Enseigner et faire une thèse

Bonjour ou plutôt bonsoir à tous,

Une question me taraude, peut-on faire une thèse en même temps qu'on enseigne en collège ou lycée ?
Je pense que oui, mais en fait j'aimerais avoir des témoignages de gens qui ont fait ça, pour savoir comment ça s'organise enfin des trucs comme ça !
Merci
«1

Réponses

  • C’est possible, mais il ne faut pas attendre beaucoup de soutien de la part de la hiérarchie.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • La "hierarchie" ? c'est-à-dire ?
  • Je pense qu'une recherche se fait surtout en équipe, avec des séminaires, des discussions, des rencontres ... Et il n'est pas toujours facile d'obtenir la possibilité de se déplacer un ou deux jours par semaine dans un centre universitaire, ne serait ce que pour avoir acces à des bouquins spécialisés. Et puis, ça doit faire beaucoup de boulot !
  • Meme en plus de 3 ans ?
  • Je connais quelqu'un qui fait sa thèse tout en étant agrégé titulaire. C'est faisable même si cela semble très difficile : il entame actuellement sa 5eme année. Lorsqu'il faisait sa première année de stage, il a même fait l'amère expérience de la mauvaise image de cette situation : sa responsable de stage a "étrangement" changé d'attitude le jour où elle a su cet état de fait.
  • Mais qu'est-ce que ça pouvait lui faire à l'inspectrice ?
  • Dans l'EN, on n'aime pas les gens qui en font plus: soyez un bon petit soldat et vous serez bien vu par votre administration.
    Cette année lors de mon inspection, l'inspectrice, pour me titiller, m'a dit : " Mais avec votre DEA, vous avez dû avoir moins de temps pour préparer vos cours, non ?"
    Sous-entendu "si vous faites tant de choses à côté vous ne pouvez pas être bon en classe".
    Je lui ai répondu que je n'étais jamais aussi bon que lorsque je courais plusieurs lièvres à la fois !

    Il faut voir aussi que les IG n'ont pas le même discours.
    Lorsque j'ai passé l'agreg', j'ai expliqué à l'IG que j'étais certifié mais que je préparais l'agreg' à côté et aussi un DEA.
    Elle m'a répondu : " Eh bien, on ne peut que vous féliciter".
  • Je ne connais pas tous les détails. En tout cas, il a eu l'impression d'un changement d'attitude en sa défaveur à partir du moment où sa tutrice a su qu'il préparait en parallèle une thèse. Par la suite, il n'a pas du tout été soutenu par sa tutrice et a été obligé de faire une deuxième année de stage. Etant donné ce changement d'attitude, il a préféré cacher ce fait lors de sa seconde année et a fini par être titularisé : semble-t-il sans problème particulier.
  • Alban, une inspectrice m’a dit la même chose l’année dernière, alors que je préparais l’agrégation (et je remets ça cette année), et qu’avant je terminais un DÉA (en trois ans).
    Les IPR sont frustrés, ou quoi ?
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • Ca me parait chaud de faire les deux. Il faut etre hyper motive.
    J'ai reussi a faire ma these en ayant un poste de prag : c'est bien puisque j'avais des periodes de 2 ou 3 mois sans cours, c'est a dire que je pouvais chercher pendant ces temps la. Le reste de l'annee, j'exploitais les resultats. Je sais que quand j'avais cours (par exemple 16 heures par semaine), je n'avais pas l'envie de faire de la recherche en rentrant le soir (et de toute facon, il y avait souvent du foot, je sais c'est un choix).
    En fait, si tu veux faire une these, il faut te dire que, pendant 3 ans, tes week-end et tes vacances seront pris par la recherche.

    Par contre, faire une these en 5 ans, ce n'est pas genial, et bosser a cote n'est pas une raison d'indulgence pour obtenir un poste de MCF. Cela dit, tu peux negocier avec ton directeur de recherche pour commencer en off.

    En plus, je ne sais pas comment tu peux te liberer pour les conf (au moins francaise pour te faire connaitre) quand tu es dans le secondaire (j'ai eu aussi cette chance la : les pilotes de cours m'ont toujours arrange pour que je puisse aller en conf).

