Rapport oraux l’X et ENS 2023

etanche
Modifié (27 Feb) dans Concours et Examens
Bonjour
https://cpge-paradise.com/Conseils/Oraux-X-ENS-Lydex-2023.pdf
Très intéressant. Merci à tous ceux qui ont rédigé ce rapport.
Mots clés:

Réponses

  • JLT
    JLT
    Modifié (27 Feb)
    Il faut quand même préciser que c'est un rapport écrit par des élèves du lycée Mohammed VI d'excellence qui ont passé les concours. Les fautes de frappe et d'orthographe n'ont pas été corrigées.

  • Pomme de terre
    Modifié (27 Feb)
    Il faut effectivement remercier les auteurs de ce document. Au delà des énoncés, le plus précieux est le retour sur le déroulement des oraux. Cela permet d'avoir une idée, à la fois des indications données au cours de l'oral, et de comment s'en sortent de bons candidats. Habituellement ces informations sortent peu des classes. Bien sûr, les commentaires sont à prendre avec des pincettes.
    L'énoncé de l'exercice 2 (Math Ulm) est assez bizarre : $|f(X)  - f(X+e_i)|$ et $|f(X) - f(X-e_i)|$ ont évidemment la même loi lorsque $X$ suit la loi uniforme sur $(\Z/n\Z)^d$. En outre, l'utilisation d'un $\max$ est surprenante. Il semble plus simple de montrer directement que :
    $$E\big(|f(X)-E(f(X)) |\big) \leq \frac n2 \sum_{i=1}^d E\big(|f(X) - f(X+e_i) |\big).$$
  • Beaucoup de commentaires sur l’attitude du colleur (l’un est au téléphone pendant plus de dix minutes d’après un candidat). 
  • Si le candidat dit vrai, c'est carrément un scandale.
  • Lirone93
    Modifié (28 Feb)
    C'est un scandale mais perso ça ne m'aurait pas empêché de dégainer mon portable en disant 
    - attendez, moi aussi je prends mon téléphone, je vais chercher une solution.

    Et après ça passe ou ça casse... Si ça casse moi aussi je fais un scandale.
    Dans la filière où j'ai fait ma prépa, l'avantage c'est qu'on était pas du genre à se laisser faire. Sans pitié.
  • math2
    Modifié (28 Feb)
    En fait il y a une dissymétrie, j'imagine que le règlement du concours interdit au candidat de sortir un portable mais n'interdit rien à l'examinateur. Donc ça ne peut pas passer.

    Quitte à faire remarquer à l'examinateur que c'est un scandale, ce que je n'aurais pas fait mais écris le soir même au responsable du concours avec copie au directeur de l'école, autant le faire autrement :  "contrairement à vous, je vais essayer de faire l'exo sans consulter mon portable".

    Cette histoire de portable ne me surprend malheureusement guère. Je suis dans un ensemble musical (harmonie) et, hors jeunes de moins de 30 ans, les seuls à sortir leur portable dès qu'on fait travailler une autre que la leur voix sont les profs. Les plus irrespectueux pour le chef ... J'aurais attendu un autre comportement de la part de profs. La dernière fois j'ai compté, ma voisine de gauche a réussi à le sortir au moins 18 fois en 2 heures ...
  • Lirone93
    Modifié (28 Feb)
    Ben en fait comme je n'aurais jamais voulu intégrer une école dont l'oral donne l'accés, et où cela se passe comme ça, je maintiens que j'aurais fait comme je l'ai écrit...
    PS : ça me semblait clair mais bon il faut apparemment le préciser ... : sortir le portable ce n'était pas pour trouver une solution, mais une manière humoristique de mettre l'examinateur face à une certaine réalité...
  • bisam
    Modifié (28 Feb)
    Je ne pense pas qu'il y ait beaucoup de candidats suffisamment à l'aise et en confiance (surtout devant un examinateur de l'une des plus prestigieuses écoles) pour s'amuser à ce genre de choses.
    Dans ces cas-là, la plupart des candidats se contenteront de faire comme s'ils n'avaient rien vu.
    Cela étant, je suis tout-à-fait d'accord avec le fait que ce genre de comportement devrait donner lieu à réclamation... mais comment le prouver s'il n'y avait personne d'autre dans la salle ?
    En tant que colleur, il m'arrive régulièrement de trouver le temps long (et pourtant, j'ai 3 candidats simultanément et pas un seul !) et de sortir mon téléphone... donc je peux comprendre un examinateur qui ait envie de faire autre chose s'il en est à sa 7ème heure d'interrogation du jour, lors de sa 4ème semaine d'oraux (même si cela reste évidemment éthiquement très mal venu).
  • Lirone93
    Modifié (28 Feb)
    J'ai fait bien pire et j'avais eu 02/20.

