Un professeur du Loiret refuse d'enseigner une matière qu'il ne maîtrise pas

24

Réponses

  • @Chaurien : J'ai expliqué ici :  https://les-mathematiques.net/vanilla/discussion/comment/2482094/#Comment_2482094 . On peut déplorer que de plus en plus d'enseignements ne relèvent pas d'une discipline en particulier, ce qui conduit à des situations absurdes comme ici, et qui ne pourront conduire qu'à recruter n'importe qui pour faire prof entre deux emplois subalternes.

  • Fin de partie
    Modifié (20 May)
    Quand il y aura pénurie de chirurgiens on demandera au boucher du coin de faire des opérations à coeur ouvert, après  tout, couper de la barbaque ou ouvrir le bide de quelqu'un ce n'est pas si différent et avec un peu de mauvaise foi on pourra affirmer que c'est compatible avec sa fiche de poste. >:)
    (il y eut une époque où c'est le barbier qui pouvait faire office de médecin).

    PS:
    Pour refermer le patient, il faudra aussi faire appel à une couturière.
  • Je me permets de revenir sur cette affirmation : 
    et que j'estime devoir mériter mon salaire.

    Dommage que l'on entende jamais un employeur dire :  oui, vous savez, j'estime devoir mériter que les gens travaillent pour moi. :mrgreen:

  • C'est le cas, si le salaire était trop bas ou les conditions de travail trop mauvaises, j'irais à la concurrence.
    La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. (Aldous Huxley)
  • 1) On s'en fout de cette anecdote, ce prof est à 6 mois de la retraite, il est en roue libre depuis quelques années, sa hiérarchie laisse faire (et c'est humain), cette anecdote n'a pas le moindre intérêt. A priori, c'est le prof lui-même qui a cherché à médiatiser son cas, c'est lui qui a contacté ce journal local.

    2) Si on appliquait les textes à la lettre (ce qui n'aurait pas trop de sens pour ce cas, sachant que le prof a encore moins d'1 mois à faire avant les vacances d'été, et moins d'1 mois à la rentrée), il semblerait que le statut de TZR oblige le prof en question à reprendre le poste du collègue 'tel quel'. Le collègue prof de maths a accepté de faire des heures de SNT (un traitre, un jaune, certainement) , le prof remplaçant est donc tenu de faire ces heures de SNT. Le prof en question ayant choisi d'être TZR, il sait depuis quelques années qu'il est susceptible d'être appelé pour des heures de SNT, à lui d'anticiper et de se former à cette discipline ou de demander une formation. 

    3) Il semblerait que ce prof ait eu une seule mission de 3 semaines depuis le début de l'année. Cette information est autrement plus intéressante que tout le reste. Sil y a quelque chose à commenter dans cette anecdote, c'est ça et rien d'autre.
    Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. Benjamin Franklin
  • Vassillia a dit :
    C'est le cas, si le salaire était trop bas ou les conditions de travail trop mauvaises, j'irais à la concurrence.
    C’est facile à dire sur un forum mais pas à quelqu’un qui cherche du boulot depuis des mois.
    lourrran a dit :
    Le prof en question ayant choisi d'être TZR, il sait depuis quelques années qu'il est susceptible d'être appelé pour des heures de SNT, à lui d'anticiper et de se former à cette discipline ou de demander une formation.
    On ne choisit pas toujours (loin de là) d’être remplaçant.
    Je comprends tout-à-fait qu’un collègue qui a dix ans d’ancienneté ne se mette pas en difficulté, contrairement à un collègue qui part à la retraite dans quelques mois.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • Je vais me faire l'avocat du diable, mais il n'y aucune obligation de résultat ni de pression. Les parents ne vont pas débouler furieux, s'il le prof remplaçant de SNT n'y connaît rien. Qu'il refuse de l'enseigner s'il ne comprend rien au programme de SNT stric, je l'entends. Mais il aurait pu mettre son expérience de prof de maths au service des élèves plutôt que de leur faire étude. On peut faire plein de trucs en salle info en rapport avec les maths, personne ne serait allé se plaindre.
    La vie est injuste surtout pour ceux qui partent avant les cheveux blancs.
  • math2
    Modifié (20 May)
    A la volée, voici ce que m'inspire ce que je lis :

