Épreuve disciplinaire appliquée - Capes

Zermel0
Modifié (19 Mar) dans Concours et Examens
Désolée je poste encore au sujet du CAPES...
Je ne voudrais pas prendre la place de publicatrice intempéstive à la place de OShine ahah
Mais...
J'avoue n'avoir dormi que quelques heures, les épreuves sont lundi et mardi et je n'ai pas le courage de travailler et demain je pensais ne rien faire (ou faire de la philosophie ou du grec ancien pour me changer les idées).
Je n'ai donc absolument pas envie d'apprendre précisément les programmes, je connais assez bien ceux du lycée mais ceux du collège je sais que pas mal de choses ont bougé, je ne sais pas précisément en quelle année on commence les fractions (je dirais cinquième avec la logique d'avancement) mais je ne prends pas de risque à ne pas avoir les programmes très précisément ou si ?

Je veux quand même une très bonne note...
Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
Mots clés:
«1

Réponses

  • Les programmes sont disponibles il me semble, lors des oraux. 
  • Je parle de l'écrit "appliqué"... Pardon si je n'ai pas été claire...
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • Pardon. Moi-même me suis perdu dans les discussions. Un peu bêtement. Désolé. 
  • Les fractions, on les commence dès le cycle 3. CM1 donc. Tu les trouveras facilement en googlant.
  • Les définitions « le seul nombre qui multiplié par b donne a ». 
    En 6e : ça peut être vu avec 1/10, 1/100, 1/1000. 
    En 5e : avec n’importe quel nombre (dont l’un non nul). 
    En 5e/4e il « faut » voir au moins une démonstration qui utilise la définition. 
    Il y a le choix : ab/c = a(b/c) ; a/b=ka/(kb) ; a/d+b/d=(a+b)/d ; etc.
  • Zermel0
    Modifié (16 Mar)
    Merci.
    Je vais juste lire une épreuve et voir...
    Tant pis si ma note est moyenne.
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • Je ne sais pas trop comment le dire, mais ta focalisation sur la note peut être dangereuse.
  • Zermel0
    Modifié (16 Mar)
    Oh je ne suis pas focalisée tant que ça, je serai juste déçue c'est tout.
    Je m'explique, je pars dans le privé et j'avoue essayé de tirer la couverture vers moi car je souhaite un bon établissement (de plus je n'ai pas le permis...)
    Si ma note est trop basse je perdrai crédibilité...
    Mais je ne mets pas de pression pas de panique. Juste, plus jeune je me donnais des défis un peu stupide comme sortir en la moitié de temps en ayant 20 au baccalauréat avec de l'argent en jeu, ou avoir 10 en allemand alors que deux semaines auparavant je ne connaissais pas les pronoms personnels.
    Oui je suis immature, je m'en fous. Je suis dérangée et j'assume.
    Mais vraiment, j'ai un rapport sain à l'épreuve, c'est normal d'espérer une très bonne note non ?
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • Alors, il y a privé et privé. Mais dans des régions où le privé est très présent, la nomination ne se fait absolument pas sur les notes ou même l'ancienneté, mais clairement sur l'affect. Il est censé y avoir un barème mais beaucoup de directeurs s'en contrebalancent. Donc, dire qu'on est immature ou dérangé, ça n'aide pas forcément. 

