Parcoursup / Orientation

124»

Réponses

  • > -des polycopiés dans lesquels tout est rempli doivent être fournis car les bacs pros ne sont
    > pas toujours à l'aise avec la prise de notes.

    Les examens doivent aussi être pré-remplis ?
    [*** modéré *** obscénités. AD]

    > -des modules optionnels(dans lesquels l'assiduité ne serait pas regardé pour les bacs de la bonne
    > spécialité y compris pour ceux qui seraient boursiers) et non évalués de remise à niveau devraient être mis en place

    Sachant qu'un étudiant venant de bac pro (j'en ai qui viennent de bac hôtellerie) ne sait même pas additionner deux fractions simples, on refait des cours depuis la 6ême ?

    Le problème des bacs pro, soit on le résout soit comme Ramon le dit, soit comme j'essaie de le faire. Aux journées portes ouvertes, je les envoie chier. Et ça marche. On en voit de moins en moins dans notre filière (ceux qui restent n'ont pas du venir au stand pendant les journées :D) Mais je le mets vite au parfum à la rentrée. Ceux-là sont très emmerdants, car ils font baisser notre taux de réussite.
  • Joapa a écrit:
    Ceux-là sont très emmerdants, car ils font baisser notre taux de réussite.

    Tu ne fais pas une confusion entre le métier de maquignon et d'enseignant?
  • joaopa a écrit:
    Ceux-là sont très emmerdants, car ils font baisser notre taux de réussite.
    Mmmh c'est ironique ? J'aurai plutôt pensé que tu te serais plaint du fait qu'il faille rendre des comptes sur le taux de réussite.
  • Bonjour,
    J'ai réfléchi à ce que devrait être le système éducatif de demain.
    J'imagine un système dans lequel les élèves pourraient apprendre dès le plus jeune âge avec des projets et en groupe, c'est-à-dire qu'en science, ils travailleraient à leur niveau sur des sujets de recherche(que ce soit par le calcul pour les Maths ou par des expériences pour les autres matières) comme ils le font déjà à Maths en Jeans, sur la fabrication ou la conception de produits. Dans les matières artistiques, les projets prendront la forme d'une oeuvre d'art. Dans les matières de sciences humaines et sociales, une étude des statistiques et des sondages seraient faits, de manière à vérifier des théories. Des exercices théâtrales seraient également organisés pour permettre à des gens qui veulent faire du droit d'apprendre par projets. Tout serait alors validé par un livret de compétences qui ne servirait que d'indication pour l'orientation des jeunes.(je rappelle que dans mon système tout le monde serait accepté).

    L'avantage est de permettre d’acquérir une autonomie, d'acquérir le travail en groupe, de préserver l'imagination des gens, de permettre aux gens d'être acteurs de leur orientation et d'intéresser les jeunes.

    Ce système de projet semble marcher en Maths puisqu'à Maths en Jeans, des sixièmes savent faire une démonstration par récurrence après avoir conjecturé des séries arithmétique et ce avec seulement 1 heure de Maths en Jeans par semaine et en l'ayant appliqué dans un problème dans lequel il n'était pas explicitement parlé d'outil mathématique quelconque.

    @Joapa
    En école élémentaire, il y a l'équivalent(en ajoutant le nombre d'heures de chaque classe) de 15 heures par semaine.
    Au collège, il y a l'équivalent de 15 heures par semaine. Il en est de même au lycée pour quelqu'un qui a un bac S.
    On peut donc rattraper depuis un niveau de fin de maternelle en rajoutant 15 heures par semaine(en Maths) vu que la licence se fait en 3 ans. Après les cours de Mathématiques élémentaires(ceux des modules optionnels) peuvent se complémenter avec des cours de Mathématiques avancées(ceux qui se font en licence actuellement) et cela peut réduire le nombre d'heures nécessaire. Il est également possible de placer ces heures pendant les vacances(pendant ce temps les chercheurs travaillent et les bacs pro sont motivés et prêts à sacrifier leur vacances pour réussir) si cela peut régler des problèmes d'organisation
    Après,
  • Juan a écrit:
    @aléa
    Je suis bien d'accord que, le bac est censé ouvrir les portes de l'université mais, penses-tu vraiment que, pour la plupart, les bac pro ont le niveau pour suivre une L1 dans de bonnes conditions actuellement ?
    Plusieurs choses
    - D'abord, je n'ai pas parlé de l'université, parce que parler d'université, c'est le meilleur moyen de ne plus rien comprendre car on amalgame des choses qui n'ont rien à voir entre elles.
    Dans mon université, il y a des petites écoles d'ingénieur, des grandes écoles d'ingénieurs, des IUT, des facultés qui sont en concurrence avec des filières sélectives, des facultés qui ne le sont pas. Et la encore, on n'a pas fini d'explorer la gamme des différences, car il y a dans les facultés les disciplines qui sont enseignées au lycée et celles qui ne le sont pas. Ce sont des évidences, mais je pense quand même nécessaire de les dire car il me semble qu'elles ne sont pas à l'esprit de beaucoup d'intervenants de ces fils.
    Ce n'est pas étranger à la capacité à livrer des pronostics de réussite. Une discipline comme la psycho, dont les élèves ne savent à peu près rien, ou des maths, ce n'est pas tout à fait pareil.
    Donc, pour ma part, j'ai parlé, non pas d'université, mais d'enseignement supérieur, car ça me semble le bon cadre pour tenir une discussion sérieuse. Ca contient des choses diverses aussi, mais au moins, on n'est pas trompé par un vocable trompeur.

