TeSciA 2022

13»

Réponses

  • Il a été précisé plusieurs fois par les auteurs du test que les tests se limitent exclusivement au programme de terminale (et de première).  Le but étant de ne pas favoriser les élèves issus des "grands" lycées.
  • Mea Culpa 👌
  • Le but étant de ne pas favoriser les élèves issus des "grands" lycées.
    Le but ça n'est pas de faire en sorte que les meilleurs élèves de Terminale soient bien recrutés par les prépas les plus sélectives?
  • Math Coss
    Modifié (March 2022)
    On peut discuter de ce que veut dire « meilleure » : est-ce que c'est l'élève qui est capable de résoudre les exercices les plus compliqués au jour du test ou celle qui sera capable de résoudre les problèmes les plus compliqués après deux ans de prépa ? Il est facile d'imaginer des élèves dont le potentiel n'est pas pleinement exploité ou même détecté en fin de terminale, selon le lycée où elles se trouvent.
  • Les auteurs des tests font la différence entre capacités pour les mathématiques et niveau à un instant t.
  • jmf a dit :
    Le but étant de ne pas favoriser les élèves issus des "grands" lycées.
    Le but ça n'est pas de faire en sorte que les meilleurs élèves de Terminale soient bien recrutés par les prépas les plus sélectives?
    Les prépas les plus sélectives ne tiennent pas forcément compte des résultats de ce test.
  • jmf
    jmf
    Modifié (March 2022)
    @kioups a dit : "Les prépas les plus sélectives ne tiennent pas forcément compte des résultats de ce test."

    On n'en sait rien. Il y a ce qu'elle disent maintenant, et ce qu'elles feront ensuite. Il existe de toutes façons une certaine latitude des équipes pédagogiques (et même à l'intérieur d'une équipe, d'un collègue à un autre).

    Les principaux détracteurs de ce test, on les trouve chez les profs de "prépa de proximité", comme on dit. Les principaux zélateurs sont plutôt dans les équipes des lycées dits "prestigieux". Il doit y avoir une raison.

    Je ne porte aucun jugement. Les prépas sont en concurrence les unes avec les autres, c'est comme ça, et chacun prêche pour sa paroisse. Il faut garder ça présent à l'esprit.
  • Mouais, ce n'est pas ce que j'ai lu... m'enfin soit, admettons !
  • J’avais compris qu’il s’agissait aussi de pousser de bons élèves à poursuivre des études ambitieuses quand leur milieu social ou familial ne le fait pas, en les aidant à prendre conscience de leurs capacités. J’adhère totalement à cette idée. J’ai eu de tels élèves, brillants mais qui s’autocensurent. 

  • Bonjour,

    j'ai regardé les tests, je m'interroge sur la pertinence de la question M44 de l'option B. Il ne me semble pas que la caractérisation séquentielle de la continuité soit au programme de terminale et de manière générale la définition de continuité est rudimentaire en terminale. Que souhaitiez-vous tester avec cette question (et celles qui suivent) ?

    C'est une question pour mesurer le bon sens des candidats par rapport à ces notions. On n'a pas besoin d'avoir compris la caractérisation séquentielle de la continuité pour y répondre de manière pertinente, d'autant plus qu'on ne demande pas de justification particulière.
  • AORESpres
    Modifié (August 2022)
    Le rapport de l'édition 2022 (la première) est enfin publié : https://www.aores-sci.fr/static/base/pdf/rapports/RapportTeSciA2022.pdf
    Il y a aussi une vidéo de présentation du rapport :

    À très bientôt pour l'édition 2023 !
  • Le TeSciA 2023 aura lieu le samedi 25 mars 2023 après-midi (14h-17h30 heure de Paris).

    Inscriptions en ligne de fin décembre 2022 à fin février 2023 (les dates précises seront données ultérieurement).

    Frais d'inscription inchangés par rapport à 2022 (20€ HT, tarif réduit à 5€ HT pour les boursiers des lycées sur présentation d'un justificatif).