    Quand au labo, tu n'as pas besoin d'etre sur place en math ou en info. Je bosse a Cherbourg et j'ai fait ma these a Dijon (j'y allais 15 jours par ans). Il y a le telephone et internet, ca m'a suffit comme contact. J'ai meme continue a bosser avec mon codirecteur quand il etait aux states (merci skype). Pour les livres, il faut voir si ton equipe accepte de te preter quelques livres (pour moi, ca a ete possible), et j'en ai achete quelques-un aussi.

    Lionel
  • Bonjour,

    Ce dabat m'intéresse car je projette de faire une thèse une fois titularisé après le CAPES, si bien sûr je trouve une proposition ... surtout que mon DEA date de 1999 (déjà je me demande si cette ancienneté du diplôme ne me poserait pas de problème pour trouver un sujet?).

    Et donc, est-il possible de demander à travailler à temps partiel pour pouvoir se libérer pour la recherche ?

    Le fait d'être en poste n'est-il pas un bon argument pour trouver un sujet de recherche ? comme ça, pas besoin que le directeur de thèse s'inquiète sur le financement ... non ?
  • Pesonnellement, je n'ai pas réussi à concilier recherche et enseignement :
    * à ma charge : je n'avais pas mesuré l'investissement nécessaire et j'ai trop d'activités annexes, donc je n'ai pas assez travaillé ;
    * à ma décharge : je travaillais en collège ZEP+sensible et j'avais besoin de décompressé le soir, j'étais éloigné de mon directeur de recherche, celui-ci n'a pas su (ou voulu) me montrer le travail nécessaire à la réussite de l'entreprise, internet n'était pas encore démocratisé à l'époque.
  • Il n'y a pas le probleme de financement, mais il y a le probleme du temps libre. Cela dit, il n'y a pas beaucoup de risque pour le directeur de recherche, ca ne peut etre que du bonus.

    Quand tu es fonctionnaire, tu as aussi le droit a 4 ans d'ATER au lieu de 2 (je ne sais pas si il faut aussi attendre la fin de la these).

    Temps partiel , salaire partiel !!!

    Lionel
  • Attention, l’obtention d’une année payée 80 % du salaire n’est pas automatique du tout, le temps d’attente peut être long.

    « internet n'était pas encore démocratisé à l'époque. »

    Ha bon, il y a des élections pour internet ?
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • et supposons qu'on veuille faire une thèse, mais sans viser de poste de MdC, juste pour le "diplôme", peut-on prendre plus de temps que 3 ans pour la faire ?
  • Disons que le nombre d'inscriptions en thèse est limitée, et qu'il faut trouver un directeur de thèse qui accepte cette optique. Après, je pense qu'il faut faire la différence entre le savoir et le diplome : on peut très bien faire des mathématiques en amateur à un très bon niveau, mais il faut bien le dire, le diplome, ça sert surtout à avoir un boulot. Alors faire une thèse "juste pour le diplome" avec toutes les tracasseries administratives que cela suppose, avec la mise en porte à faux vis à vis de la hiérarchie enseignante et le fait d'etre pris par le temps (3 - 4 ans c'est court), je trouve ça cher payé pour un bout de papier.
  • Toute cette histoire est un choix personnel. On n'a pas forcément envie de faire carrière mais on peut vouloir avoir un diplôme. Mon école doctorale accordait sans rechigner des thèses de 5 ans (peut-être même 6) dès lors que l'étudiant a un travail à côté. Les tracasseries administratives se limitent à remplir chaque année une demande d'autorisation d'inscription. Les plus grandes tracasseries sont plus liées au relation avec son directeur (on peut être amener à changer de ville,...) qu'à l'administration.
  • Salut,

    faire des mathématiques en amateur à un très bon niveau, seul ce n'est vraiement pas évident. l'intérêt de faire une thèse est d'avoir quelqu'un qui t'aide et t'oriente dans tes recherches et un accès à une bibliothèque. S'insrcire en thèse n'est donc pas unqiquement courir après un bout de papier.

    Sinon, pour les enseignants du second degré qui font une thèse, la viabilité de cette situation dépend en grande partie du bon vouloir du chef d'établissement.....