    "Pour la plupart", comme tu dis, les bacheliers pros ne souhaitent pas aller dans les L1 des facultés.
    Si ils s'y retrouvent, c'est bien parce qu'ils sont refusés des filières sélectives qui seraient les plus adaptées pour eux (je n'ai pas dit bien adaptées à eux, ce qui est une autre question).
    Se défausser sur les universitaires parce que les politiques ne sont pas capables de dire à ces jeunes ce que leur pays veut (ou ne veut pas) leur offrir, je trouve ça vraiment minable.
    Après, ce ne sont pas les premiers; ça fait plus de vingt ans que ces jeunes sont les premiers oubliés de l'enseignement supérieur, mais là en plus on s'offre des satisfactions de dame patronnesse en se disant que quand même cette fois on les a bien avertis.
  • @Bound : d'après ce que j'ai lu récemment, la Finlande envisage de mettre en place un système comme celui que tu préconises en allant même jusqu'à supprimer les disciplines scolaires.
  • mojojojo écrivait : http://www.les-mathematiques.net/phorum/read.php?18,1644384,1662000#msg-1662000
    [Inutile de recopier un message présent sur le forum. Un lien suffit. AD]

    Ben c'est normal que la collectivité demande des comptes aux enseignants. Après, il faut ne pas être démago.
    Quelqu'un qui ne sait pas additionner deux fractions à la sorite du bac, on ne peut pas en vouloir aux enseignants de ne pas avoir réussi à lui faire avoir une médaille Fields. Par contre, il n'est pas déraisonnable de vouloir qu'un bac S avec ou 13 ou 14 de moyenne en maths arrive à s'en sortir.
  • Fin de partie écrivait : http://www.les-mathematiques.net/phorum/read.php?18,1644384,1661990#msg-1661990
    [Inutile de recopier un message présent sur le forum. Un lien suffit. AD]

    Non. Je les mets simplement devant leur nullité crasse (mais seulement pour les maths...) sans aucun jugement de valeur.
  • aléa écrivait :
    > Ce n'est pas étranger à la capacité à livrer des pronostics de réussite. Une discipline comme
    > la psycho, dont les élèves ne savent à peu près rien, ou des maths, ce n'est pas tout à fait pareil.

    Quand un étudiant ne sait pas aligner deux mots de français sans faire 3 fautes d'orthographe, on peut se faire une bonne idée de son devenir d'étudiant.
  • @Joaopa: Aujourd'hui, les gens intelligents avec une orthographe déplorable, ce n'est pas rare.
  • Bonjour,
    @aléa
    Les bacs pro ne peuvent qu'aller difficilement en BTS. Donner des places en BTS(et conserver l'encadrement et l'équipement technique qu'ils ont) pour que tout le monde y ait accès dans sa spécialité (dans le système actuel un bac pro n'est pas pris partout) coûte beaucoup plus cher que d'encadrer un minimum la fac. Je n'ai cependant pas dit que l'argent était le problème juste un contre-argument pour celui qui évoquerait ce problème. Cependant certains bac pro ont une envie de théorique et il faut leur donner cette chance, quitte à remettre la quatrième année pour les bacs pro et ainsi avoir un bac pro se faisant en 4 ans. Permettre aux bacs pro de rentrer facilement en BTS semble être une bonne idée mais le BTS contient une partie théorique et si on n'arrive pas à suivre dans cette partie, on finit par être perdu dans la partie pratique. Je pense qu'il faut à la fois aider les bacs pro à rentrer en BTS mais aussi les aider à réussir en licence.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.