TCDCF - théorie fondamentale des nombres

Bonjour à tous,

Je vous propose en pièce jointe mon travail intitulé "Théorie Conceptuelle Des Concordances Fondamentales".

Je reste à votre écoute.
Merci,
Sarra

Réponses

  • Bonjour.

    Le but de l'ouvrage est de proposer un système de lecture numérique des groupes sanguins via (entre autres) la recherche des nombres premiers de la forme $6k\pm 1$ dont la répartition est démontrée comme non aléatoire ?

    Juste une remarque en passant : dans la catégorisation des nombres proposée en partie 2, il est question de nombres $6k \pm 1$, $6k \pm 2$, $6k \pm 3$ et $6k$, le groupement $6k \pm 3$ possède des doublons, je ne sais pas si vous en tenez compte dans votre répartition. En fait, $(6k + 3)$ et $(6k - 3)$ sont la même séquence, a une valeur près.

    À bientôt.

    Cherche livres et objets du domaine mathématique :

    Intégraphes, règles log et calculateurs électromécaniques.

  • Tiens, on avait déjà vu passer cette "théorie" sous une forme moins propre il me semble il y a quelques temps. En tout cas j'aime beaucoup le CV affiché de M. de-Mervent. (:D

    En ce qui concerne les maths, je peux résumer une bonne moitié du document avec les observations très profondes suivantes : à part $2$ et $3$, les nombres premiers sont congrus à $\pm 1$ modulo $6$, tandis que dans les classes $\pm 2, \pm 3$ et $0$ modulo $6$ on peut trouver les puissances de $2$, de $3$, et de $6$. Apparemment ça permet de créer une théorie révolutionnaire, appelée sobrement "Théorie Conceptuelle Des Concordances Fondamentales".

    Voici par exemple une application phénoménale de cette théorie : un test de primalité révolutionnaire qui fonctionne de la manière suivante. On prend $n \equiv \pm 1 \text{ mod } 6$, on calcule tous les produits d'entiers congrus à $\pm1$ modulo $6$ inférieurs à $n$ et on vérifie si $n$ apparaît dans la liste. Si seulement on y avait pensé plus tôt ! X:-(

    Cet algorithme fondamental permet même de casser RSA, jugez vous-mêmes :
    Bullshit a écrit:
    Nous avons ouvert une parenthèse sur le chiffrement RSA afin de montrer que les outils découverts dans la Théorie Conceptuelle Des Concordances Fondamentales s’appliquent à des problèmes actuels. Ce qu’il faut retenir, c’est l’application efficace des outils. Le chiffrement RSA est un exemple choisi parmi tant d’autres.

    Ensuite on a le droit à des pages sur l'observation très originale que les entiers dans une classe modulo $6$ forment $1/6$ des entiers jusqu'à une borne donnée. Des calculs numériques jusqu'à $1002$ nous prouvent ensuite que la répartition des nombres premiers n'est pas aléatoire ! (:P)

    La suite parle de groupes sanguins et me semble plus proche de la numérologie que de la science, mais qui sait, peut-être me trompé-je. Je ne peux m'empêcher de terminer par une humble citation du texte :
    Bullshit a écrit:
    Nous ne sommes jamais parvenus aussi loin dans l’histoire de la suite $\mathbb N^*$. Le voyage ne fait que commencer. Nous n’allons pas affabuler la réalité, nous allons la dire, la raconter, la démontrer, et vous verrez que tout comme nous, vous finirez par les aimer, ces nombres tant désirés,et si longtemps tronqués.

    Bref, j'adhère, j'adore, où puis-je faire un don ?
  • Un don du sang ?
  • Il m'est venu une idée tordue en lisant le début de ce texte.
    Pourquoi quelqu'un s'expose sous son vrai nom en publiant pareils trucs qu'on ne peut pas s'empêcher d'associer au mot ridicule?
    Une opération sophistiquée pour discréditer une personne?
  • Bonjour,

    Déjà, on voit que les définitions de "composé" et "premier" ne sont pas celles universellement adoptées par la communauté mathématique internationale, ce qui rend les deux mondes incompatibles.