    A bientôt
  • "la viabilité de cette situation dépend en grande partie du bon vouloir du chef d'établissement....."
    Qu'entendez vous par là ?
  • Pour réussir une thèse, même en 5 ans, il est bon de participer aux différents séminaires du labo et de suivre des conférences, ce qui nécessite un emploi du temps aménagé. Et les chefs d'établissement peuvent être de plus ou moins bonne volonté pour ce genre d'arrangements (avoir un emploi du temps sur 3 ou 4 jours plutôt que sur 6, être libre la demi-journée du séminaire fixée au labo, autoriser les absences sur une semaine pour un congrés, etc....)
  • Bonsoir,

    en voulant faire une these en travaillant dans un college ou un lycée
    on risque ..de faire mal son boulot, faire une these ne valant pas tripette ..
    et last but not least..de divorcer si on est en couple..::))

    Oump.
  • re,

    je ne suis pas d'accord avec le risque de mal faire son boulot. Personnellement, je trouve que refaire des maths et me retrouver dans une situation d'apprentissage m'a énormément apporté au niveau pédagogique. En tout cas plus que les paf, pif et autres farces de fomration continue....

    Bonne soirée
  • Rassure-moi Oumpapah, c'est pas du vécu ?
  • bonjour le furet du bois joli,

    je te rassure , ça ne me concerne pas ,ou tout au moins partiellement!

    (quand je me suis aperçu de mes pietres qualites de chercheur quand j'enseignais à la fac j'ai sagement choisi d'élargir mon champ de connaissances et privilegier l'enseignement qui me passionnait;
    ce qui n'empeche pas bien sur de creuser sans cesse les concepts les plus simples ( cf Dixmier )
    )

    Oump.
  • Oumpapah,
    sous vos conseils, je viens de quitter ma femme, démissioner de l'éducation nationale et jeter ma thèse en cours de rédaction à la poubelle. Je me sens mieux maintenant !!!
  • "je viens de quitter ma femme"

    Financièrement, ça doit mieux aller en tout cas ...
  • mdr


    plus sérieusement : un exemple vécu de désagrément lié à cette conciliation "recherche/enseignement secondaire"

    il y a deux ans, j'avais trouvé un théorème original qui devait me permettre d'avancer dans ma thèse et de dire enfin "voilà MON théorème", deux jours après je trouve la démo (juste, en plus!) sur le net. bcp de bruit pour rien, mon théorème avait été prouvé un mois avant que je ne le conçoive, bref, tant pis, ça m'a prouvé que j'allais dans la bonne direction.

    voilà,

    il faut beaucoup de courage, du temps et surtout avoir à sa disposition de bonnes imprimantes pour sortir les kilogrammes (je n'exagère pas) de papiers à lire pour se tenir au courant du domaine dans lequel on pense pouvoir avancer un peu.

    "Une démonstration, c'est comme une course d'orientation, d'abord il faut se repérer sur la carte" (moi)

    amicalement,

    F.D.
  • oumpapah a dit:

    "en voulant faire une these en travaillant dans un college ou un lycée
    on risque ..de faire mal son boulot, faire une these ne valant pas tripette .."


    Je ne vois pas en quoi on ferait mal son boulot.
  • Au début (à la fin aussi, mais surtout au début) l'enseignement est une tâche très, très lourde.

    Si on veut bien faire son boulot.

    Il y a des cours qu'il faut faire (lorsque l'on a certaine s classes pour la première fois) avec le rapport (variable mais en moyenne valable) de 3 heures de préparation pour une heure en classe, la préparation des d.s., des d.m. , la correction, etc.

    Il reste peu de temps pour travailler sérieusement une thèse.

    Sauf, si on est très doué, dans les 2 disciplines.

    Juste un point de vue.

    Airy.
  • Ouf, oumpapah, tu me rassures :)

    Et je te rejoins tout à fait dans l'"idée de creuser les choses simples" (j'essaie de préparer un atelier de préparation aux concours de lycées, type Kangourou, Olympiades et Concours Général, je découvre des choses passionnantes et des raisonnements vraiment pas évidents).
  • Quand j'etais en coope, j'ai enseigne et j'ai fait de la recherche, c'est assez difficile en effet.
    Je crois que c'est surtout du au fait que les deux activites sont des activites a plein temps pour le cerveau: un prof pense toute la journee a ses cours et a ses eleves, un chercheur a ses maths, il est difficile de diviser le cerveau en deux parties ou d'arreter de penser a un sujet pour penser a un autre. En revanche, pour un chercheur l'experience du Lycee me semble presque indispensable, ne serait-ce que pour acquerir un minimum de pedagogie et pour connaitre le travail auquel nous formons(-erons) les etudiants (en grande partie).
    Mauricio.
  • Même constat : pendant ma thèse, avec seulement 64h puis 96h d'enseignement, j'avais du mal. 2 séances de 1h30 par semaine, 2 fois deux ou trois heures de préparation de celles-ci (recherche d'exercices, rédaction de ceux-ci, photocopies, ...), cela faisait 4 jours à n'avoir pas assez la tête à la recherche...

