Enseigner dans le privé

2»

Réponses

  • Gilles Bailly-Maitre fait de la recherche. Son CV est d’ailleurs impressionnant. Il donne aussi des cours et des colloques pour les post-doctorats.
  • @biguine_equation
    il publie le Gilles ? Je trouve rien en cherchant sur Google. Enfin des articles d'il y a vingt ans. Ils sont directement publiés dans les presses de l'univ de La Rochelle c'est cela ?
    ---> I believe in Chuu-supremacyhttps://www.youtube.com/watch?v=BVVfMFS3mgc <---
  • Jaymz a dit : 
    je me suis permis de t'interpeller pour te dire que ta phrase, Ceux qui enseignent au collège le font pour une autre raison, pas pour l'amour des maths, est fausse. Je suis le contre-exemple qui le prouve.

    @Jaymz face à un contre-exemple je m'incline. 😵

  • biguine_equation
    Modifié (3 Jan)
    Positif: il y a des compte-rendus de séminaires, des articles et des exposés liés à ses activités de recherche: tous publiés (je crois) dans le cadre d’instituts universitaires et  «Arithmétique et cryptologie » chez ellipses. Il a déjà mentionné ses recherches dans ses vidéos (celles qui commencent par « bonjour bonjour ! »)
  • Dans ses vidéos en direct, il a dit plusieurs fois qu'il ne faisait plus de recherches.
    Mais il doit en être dispensé vu la quantité de ressources qu'il produit pour les étudiants et les agrégatifs.
  • hx1_210
    Modifié (3 Jan)
    @Jaymz j’avais déjà fourni un contre-exemple mais il était trop long pour @raoul.S
    Car il est concis. On peut trouver encore plus court pour qualifier ses propos sur le fil.
  • biguine_equation
    Modifié (3 Jan)
    OShine: c’est possible… Je ne suis pas sa carrière à la trace 😃 même si je suis un grand fan de ses vidéos.
  • raoul.S
    Modifié (3 Jan)
    @hx1_210 que veux-tu, si tu avais placé ton contre-exemple au début de ton pavé je l'aurais lu, mais là... :mrgreen:
    On peut trouver encore plus court pour qualifier ses propos sur le fil.
    Mais tu peux y aller, je ne vais pas me formaliser.
  • gai requin
    Modifié (3 Jan)
    Notre ami @raoul.S est connu (5 lettres) pour la grande qualité de ses contributions mathématiques parfois teintées d'ironie ;)
  • NicoLeProf
    Modifié (3 Jan)
    Oui, honnêtement, @raoul.S est quelqu'un de très altruiste, agréable et très pédagogue ! Un grand merci à lui pour la qualité de ses interventions et pour ses explications toujours très claires ! Grâce à lui (et à plein d'autres membres bien sûr, j'apprends plein de choses !) :)<3
    Notre cher Gebrane le 😄 farceur
  • Je confirme les deux dernières interventions. D’autre part, au cours de mes quatre années de collège, j’ai eu des profs de maths parfaitement à l’aise dans cet environnement et un qui s’ennuyait ferme. Est-ce qu’il bâclait sa mission éducative pour autant ? Pas du tout mais tout le monde (même son public de pré-ados peu inspirés) savait qu’il aurait été plus à sa place en Terminale C ou dans une prestigieuse prépa. 
  • Gilles a deux publications référencées dans Zentral Blatt. Ce n'est peut-être pas exhaustif, mais pour mon cas 95% de mes publis y figurent. Comme je dis, on ne peut pas respecter intégralement le décret de 1984. Et si contrairement à ce que croit OShine on n'est jamais dispensé de faire de la recherche (mais l'EC est autonome), je trouve son travail auprès de la communauté des mathématiciens étudiants ou candidats beaucoup plus utile que des publications de recherche, qui malheureusement trop souvent n'intéressent que 5 à 10 personnes dans le monde. Donc merci à lui ! 
  • @raoul.S bien sûr qu'en se contentant de l'enseignement "classique" en collège-lycée, on perd du niveau. Mais je ne crois pas que ce soit le métier de prof. Je connais beaucoup d'excellents profs de collège qui auraient du mal sur un sujet de bac (parce qu'ils n'ont pas fait ce qui touche au lycée depuis longtemps). 
    Personnellement, j'ai réussi à ressortir des cours d'agreg à mes 6èmes. Et à côté de ça, je suis depuis plus de 30 ans dans les jeux mathématiques. Et même si le niveau académique n'est pas forcément élevé, c'est toujours hyper motivant pour les neurones !
  • Mais du coup, je profite qu'un MDC soit présent sur le fil pour me renseigner @math2, tu dis faire moins de recherche et plus de pédagogie. Sur le papier, as-tu des "obligations" à faire de la recherche, d'une quelconque façon ? Est ce qu'on contrôle si tu publies des articles, ou que sais-je ? C'est peut-être naïf comme question ...
    Cela dit, il reste comme ça a été dit au-dessus le fait qu'avoir un poste de MDC est très compliqué (surtout pour moi qui suis dans un domaine qui a pas beaucoup de postes). Mon directeur est cependant assez connu dans le milieu pour avoir toujours réussi à placer ses thésards (aucune idée de comment il fait, mais quand je regarde l'armada de grands-frères et soeurs de thèse que j'ai eu, à part quelques exceptions (des personnes ayant abandonnés la recherche), ils ont tous eu un poste en un temps record). 