    - normalement, un professeur est censé avoir les capacités intellectuelles de se former un minimum sur les choses très proches de sa thématique, c'est dans cet objectif que les exigences des programmes sont nettement supérieures à ce que l'on sera amené à enseigner. Je me souviens lorsque j'ai passé l'agrégation, la présidente du jury C. Ruguet disait que l'on attend d'un prof qu'il soit capable de rebondir ; pour information, dès ma thèse j'ai été amené à enseigner l'utilisation des logiciels MATLAB et MAPLE dans des DEAs, logiciels sur lesquels j'étais loin d'être compétent. J'étais le moins incompétent donc j'ai fait le TAF (qui m'a pris un boulot monstre) ;

    - a fortiori lorsqu'il n'y a pas de recrutement de profs spécialisés, comme cela a longtemps été le cas de l'informatique ;

    - c'est sans doute en revanche difficile pour quelqu'un de son âge.

    - en revanche, si je comprends bien ce que dit lourran dans le point 3), ce prof n'aurait pas fait grand chose depuis le début de l'année, s'il a été payé plein pot à ne bosser que 3 semaines depuis le début de l'année il pourrait faire un petit effort, simplement en dénonçant les défauts du système. Quant on lit cela, cela donne malheureusement du grain à moudre à celles et ceux qui pensent à tort que les profs font tout pour en faire le moins possible, et cela rend pas justice à notre profession. 

     
  • Bonjour, 

    J'ai une question, sans doute naïve mais en cherchant ce qu'est la matière SNT sur le web, voilà ce que j'ai trouvé : 

    "Cet enseignement s’inscrit dans le prolongement de l’enseignement d’algorithmique, d’informatique et de programmation du collège en mathématiques et en technologie. On approfondit ces notions et cette pratique de la programmation à travers les activités liées aux 7 thèmes du programme :

    1. Internet
    2. Le Web
    3. Les réseaux sociaux
    4. Les données structurées et leur traitement
    5. Localisation, cartographie et mobilité
    6. Informatique embarquée et objets connectés
    7. La photographie numérique.            

    L’ordre dans lequel ils seront traités ainsi que les sujets abordés seront choisis par le professeur"

    Et je ne comprends pas tout à fait de quoi il s'agit par rapport à ces thèmes. S'agit-il par exemple de programmer un site web en html ? Ou de faire de la programmation SQL par exemple ?

    Sur l'aspect "culturel", il me semble que les élèves baignent suffisamment déjà dans la culture "internet/web/réseaux sociaux"...

    Dans tous les cas, j'ai l'impression que c'est quand même de l'éparpillement et qu'ils pourraient transformer ces heures en heures de maths, de physique-chimie ou de français...

  • Le point 3) m'inspire que les profs de maths du Loiret ont une putain de patate, pas de gastro, de grippe, même pas de gosses malades à garder à la casa, ou de formations. C'est fou, une seule mission de 3 semaines.
    La vie est injuste surtout pour ceux qui partent avant les cheveux blancs.
  • @nicolas.patrois
    On parle de ce prof précisément, on est dans la rubrique 'faits divers sans intérêt // chiens écrasés', et l'article dit :
    Depuis une quinzaine d'années, par choix, Jacques Wautier est ce qu'on appelle "professeur titulaire sur zone de remplacement", TZR pour les initiés.
    A priori, le journaliste qui relaie tout ça a été informé par le prof lui-même (sinon, par qui ?) ; on peut donc faire confiance à cette information : le prof a CHOISI d'être TZR.
    Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. Benjamin Franklin
  • nicolas.patrois
    Modifié (21 May)
    math2 a dit :
    Je me souviens lorsque j'ai passé l'agrégation, la présidente du jury C. Ruguet disait que l'on attend d'un prof qu'il soit capable de rebondir ; pour information, dès ma thèse j'ai été amené à enseigner l'utilisation des logiciels MATLAB et MAPLE dans des DEAs, logiciels sur lesquels j'étais loin d'être compétent. J'étais le moins incompétent donc j'ai fait le TAF (qui m'a pris un boulot monstre) ;
    Et en effet, même à un prof qui s’y connaît un peu en informatique, enseigner SNT demande un boulot monstre.… pour 1h30 par semaine.
    Se former, d’accord, mais quand même : SNT est un prolongement de la technologie de collège, pas des mathématiques de collège. Là, SNT a été mis en place avant même que les collègues y aient été formés.
    lourrran a dit :
    A priori, le journaliste qui relaie tout ça a été informé par le prof lui-même (sinon, par qui ?) ; on peut donc faire confiance à cette information : le prof a CHOISI d'être TZR.
    Lui a eu la chance de choisir,c’est loin d’être le cas de tous les remplaçants.
    Rien n’empêche, dans un débat comme celui-ci, d’élargir un poil.

