y a de bons inspecteurs mais il y en aussi de nettement moins bons. Il y a de bons chefs d’établissement et il y en a de moins bon. Le tout est de savoir à qui se fier et cela prend du temps.
  • Dom a dit :
    Notamment arrêter d’être Prof Principal (rappel : c’est un des rares trucs que le chef ne peut pas imposer). 
    Et être mal vu par la direction ? 
  • Pourquoi « mal vu » ? Éventuellement ça ouvre des négociations sur l’emploi du temps. 

    Si on fait passer en premier « être bien vu » par rapport à « dégager du temps pour préparer l’agrégation », alors je ne me bats même plus pour convaincre. 
  • La direction a besoin de profs principaux, parfois il en manque.
    Donc refuser un poste de prof principal peut être mal vu.
  • J’ose répondre « oui, et ? ». 
  • Blueberry
    Modifié (12 Feb)
    Je confirme,
    je refuse systématiquement et non seulement ça ne plaît pas trop au dirlo mais tu es même regardé de travers par tes collègues ...

    ps : qui sous entendent que tu ne fais pas ta part
  • Oui « et ? », j’insiste. 
    J’ai aussi vu des chefs qui critiquaient le travail des profs principaux, notamment ceux qui ont des 3e avec l’orientation etc. Ou d’autres chefs qui souhaitaient des réunions pour tout et n’importe quoi. 
    Il est simple alors d’argumenter pour ne pas être professeur principal au moins quelques années pour préparer un concours exigeant. 
  • Blueberry
    Modifié (12 Feb)
    Et quoi ? Ça dépend du chef évidemment. En général c'est juste que ça peut rendre les relations un peu désagréable et si tu tombes mal il peut un peu te le faire payer. Honnêtement ça ne tire pas à conséquence.
    Avec tes collègues, c'est juste que ça peut tendre les relations et ça ce n'est pas agréable du tout.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.