    La plupart des maîtres de conf' que je cotoie trouvent aussi très difficile ce double métier et s'obligent à faire des journées dédiées à l'une ou l'autre des activités, ce qui demande une certaine discipline que tout le monde n'est pas capable d'avoir...Je peux passer 15h d'affilée sur un travail en cours, mais aussi être incapable de me concentrer quand "ce n'est pas le jour", ce qui est délicat à gérer quand on doit se partager entre deux tâches.

    Pour en revenir à la question de Toto : si tu considères qu'un enseignant a une charge de travail d'au moins 40h par semaine (c'est sans doute plus au début, moins ensuite), bien faire son boulot tout en avançant dans la recherche est possible, à condition d'être prêt à faire des journées de 15h, ne pas avoir trop de trajets, de vacances, de famille. Et aussi d'avoir des classes agréables pour ne pas arriver exténué nerveusement le soir..
  • Furet : j'essaie de faire la même chose (olympiades + kg)... j'ai ouvert un créneau de 3h le jeudi... pour l'instant je suis seul...

    Glag : en effet, vacances il ne faut pas y compter... ça me fait une excuse pour ne pas partir ! Par contre, les classes fatiguantes, c'est ça le pire ; certaines classes pourissent la soirée...
  • Pour en revenir a Mauricio, c'est tres juste l'histoire de swap. Ce qui m'a sauve, c'est de ne travailler que par a-coup. Pendant 5 mois, je ne faisais que des cours (au moins 20h par semaine et parfois meme 30). Apres, j'avais une grande periode sans cours ce qui me permettait de faire la recherche. A chaque fois, j'etait oblige de me remettre dans le bain. De plus, mes cours etaient pres.

    Lionel
  • Salut,

    pour le Furet,

    dis-moi ce que tu as dit sur l'atelier "préparation aux concours" m'intéresse bcp, peux-tu me contacter pour m'en dire plus?

    amicalement,

    F.D.
  • Trois heures de préparation pour une heure de cours au lycée.....n'abusons pas tout de même !
  • Disons que je suis encore moins sûr de savoir ce que je veux faire par rapport à ce que je pensais avant de lancer ce topic.
  • Et si c'est l'aspect financier qui te tracasse pendant la thèse, en cumulant l'allocation de recherche avec un monitorat, il me semble qu'on arrive à peu près à la paye d'un prof débutant.

    En espérant t'avoir rassuré !
  • On parle d'une augmentation prochaine de ces allocations, mais au dernières nouvelles alllocation + monitorat font a peu près 1200 euros par mois pendant 3 ans, le premier salaire d'un certifié débutant est supérieur, et au bout de 3 ans il arrive à près de 1500 euros par mois (plus les heures sups éventuelles, les indemnités de suivi et orientation, etc...).

    Sinon pour répondre à fred, 2h30 à 3h pour une heure ne me paraissent pas excessifs les premières années, avec les cours à préparer + sujets de devoir à trouver + corrections + réunions (réunions d'équipe, conseils de classes, réunion parents-profs, ...). J'y passais plus de temps ma première année, avec "seulement" 11h et 2 niveaux, et mes cours étaient très loin d'être parfaits...J'aurais été bien incapable cette année-là de faire autre chose que de la rédaction de thèse.
  • [*** modéré *** : Tentative de troll : on met de l'huile sur le feu en espérant que cela va s'enflammer. AD]
  • Je suis d'accord avec AD que le ton particulièrement insultant (surtout le commentaire sur les capacités mathématiques) vis-à-vis de Toto le zéro du message de yenamarre méritait une modération.

    Cependant, il est vrai que ce genre de fil est quand même particulièrement trollifère et trollitrope, si on me permet de néologésir ainsi.

    Yenamarre a l'air de se considérer comme un chevalier antitroll, ce qui est une attitude grotesque, et qui finit par verser elle-même dans le troll.

    Groumpf, quoi.