    Les élèves dit nés avec un taylayphone entre les mains s’y connaissent un peu en réseaux asociaux ? Mouaif. Ils connaissent surtout les potins et les ragots mais peu utiliser un ordinateur (lire un script en Python est compliqué, ouin c’est de l’anglais), peu de recul sur ce qu’ils lisent (une recherche sur internet se limite à la première ligne de Gougueule, oui, celle pondue par leur imbécillité artificielle ou à TokTok).
    Bref, comme disent certains parents, on survole alors que ça mériterait nettement mieux.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • Quand il y aura pénurie de chirurgiens on demandera au boucher du coin de faire des opérations à coeur ouvert, après  tout, couper de la barbaque ou ouvrir le bide de quelqu'un ce n'est pas si différent et avec un peu de mauvaise foi on pourra affirmer que c'est compatible avec sa fiche de poste. 
    PS:
    Pour refermer le patient, il faudra aussi faire appel à une couturière.
    Pour une fois, je suis entièrement d'accord avec le kamarade @FDP !!!
    J'ajouterais que pour certaines opérations, on pourrait aussi faire appel à un plombier. Qu'il s'agisse d'un évier ou d'une artère, la compétence débouchage est mise en oeuvre....Un coup de destop et ça repart !!!!
    Liberté, égalité, choucroute.
  • Apprendre les bases avant le superflu, cela ne devrait pas être qu'à l'école primaire. Si on attache de l'importance à l'informatique, ce qui peut s'entendre, alors on lui dédie des enseignants, on lui dédie des heures que l'on arrête de voler aux mathématiques, et l'on envisage d'avoir un parc informatique un peu plus opérationnel.
    Qu'un enseignant se rebiffe quand sa matière est dépecée je trouve cela plutôt sain, et j'aurais attendu des inspecteurs qu'ils se rebiffent avant nous (notez que là je n'ai pas dit qu'ils sont...).
    Pour ce qui est de se former à l'avance sur tous les trucs qui pourraient nous tomber dessus, cela me laisse sans voix.
    The fish doesnt think. The Fish doesnt think because the fish knows. Everything. - Goran Bregovic
  • Expliquer ce qu'est un réseau social cela ressemblera à quoi?
    Pendant la durée de la séquence on autorise les élèves à mettre leur téléphone portable sur la table et de s'en servir? >:)
    La récréation sera bientôt renommée en: découverte de l'architecture, sous prétexte que les élèves ont une vue imprenable sur les façades des bâtiments qui composent leur école quand ils sont dans la cour de récréation?  >:)
  • Pour les réseaux sociaux, on peut déjà rappeler la loi, les dérives, les dangers (fake, cyber-harcèlement, etc.). Ça peut faire l’objet d’un travail conséquent. 
    Mais comme cela a été dit par certains, le prof est en droit de ne pas le faire [Au passage quel est l’inspecteur qualifié pour dire si les cours conviennent ou pas ?]. Et comme il peut être enquiquiné par « alors allez complétez votre service ailleurs » il suffit qu’il dise « heu… ok… je vais faire ce que je peux mais je ne promets rien [sans l’écrire !] » puis il fait des maths. Il a le droit de maquiller son cours par des articles sur « ce truc là » avec des pourcentages ou des graphiques par exemple pour commencer… puis faire des maths moins cachées.  
    Enfin, je m’interroge sur l’équipe… « on prend ça et on laisse SNT à l’autre qu’on ne connaît pas ». C’est une autre discussion. On a le droit de raisonner comme on le veut, bien entendu.

    Anecdote : une prof de maths (CAPES) avait obtenu sa mutation en Bretagne. On lui a dit de faire un service maths + physique. Elle a accepté. C’était ça ou « allez compléter ailleurs ». Elle a dit oui, mais avait la chance d’aimer aussi faire de la physique de ce niveau là. C’est « bien tombé ». 

  • Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • Ramon Mercader
    Modifié (21 May)
    La récréation sera bientôt renommée en: découverte de l'architecture, sous prétexte que les élèves ont une vue imprenable sur les façades des bâtiments qui composent leur école quand ils sont dans la cour de récréation?  >:)
    OUHLALALALALALALALA !!!!! Le kamarade @FDP ose se moquer des pédagogos !!!!
    Attention kamarade, tu te droitises dangereusement..... (***)

    Dans la même veine, certains affirment sans rire que les lecteurs n'ont jamais été aussi nombreux depuis l'apparition des SMS....
    Liberté, égalité, choucroute.
  • « Lire des mangas » [qui pour certains ne contenaient aucune bulle, aucun texte mais maintenant c’est tout de même comme des BD, pas du Céline mais tout de même du texte]
  • Vassillia
    Modifié (21 May)
    Étant donné que le temps de lecture des jeunes, comme des adultes, a diminué au cours des décennies en faveur des réseaux sociaux (ou jeux vidéos ou séries ou ...) ce n'est peut-être pas illogique de les former à une utilisation raisonnée de ces nouvelles technologies du numérique.
    Je trouve que le programme du SNT n'est pas si mal d'après ce qu'a donné nicolas.patrois, mais il est vrai qu'un personnel en fin de carrière n'ayant jamais rien utilisé de tout cela peut se sentir légitimement dépassé et incapable de s'approprier ce qui fait maintenant le quotidien de quasiment tous les jeunes.
    La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. (Aldous Huxley)
  • Ben, le programme d’italien aussi n’est pas si mal. Je pense que ce n’est même pas la question. Je veux bien voter pour la légitimité de cette matière même si je n’en pense pas moins. Mais là l’exiger d’un prof d’une autre matière, c’est complètement idiot. Il me semble que la discussion est celle-là. Aussi, même le fait de « remplacer quelqu’un » n’est pas suffisant pour faire tout ce qu’il faisait. S’il déclenche un voyage et que son remplaçant doit reprendre le bébé par exemple, et bien c’est aussi inadmissible de mon point de vue. Les cours, juste les cours, rien que les cours… de la matière de recrutement. [sauf quelconque volontariat, bien entendu]
  • C'est une position qui s'entend mais qui pose un gros problème d'adaptabilité aux évolutions à venir.
    Engager un fonctionnaire pour toute sa carrière qui ne voudra rien changer et qui ne servira plus à rien si sa matière disparait, est-ce vraiment raisonnable ? 
    Pour moi qui bosse dans le privé, c'est juste un fonctionnement complétement délirant mais j'entends que c'est le cas et qu'il faut faire avec, c'est pourquoi la solution de faire des maths à la place me semblait le meilleur compromis.
    La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. (Aldous Huxley)
  • Faut arrêter avec le refrain sur le privé, c’est ridicule de « moi je » et ça n’impressionne personne tant que quand on le connaît un peu [le privé] on s’aperçoit que c’est exactement pareil. Caméra café, c’est le privé (tertiaire, disons) et ce n’est pas une caricature. 
    Plus sérieusement, s’adapter oui, mais là c’est remplacer quelqu’un quelques mois et partir bientôt à la retraite. Et c’est prendre un prof de maths pour faire autre chose. 
    Par contre, dans le privé, ça anticipe un peu plus du côté des dirigeants, c’est la seule réelle différence. Ça calcule davantage sur le long terme. C’est en haut que ça vide les fauteuils pour mettre quelqu’un d’autre. Ce n’est pas en bas, comme des gens continuent à le dire.
  • Il n'y a pas que la pertinence (ou pas) du contenu. Quand les modifications de contenu se font à somme décroissante, on a un problème assez clair de vases communicants percés... Quel vase faut-il donc vider pour le remplacer par ce contenu?
    Avis personnel: pas les maths.
    The fish doesnt think. The Fish doesnt think because the fish knows. Everything. - Goran Bregovic
  • Vassillia
    Modifié (21 May)
    Ben, je suis désolée mais trouve moi une seule personne dans le privé qui n'a bossé que 3 semaines dans l'année, qui refuse une mission car elle n'est pas dans ses capacités et qui en plus va se plaindre ! Faut arrêter de défendre l'indéfendable aussi, j'entends ses raisons mais il n'y met pas beaucoup de bonne volonté non plus.