    Autant pour l'agreg externe, le rang compte (et encore, de moins en moins), pour le CAPES/CAFEP, c'est beaucoup moins important. Espérer avoir le concours, c'est normal. Viser la perfection, bon... je me demande si c'est possible d'avoir 20 dans la partie "académique" et 20 dans la partie "disciplinaire". 
  • Zermel0
    Modifié (16 Mar)
    Je ne vise pas la perfection pour le disciplinaire.
    J'espère une bonne note, nuance !
    Et justement l'affect... J'ai la chance d'avoir un contact très facile, d'être généralement bien vue et d'avoir étudié de nombreuses choses comme l'informatique (doctorat), la philosophie des sciences (j'enseigne à l'université), l'histoire des mathématiques (que j'enseigne à l'université), la physique (licence mais j'ai presque tout oublié), un peu de pratique comme de l'IA ou de la computer vision et bien évidemment les mathématiques (deux masters et un début de thèse), j'ai donné des khôlles, j'ai déjà eu l'agrégation, j'ai enseigné une année en lycée, en classes prépa intégrées, en université, ... J'avoue jamais au collège. Je suis très impliquée aussi dans les mathématiques olympiques (mathraining, TFJM, ITYM et RJM). En somme, on m'a dit un dossier très bon et très apprécié, on m'avait proposée une CPGE il y a six ans si j'avais un top 80 à l'agrégation mais j'ai vécu des choses très difficiles et je me suis éloignée du monde de 2019 à 2023.
    Un très bon "dossier" qui serait entaché d'une note trop juste faisait frémir les inspecteurs et chefs d'établissements qui se demanderaient ce qui se passe...
    On ne peut pas se "vendre" en espérant ne pas avoir un collège ou être loin (pas de permis !) et derrière être dans une galère pendant les épreuves...
    Un 20 n'est pas forcément nécessaire mais moins de 15 rendrait mon discours dissonant !
    Est-ce que ma démarche est mieux comprise ?
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • Je te souhaite de réussir dans ce que tu souhaites.
  • Zermel0
    Modifié (16 Mar)
    Merci, je suis assez perdue dans ce que je veux faire...
    L'annonce, mercredi, de mon très probable refus d'une bourse de thèse propulse mes projets dans un gigantesque capharnaüm :(
    Maintenant je ne sais plus si je veux aller aux oraux de l'agrégation, si je veux être au chômage, si je veux me contenter du privé, si je dois tout mettre dans ma thèse quand même ou encore une autre idée.
    J'ai du plaisir à essayer de "performer" au CAPES alors je me contente de ça jusqu'à Mardi.
    J'aimerais travailler un jour plus sérieusement mes mathématiques qui s'amenuisent doucement au delà de la classe de sup.
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • Chaurien
    Modifié (16 Mar)
    Si j'ai bien lu, tu as réussi l'agrégation, alors pourquoi passer le CAPES ?
    En tout cas, avec toutes tes capacités intellectuelles, tu devrais réussir.
    Bon courage.
    Fr. Ch.
  • Zermel0
    Modifié (16 Mar)
    @Chaurien
    Réussi l'agrégation ? En 2013 oui ! Mais je n'ai pas été titularisée car j'ai eu des soucis de santé et ensuite je suis allée en Master Recherche (j'ai mis de côté pour payer car mon père était contre le fait que j'aille faire un doctorat).
    Pour cette année, je ne sais pas je n'ai passé que les écrits, je ne suis pas inquiète mais je n'irai probablement pas aux oraux.
    C'est beaucoup de travail et j'ai mes recherches en philosophie avant ! J'hésite, mon coeur balance !
    De toutes manières je souhaite aller dans le privé et l'agrégation n'y est pas reconnue. Voilà pour je passe le CAPES (en fait le CAFEP) !
    On m'a dit qu'après titularisation je pourrais passer l'agrégation externe pour évoluer en CAER-PA (en espérant ne pas me tromper dans tous ces acronymes).
    Sinon j'attendrai l'agrégation interne comme tout le monde. Et si je fais mon doctorat de philosophie pendant que j'enseigne je ne me rajouterai pas l'agrégation externe en sus.
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • Quand on réussit l’agreg externe, on doit faire son stage dans le public puis on peut demander un détachement dans le privé qui est en général accordé si on a l’aval d’un CE du privé sous contrat.
  • Zermel0
    Modifié (16 Mar)
    gai requin
    Euh quoi ?
    Attends...
    On m'aurait dit n'importe quoi ?
    Tu es sûr de ça ?
    Tu es en train de dire que je pouvais JUSTE passer l'agrégation, faire un an dans le public puis aller dans le privé sans avoir à passer le CAFEP ?
    [Inutile de recopier le dernier message. AD]
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • @gai requin : quand je vois le nombre de postes vacants dans mon académie, je ne suis pas sûr qu'un détachement dans le privé soit facilement accordé...