    [Pourquoi ce "genre de fil" serait générateur de troll ?
    Demander l'expérience des intervenants sur une situation précise n'est générateur de troll que pour le trolleur lui-même ! AD]
  • >Demander l'expérience des intervenants sur une situation précise n'est >générateur de troll que pour le trolleur lui-même !

    Merci AD pour cette sagesse ! ... n'imputons pas les accidents à celui qui a inventé la voiture.

    Espérons qu'il n'y aurait pas de dérive et qu'il y ait le plus possible de témoignages et d'informations utiles sur ce sujet qui pourrait intéresser beaucoup de personnes ... ce serait quand même déplacé de détourner le fil de son sujet et de priver ainsi ces personnes intéressées de profiter d'un maximum d'informations.
  • Quand j'étais allocataire-moniteur, je ai fini par être payé 1350€ net (en fait, c'est un peu moins si on côtise à la mutuelle). C'est un peu plus que les 1200€ annoncé par Glag.
  • > FrancoisD : Pour l'instant j'épluche les sujets et j'essaie de regrouper les exercices par techniques. Je regarde aussi les sites comme Animath et je pioche dans des revues de l'APMEP (j'ai découvert récemment un texte de Perrin sur le théorème de Bolyai, qui est une magnifique démonstration par découpage, plaçable en 2nde).

    Maintenant, j'ai très peu de temps cette année (4 heures sup' + des colles) et j'ai deux niveaux que je ne connais pas dont un très mal documenté (BTS Bâtiment : peu de livres, mal fichus, et programme assez vieux et complètement délirant) donc je ne pense pas proposer ces ateliers cette année (peut-être dans l'année prendrai-je quelques 2nde pour les préparer au Kangourou, mais pas de préparation au concours général ni aux Olympiades, je n'ai de toutes façons pas d'élèves preneurs cette année).
  • Tiens apparement yenamarre m'a plus ou moins personnellement attaqué. J'en ignore les raisons. Bref, ce n'est pas le sujet. S'il veut en parler avec moi, il n'a qu'à m'écrire un email.

    Pour en revenir au sujet principal, ce que j'en retire, c'est que faire les deux choses en même temps n'est pas impossible, bien que cela demande du temps, et ça a l'air de nécéssiter une bonne capacité pour changer de niveau du tout au tout en un rien de temps, et se réadapter à chaque fois
  • Je rajoute un petit quelque chose, qui a déjà été dit mais me semble essentiel.
    Lors des premières années d'enseignement le travail est énorme, et il est difficile de faire autre chose. Pas à cause du niveau mais parcequ'il faut apprendre à enseigner et cela prend du temps.

    Ensuite, les années qui viennent peuvent te laisser le temps de faire d'autres choses, mais trouver le temps de faire une thèse est une autre histoire.
  • Certes, je conviens tout à fait que ça prends boucoup de temps au début pour l'enseignement, mais disons que je ne suis pas marié et je n'ai pas d'enfants, donc cela donne-t-il assez de temps ?

    Excusez mes questions assez naïves, voire un peu bêbête.
  • D'un autre côté de continué à être dans une situation d'apprentissage, aide aussi beaucoup dans la pratique pédagogique.

    Par exemple, le fait d'assister à des séminaires, auxquels on ne comprend rien la plupart du temps permet de comprendre ce que vivent certains élèves en cours.

    Et puis faire des maths, permet de penser un peu à autre chose et de prendre un peu de distance par rapport à ce qui se passe au lycée.

    Maintenant il est vrai qu'il faut avoir un peu d'expérience, ne serait-ce que pour avoir un bon stock de cours plus ou moins prêts.

    Bonne soirée
  • Je crois qu'il ne faut pas croire qu'une telle thèse pourra se passer dans les mêmes conditions qu'une thèse "classique".
    <BR>
    <BR>La participation au séminaire et au conf risque de n'être que sporadique. De toute façon, je ne suis pas sûr que, pour l'<B>élaboration</B> de la thèse, cela soit si fondamental.
    <BR>
    <BR>Je crois qu'il est vain de croire que l'on sera capable de faire sa thèse en 3 ans. C'est déjà assez dur pour ceux qui n'enseignent pas à côté. Si l'on y arrive, 4,5 voire 6 ans sont probablement nécessaires. La réusssite dans cette entreprise sera déjà un gage des qualités du doctorants.<BR>
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.