Livres à adopter (Paris XIIIè)

Bonsoir
À la bibliothèque MIR https://www.math-info-paris.cnrs.fr/bibli/ de l'Université Paris-Cité (Bâtiment Sophie Germain, Paris XIIIè) on trouve à l'entrée une rangée de livre à donner. Aujourd'hui Mercredi 21 février la collection était très intéressante, et je suis sûr que beaucoup de ces livres feraient des heureux ici. Je joins la photo de toute la rangée, on trouve notamment :
- G.Tenenbaum. Introduction à la théorie analytique et probabiliste des nombres
- Goulden-Jackson. Enumerative Combinatorics.
- Une flopée de Dellacherie-Meyer
- le Berger-Gostiaux
- le "Calcul différentiel" de Avez.
- ...
Petite contrainte : il faut pouvoir entrer dans cette bibliothèque qui est en principe réservée aux membres de Paris-Cité, à partir du Master. La bibliothèque est aussi ouverte aux enseignants-chercheurs en Maths-Info de toute l'Ile-de-France, sur présentation d'une carte professionnelle.

Réponses

  • math2
    Modifié (21 Feb)
    Merci pour partager l'info. Je ne doute pas que certains d'entre eux vont facilement trouver acquéreur.
    J'avais récupéré l'essentiel des éléments d'analyse de J. Dieudonné (version Gauthiers-Villars) via une bibliothèque qui le jetait dans des poubelles.
  • Je trouve honteux de limiter l'accès à une bibliothèque.
  • Lucas
    Modifié (22 Feb)
    @Sylvain : Dans le cas de Sophie Germain la question est close par le fait qu'il y a eu des défaillances dans le PPP qui a mené à la construction du bâtiment. Ceci a mené à un non-respect des normes de sécurité relatives aux établissements recevant du public.
    Mais par ailleurs je ne suis pas d'accord avec toi, il s'agit d'un lieu de travail pour les étudiant(e)s et les mathématicien(ne)s. Il n'y aucune raison que ce soit ouvert à tout le monde.
    Inversement on peut se poser des questions pour l'ouverture à tout public de la bibliothèque de Jussieu. Elle est souvent saturée par des étudiants qui étalent des polys de médecine pour squatter des places toute la journée, ou des actifs qui utilisent la bibliothèque et son réseau wifi comme base permanente de télétravail pour leur entreprise.
    Bref, pour revenir au sujet je crois que je vais craquer et m'offrir le Goulden & Jackson pour zéro euro.
  • Bonjour,
    le bibliothèque est-elle accessible aux doctorants ? Sur le site, il est mentionné que les salles de lecture sont accessibles au public donc je suppose ces salles doivent être séparées de la bibliothèque…

    cordialement,
    Ram
  • Barjovrille
    Modifié (22 Feb)
    Regarde le lien ici, il est mentionné qu'on peut accéder à la bibliothèque si on est inscrit. Et dans l'onglet "inscription et emprunt" il y a marqué les conditions qu'on doit vérifier pour pouvoir s'inscrire.
    En particulier si tu rentres dans cette catégorie : "les doctorants, enseignants-chercheurs et post-docs de l'enseignement supérieur et des organismes de recherche français" sous présentation d'un justificatif (certificat de scolarité, ou carte ...) tu peux t'inscrire gratuitement.
    Pour tous le monde allez voir le lien que je viens de mettre vous êtes peut-être éligible à l'inscription sans le savoir.
    Merci pour le partage @Lucas
  • Merci !
  • etanche
    Modifié (23 Feb)
    L’accès à cette bibliothèque doit être gratuite à tout enseignants de maths en écoles primaires, collèges, lycées.
  • Je ne connaissais pas cette bibliothèque de recherche (MIR Sophie Germain).! Elle est spacieuse, lumineuse: la lumière manque parfois dans les petites bibliothèques.
  • math2
    Modifié (24 Feb)
    @ etanche : cette bibliothèque s'appelle Mathématiques Recherche. Elle est censée accueillir des personnes qui font de la recherche, ce qui, sauf exception, ne concerne pas un enseignant du secondaire. En revanche, la question pourrait se poser pour les bibliothèques d'enseignement. Il se pose la question bien entendu des problèmes signalés à juste titre par Lucas.
    Au passage, j'ai connu l'époque où ces bibliothèques n'étaient même pas accessibles aux enseignants scientifiques des autres universités parisiennes (hors P6 et P7), ce qui sur le principe est absurde, la partie la plus ancienne de leurs fonds provient de multiplication des universités parisiennes lors de la massification de l'enseignement, et donc du fonds de la Sorbonne, lieu  où P6 et P7 n'avaient pas d'enseignements. Mais heureusement il y avait à MR un barbu très sympa et compréhensif, il nous offrait un accès (et du coup je cotisais à l'assoc des amis et leur ai donné des livres pour le remercier).
  • biguine_equation
    Modifié (24 Feb)
    Oui on a des bibliothèques de recherche maths-info dans ce pays et c’est heureux. Il est vrai qu’elles sont un peu bunkérisées depuis quelques années. Mais ce sont des lieux qui veulent préserver une certaine quiétude et qui se sont souvent battus pour ça. Je le sais pour avoir travaillé dans l’une d’elles. Heureusement, les bibliothèques universitaires sont accessibles et très richement dotées en ouvrages mathématiques (si je prends, par exemple, le cas de la BU du campus de Talence). À propos des bibliothèques, j’aimerais citer l’extrait d’un article de 2009 écrit par Nicolas Bergeron que le site « Images des Maths » remet en ligne à l’occasion de son décès.
    Il s’agit d’une interview du mathématicien Yuri Manin. La question porte sur l’incompréhension suscitée par les mathématiques auprès du grand public. J’adore vraiment la réponse de Yuri Manin qui refuse de verser les lamentations habituelles.