    C'est un peu leur métier quand même... 2 minutes de temps en temps pour faire un break ou répondre à une urgence ou passer le bisou à sa femme ou enfants, ok, je comprends mais prendre la posture de se poser sur une chaise et se faire absorber totalement par son smartphone, non c'est absolument pas acceptable. Selon moi, aucune excuse ne pourrait justifier cela.
  • Perso, je crois n'avoir consulté mon portable que 2 ou 3 fois lors de surveillances d'amphis en fac, seulement lorsque nous étions nombreux à surveiller, et ce en plus de 25 ans d'enseignement.
  • Renart
    Modifié (29 Feb)
    Déjà de quoi parle-t-on ? J'ai fais une petit ctrl+f dans le pdf pour chercher le mot téléphone, on trouve deux retours de candidats qui en parlent. Je vous cite un premier passage.
    [...] et en utilisant la continuité de f en 0, j’ai pu diviser le segment d’intégration. L’examinateur m’a confirmé que c’est une bonne idée, et puis m’a laissé manipuler les majorations nécessaires, en chattant parfois sur son téléphone, un comportement qui m’a paru irrespectueux. De plus, dès que j’annonce une idée avant de la développer, il me dit simplement : ’C’est à vous de voir !’. Et à un certain stade, il m’a demandé de montrer que $\ln(1 + x) \sim_{+\infty}\ln(x)$. Face à toutes ces provocations, j’ai pu rester calme.
    Donc ne vous déstabilisez pas face aux provocations de l’examinateur !

    Si l'examinateur voit clairement que le candidat a la bonne idée et qu'il lui suffit de dérouler les calculs ça ne me parait vraiment pas dramatique qu'il regarde son téléphone. Personnellement je ne vois pas de différence entre ça et laisser son esprit vagabonder en regardant par la fenêtre pendant un moment ou l'on sait que l'on a du répit. Il faut voir aussi comment cela est perçu par l'étudiant, ce qu'il voit comme des "provocations" je le vois comme des réactions tout à fait normales de l'examinateur. Surtout le "c'est à vous de voir !", un examinateur n'est pas un oracle au service de l'étudiant pour lui dire à l'avance si une idée est la bonne ou non. Le fait de s'engager dans une piste raisonnable qui s'avère infructueuse est à la fois formateur pour l'étudiant et instructif pour l'examinateur qui voit comment l'étudiant gère la situation une fois arrivé au bout de l'impasse.

    Le retour dont parle Dom est sans doute le second :

    J’ai commencé tout d’abord par mentionner les polynômes orthogonaux et après 1 min de réflexion, j’ai déduit que je ne l’ai utiliserais pas. L’examinateur m’a ensuite posé l’indication et m’a demandé de l’utiliser, il a ensuite allumé son téléphone et a commencé un appel de 15min qui m’avait choqué, car quand j’esseyais d’expliquer mon raisonnement au tableau, je me retourne et je le vois en train de regarder par la fenêtre en parlant avec quelqu’un sur le téléphone. J’ai conclu que c’est peut-être une méthode pour bouleverser les candidats, et les stresser (comme le font beaucoup d’autres examinateurs), j’ai resté calme, et j’ai continuer l’exercice.