    J'ouvrirai un fil "TeSciA 2023" lorsque les inscriptions seront lancées. En attendant, les discussions peuvent continuer sur celui-ci.
  • Vassillia
    Modifié (October 2022)
    Bonjour, je pense que l'initiative est bonne car il est devenu vraiment difficile d'estimer le potentiel d'un élève au vu de son parcours scolaire or c'est une information indispensable pour lui permettre d'accéder à la voie qui lui correspond. J'ai fait le test posté par JLT et les exercices nécessitent une vraie réflexion, de plus les items faux correspondent souvent à une erreur de raisonnement assez prévisible chez les élèves.
    Par contre si je peux me permettre une petite critique, qui dit QCS, dit forcément stratégie pour apprendre aux élèves à éliminer les items efficacement au lieu de faire le raisonnement demandé, dit forcément habitude d'écriture à identifier chez les auteurs pour préparer des méthodes systématiques, dit forcément choisir les questions à faire en priorité pour engranger les points si le timing ne permet pas de tout faire... Donc il est tout à fait possible d'entrainer à cette épreuve dans un but d'optimiser la performance des élèves.
    Est-ce qu'il y aura un public intéressé ? Je ne sais pas, peut-être le jour où cette épreuve sera suffisamment discriminante pour le reste des études. En revanche, si c'est le cas, il y aura une offre, c'est inévitable, elle existe dans tous les milieux sélectifs et les personnes en capacité de préparer sont suffisamment bien payées pour qu'il ne soit pas du tout difficile de les recruter contrairement à ce que dit JLapin.
    Un moyen de limiter cet inconvénient est d'exiger une rédaction même si bien sûr cela nécessite plus de temps de correction, à moindre coût, on peut déjà systématiser l'item autre réponse pour éviter de procéder uniquement par élimination.

    La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. (Aldous Huxley)
  • On peut faire le constat que la lecture des dossiers est devenue un vrai problème pour le recrutement en CPGE. On peut aussi penser que la solution ne viendra sûrement pas d'une initiative privée qui comporte son lot d'interrogations, de biais et d'inquiétudes légitimes avec toutes les dérives qu'on peut imaginer. 

    C'est la position majoritaire parmi les profs de CPGE et les associations de professeurs. 
  • Il y a beaucoup de souffrance chez des étudiants qui ont candidaté à une école et dont le dossier leur a permis de rentrer alors qu'ils s'aperçoivent d'eux mêmes, qu'ils n'ont pas le niveau pour suivre. Ces étudiants perdent de la confiance en eux, se retrouvent à quitter l'établissement rêvé et pendant ce temps, d'autres étudiants auraient pu prendre du plaisir à suivre une formation qui leur correspond mais n'ont pas été sélectionnés.
    Trouver un moyen de mettre en relation un demandeur et une formation sans qu'il n'y ait trop d'échec nécessite une évaluation de qualité. Cette évaluation de qualité, sans mensonge, est le minimum de respect que le système éducatif leur doit.
  • Vassillia
    Modifié (October 2022)
    Je suis bien d'accord Héhéhé mais puisque le service public ne peut/ne sait pas le faire, on ne peut pas condamner par principe une initiative privé qui me semble quand même saine dans l'esprit même si dans la pratique, je vois évidemment les dérives possibles. En constatant que cela se fait avec ou sans accord, l'éducation nationale se décidera peut-être à s'intéresser à ce sujet plutôt que de pratiquer la politique de l'autruche. Charge aux écoles du supérieur d'incorporer ou non ce résultat dans les critères de sélection en fonction de la politique de l'établissement.
    Je ne voudrais pas te décourager Fin de Partie mais c'est déjà le cas : Bilingual Montessori School of Paris, Franklin, Jeannine-Manuel, Stanislas, École alsacienne, Bilingue Monceau, Cours Hattemer... sont des écoles maternelles très sélectives sur le comportement de l'enfant malgré des frais de scolarité assez importants. Certaines sont juste à l'ancienne mais certaines sont vraiment tournées vers l'épanouissement personnel de l'enfant et le futur monde du travail. Désolé pour le hors sujet.
    La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. (Aldous Huxley)
  • A mes yeux la première vertu de ce test Tescia est qu'il a une chance d'interpeler le ministère sur les causes de son apparition et de éventuellement de son futur succès (qui je pense sera au rendez-vous, car il vient combler un vide) et qu'il donnera des arguments factuels à opposer au gloubiboulga tout va bien.
    The fish doesnt think. The Fish doesnt think because the fish knows. Everything. - Goran Bregovic
  • @AORESpres : comment analysez-vous la déclaration de l'UPS concernant votre test ?
  • Moi je soutiens Fin de Partie même s'il est souvent maladroit et même parfois inutilement et assez maladroitement provocateur.

