CAPES/CAFEP préparation "accélérée"

Zermel0
Modifié (8 Mar) dans Concours et Examens
Bonjour
J'ai le CAPES/CAFEP les 18 et 19 Mars.
Je ne peux pas le préparer avant le 16 Mars.
Je voulais donc savoir quels conseils pouvez-vous donner pour la préparation de l'épreuve disciplinaire "appliquée" ?
Je comptais faire un sujet le 17 ou peut-être le 18 au soir en sortant de la première épreuve.
En attendant, quelles ressources efficace puis-je consulter pour ne pas faire n'importe quoi le jour J ? Sous hypothèse d'existence bien sûr !
Merci.
Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
Mots clés:

Réponses

  • gerard0
    Modifié (8 Mar)
    Bonjour.
    Tu as déjà enseigné, donc tu sais comment fonctionnent des "apprenants". Peut-être le principal serait-il de relire les programmes de collège et lycée et surtout leurs attendus et documents d'accompagnement. Et évidemment, en priorité, les rapports des jurys des dernières années.
    Cordialement.
  • Mais tu veux faire quoi ? Passer des concours, c'est bien joli. Mais tu veux faire une thèse en philo. Quelle finalité de (re)passer tous ces concours ?
  • Zermel0
    Modifié (8 Mar)
    Je passe le CAFEP en plan B.
    Les bourses de thèse sont très rares en humanités.
    Pour l'agrégation c'était un prérequis du laboratoire d'en passer une, en général celle de philosophie est attendue mais j'ai manoeuvrée pour les mathématiques.
    L'agrégation étant un plan C.
    Ouvrir un bar est mon plan D.
    Merci @gerard0
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • Petit hors sujet, désolé : 
    « Pour l'agrégation c'était un prérequis du laboratoire d'en passer une » 
    c’est ce que je disais, des instances utilisent le concours comme un diplôme (une assurance) qui n’a rien à voir avec l’enseignement dans le secondaire. 

    Petite blague « Vermot » : 
    heureusement que tu n’as pas plus de seize plans 
    [vous me pardonnerez cette bêtise]
  • Zermel0
    Modifié (8 Mar)
    En philosophie c'est bien souvent lié, rares sont les thésards qui n'assurent pas des cours dans le secondaire et même une proportion non négligeable de maîtres de conférence...
    J'espère bien avoir cette bourse, j'ai déjà enseigné dans l'université et j'ai déjà publié... La seule remarque que je redoute c'est "vous avez déjà fait un doctorat en informatique il faut savoir laisser la chance aux autres...". Que je comprendrai et cautionne mais j'avoue qu'égoïstement la vie ne m'a pas faite de cadeaux et c'est ici mon avant-dernière chance avant l'éducation nationale.
    Lily
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • Etienne91
    Modifié (8 Mar)
    En deux jours, je te conseille de lire le rapport du jury et les programmes collège / lycée et de passer deux fois 1h sur les sujets de l’année dernière : identifie simplement les questions auxquelles tu ne sais pas répondre ou pour lesquelles tu as un doute (typiquement les questions non mathématiques du type quels avantages d’un travail de groupe pour cet exercice, comment expliquer à l’élève son erreur), et entraîne-toi à écrire ce que tu aurais rédigé. J’avais fait ça l’année dernière et ça s’était bien passé, il y a peut-être une méthode plus rigoureuse que répondre ce qui te paraît logique mais je ne l’avais pas trouvée. De toute façon les candidats et candidates non inscrits en master MEEF sont majoritaires (en tout cas au CAPES externe) donc la plupart des gens ont une idée floue des attendus !
  • Zermel0
    Modifié (8 Mar)
    D'accord, merci Etienne.
    Je n'ai qu'une journée je pense à y consacrer je veux me reposer le 17.
    Je vais essayer de faire ça, j'ai l'habitude des cours particuliers et j'aide les lycéens et prépa sur internet massivement, souvent sur de la rédaction ou des choses précises mal maîtrisées.
    Un sujet + lecture du rapport avant + connaissance des programmes (j'ai quelques flous... Je commence à les mélanger je me suis intéressée à l'histoire des programmes scolaires pendant longtemps... Avec les nombres complexes en CM2 en 1880  :smile: )
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • gerard0
    Modifié (8 Mar)
    Attention, les nombres complexes de l'école primaire n'ont rien à voir avec ceux des mathématiciens actuels (on disait d'ailleurs nombres imaginaires, en 1882).
    Les nombres complexes sont ceux en plusieurs unités, comme les temps, en h, mn, s, ou les aires en ha, a, ca. Donc une unité et des sous-unités. On rencontrait ensuite les mesures d'angles en °, ', ".
    Cordialement.
  • Je parle des nombres complexes des mathématiciens.
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
  • gerard0
    Modifié (8 Mar)
    Alors ils ne risquaient pas d'être dans les programmes du CM2, vu qu'ils n'étaient même pas dans certains cours de fac !!
    J'ai moi-même appris les "nombres complexes" en primaire, pour les calculs de temps et peut-être d'angles, avant 1960. Et à cette époque, on appelait encore "imaginaires" les éléments de $\mathbb C$.
    Attention aux noms mathématiques, qui varient suivant les contextes.
  • Les conseilleurs ne sont pas les payeurs, mais bon je te conseille de ne strictement rien préparer et de te détendre. Essayer de retenir des trucs la veille, c'est le meilleur moyen de se planter. Tu n'es pas complètement ignorante du système scolaire, tu disais que tu aidais des élèves, donc tu n'es pas déconnectée. Je suis persuadé que ça va te suffire.
    La vie est injuste surtout pour ceux qui partent avant les cheveux blancs.
  • Zermel0
    Modifié (8 Mar)
    Merci à vous @gerard0 et @dp
    Il me semblait bien avoir vu des exercices avec l'unité imaginaire. Mais peut-être était-ce dans mon... imagination.
    @zeitnot
    Me détendre c'est difficile, j'essaye de préparer mon sujet de doctorat. Dans les larmes j'avoue que le moral n'est pas là.
    Je regrette d'avoir passé l'agrégation... 
    J'y ai réfléchis tout à l'heure... Je pense que l'agrégation (mais aussi l'encadrement d'une équipe au Moroccan Tournament of Young Mathematicians, être jury à l'équivalent français et peut-être l'international, et Mathraining) m'a trop renouée avec les mathématiques... Et surtout quand je fais un peu de mathématiques j'ai une activité sociale ! Je discute sur les serveurs de maths des sujets de prépa parisiennes etc... de maths olympiques etc...
    En philosophie tout le monde s'en fout et je me sens seule à écrire mes conneries... que personne ne lira à part l'école doctorale.
    Déjà que je ne maîtrise pas assez mon propre sujet par manque de temps, si les langueurs se font sentir... 
    Et voilà que je commence à vouloir enseigner...  :|
    Quand la concurrence c'est-à-dire l'égoïsme ne règnera plus dans les sciences, quand on s'associera pour étudier, au lieu d'envoyer aux académies des paquets cachetés, on s'empressera de publier les moindres observations, pour peu qu'elles soient nouvelles, et en ajoutant « je ne sais pas le reste ». E. Galois.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.