    Cet étudiant conclut son retour d'oral par "L’examinateur était très sympa, si on néglige le fait qu’il était sur son téléphone pendant la séance".  C'est assez surprenant de conclure sur un "très sympas" et de dire qu'il était sur son téléphone et pas au téléphone mais vu le niveau de français du candidat ça pourrait simplement être une erreur. En tout cas si l'histoire est vraie elle est évidemment très problématique. La "pratique"  ne date pas des smartphone, on entend depuis toujours des histoires d'examinateurs qui regardent pas la fenêtre "sans écouter ni répondre", qui vont se chercher un café au bar d'à côté, font de l'aquarelle ou du vélo pendant l'oral ou que sais-je. Un peu comme l'histoire de l'élève qui aurait littéralement "pris la porte" à la demande de son professeur, ça a bien dû arriver au moins une fois mais difficile de savoir combien de ces histoires sont véridiques... 
  • Dans certains jurys, les examinateurs posent le même exercice en parallèle et échangent par whatsapp pour synchroniser leurs indications ou autre.
  • Lirone93
    Modifié (1 Mar)
    @math2 Ceci dit tu es peut-être moins rémunéré (par une université si j'ai bien compris) pour cette tâche que pour la même en vue du recrutement pour une grande école, et tu as été donc aussi plus exigeant dans sa réalisation.
  • Lirone93
    Modifié (1 Mar)
    La mienne perso : pour le concours qu'on appelait avant ENSI ou réseau polytechnique à l'èpoque, il y avait un examen d'anglais oral basé sur l'ècoute d'un enregistrement audio. J'avais rien compris (dans ma mémoire, ils avaient tous des voix d'hystériques dans l'audio), pas une ellipse (je ne parle pas de l'objet mathématique hein...), vraiment j'avais rien compris.
    Après on passait devant un professeur d'anglais.
    Voici notre échange en tout et pour tout pour 2 malheureux points sur vingt.
    Je m'assoien marqué par la fatigue, puis : 
    « elle : - bonjour
    moi : - bonjour
    - alors allez-y...
    - ben votre examen, il est pas terrible, on comprend rien, donc en fait j'ai rien à vous dire, je n'ai même pas envie d'en parler
    - vraiment vous ne pouvez-rien en dire ?
    - ben non, juste que j'ai rien compris...
    - vraiment ?
    - ha si, je peux vous dire ça : I haven't unders...
    - underst... ?
    - ...stood anything...
    - c'est tout ?
    - oui, au revoir
    - au revoir »
    C'est pas des maths, même pas de l'anglais (correct :) ), pas des écoles prestigieuses, pas sur une personne mais plus sur la nature d'un exam et mon état de fatigue et d'inconscience aussi ce jour là sûrement, mais au moins vérédique...
  • Une surveillance d'examen à la fac tu es payé 0, tu es censé surveiller tes exams et corriger tes copies. 
  • Dom
    Dom
    Modifié (1 Mar)
    Chacun fait ce qu’il veut. Disons que je ne trouve pas cela très poli [discussion au téléphone pendant 15 minutes]. D’ailleurs, l’examinateur pouvait très bien le dire « je vais être au téléphone quelques instants ». Je pense que « au moins ça », ce serait moins mal perçu par celui qui bûche. 
    Bon, c’est tout de même pas ce que je retiens le plus du document. Les énoncés, déjà, c’est super de les avoir. Les impressions, ça peut aider certains à dédramatiser.
  • Oui mais pas assez de documents comme ça pour se faire une idée plus juste, non plus. Ce document n'est même pas pour le concours francais qui est le principal (pour dire que c'est dommage de ne pas en avoir en francais, non pour faire quelques sous-entendus que ce soient).
  • Oui et peut-être que comme dans n’importe quel document, il y a eu un choix des témoignages. 
  • Chaurien
    Modifié (1 Mar)
    ** modéré **

    Pas de politique SVP.
  • Pour avoir déjà été examinateur d'oraux de concours, je confirme qu'il arrive qu'il faille parfois parler avec les autres examinateurs en direct (erreur d'énoncé trouvée au dernier moment ou par un étudiant, un doute soudain...). Bien sûr on essaye d'être discret quand ça se produit. Un coup de fil de 15 minutes j'ai vraiment du mal à y croire. En lisant certains commentaires du document, il y a quand même pas mal de mauvaise foi de la part de certains, du style "l'examinateur m'a dérangé en posant des questions simples".
  • Mauvaise foi possible et les « 15 minutes » sont peut-être exagérées [volontairement ou pas (ressenties)].

  • Piteux_gore
    Modifié (5 Mar)
    Bonjour,
    La légende veut que, vers 1840, Lefébure de Courcy interrogeait à l'oral X avec les pieds sur la table, et que le candidat Auguste Comte, scandalisé, fit pareil.
    Gardez le cap, timonier !
    Il arrive qu'un prince ait des scrupules... Une république n'en a jamais. (Aristobule de Samos)
  • etanche
    Modifié (6 Mar)
    Du temps où l’on pouvait fumer en classe, un ami m’a raconté son oral de l’X.
    L’examinateur fumait cigare sur cigare, un nuage de fumé se forma entre lui et l’examinateur. Il se demandait comment l’examinateur pouvait voir ce qu’il écrivait au tableau. Le candidat avait très bien réussi ses exercices de maths. Du coup pour finir son oral en beauté, il demanda à l’examinateur s’il pouvait avoir un cigare. L’examinateur lui offrit un cigare qu’il l’alluma. Le candidat ressortit de l’oral avec cigare à la main. 
    Il fût reçu à l’X. Elle n’est pas belle la vie. 
  • @etanche, très jolie anecdote.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.