    Ce test ne résoudra en rien les problèmes - tout à fait réels par ailleurs - de l'enseignement des mathématiques en France et des difficultés multiplies de la transition secondaire -> supérieur (y compris le recrutement en CPGE).

    Le fait que ce soit une initiative privée pose énormément de problèmes et de dérives potentielles, il faut vraiment être naif ou au mieux candide pour ne pas les voir. 

    Au passage, tout test engendrera inévitablement son lot de bachotage, comme tous les examens et les concours...

    Je répète que la majorité des profs de prépa sont complètement contre ce genre d'initiative qui ne va faire que renforcer les inégalités déjà trop existantes. Même dans le milieu des grandes prépas parisiennes, quasiment tout le monde est contre.

    Bref à part les réacs de ce forum qui pensent que faire les choses à l'ancienne c'est forcément génial contrairement à tout ce qui est moderne, et les pauvres étudiants de lycée à qui ont fait croire que ce test sert à quelque chose (alors que non) pour qu'ils déboursent de la thune, personne ne pense que ce test sert à quelque chose.

    Vous voulez un point de comparaison ? La certification Voltaire existe depuis plus de 10 ans et est toujours une arnaque.
  • Fin de partie
    Modifié (October 2022)
    [*** Modéré. Erreur de fil de discussion. AD]
  • Vassillia
    Modifié (October 2022)
    Héhéhé, tu confonds la position publique qui se doit d'être moralement acceptable et la position privé, la totalité des profs de fac ont un discours très anti prépa privé médecine en disant que cela ne sert à rien et ils inscrivent quand même leurs enfants chez nous (crois moi je sais de quoi je parle).
    Peux-tu m'assurer qu'entre deux élèves à dossiers équivalents, ce ne sera pas un élément discriminant si un élève l'a passé et pas l'autre ? Non, il faudrait être naïf pour le croire, les prépas sont concurrentes et veulent leur statistique de réussite alors je conseille aux parents de le faire passer à leurs enfants sans hésiter, 20 euros n'est tout de même pas un gros investissement, en plus les questions sont bien construites donc cela peut devenir un challenge stimulant pour l'élève.
    Rien à voir avec le fait d'être réactionnaire, le service public ne rend plus le service qu'on attend de lui en indiquant aux enfants leurs chances de réussir dans les filières du supérieur, les initiatives privées compensent, c'est tout ce qu'il y a de prévisible et oui, il y aura du bachotage et alors ? Faites le dans le public au lieu de vous plaindre du méchant privé.
    PS : je connais pleins d'entretiens d'embauche où l'orthographe et la grammaire sont testés avec beaucoup de recalés même chez des agrégés de maths, une certification de ce genre serait sûrement bien vu sur le CV pour ne pas perdre de temps à le tester.
    La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. (Aldous Huxley)
  • troisqua a dit :
    @AORESpres : comment analysez-vous la déclaration de l'UPS concernant votre test ?

    Je vais tenter une réponse à la Socrate : quel argument te semble le plus pertinent dans ce communiqué ?
  • @Héhéhé 
    On peut savoir pour quelles raisons la certification Voltaire est une arnaque?
    ’’Auparavant le monde était dirigé par des intelligents. C’était cruel. Les intelligents forçaient les imbéciles à apprendre. C’était difficile pour les imbéciles. Aujourd'hui le monde est dirigé par des imbéciles. C’est juste, car les imbéciles sont beaucoup plus nombreux. Aujourd'hui les intelligents apprennent à s’exprimer afin que les imbéciles puissent comprendre. Si un imbécile ne comprend pas c’est un problème d’intelligents. Auparavant souffraient les imbéciles. Aujourd'hui souffrent les intelligents. La souffrance diminue car les intelligents sont de moins en moins nombreux.’’
    Mikhaïl Jvanetski.