    @Soc Désolée pas vu ton message quand j'ai répondu, c'est une question intéressante sur laquelle on serait sûrement d'accord mais ce n'est pas la question et ce n'est même pas ce dont se plaint le TZR.
    La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. (Aldous Huxley)
  • Y a des TZR dans le privé ? >:)
    Vive la France
  • Personne n'a relevé que l'enseignant en question est un boomer de 65 ans ? Il est allé se plaindre pour faire un coup d'éclat avant sa retraite.
    ---> I believe in Chuu-supremacyhttps://www.youtube.com/watch?v=BVVfMFS3mgc <---
  • Ne bosser que trois semaines dans l’année, c’est lié à la gestion [merdique], l’agent n’y peut rien. Et je suis d’accord que c’est n’importe quoi. 
    Le refus de la mission, c’est évident : va demander à un lanceur de poids de faire de l’alpinisme. En fait c’est encore de la gestion [tout aussi merdique] des agents. C’est tout aussi n’importe quoi. Et le gars est plutôt honnête [certes ça peut l’arranger], si j’ai bien compris il se dit lui-même incompétent pour faire ça [mauvaise foi ou pas, donc]. 
    Ha… je vais bientôt sortir de cette discussion. Maintenant on peut parler négativement des personnes nées à une certaine époque (les « boomers ») sans que ça ne froisse personne. On ajoute l’idée qu’elles sont toutes les mêmes, qu’elles pensent toute pareil et mal, bien sûr. On essentialise sans sourciller. Bien entendu, on critique aussi le fait d’être âgé, ça aussi cette gérontophobie est toléré ici. Ce forum est génial. 
  • Je ne sais pas d'où sort le fait qu'il n'ai eu que 3 semaines de cours cette année, mais vu la pénurie de profs de maths et le nombre de recours aux vacataires, c'est assez étonnant. Quoi qu'il en soit, ce problème de gestion n'est pas de sa responsabilité et n'implique pas qu'il doive tout accepter parce qu'on ne lui a pas trouvé de poste entre-temps.
    Si la jauge de TZR est vide, les élèves sont souvent sans professeurs. Si la jauge est pleine, alors il arrivera que des enseignants n'enseignent pas. On peut se plaindre dans tous les cas pour le plaisir de se plaindre, mais on peut aussi prendre un peu de recul.
    The fish doesnt think. The Fish doesnt think because the fish knows. Everything. - Goran Bregovic
  • Congru
    Modifié (21 May)
    Les présentateurs qui travaillent dans les grosses chaines de télévision, ils ont pas des temps de travaille qui tournent autour de 3H par semaine ? (pour un salaire de de rêve en plus)
    Si on ne parle que des établissements scolaires, quand le privé sera tellement développé qu'il aura à gérer des régions entières et que de ce fait il lui faudra des profs mis sur le banc de touche exprès en prévision des profs qui tombent malade, là y aura des TZR dans le privé à qui il pourrait arriver de n'avoir que 3 semaines de travail pendant une année exceptionnelle.
    Il faut arrêter de comparer des choses incomparables. D'ailleurs le nombre de personnes dans le public qui veulent être TZR est quasi nul, car qu'on le croit ou non, il y a de grands inconvénients (que cache cette exception) à être TZR.