    Cordialement,

    Rescassol
  • $1$ est un nombre premier ?
    ...
  • Quant à Sarra Neji, je suis étonné qu'elle se soit associée à cette fumisterie, étant donné son CV affiché. Je pensais qu'une telle formation permettrait de développer un peu son esprit critique !
  • et ça enseigne les maths en école d'ingé ??
  • Hum j'ai trouvé ce site qui vend le livre de Yves De-Mervent à 31 euros : https://www.pontcerq.fr/livres/theorie-conceptuelle-des-concordances-fondamentales/.

    Il est dit : "Pour commander ce livre, paru spécialement et extérieurement au réseau de diffusion habituelle, merci de vous adresser directement à Pontcerq par voie électronique..."

    puis : "Le livre qu’on va lire est la Théorie conceptuelle des concordances fondamentales, élaborée dans la solitude absolue par Yves De-Mervent, et traduite dans la langue mathématique en usage aujourd’hui par Sarra Neji."
  • Poirot:

    Justement, est-ce que ce n'est pas une tentative tordue pour décrédibiliser cette personne?

    Vu sur le site déjà cité:
    Un jour de juillet 2019, je lui narrais les pays que j’avais visités, lorsque l’idée me vint de lui demander jusqu’où, lui, était allé. Voici ce que fut sa réponse : “J’ai atteint le sommet du mont Riemann ! Il n’y a rien là-haut, il n’y a rien !…” »

    Le mont Riemann pour moi, est un pays où on n'arrive jamais. B-)-
  • Cette histoire me fait penser aux dessins de Gérard Matthieu !
    Un en particulier.
    ...116382
  • Salut,
    Poirot a écrit:
    Voici par exemple une application phénoménale de cette théorie : un test de primalité révolutionnaire qui fonctionne de la manière suivante. On prend $n \equiv \pm 1 \text{ mod } 6$, on calcule tous les produits d'entiers congrus à $\pm1$ modulo $6$ inférieurs à $n$ et on vérifie si $n$ apparaît dans la liste. Si seulement on y avait pensé plus tôt ! X:-(

    Mouais. Moi j'ai inventé un test de primalité beaucoup plus simple. Regardez donc, il me suffit de taper ça : https://www.google.com/search?rlz=1C1CHBF_frFR776FR776&sxsrf=ALeKk01SPJm8RYnwn6hyahuCXBlbCOIq0A:1611601378238&ei=4hUPYMP1DYvaUp2Ko-AE&q=1247+est-il+un+nombre+premier+?&oq=1247+est-il+un+nombre+premier+?&gs_lcp=CgZwc3ktYWIQAzIECAAQRzIECAAQRzIECAAQRzIECAAQRzIECAAQRzIECAAQRzIECAAQRzIECAAQR1AAWABg1QRoAHACeACAAQCIAQCSAQCYAQCqAQdnd3Mtd2l6yAEIwAEB&sclient=psy-ab&ved=0ahUKEwjD7qz94rfuAhULrRQKHR3FCEwQ4dUDCA0&uact=5. Et voilà ! B-)-
  • Qui a trouvé ce livre pourra difficilement croire (et d’autant plus difficilement qu’il l’a trouvé par hasard) tenir entre ses mains un livre accomplissant, dans la théorie générale de l’arithmétique, un bouleversement. Car il est entendu que ce n’est pas ainsi qu’on s’y prend pour faire un bouleversement dans les mathématiques ; il y a des revues pour cela ; il y a des chemins réglés, qu’on suit ; des procédures académiques, qu’on respecte ; il y a des collègues, qui valident ; des universités. Ce n’est pas comme ça qu’habituellement et sérieusement l’on fait science. Et peut-être qu’Yves De-Mervent le sait – qui pourtant a voulu que ce soit entre les pages de ce livre, loin du reste, que pour la première fois soit imprimée et livrée au public, dans une « traduction » de Sarra Neji, sa Théorie conceptuelle des concordances fondamentales.
    Apprendre que cette théorie est née dans l’hypnagogie, c’est-à-dire est apparue à son auteur dans la solitude la plus totale, sur le fond nocturne et obscur qui précède l’endormissement – dans une évidence frappante, irrésistible, et peut-être accablante – n’est pas fait, sans doute, pour dissiper le soupçon qu’on aurait affaire à l’affabulation d’un fou, ou au mieux à une manière seulement « privée » ou « solipsiste » de parler des nombres.