  • @AORESpres : ce n'est pas ma réponse qui m'intéresse mais la vôtre.
  • Troisqua : essaie s'il te plait d'extraire un argument clair de ce texte, et j'y répondrai avec plaisir.
  • Dom
    Dom
    Modifié (October 2022)
    Héhéhé
    Moi aussi je suis d’accord que confier ça au privé n’est pas anodin. 
    Moi aussi je suis d’accord avec le fait que les problèmes de l’enseignement des maths en France ne vont pas être résolus avec ça.
    Par contre je ne comprends pas ce passage : « à part les réacs de ce forum qui pensent que faire les choses à l'ancienne c'est forcément génial contrairement à tout ce qui est moderne ».
    De mon point de vue.
    La modernité, dans le contexte de ce fil, c’est bien d’avoir un test privé. 
    Le caractère réac, dans le contexte de ce fil, c’est de dire que le second degré au moins faisait le travail d’évaluation plus sérieusement qu’aujourd’hui. 
    La modernité, dans le contexte de ce fil, c’est d’accepter que « tout le monde » ait le BAC. 
    Mais je crois que je n’ai pas compris, finalement, ce que tu dis.
  • xax
    xax
    Modifié (October 2022)
    Je trouve qu'on n'a pas assez commenté les aspects mathématiques du test et trop le reste.

    On a quand même des questions qui, sans être vraiment difficiles, demandent une dextérité convenable, les idées claires quant aux concepts et une vitesse d’exécution certaine. C'est en gros ce qu'on demandait à un bachelier C jadis.
    Je trouve que c'est très bien fait et que les "annales" du TeScia pourraient effectivement servir de base pour les profs de spécialité et de maths expertes pour cibler un niveau d'exigence, surtout pour les élèves qui se destineraient à des études scientifiques. Qu'ils choisissent ou non de passer le test, c'est presque un détail : le simple fait d'avoir la possibilité de se confronter à des exigences bien calibrées pour la suite me semble très positif.

    Si un élève qui a ses moyennes anormalement hautes voit qu'il ne parvient pas à avancer dans les items, la bonne attitude va être de se poser des questions qui l’amèneront à s'y mettre pour combler ses lacunes.
    C'est certainement facile à dire, mais je suis persuadé - cf. les témoignages de 3K sur la proportion inquiétante d'élèves ingénieurs incapables de suivre - que des élèves seront bien heureux de connaitre leur véritablement niveau.
    "J'appelle bourgeois quiconque pense bassement." Gustave Flaubert
  • @AORESpres : quelle phrase trouvez-vous peu claire dans ce texte ? Moi je les comprends toutes donc je ne vois pas ce qui bloque votre compréhension. Cela ne veut pas dire que je prenne position contre vous, simplement que je cherche à comprendre votre point de vue sur ce qui vous est reproché dans ce texte.
  •  40 - 30
    Service
     B) 
  • Sans vouloir relancer le hors-sujet, on peut comprendre un texte et juger qu'il n'y a pas de réel argument mais plutôt des affirmations gratuites par exemple. Faut-il vraiment faire une explication de texte sur un texte de 11 lignes ? Certains estiment qu'ils y a des arguments, d'autres pas.
  • Je n'observe aucune forme d'argumentation rationnelle dans ce texte. C'est pourquoi je vous demande de résumer à vos mots ce qui vous semble être un argument, ensuite j'y répondrai.
  • Sur le document de l’UPS:
    ’’En réalité, ce test institue une procédure de recrutement parallèle, payante et nullement agréée, mise au point pour le bénéfice d’un petit nombre d'établissements’’.
    ’’L'UPS s'inscrit pleinement dans cette démarche et rappelle aux lycéens et à leurs familles l'inutilité de passer un tel test pour intégrer une classe préparatoire scientifique’’.
    Il y a contradiction il me semble...