    En tout cas, de ce que je lis, il semblerait que je ne gagnerai pas forcément beaucoup à partir dans le privé, et que j'ai, du coup, au contraire tout à perdre (car il faudrait idéalement abandonner mon agreg, ce que je n'ai pas très envie de repasser un jour :) ). Cette conclusion me convient, si effectivement je peux avoir un poste en prépa, ce serait formidable. J'ai vu quelqu'un dire qu'il y avait aussi des contraintes géographiques, sur ce point: on m'a mit au courant. J'ai déjà donné des khôlles dans une prépa, et l'enseignant (qui faisait sa première année d'ailleurs), m'a clairement dit qu'il fallait bien préciser qu'on était prêt à aller partout pour aller en prépa. Cibler une académie en particulier, c'est risqué de braquer l'inspection et de ne pas avoir un poste avant un certain temps (de ce que j'ai compris). 
    Cela dit, je n'ai pas abordé les prépas intégrées: est-ce aussi des professeurs agrégés qui enseignent en prépa intégré, ou faut-il un détachement particulier (un peu comme si on partait enseigner dans le privé) ?

    Sinon, en ce qui concerne le poste d'enseignant-chercheur, si c'est effectivement possible de faire, disons, 90% d'enseignement pour 10% de recherche (je grossis les traits), pourquoi pas ... Mais j'avoue avoir encore quelques petits doutes, sans compter qu'il faudrait également que j'abandonne l'agreg pour poursuivre là-dedans (et donc fermer une possible porte de sortie si je ne trouve pas de poste).
  • entre ce que devrait être le métier de prof et ce qu'est (devenu) le métier de prof actuellement il y a un gouffre abyssal ...

    je ne nie pas qu'il m'arrive de sortir un peu des sentiers battus en particulier quand j'introduis une nouvelle notion et que je fais un peu d'histoire des math (préconisés dans les programmes !!!) mais très vite je vois les limites

    avec mes BTS (voie "officielle" de poursuite d'étude de bac pro : ils sont 80% dans ma classe) je devrais faire les développements limités ... mais ils ne savent déjà pas calculer une dérivée ... ou même calculer la surface d'une figure simple ...

    mes élèves de première G ne font pas le lien entre un taux de variation d'une fonction fet le coefficient directeur d'une droite (la sécante à ... blablabla) au point que j'en suis à demander des questions de cours dans mes DS (et je ne suis pas le seul) pour assurer un minimum de points pour assurer son plan de carrière et parcoursup !!

    quand j'étais au lycée pas une seule fois il m'a été demandé de "réciter" une définition ou un théorème mais d'apprendre et de savoir à m'en servir : là est tout l'exercice intellectuel et l'activité essentielle et fondamentale en mathématiques

    donc qu'est-ce que l'enseignement "classique" des math ?

    Ce ne sont pas les signes, les symboles qui constituent la science ; le seul principe qui y domine, c’est l’esprit de sagacité auquel les objets soumis servent d’auxiliaire.                BHASCARA

  • raoul.S
    Modifié (3 Jan)
    Je vous remercie pour vos compliments gai requin, NicoLeProf et biguine_equation, chacun apporte sa pierre à l'édifice (au forum) dans la mesure du possible et même si je ne le dis presque jamais j'apprends beaucoup en vous lisant tous (enfin, quand vous n'écrivez pas de pavés hein...),

    Je conçois que hx1_210, Jaymz et kioups ci-dessus ont sûrement la vocation ce qui fait qu'ils prennent tout ceci très à cœur surtout hx1_210 en fait (ce qui fait qu'on se marre plus avec lui :mrgreen: ). Tant mieux pour leurs élèves.
  • [Utilisateur supprimé]
    Modifié (3 Jan)
    au point que j'en suis à demander des questions de cours dans mes DS (et je ne suis pas le seul) pour assurer un minimum de points pour assurer son plan de carrière et parcoursup

    @zygomathique Sans être moralisateur pour un sou (car je comprends parfaitement le souci) tu sembles “tricher”, de même que tous les professeurs les ayant eus avant toi, et renvoyer la patate chaude aux professeurs futurs, non ?