    Vive la France
  • Soc a dit :
    Je ne sais pas d'où sort le fait qu'il n'ai eu que 3 semaines de cours cette année, mais vu la pénurie de profs de maths et le nombre de recours aux vacataires, c'est assez étonnant. Quoi qu'il en soit, ce problème de gestion n'est pas de sa responsabilité et n'implique pas qu'il doive tout accepter parce qu'on ne lui a pas trouvé de poste entre-temps.
    Mais c'est simplement un placardisé avant la retraite. Une sorte de retraite anticipée. Il est évident que le professeur de 28 ans lui va prendre la voiture pour faire le tour de la France chaque semaine si il est chargé des remplacements. 
    ---> I believe in Chuu-supremacyhttps://www.youtube.com/watch?v=BVVfMFS3mgc <---
  • Vassillia
    Modifié (21 May)
    D'accord, le problème de gestion n'est pas de sa faute que ce soit pour ne bosser que 3 semaines ou pour l'attribution du SNT. Mais puisque cela lui a été attribué (alors qu'il sait très bien qu'il n'a pas eu beaucoup de remplacement de maths à faire), il me semble qu'il pourrait faire un effort soit en faisant du SNT, soit comme on en a tous convenu en faisant des maths. Qu'il demande ce second point, pourquoi pas ? Je trouverais cela très bien.
    Mais là, non, c'est "si je ne fais pas études, il y aura des retenues sur salaire" Encore heureux !
    La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. (Aldous Huxley)
  • Oui ok. Il pourrait être plus fin que « têtu jusqu’au bout ». Je suis d’accord. Cela dit c’est un article et on ne connaît pas ce gars là. Si ça se trouve il est d’une personnalité singulière.  Et si, et si, et si… 
    Je suis d’accord que toute cette histoire, si on s’arrête aux faits sans ne rien supposer d’autre est un peu merdique. Des carences de gestion et des carences de l’agent. Qui sait, c’était peut-être pour faire monter la sauce, comme suggéré plus haut. Faire parler de soi. On n’en sait rien. 
  • Congru
    Modifié (21 May)
    @Dom je crois que le monsieur a très mal vécu de ne pas avoir travaillé plus de 3 semaines pendant sa dernière année de travail. Aussi, je crois qu'il s'oppose au fait que l'éducation nationale considère les profs de maths comme des "bouche trou". Il a voulu faire une dernière manifestation contre ça avant sa retraite, il ne fait pas ça pour lui même mais pour porter la lumière sur les aberrations des cadres de l'éducation nationale et ainsi aider à améliorer l'éducation nationale.
    Vive la France
  • Si c'est vraiment le cas, il s'y prend très mal, il fait plutôt passer les profs pour des feignants de compétition (ce qu'ils ne sont pas dans leur immense majorité, je le reconnais volontiers). Il me semble qu'il faut vraiment travailler la communication.
    -J'ai demandé plusieurs fois que l'on m'attribue des missions de remplacement en maths (lettre au rectorat le ... et le ...)
    -Lorsque j'ai su que je devais faire SNT, j'ai immédiatement demandé si je pouvais remplacer par des maths (lettre au rectorat et à l'établissement le...) et on me l'a refusé.
    Là, ok, ça ressemble à quelque chose.
    La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. (Aldous Huxley)
  • Peut-être. 
    Bon… il ne va rien faire changer du tout. Je pense qu’il le sait ou alors je me pose des questions sur sa lucidité, voire sur son intelligence. Sans me moquer toutefois. 
  • Je n'ai pas l'impression que le prof en question se plaigne, ni qu'il soit très inquiet sur ce qui va lui tomber dessus. J'ai plutôt l'impression qu'il est en train de faire un bras d'honneur à l'administration, et qu'il médiatise son histoire dans cet esprit. L'expression est probablement trop forte, mais ça y ressemble. 
    Sur ces questions, souvent, on s'appuie sur les textes, tous les textes et rien que les textes. Je ne suis pas le mieux placé pour ça, mais de ce que j'ai lu, quand un prof TZR remplace un prof, il doit prendre le poste 'tout entier'. C'est le statut qui veut ça. Et là, le flou commence, le truc n'a pas l'air totalement ficelé. Le statut 'prof de maths' est devenu pour un certain nombre de profs 'prof de maths+SNT' ; et les profs de maths TZR, comment ils s'insèrent dans ce truc ?
    Le prof dont on parle, il est à quelques mois de la retraite, c'est normal qu'il soit en roue libre.
    Mais un prof de maths de 45 ans, qui a le statut TZR et qui ne se prépare pas à cette discipline SNT, (même comme déjà dit en faisant des maths déguisées en SNT), mon sentiment, c'est qu'il ne fait pas preuve de beaucoup de bonne volonté.
    Mais avant de dire ça, quels sont les chiffres ? Sur 100 profs de maths, combien sont Maths+SNT ? Quelle part des remplacements sera 'foireuse' si le TZR ne fait que des maths ? 
    Si on parle de 10% ou 20%, alors, soit, pas de quoi fouetter un chat.  
    Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. Benjamin Franklin
  • Dom
    Dom
    Modifié (21 May)
    Il peut s’agir d’une position syndicale. Ça doit exister. 
    Une remarque : j’ai connu un prof qui avait dit « moi SNT je prends, c’est moins stressant, je fais ce que je veux ». Cela dit je ne sais pas du tout ce qu’il faisait. 
  • Sato
    Modifié (21 May)
    Bien dit @Congru.
    D'autre part, n'importe qui ayant réellement enseigné avec un minimum de sérieux sait combien de temps il faut pour préparer un bon cours, de quelque niveau que ce soit (de sixième à supérieur) dans la matière qu'il connaît. En acceptant une telle mission sans rien dire, on avalise auprès du rectorat ce qui est inacceptable et on dénigre sa propre profession. Malheureusement, en raison des pressions tout le monde ne peut pas se permettre de refuser. On peut imaginer que ce monsieur le fait car, étant proche de la retraite, il peut, lui, se le permettre et ainsi soutenir ses collègues. Si c'est le cas, c'est très bien de sa part.