    ’’Auparavant le monde était dirigé par des intelligents. C’était cruel. Les intelligents forçaient les imbéciles à apprendre. C’était difficile pour les imbéciles. Aujourd'hui le monde est dirigé par des imbéciles. C’est juste, car les imbéciles sont beaucoup plus nombreux. Aujourd'hui les intelligents apprennent à s’exprimer afin que les imbéciles puissent comprendre. Si un imbécile ne comprend pas c’est un problème d’intelligents. Auparavant souffraient les imbéciles. Aujourd'hui souffrent les intelligents. La souffrance diminue car les intelligents sont de moins en moins nombreux.’’
    Mikhaïl Jvanetski.

  • Magnéthorax
    Modifié (October 2022)
    @AORESpres : donc votre position est : nous ne répondons rien à ce communiqué qui ne contient pas d'argument rationnel. Soit. Histoire d'avancer un peu, vous ne voulez rien ajouter, du style : nous pensons/faisons l'hypothèse que ce que qui pousse cette association à se positionner publiquement ainsi, c'est... ?
  • troisqua
    Modifié (October 2022)
    @AORESpres : J'utiliserais les mêmes mots qu'eux puisque je les trouve clairs. Je trouve les arguments recevables, ce qui ne veut pas dire du tout que votre projet est mauvais. Je trouve naturel (je n'ai pas dit "souhaitable") qu'un tel test apparaisse.
    J'imagine que cela signifie que vous ne souhaitez pas répondre. En terme de communication autour de votre projet, je ne suis pas certain que vous adoptiez la bonne stratégie pour convaincre ceux, justement, qu'il faudrait convaincre.
  • @biely : la contradiction réside dans l'assertion 2 où ils auraient dû remplacer "une classe préparatoire" par "la plupart des classes préparatoires" ?
  • AORESpres
    Modifié (October 2022)
    Bon alors puisque c'est Biely qui a choisi, je vais répondre à son premier extrait.
    ’En réalité, ce test institue une procédure de recrutement parallèle, payante et nullement agréée, mise au point pour le bénéfice d’un petit nombre d'établissements"
    Ce n'est pas une procédure de recrutement parallèle. La procédure de recrutement, c'est Parcoursup, les candidats communiquent leurs résultats via la zone de liberté de Parcoursup (i.e. le Projet Motivé de Formation) comme ils le font pour bien d'autres dispositifs du même genre. Et nous ne communiquons aucun résultat aux formation, il n'y a aucun court-circuitage de Parcoursup.
    Ensuite, souligner le caractère payant sans préciser les tarifs ridiculement bas et les réductions pour les boursiers, c'est tromper le public.
    Le non-agrément, je l'accorde mais nous jouons sur la transparence : n'importe qui peut voir la qualité de nos sujets (qui restent encore perfectibles). Et en parlant de transparence, j'ai invité en décembre dernier le président de l'UPS à voir comment nous travaillons, mais il a décliné l'offre tout comme il a refusé toute proposition d'entretien avec quiconque d'entre nous depuis un an et demi.
    Enfin, "mise au point pour le bénéfice d'un petit nombre d'établissements" : il suffisait à l'époque d'analyser les sujets zéros de l'épreuve 1, disponibles sans le moindre effort, pour voir que c'est une bêtise. On a clairement calibré le test pour qu'il intéresse le plus grand nombre de formations avec suffisamment de Maths, et la différence de niveau entre les deux épreuves pour que le plus grand nombre de formations s'y retrouvent.
    Quant aux plus grands bénéficiaires de notre dispositif ce sont bien sûr les candidats, qui se donnent ainsi la possibilité de mieux cibler leurs choix pour être dans une formation adaptée à leurs capacités (sachant que nous avons un discours parfaitement neutre et ne faisons pas de promotion particulière pour un type de formation plutôt qu'un autre etc).
  • troisqua
    Modifié (October 2022)
    @AORESpres : merci pour les réponses.
    Quant à ce passage "L'association des proviseurs de lycées à classes préparatoires aux Grandes Écoles ainsi que le réseau national d'enseignement supérieur privé ont déjà déclaré ne pas cautionner le test TeSciA et recommandé à l'ensemble des chefs d'établissements de ne pas tenir compte des résultats du test". Avez-vous une explication de leur prise de position vis à vis de votre test ?
  • AORESpres
    Modifié (October 2022)
    Merci, mais c'est à eux de s'expliquer.
    Quant aux commissions d'examen des dossiers, le communiqué de l'UPS se garde bien de préciser qu'elles sont parfaitement autonomes vis-à-vis des recommandations des organisations citées. Et en général constituées d'individus capables de réfléchir par eux-mêmes. Une petite recherche google permet facilement de découvrir une CPGE publique d'un lycée renommé mais qui n'est pas dans le top 10 des classements et qui semble avoir recommandé le TeSciA à ses candidats.
  • Je comprends. Merci.
  • Bonjour,

