Le stage de sensibilisation pour les agrégatifs — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Le stage de sensibilisation pour les agrégatifs

Modifié (November 2023) dans Mathématiques et Société
Je suis inscrit au concours de l'agrégation externe et il y est question selon le site du ministère d'un stage de sensibilisation -qui ne revêt pas un caractère obligatoire dans le textes- à faire dans un établissement du second degré. En quoi consiste ce stage? S'agit-il d'un stage non rémunéré? Avec quel formalisme faut-il le demander ?
Les mathématiques ne sont pas vraies, elles sont commodes.
Henri Poincaré
Mots clés:

Réponses

  • De la sensibilisation à quoi ? :S
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • J'ai passé l'agreg en 2006 et je n'avais jamais entendu parler de cette chose, alors soit c'est très très nouveau soit c'est tellement facultatif que personne ne le fait !
  • EN fait, comme c'est facultatif, personne ne le fait (et sincèrement, l'année où j'ai passé l'agreg, j'ai pas vraiment eu le temps).
    Il s'agit d'un stage du même type que celui pour ceux qui passent le CAPES : soit 2 semaines d'observation dans une classe, non rémunéré bien sûr.
    Il doit falloir se renseigner auprès d'un Iufm je pense.
  • Modifié (November 2023)
    nicolas.patrois Écrivait : > De la sensibilisation à quoi ? :S

    Très bonne question ! Eh bien, le site n'en dit pas plus, si ce n'est de prendre contact avec un responsable d'établissement ! Je suppose qu'il s'agit d'accompagner un enseignant dans l'exercice de ses fonctions pour se faire une idée de la pratique en établissement, mais je répète que cela n'est pas précisé du tout dans le site.
    Pour la rémunération rien n'est dit non plus. Dans nombre d'entreprises un usage courant est de rémunérer un stage (au moins faiblement), mais pour ce qui va en être de ce stage le site n'en parle pas non plus. Je comptais avoir des précisions avec ce post, il semble au peu de réactions au post que ce ne soit pas connu ou perçu comme une contrainte de plus dans une préparation difficile et chargée.
    Les mathématiques ne sont pas vraies, elles sont commodes.
    Henri Poincaré
  • Modifié (November 2023)
    Bonjour     @AlainLyon je me permets de reposer la même question si ce type de stage est encore d'actualité.
  • Modifié (November 2023)
    J'avais fait un stage similaire à l'époque (année scolaire 2012-2013). Il s'agissait d'un stage de 4 semaines d'observation et de pratique accompagnée (comme on dit maintenant) où on faisait cours à deux classes du tuteur pendant les 3 dernières semaines. C'était en commun avec les étudiants de M2MEEF et administrativement, c'était considéré comme une vacation à temps plein, donc payé environ 1200€, ce qui n'est plus le cas des actuels étudiants SOPA (d'ailleurs je crois que même à l'époque c'était plus l'exception que la règle)
  • Si ce n’est pas obligatoire alors il faut s’en dispenser.Trop de temps d’étude perdu

    Pas besoin de stage pour savoir que tu auras affaire à des élèves difficiles des parents casse pied et une hiérarchie pléthorique et devra trouver ta motivation parmi les élèves sympathiques (ils sont quand même nombreux) sans rien attendre en terme de reconnaissance ni sociale et encore moins salariale.