  • @lourrran: Ce n'est pas "Tiens, je connais déjà les maths, j'ai qu'à faire de la SNT." En dehors du fait que ce ne soit pas des maths et qu'il faille faire a minima de la résistance passive contre ces co..., rien qu'avec les maths il y a beaucoup de programmes différents possibles et il serait absurde et contre-productif de tous les préparer.
    Ecoute monsieur le commercial, tu vas apprendre toutes les langues parce qu'il n'est pas impossible que tu en aies besoin un jour, ou pas! Hein? Etudier le produit que tu dois vendre? Nan, pas le temps, va à langues o on t'a dit!
    The fish doesnt think. The Fish doesnt think because the fish knows. Everything. - Goran Bregovic
  • @Soc
    Faire de la résistance passive contre ces c... , c'est un très mauvais argument, qui ne fait qu'amplifier l'image : "l'EN est ingérable, les profs s'opposent à tout changement, et si on en est là, c'est la faute des profs."
    La SNT est différente des maths, oui, tout à fait. Les maths sont une discipline où il y a pénurie de profs, et déshabiller cette discipline pour trouver des profs de SNT, c'est pas terrible. Mais déshabiller quelle autre discipline ?
    Y a-t-il une autre discipline, où il n'y a pas pénurie de profs, et où les profils sont 'adaptables' pour devenir profs de SNT ?
    Si la SNT est abordée sous l'aspect 'algorithme/programmation', alors, désolé, c'est parmi les profs de maths qu'il fallait chercher des volontaires. Rien à reprocher à la décision'.
    Si la SNT est abordée sous l'aspect 'attention, les réseaux sociaux présentent tel ou tel danger', alors effectivement, un prof de maths n'a rien à faire là-dedans.
    Tant qu'on est sur la base du volontariat, si un prof de maths se sent apte à enseigner de l'informatique, banco, on avance. On apporte des solutions au lieu de créer des problèmes.

    Si la jauge de TZR est vide, les élèves sont souvent sans professeurs. Si la jauge est pleine, alors il arrivera que des enseignants n'enseignent pas. On peut se plaindre dans tous les cas pour le plaisir de se plaindre, mais on peut aussi prendre un peu de recul.

    Il peut y avoir des missions de support, qui peuvent être confiées temporairement aux TZR. Ca demande de la souplesse, et ce n'est pas la qualité première de l'EN.
    Les corrections de copies, par exemple.
    Dans certains lycées, il y a des structures de soutien : 2 ou 3 heures par semaine, des profs assurent une permanence, et les élèves peuvent venir demander une aide sur tel ou tel chapitre. L'élève s'adresse à son prof, ou à un autre, selon qui est présent. C'est dommage de ne pas valoriser des compétences.


    Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. Benjamin Franklin
  • @Vassillia
    Ben, je suis désolée mais trouve moi une seule personne dans le privé qui n'a bossé que 3 semaines dans l'année, qui refuse une mission car elle n'est pas dans ses capacités et qui en plus va se plaindre ! 
    Si tu parles du privé au sens large (c'est-à-dire pas le privé "opposé" aux établissements publics), je trouve mieux que ça. J'ai un exemple d'un employé qui bossait 0 semaine par an, entre ses "décharges syndicales" et ses "arrêts maladies" où il jouait au tennis devant ses collègues abasourdis. Véridique !
    Ne sois pas trop caricaturale avec le public comme avec le privé. 
  • Les aides, ça bouche les trous et surtout ça fait gagner un peu plus sa vie. Là encore, j’ai déjà vu un prof de techno « aider » en SVT… comment dire… bref. Tous ces petits bricolages pour annoncer la vitrine « ici on aide les élèves avec des profs », c’est véritablement inqualifiable. 
    Mais bon, le sujet va tourner en rond. 
  • Quand je parle de 'soutien aux élèves', je parle de profs de maths qui font du soutien en maths, et de profs de physique-chimie qui font du soutien en physique-chimie'. Pas l'inverse.

    Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. Benjamin Franklin
  • Ha ok. 
    Si tu commences à croire qu’il existe un peu de rationalité dans l’É.N. aussi… 🤣
  • Vassillia
    Modifié (22 May)
    @Jamyz D'accord tu as peut-être trouvé un feignant de compétition dans le privé, vraisemblablement une grosse boîte pour avoir des syndicats et qui risque de se faire bouffer par la concurrence s'ils ne font pas plus attention.
    Mais à priori il n'a pas envoyé de lettre au ministre pour se plaindre et ses collègues sont abasourdis, ils ne le défendent pas comme dans ce fil. Pour les arrêts maladie de complaisance, c'est à l'assurance maladie aussi de lutter contre.
    Petit bémol quand même : un arrêt, même longue maladie, est légitime si le salarié est vraiment malade, je ne le classe pas du tout dans la même catégorie. Pour des maladies liées à la santé mentale, des sorties et pourquoi pas le tennis peuvent être autorisées et même participer à une amélioration de l'état de santé donc je ne juge pas du bien fondé de l'arrêt maladie dans l'absolu.
    La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. (Aldous Huxley)
  • @lourrran Sur les SNT: Si l'on pense qu'enseigner l'info peut être important, alors on crée un recrutement spécifique et on crée un volume horaire spécifique. L'agreg d'info était sur la table il y a déjà 50 ans et il a fallu attendre 2022 pour qu'elle existe. Il n'y a plus qu'à flécher ces postes vers les cours d'info (pénurie? ça alors!). Le volume horaire lui attend toujours.
    Sur les co...: Toutes les réformes de l'EN, toutes, sont là pour faire des économies. Aucune réforme n'est là pour redresser la barre, aucune (allez, je vous en accorde une). Elle font des économies en faisant de grosses modifications, au cours desquelles bizarrement la volume horaire a diminué. Dans ces grosses modifications on saupoudre des trucs nouveaux qui plaisent à papa/maman et aux électeurs. La réforme foire comme toutes les réformes, et ensuite on dit que ce sont ces enseignants réac qui ont fait foirer le bouzin. Le plus triste, c'est que ça fonctionne, même avec les intervenants à qui on a déjà expliqué ce processus d’innombrables fois.
    Tu veux de l'info? Tu crée des heures tu crées des postes. Point. (peut-être la répétition aura-t-elle une portée pédagogique, ou pas).
    The fish doesnt think. The Fish doesnt think because the fish knows. Everything. - Goran Bregovic
  • Et tu peux aussi lancer une campagne de « conversion ». Il existe déjà des protocoles par exemple pour qu’un prof de techno (CAPET) devienne prof de maths. Ça peut se mettre en place donc pour que n’importe quel prof passe une sorte de certification SNT. Ça prend déjà des volontaires. Ce n’est pas la panacée mais déjà c’est plus pertinent que de faire en sorte que ce soit une patate chaude. 
  • Les TZR sans poste, c'est un autre sujet. Sujet qui normalement n'est plus d'actualité depuis Sarkozy qui a supprimé une grande partie du vivier. Conséquence: de très nombreuses absences ne sont pas remplacées et on embauche des vacataires à tour de bras. Il y a eu parfois certaines académies dans lesquelles certaines disciplines avaient trop de TZR et donc un certain nombre était oisifs, mais pas par choix (comme philo à Paris). C'était globalement marginal à l'échelle nationale.
    Que l'on décide néanmoins d'utiliser ce temps d'attente, ce n'est pas absurde. A condition tout de même que cela soit fait en respectant le TZR en question, pas en l'envoyant manu militari à 1h de chez lui au nord le matin animer un atelier collage et à 1h30 de chez lui au sud l'après-midi animer un atelier découpage. A noter que cette idée n'étant pas absurde, elle a déjà été eue et est relativement souvent appliquée. Les TZR ont un établissement de rattachement quand ils sont en attente de poste, et cet établissement peut lui confier des missions durant ce temps. Et là on voit de tout, le meilleur comme le pire, et c'est très dépendant de la mentalité du chef d'établissement en question.
    Mais bon on peut aussi rester sur l'idée que la fonction publique est le repère des fainéants, et s'étonner que ce soit si difficile de recruter des glandeurs.
    The fish doesnt think. The Fish doesnt think because the fish knows. Everything. - Goran Bregovic
  • @Soc Ton métier de prof devrait te permettre de savoir que ce n'est pas le tout de répéter, il faut se demander pourquoi le message ne passe pas. Peut-être que la communication n'est pas bonne ? Et que celle des politiques est meilleure ? En l’occurrence, pour ce TZR, s'il voulait bien faire, sa communication me semble très mauvaise.
    Vous voulez être payés par les impôts des électeurs ? Vous faites ce qu'ils attendent de vous. Point. Cela fonctionne aussi comme argument mais je ne suis pas sûre que le message passera pour autant (et ce serait normal).
    La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. (Aldous Huxley)
Cette discussion a été fermée.