    Par contre, si on est déjà titulaire du privé, c'est plus souvent accordé. Il y a quelques années en tous cas.
  • Zermel0
    Modifié (16 Mar)
    En plus, on me dit dans l'oreille qu'avec l'agrégation spéciale j'aurai pu éviter le stage... Même si présenter mes recherches en informatique en plus des maths et de mes recherches en philosophie auraient provoqué un bug mental...
    Si on me dit qu'en plus je pouvais aller dans le privé, j'aurai été écœurée de mes choix...
    Pour être franche, je n'y comprends plus rien.
    Tout ce que je veux c'est espérer un bon établissement ou une sup moyenne près de chez moi à défaut de pouvoir trouver un post-doc en philosophie.
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • @Zermel0 : Ça vaut le coup de se renseigner ! Un copain agrégé de SES a effectué cette démarche public vers privé en 2020, avec succès…
  • Le passé est passé. 
    Allez. Hop. 
  • Zermel0
    Modifié (16 Mar)
    gai requin
    C'est bien trop tard je crois... non ?
    Tu m'as dégoûtée de passer le CAPES :smile: 
    PS. Tu as vu Chaurien je mets la vieille graphie pour toi.
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • Ben non puisque tu as passé les écrits de l’agreg.
  • Avec absolument aucune préparation hormis avoir fait un sujet d'algèbre avec ma copine quelques jours avant...
    Je rebondis alors sur ce que je disais sur la cohérence du profil.
    Je ne suis pas très forte en mathématiques :(
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • Ne présage de rien avant les résultats d’admissibilité.
  • Je n'ai pas compris... On n'a pas les notes avant le 5 juillet right ?
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • Je connaissais les régiments disciplinaires, mais pas les épreuves disciplinaires !... 
    Etes-vous fou de l'aller quereller, lui qui sait tuer son homme par raison démonstrative !

  • Zermel0
    Modifié (17 Mar)

    Ce sont les dénominations du B.O.
    Mais peut-être était ce une plaisanterie plutôt qu'une moquerie...
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • Les notes sont en général connues par les « refusés » dès les résultats d’admissibilité. Puis uniquement lors des résultats d’admission. 
    Je suis d’accord avec gai requin : épiloguer sur d’hypothétiques notes ne sert à rien, faire des plans sur la comète non plus. 
    Je vais répéter ce que l’on m’a seriné jadis : « tu prends ton bouquin et tu bosses ». 
  • Zermel0
    Modifié (17 Mar)
    Je n'épilogue pas tant que ça, je réponds aux questions.