    Si c’était à refaire j’intègrerai l’excellente école d’ingénieur dans laquelle j’avais été admis. 
    Je pourrais ainsi tout à loisir critiquer ces paresseux incompétents de professeurs en touchant un salaire au moins double.
  • Modifié (November 2023)
    Je pense que c’est pour se faire une idée du métier d’enseignant au travers d’un stage d’observation avant de s’engager dans la préparation d’un concours de recrutement exigeant. C’est dans l’intérêt du candidat comme de l’institution. Encore trop de jeunes agrégés découvrent après le concours qu’ils ne se plaisent pas dans le métier qui n’a pas grand chose à voir avec la préparation du concours.
  • Modifié (November 2023)
    Une information d'importance: le statut des agrégés n'est pas respecté pleinement donc en maths tu as de fortes chances d'être nommé en collège fortiori i tu n'es pas prêt à enseigner n'importe où par exemple si tu as un ou une conjointe qui a un travail. 
    Les bonifications familiales et la bonification agrégé ne se cumulent pas. Donc quand tu es nommé, il est fort probable que tu sois Remplaçant ou en collège REP dans une académie que tu n'auras pas choisie.
    N'espère pas enseigner en CPGE si tu n'as pas de Thèse ET un rang au concours inférieur à 99. Si tu n'es pas normalien n'espère pas avoir accès à une CPGE de prestige. Voilà. Tu sais ce qui t'attend.
    Et oui aussi n'espère pas faire 15h par semaine, tu fera bon grès mal grès un service de certifié et certains de ceux là te regarderont d'un sale oeil.
    Si tu demandes à aller en lycée on te dira que tu es snob si tu restes en collège on t'accuseras d'être paresseux.
  • Modifié (November 2023)
    N'espère pas enseigner en CPGE si tu n'as pas de Thèse ET un rang au concours inférieur à 99. Si tu n'es pas normalien n'espère pas avoir accès à une CPGE de prestige. Voilà. Tu sais ce qui t'attend.

    Pour ces toutes dernières années, je ne sais pas. Mais je connais plusieurs camarades de thèse qui sont actuellement en CPGE avec un rang supérieur à 100 (entre 105 et 185 pour être précis).Je connais également des non-normaliennes dans des CPGE que l'on peut nommer (très) "prestigieuses", toutes avec un rang d'agrégation supérieur à 100.
    Bref, il faut éviter de prendre pour argent comptant ce que l'on lit sur Internet.

  • @hx1_210
    Tu racontes n'importe quoi. Je connais des contre-exemples à absolument toutes tes affirmations sur le recrutement en CPGE.
  • Modifié (November 2023)
    @SchumiSutil oui des camarades de thèse. Le rang que j’ai cité est indicatif, certainement qu’un bon CV doit permettre de compenser.
    Cela dit 105 et c’est un excellent rang et 185 cela reste très bon.
    @Héhéhé
    Quelle agressivité: peut être que la politique de recrutement a changé ces dernières années auquel cas je devrais postuler. Je serais ravis de mon point de vue de me tromper même si je ne sais pas si c’est une bonne chose pour les étudiants car je n’ai pas de thèse et sans etre mauvais je connais bien des collègues plus brillants et plus légitimes que moi.
    Sur 2000 postes on trouvera des contre-exemples, c’est sûr les cas particuliers existent et certains se débrouillent très bien pour faire carrière et placer leur dossier mais ce n’est pas le cas général.
    Je doute que l’on trouve pléthore de neo titulaires nommé dès leur première année dans une taupe d’un grand lycée en ayant obtenu un rang pas très brillant à l’agrégation (je ne me moque pas c’est mon cas) et sans avoir passé de thèse. Mais peut-être que je me trompe.
    Attention je ne parle pas de collègue nommé après plusieurs années d’enseignement secondaire et ayant gravis les échelons prépa après prépa. Je parle bien d’un néo titulaire.
    Maintenant j’attends plusieurs exemples de collègue nommé des l’obtention du concours dans une taupe d’un lycée du type LLG HIV Fermat Thiers Faidherbe Saint Louis Montaigne qui ne possède pas de thèse, n’est pas normalien et a obtenu un rang a trois chiffres.
    Je donne trois sources ce sera toujours mieux que je connais le copain de l’ami d’un voisin.
    1/ mon propre entretien avec une IG à la suite de la passation de l’agrégation.
    2/ le site de l’IG de maths.
    4/ les CR de réunions lignes de gestions des organisation syndicales
    Enfin parmi mes camarades d’étude (non normaliens) tous enseignent en collège ou en Lycée  avec des rangs compris entre 280 et 110  et sans thèses sauf deux.
    Les deux ont obtenu un rang inférieur à 50.
    Les deux sont docteurs
    L’un a fait un magistere à Orsay et intégré l’ENS par la suite.
    L’autre est un agrégé de l’université et à debuté pendant 10 ans en classe prepa non scientifique.
    Les deux sont actuellement en MPSI dans des prépa qui ne sont pas en haut du tableau (ce n’est pas infamant et les élèves qui les ont ont de la chance car j’estime beaucoup ces deux camarades aussi brillants que généreux)
    C’est sur que l’échantillon n’est pas representatif mais à l’epoque ou j’ai passe l’agregation il y avait autour de 250 place et nous les etudiants hors ENS et magistère nous etions peu nombreux à l’obtenir.
    Je crois quand même qu’assurer à un agrégatif qu’il sera nommé dans la MP* de Hoche ou de Fermat dès l’obtention au 350e rang du concours est bien plus éloigné de la réalité que lui dire qu’il sera nommé TZR ou dans un REP REP plus d’une académie en extension.
    Mais c’est surement moi qui raconte n’importe quoi.
    Ah oui dernière chose dans les INSPE ils sont particulièrement exigeants avec les agrégés qui sont en proportion plus nombreux que les certifiés à passer en commission lors de l’année de titularisation. Sources: commissaires paritaires de mon académie 
  • Est-ce que notre employeur propose des stages désensibilisation. :p
    Karl Tremblay 1976-2023, je t'appréciais tellement.
  • C’est drôle 🤣 
  • Tu parles d'une première nomination juste après concours/thèse, ce que tu n'avais pas du tout mentionné dans ton premier message. 