    Il est très difficile de ne pas avoir en tête le génial Perelman, pour son rapport intime aux mathématiques, son mode de vie solitaire, et son allergie aux procédures académiques.

    Cela ne m'étonnerait même pas si ce M. De-Mervent refuse la médaille Fields ou le prix Abel.
  • Je n'ai pas décelé d'erreur dans cette théorie, je suis à sang pour sang d'accord.
  • En tout cas, j'aurais appris un mot : "solipsiste". Je ne suis pas sûr de pouvoir le recaser facilement. :-D
  • Peut-être aussi que c’est juste un canular !
    ...
  • YDM p.43 a écrit:
    Quoi qu’il en soit, cette première partie nous montre à quel point il était nécessaire de transformer radicalement l’édifice construit jusqu’à présent, pour enfin l’asseoir sur une base logique solide entièrement nouvelle : une théorie fondamentale sans aucune convention, avec des lois simples, parce que flagrantes à mes yeux et à ma compréhension. Elles le seront aussi pour vous, j’en suis sûr !

    Nous ne sommes jamais parvenus aussi loin dans l’histoire de la suite $\mathbb{N}^*$. Le voyage ne fait que commencer. Nous n’allons pas affabuler la réalité, nous allons la dire, la raconter, la démontrer, et vous verrez que tout comme nous, vous finirez par les aimer, ces nombres tant désirés,et si longtemps tronqués.

    Nous voici donc en pleine ascension de notre sommet et pour l’atteindre nous sommes équipés des outils que nous venons de façonner : [etc]

    Attention au manque d'oxygène en montagne !
    Après je bloque.
  • chercher du côté du contrepet: rajeuni, I vend de sa merde
  • On dirait un bouquin de deux frangins bien connus. Ils auraient dû leur demander d'écrire la préface. B-)-
  • Il faut reconnaitre qu'ils se sont donné bien de la peine pour une telle farce. Respect.
  • Visiblement c'est un texte à charge :
    Bullshit a écrit:
    Je demande donc au lecteur qui nous a accompagnés tout au long de cette démonstration : comment continuer à admettre et à utiliser des conventions mathématiques et les théorèmes qui en découlent quand ils nous privent d’autant de nouveaux résultats, dont la vraie nature des nombres ?

    On sent la frustration du shtameur qui s'est fait rembarrer ses idées délirantes de nombreuses fois par des gens avec un minimum de sérieux. La contre-attaque la plus simple dans ce cas est "vous êtes conditionnés par le milieu académique, vous êtes fermés d'esprit et n'acceptez pas les idées nouvelles". B-)-

    Au passage, on attend toujours les "nouveaux résultats" dont il est question. Que les entiers aient une certaine répartition modulo $6$, c'est connu depuis l'Antiquité. Que l'on puisse tester la primalité en testant tous les produits possibles aussi. Vous avez quelques millénaires de retard les gars !
  • Poirot: Je ne savais pas que Chebotarev vivait dans l'Antiquité. X:-(
  • Pour ma part, je vois une seule chose. Je vois un autiste, et je vois ce document comme une thérapie.
    Idéalement, ce message devrait être dans un sous-forum intitulé 'les pseudo-maths comme outil de thérapie'.
    J'ai un ami qui a un fils autiste, il n'a aucun goût pour les maths, mais pour son fils, avec son fils, il pourrait écrire ce type de document.
    Je ne veux pas voir les autres aspects, la pseudo caution scientifique, etc, je ne veux voir que le bon côté.
    Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. Benjamin Franklin
  • Quand j'étais enfant et que je dessinais dans le cabinet d'un psy' je ne m'empressais pas de proposer à la vente mes dessins. Peut-être que mes dessins étaient géniaux après tout et que j'ai raté une carrière d'artiste-peintre (le Picasso du XXIème siècle) X:-(