    Le TeSciA, ne n'est pas une invention d'Elon Musk ?

    Bon, je sors ...

    Cordialement,
    Rescassol

  • A mon avis ils ont peur que le Tescia accroisse l'exode des meilleurs élèves de terminale vers les grandes prépas parisiennes.
  • Magnéthorax
    Modifié (October 2022)
    @JLT : ça paraît crédible. Il faudrait accéder à une quantification du phénomène de siphonage pour voir si cette peur est fondée ou pas. 
  • Vassillia
    Modifié (October 2022)
    Admettons, il faudrait alors se demander si la peur concerne un éventuel préjudice pour la petite prépa siphonnée ou un éventuel préjudice pour l'élève en question qui sera accepté par les grandes prépas parisiennes (leur nombre d'élève total n'augmentera pas même si les élèves choisis changent éventuellement). Tout en se rappelant pour qui sont supposés travailler les petites comme les grandes prépas.
    La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. (Aldous Huxley)
  • AORESpres
    Modifié (October 2022)
    JLT a dit :
    A mon avis ils ont peur que le Tescia accroisse l'exode des meilleurs élèves de terminale vers les grandes prépas parisiennes.
    Dans ce cas-là, ce n'est pas un argument contre le TeSciA en particulier, mais beaucoup plus généralement contre toute tentative de mieux cerner le potentiel des candidats. Bien sûr, on peut considérer qu'un dispositif national fasse perdre un peu d'avantage comparatif dans le recrutement à des formations à recrutement local, qui connaissent bien leur bassin de recrutement. Après, l'éloge de l'ignorance, j'ai beaucoup de mal en tant que scientifique...
    Ensuite, et là je peux donner mon sentiment entièrement personnel, je ne crierais certainement pas si Parcoursup revenait à un nombre sensiblement plus restreint de sous-vœux : je ne trouve pas cela correct d'imposer à des commissions de recrutement de traiter autant de dossiers (et évidemment, on sait à quelles formations profite cette inflation).
  • Un test moins difficile, dans lequel 5% des candidats peut obtenir la note maximale, aurait peut-être engendré moins de réticences. Mais ce n'est qu'une conjecture de ma part, je ne lis pas dans les pensées.
  • lourrran
    Modifié (October 2022)
    Ensuite, et là je peux donner mon sentiment entièrement personnel, je ne crierais certainement pas si Parcoursup revenait à un nombre sensiblement plus restreint de sous-vœux : je ne trouve pas cela correct d'imposer à des commissions de recrutement de traiter autant de dossiers (et évidemment, on sait à quelles formations profite cette inflation).
    Je suis un observateur probablement trop mal informé, et je ne sais pas 'à quelles formations profite cette inflation'.
    Plus basiquement, (à la limite, je m'en fiche de savoir à qui ça profite), je n'aime pas du tout ces formules avec des sous-entendus. J'aime l'initiative, j'aime cette volonté de secouer le cocotier et de remettre l'église au milieu du village, mais cette petite formule me gêne.
    Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. Benjamin Franklin
  • AORESpres
    Modifié (October 2022)
    Ce sont les grosses structures à recrutement national qui profitent (au sens de voir un plus grand nombre de candidats à fort potentiel) de la multiplication des sous-vœux. Mais je ne sous-entend pas d'intention maligne de la part de quiconque : juste une réalité.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.