    Et justement le dilemme c'est "est-ce que je sacrifie une grosse partie du travail de ma thèse pour des oraux qui ne valent pas le coup ?"
    Si je n'avais que l'agrégation et le CAPES évidemment que je bosserai.
    Et je ne comprends pas le rapport avec les plans sur la comète, je suis sûre d'être admissible donc que change la date d'admissibilité ?
    Sauf si bien sûr on connaissait les résultats, là j'aurai pu envisager quoi faire en fonction...
    C'est pour ça qu'il m'a fait douter...
    Tout comme il m'a fait douter sur l'agrégation externe dans le privé... Car on m'a confirmée que c'était vraiment exceptionnel.
    Informations à prendre avec précautions.
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • Certains l’ont déjà dit sur le forum je crois : le temps à obtenir les réponses à ces questions est énorme et au bout d’un moment on ne passe son temps qu’à ça sans avancer. Je ne dis pas que c’est ton cas.
    Je comprends en te lisant que tu as plusieurs chantiers importants en même temps. 
    Bon courage. 
  • Zermel0
    Modifié (17 Mar)
    J'ai des soucis de concentration, pour le moment il y a le CAPES donc je ne me jette pas à corps perdu dans la philosophie.
    Ensuite je me repose jusqu'en fin de semaine (ma mère puis ma copine viennent de toutes manières difficile de travailler).
    Et je dois après ça "rush" mon sujet de doctorat, je dois lire sept livres en Avril et continuer d'écrire mon projet de thèse qui a encore été modifié Jeudi...
    En Avril et jusqu'au 23 Mai je dois m'entraîner à passer l'oral du laboratoire qui est très difficile (méchants linguistes !).
    Après le 23 Mai j'ai un peu plus de temps, je n'aurai plus que l'oral de l'école doctorale le 19 juin. Je vais devoir juste publier.
    Je dois aussi préparer les oraux du CAPES (je ne sais même pas quand ils sont à peu près...)
    Enfin, si j'ajoute les oraux de l'agrégation c'est dans cette période du 23 Mai au 19 Juin que je les préparerai, peut-être pas tous les jours car je dois préparer mon oral du 19, ce serait contre-productif de faire des maths la veille d'un oral de philo.
    Enfin... j'ai la totale liberté après le 19 juin mais je crois que c'est déjà bien trop tard...
    Ce qui est difficile, contrairement à quelqu'un qui a des examens de mathématiques (en étant en master) c'est qu'en maths préparer un concours de maths reste dans un raisonnement similaire, faire des maths même différentes c'est toujours utile. Là, j'étire ma pensée dans deux champs qui ont des "moods" très différents et l'un est contre-productif à l'autre.

    Ah oui, j'oubliais, je suis aussi international advisor au tout récent Moroccan Tournament of Young Mathematicians... Et Jury au TFJM.

    Sachant que je suis très fainéante, j'avoue chercher à ne pas faire n'importe quoi et finalement ne rien avoir du tout car chaque direction n'a pas été creusée suffisamment.

    Et comme on me laisse 2-3 jours avant le CAPES et après le CAPES, je profite pour poser mes questions avant de devoir faire des rush.


    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • Tu devrais peut-être tenir un journal intime ou ouvrir un blog ou pour expliquer tout cela en détail.

  • @Zermel0 : J’insiste !
    1) Tu réussis l’agreg externe.
    2) Tu fais le stage dans le public et, dès le début d’année, tu tentes d’obtenir un préaccord collégial du privé sous contrat.
    3) Puis un accord collégial auprès de la CAAC dans la foulée, ce qui te garantit un poste l’année suivante dans l’académie où l’accord a été obtenu.
    4) Puis la demande de détachement qui a des chances d’être acceptée vu le nombre croissant d’élèves dans le privé.
  • zeitnot
    Modifié (17 Mar)
    Le nombre croissant d'élèves dans le privé était vrai jusqu'en 2021. Il me semble, si j'en crois ce que j'ai lu que ça a baissé à la rentrée 2022 et à la rentrée 2023 (je n'ai pas trouvé le chiffre exact, mais le prévisionnel s'annonçait à la baisse également). Les académies où le privé est très présent souffrent particulièrement de la baisse démographique. Un directeur en Bretagne (je ne sais pas si ça confirme à l'échelle nationale), me disait que l'inflation galopante nuisait également u privé, en effet quand on a d'un coup moins d'argent, certaines familles traditionnellement attachées à l'enseignement privé se tournent vers le public;
    La vie est injuste surtout pour ceux qui partent avant les cheveux blancs.
  • Zermel0
    Modifié (17 Mar)
    @Sato
    Sauf qu'en donnant des détails précis on comprend mieux les problèmes et on donne des réponses plus adaptées.
    La preuve avec @gai requin
    Maintenant je suis déçue d'être allée à l'agrégation les mains dans les poches...
    Alors que je m'étais enfin décidée à laisser tomber les oraux de l'agreg on me dit d'y aller quand même.
    Je les travaillerai un petit mois. J'ai vu qu'il existait des livres.
    J'ai déjà fait ma demande d'accord collégial, j'attends mon rendez-vous avec les chefs d'établissement.
    @zeitnot
    C'est pour préciser que les postes dans le privé vont se raréfier et contrecarrer l'idée de Requin ? Je me perds dans toutes les infos contradictoires.
    Par contre je vais quand même au CAPES demain hein :D
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • Ah, non mais t'inquiète, je pense que l'idée de requin est tout à fait envisageable, il n'y a jamais rien de certain, mais c'est une possibilité. Je connais également quelqu'un qui a eu l'agrégation interne dans le public il y a 6 ans et qui était certifié depuis une quinzaine d'années dans le public. Il a fait son année de stage dans le public, il a encore fait un an ensuite dans le public, avant de trouver une place dans l'enseignement privé (catholique) dans un secteur géographique qui l'intéressait beaucoup, donc oui il y a des possibilités.  Je contredisais la partie "nombre croissant d'élèves" qui semblent moins vraie maintenant uniquement.
    La vie est injuste surtout pour ceux qui partent avant les cheveux blancs.
  • Mais l'agrégation interne ce n'est pas pour être CAER-PA ... ?
    Pourquoi avoir un stage dans le public ?
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • zeitnot
    Modifié (17 Mar)
    Par contre, si je me permets juste une mise en garde, attention à ne pas idéaliser le privé, en moyenne les conditions d'enseignement sont souvent meilleures mais ce n'est pas toujours vrai non plus.  Et certains établissements public offrent des conditions de vie et d'enseignement tout à fait satisfaisantes également.
    La vie est injuste surtout pour ceux qui partent avant les cheveux blancs.
  • Oh je n'idéalise pas, je suis même terrifiée d'y aller plus que dans le public.
    Ma seule raison d'y aller c'est que les mutations sont moins violentes...
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • En effet c'est vrai aussi pour les mutations.