    PS:
    Je vais être partial mais je préfère l'oeuvre de Greta Thunberg (le documentaire Je suis Greta est bouleversant)
  • @FdP : je parle des nombres entiers pas de premiers. Au passage, Chebotarev est postérieur au théorème des nombres premiers en progressions arithmétiques, qui lui a 123 ans.
  • La notion de répartition est très floue si on ne la précise pas. Le théorème de Chebotarev apporte les précisions voulues à cette question de répartition de façon définitive me semble-t-il.
    J'imagine que les Grecs savaient qu'un nombre premier impair ne pouvait être que de de la forme $6k-1$ ou $6k+1$ mais à peine plus (peut-être qu'ils savaient qu'une infinité de nombres premiers sont exprimables par la première forme et la même chose pour l'autre forme. Je crois me souvienir qu'une de ces démonstrations est accessible par des méthodes très élémentaires mais je ne suis pas sûr pour l'autre).
  • Ici on raisonne modulo 6 (6 est le produit des 2 plus petits nombres premiers), mais ce raisonnement peut s'étendre modulo 2*3*5=30, ou 2*3*5*7=210, ou ...
    Et à chaque fois, on définit des familles qui sont totalement vides, des familles qui contiennent un seul élément (les familles des 6k+2, 6k+3, et 30k+2, 30k+3, 30k+5, 210k+2 ... ... contiennent un seul élément ) , et des familles infinies.

    Et je pense que les grecs connaissaient non seulement ces résultats modulo 6, mais qu'ils avaient remarqué que ça se généralisait modulo 30 ou 210 etc
    Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. Benjamin Franklin
  • Bonjour
    je pense que suivant leur conclusion et leur définition : que 1 est nombre premier; ils vont avoir du mal à extraire tous les nombres premiers > 1 avec le crible d'Ératosthène , car 1 va barrer tous les nombres premiers et composés, c'est peut être le but, afin de démontrer qu'il n'y a qu'un seul nombre premiers ....:)o Mais alors, ils ne sont plus aléatoire ...:-S

    Et si ils sont aléatoire comment montrer, avec la variante du crible d'Ératosthène, qui permet de 1 à n en progression arithmétique de raison 30, en utilisant les congruences, de cribler tous les nombres premiers de la forme 30k + i ; > 5 appartenant à [N ; 2N] avec $i\in(1,7,11,1,3,17,19,23,29)$

    Que les index du crible, permettant justement de cribler les nombres premiers $q\in[N;2N]$ ne sont absolument pas aléatoire...pour une limite N fixée; où N augmente de raison 15...

    Tout ça pour ne pas dire que 1 n'est ni premier ni composé , et qu'un nombre premier n'a comme diviseur que l'unité 1 est lui même différent de 1 .
    Dommage qu'ils ne nous montre pas le nouveau crible d'Ératosthène en utilisant le premier nombre premier 1 ; comment 1 ne va que marquer les nombres composés > 1 ....X:-(
  • Une preuve que les nombres premiers de la forme "$6k-1$" sont en nombre infini.

    On suppose qu'il existe un nombre fini $q_1,q_2,....,q_n$ de nombres premiers de cette forme.


    On considère le nombre $N=6q_1q_2q_3...q_n-1$.

    Soit ce nombre est premier et dans ce cas là il n'est pas l'un des $q_i$ puisque il est premier avec chacun de ces nombres*.
    Soit ce nombre est composé. Ni $2$, ni $3$ ne divise $N$ donc tous les diviseurs premiers de $N$ sont soit de la forme "$6k-1$" ou bien soit de la forme "$6k+1$". Ils ne peuvent pas être tous de la forme "$6k+1$" car autrement $N$ serait aussi de cette forme donc $N$ est divisible par un nombre premier de la forme "$6k-1$". Ce diviseur premier ne peut pas être un des $q_i$ car aucun de ces nombres ne divise $N$.
    Donc on a trouvé un nombre premier de la forme "$6k-1$" qui n'est pas dans la liste initiale donc la supposition initiale est fausse et il y a donc une infinité de nombres premiers de la forme "$6k-1$".

    *: on a $6q_1q_2q_3...q_n-N=1$ ,Bézout rulez !
  • Et pour une démonstration du fait qu'il y a une infinité de nombres premiers de la forme "6k+1", retour vers le passé !
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.