    Je persiste et signe qu'avoir une thèse, un bon classement à l'agreg ou être normalien ne sont ni des conditions nécessaires ni des conditions suffisantes pour avoir un poste en CPGE. Bien évidemment cela aide, mais il y a d'autres paramètres qui rentrent en ligne de compte.

    Sur une nomination sur un premier poste, il est très peu probable d'avoir un grand lycée, quelque soit le dossier, bien qu'une exception soit toujours possibe.
  • Modifié (November 2023)
    Et @Héhéhé tu as lu le fil avant de m’agresser, 

    on parle de quoi? On parle d’un agrégatif donc d’un premier poste.

    Quand à ton affirmation suivante je peux te dire que ma professeur de mathématiques de MPSI dans un excellent lycée n’avait pas fait beaucoup de postes avant (je pense même que c’etait le premier) idem pour le professeur de physique.

    en spe MP mon professeur de physique  (vraiment excellent) etait sur son premier post et il est parti en fin d’année en PC* a Saint Etienne.

    Tous les professeurs des matières scientifiques etaient normaliens tous avaient une thèse

    C’étaient également le cas dans la prépa de mon lycée d’origine (maintenant fermée) pourtant la moins prestigieuse de l’académie. 
    Peut-être que les normaliens d’aujourd’hui répugnent à enseigner en CPGE et que cela libère des places ?
  • Modifié (November 2023)
    @hx1_210 : Sur les trois exemples que je connais, deux d'entre elles ce furent des premiers postes (en filière EC ou BL) et la troisième son deuxième poste mais rapidement obtenu. Toutes trois docteures, mais non normaliennes. La plus âgée (toutes sont nées dans les années 80, comme moi) est en MPSI aujourd'hui.

    Et oui, sinon je confirme, ma première nomination était un collège REP+ dans l'académie de Créteil (alors que j'ai les trois critères que tu semblais considérer comme indispensables). 
    Mais si on est prêt à faire des vœux larges, on a de bonnes chances d'obtenir rapidement un poste, à condition de comprendre cette règle d'or :
    On anticipera assez vite un 5, voire moins, de moyenne au brevet avec des 4ème voire des 3ème  qui confondront 3+3 et 3*3, dans des classes où il est à peu près impossible d'enseigner, mais à toute hiérarchie que tu croiseras dans ton collège, il faudra dire "Tout va bien Madame la Marquise".
     



  • Merci pour vos réponses.
    Les mathématiques ne sont pas vraies, elles sont commodes.
    Henri Poincaré
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!