     Si je peux me permettre un conseil. Pour les exemples donnés et par rapport à mon vécu personnel, il faut parfois savoir ne pas suivre parfaitement les règles données, passer quelques coups de fils et faire un peu de forcing. Pour un souvenir personnel, où je devais obtenir l'autorisation du recteur, avec un beau courrier, monsieur le recteur d'académie, j'ai l'honneur de solliciter blabala... Je n'ai jamais eu la moindre réponse, et ça c'est réglé à l'arrache avec un responsable RH, deux trois mails avec un proviseur.
    J'ai un autre exemple d'une collègue dont le mari militaire avait eu une mutation de dernière minutes à Tahiti, par la voie normale elle était totalement hors des clous et c'était trop tard pour tout le monde syndicats compris. Quelques coups fils à Paris, un peu d'appui, un peu de forcing et ça s'est arrangé hors des procédures normales.
    Donc si tu avais un jour un accord avec un établissement privé, accroche toi même si on te dit que ce n'est pas possible. Entre l'officiel et l'officieux, il y a parfois un gap.
    La vie est injuste surtout pour ceux qui partent avant les cheveux blancs.
  • Zermel0
    Modifié (17 Mar)
    Oh je sais ça.
    À l'époque de l'agrégation j'avais appelé les rectorats pour prendre les académies avec la plus grande proportion lycée/collège. J'ai ce genre de culot.
    En 2018 pendant une réunion Math.En.Jeans où j'étais allée voir une amie (peut-être elle passe ici parfois... une certaine Blanche...) j'avais rencontré des inspecteurs et le prof de spéciale étoilée de Faidherbe.
    J'avais osé dire que je voulais enseigner et comme j'encadrais l'équipe gagnante du TFJM où il y avait la fille du prof de spéciale j'avais fais bonne figure... On m'avait dit de passer l'agreg, faire top 80 puis d'attendre 4-5 ans pour prendre un poste en info à Faidherbe.
    Malheureusement j'ai eu de violents traumatismes pendant 2019 et je me réveille uniquement maintenant. 
    Il y a même des anciens postes de moi de mes quelques sursauts de retour vers l'enseignement.
    Et ironiquement je n'y suis toujours pas retournée puisque j'espère ma thèse en philosophie, peut-être je reviendrai enquiquiner dans 4-5 ans en voulant repasser l'agrégation... Je tourne en rond :D
    Par contre, tu veux dire que je devrais aller montrer des gros bras dans les établissements ?
    J'hésite à me manifester pour donner des khôlles dans un établissement près de chez moi (j'en donnais à Faidherbe)
    Certes c'est bien trop tôt mais je me fais connaître en avance... Avant l'accord collégial en somme.
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • samok
    Modifié (17 Mar)
    Bonjour Zermel0,
    tu as en face de toi des lycéens, voie générale, option maths complémentaire, pour la séquence Loi exponentielle.
    Ils te demandent : d'où vient cette loi ?
    Que fais-tu ?
  • Zermel0
    Modifié (17 Mar)
    J'explique la loi exponentielle en général avec un gateau qui refroidit... 
    C'est assez simple à tous à imaginer que plus l'écart entre la pièce et le gateau est élevée plus le gateau refroidit vite.
    Ca se modélise avec une équation différentielle.
    Ensuite j'explique le même raisonnement avec la notion de vieillissement (par exemple en électronique) et avec le nucléaire.
    Je montre qu'en effet on retrouve une équation différentielle.
    J'introduis alors la loi exponentielle et pourquoi on la dit "sans vieillissement".
    Si les élèves sont très bons je parle de la loi géométrique (en discret) et son lien avec la loi binomiale.
    Et je reviens sur le concept entre la loi binomiale et la désintégration nucléaire pour bien éclairer que la même idée est présente.
    Désolée j'écris ça rapidement en trois minutes ça se travaille mais je jette mes idées en vrac.
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • samok
    Modifié (17 Mar)
    Un élève insiste et demande des repères historiques sur la loi exponentielle dans un contexte probabiliste.
    ...
  • cailloux
    Modifié (17 Mar)
    Bonjour @Zermel0,
    samok est un troll bien connu ici. Pour s'en convaincre il suffit d'aller voir ses messages : https://les-mathematiques.net/vanilla/profile/comments/samok
    Ne te laisse pas embarquer dans ses idioties.
  • samok
    Modifié (17 Mar)
    Bonjour cailloux,
    "samok est un troll bien connu ici" selon tes dires.
    Tu me juges synthétiquement ou analytiquement ?
    Tu comprends ma question ?
    :)
  • Merci @cailloux