  • Petite précision toutefois : les deux revues citées par Yuri Manin (« The Mathematical Intelligencer » et « Maths Monthly » ) ne sont, à ma connaissance, pas consultables en BU alors que ce ne sont pas des revues pour chercheurs et elles peuvent intéresser un public (exigeant) bien plus larges. C’est dommage.
  • math2
    Modifié (24 Feb)
    Par rapport à l'histoire d'accès, si  on a besoin d'un livre spécifique, le prêt inter bibliothèque existe.
  • Chaurien
    Modifié (24 Feb)
    J'ai regardé les livres sur la photo de Lucas, et ceux que j'ai pu identifier et que je connais peu ou prou me semblent de qualité, alors je ne comprends pas pourquoi la bibliothèque Sophie-Germain a tenu à s'en débarrasser. Je me demande qui peut émettre de pareilles directives ? Enfin, donner ces livres, c'est mieux que les pilonner, et je suis très heureux pour les camarades qui ont pu en bénéficier.
  • Dom
    Dom
    Modifié (24 Feb)
    N’est-ce pas une renouvèlement qui crée de jeter ceux-là ? Peut-être des modèles plutôt dégradés ?
  • Des livres « dégradés », autrement dit en mauvais état, peuvent être réparés par un artisan. C'est ce que j'ai fait faire pour certains des miens, fatigués de cinquante ans et plus de bons et loyaux services, et que je ne voudrais jamais jeter pour autant. Les décideurs ont peut-être été atteints de néomanie.
  • Je suis d’accord. Je fais de même quand cela arrive : un rafistolage pour sa seconde vie. 
    Je pense à une histoire de place, puis à cette discrimination (fortement usé) faute d’un autre choix. 
  • Chaurien
    Modifié (24 Feb)
    Et moi j'écris « renouvellement ». La « réforme » Rocard de de 1990, très peu pour moi. Ce n'est pas aux idéologues socialistes, wokistes ou féministes de caporaliser notre belle langue française.
  • Sato
    Modifié (24 Feb)
    J’en ai déjà parlé il y a longtemps. Dans certaines b.u., on jette des livres de maths (Bourbaki, Dixmier, Gostiaux, Cartan… enfin, ajoutez ce que vous voulez, c’est tout ce qui a plus de 20 ans) parce qu’ils sont « périmés » ou jaunis donc « présentant un problème d’hygiène » ou simplement parce qu’il faut faire de la place pour les poly-éditions à chaque ajustement de programme de prépa. En réalité, il ne s’agit que de critères indicatifs présentés car, dans le détail, les critères de sélection sont « secrets » (je cite, je cite…) et connus de fonctionnaires « qui ont passé un concours » et « dont on n’a pas à se mêler des affaires ».

  • dp
    dp
    Modifié (24 Feb)
    Je me demande s’il n’y a pas une histoire de budget alloué aussi, forçant en quelque sorte la mise au rebut des livres et manuels anciens, de sorte à éviter les coupes budgétaires.
  • On jette tout ce qui a plus de vingt ans !!! dans une bibliothèque !!!
    Naguère j'ai fait un mémoire sur l’histoire de la loi de réciprocité quadratique, et j'ai été très satisfait parce que, à la bibliothèque de Jussieu, on pouvait remonter une bibliographie, voir le journal de Crelle, le journal de Liouville, et même les mémoires de l'Académie des Sciences du XVIIIème siècle, avec les premiers articles de Legendre. Heureusement qu'ils n'avaient pas jeté tout ce qui avait plus de vingt ans ou était un peu jauni !
    Et cette règle du secret des critères, il y a de quoi soulever l'indignation.
  • Ok Chaurien. J’ai laissé le correcteur faire comme il a voulu. Parfois je suis pire que toi : j’écris « événement » alors que l’on avait eu une source sur le forum qui disait que c’était une erreur liée à la contrainte d’un imprimeur. 
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.