    @samok
    Je ne suis pas spécialiste de l'histoire des probabilités, il est vrai que c'est une grosse lacune dans mes cours d'épistémologie, n'importe quelle autre notion était facile, me voilà piquée.
    Je ferai probablement une pirouette en parlant du positivisme et du rapport aux probabilités en leur demandant d'aller embêter leur professeur de philosophie. Quelques piques sur Aristote et la logique modale serait un vrai nectar.

    Historiquement, en dehors des critiques des français au début du XXème et les axiomes de Kolmogorov en 1933 je ne sais pas tant grand chose.
    Les discussions de la théorie de la mesure sont apparues en même temps que l'axiome du choix après tout...
    Mais ce serait fortement hors cadre du programme de terminale, surtout si je fais de l'attaque de le propagande ZFC :)
    Autre débat intéressant, la nécessité de la borne supérieure en physique et pour les équations différentielles mais de même je ne répondrais qu'à la nécessite du continue (avec l'arnaque de Cantor en 1883 ahah) qu'à des élèves de sup... pas avant.

    Et toi ?
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • Vassillia
    Modifié (17 Mar)
    Bonjour,
    +1 avec @cailloux
    Je plussoie le conseil, je soupçonne même samok de vouloir pourrir ce fil juste parce que tu le déranges Zermel0, raison de plus de l'ignorer ;)
    N'hésite pas à nous tenir au courant de tes doutes et de tes résultats, c'est le principe d'un forum d'entraide, je crois.
    La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. (Aldous Huxley)
  • Je le dérange ? Mais je ne lui ai jamais parlé…
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • Je ne pense pas. 
    Il lui arrive de pointer son nez, d’envoyer deux trois jeux de mots ou phrases autoréférentes. Mais de mon point de vue ce n’est jamais malveillant ni même ciblant quelqu’un. 
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.