    J'entends d'ici nos réactionnaires préférés nous dire qu'il faudrait sélectionner dès la grande section de maternelle pour le bien de la nation (enfin, des élites de la nation, le bas peuple — qui constitue la majorité de la dite nation — on s'en fout).

  • Vassillia
    Modifié (3 Jan)
    Il y a quand même quelques avantages à exercer dans le privé (hors contrat) selon moi :
    - Choisir sa localisation car on n'est pas tributaire d'un mouvement national, on est recruté (ou pas) pour un poste bien précis.
    - Le salaire, du moins par chez nous, est quand même clairement supérieur vu que la boite tourne bien
    - La prise de responsabilités pour telle ou telle charge permet de changer ses attributions donc de ne pas se lasser de refaire toujours la même chose d'une année sur l'autre
    - Bonne écoute de notre hiérarchie pour des suggestions d'amélioration de nos offres pédagogiques. Comme on n'est pas du tout lié à l'état, on fait ce qu'on veut (ils ont quand même une préférence pour les suggestions qui ne nécessitent pas de budget supplémentaire  :D )
    Il y a aussi des désavantages :
    - Pression importante sur les résultats
    - Divers obligations de déplacement pour des remplacements, journée porte ouverte...
    - Éthiquement, on peut être en désaccord avec ce principe qui a pour but affiché d'avantager uniquement nos étudiants (qui peuvent payer ce service)
    - Pas de garantie de l'emploi à vie comme dans toute entreprise privé 
    Certains de mes collègues permanents sont en disponibilité, ce qui peut être une solution pour ne pas perdre ton agrégation mais je ne sais pas si c'est toujours accordé.
    En tout cas, je te recommande vivement d'essayer quelques vacations pour te faire ta propre opinion, cela peut te plaire ou ne pas te plaire mais ce n'est pas tout à fait le même métier qu'en tant que fonctionnaire.
    Pour tout te dire, je ne voudrais plus être fonctionnaire, je préfère le milieu privé où certes il faut être rentable mais au moins tu peux faire évoluer les choses (alors que je trouvais cela très difficile dans le public).
    La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. (Aldous Huxley)
  • @dp je suis contre la sélection (telle qu'elle est pensée actuellement en particulier parce qu'elle est injuste et inefficace)

    la sélection doit se faire après avoir donné à tous donc à chacun les moyens de faire ce qu'il peut : c'est donc plutôt offrir à chacun la possibilité d'aller aussi loin que le peut ses capacités et alors la "sélection" se fera par le mérite et sera acceptée parce qu'une vraie formation doit permettre à chacun de se rendre compte qu'à un moment il ne peut plus faire plus et qu'il est temps de s'arrêter !!

    c'est le principe de Peter "efficace" : que chacun atteigne le niveau où il est le plus compétent mais ne passe pas au niveau supérieur où il devient incompétent !!   :D 

    Ce ne sont pas les signes, les symboles qui constituent la science ; le seul principe qui y domine, c’est l’esprit de sagacité auquel les objets soumis servent d’auxiliaire.                BHASCARA

  • @zygomathique Je suis plutôt (voire totalement) d'accord avec toi. ;)
    Simplement, en trichant de la sorte (en donnant des points gratuitement) tu incites les élèves à continuer car en leur mentant de la sorte, ils se croient meilleurs qu'ils ne le sont réellement. Autrement dit, si tu donnes 15 de moyenne à un élève qui dans un monde normal, où les devoirs ne sont pas de la récitation mais de la mise en pratique des connaissances qui parfois s'entremêlent — comme tu l'as évoqué en parlant de ton époque —, n'aurait que 5 de moyenne ; celui-ci n'a aucun intérêt à se dire qu'il est temps de s'arrêter. :D
    C'est pour cela que j'évoque souvent une sorte de compromis comme c'était le cas dans les années 90 : pas de sélection mais pas de mensonge non plus (avec 50-55%, et non pas juste une élite, des petits français ayant le bac).
  • zeitnot
    Modifié (3 Jan)
    Des points gratuitement ? Je ne vois pas vraiment le problème à poser des questions de cours. Celui qui n'apprend pas n'a pas de point, donc ce n'est pas totalement gratuit. J'ai connu un prof d'algèbre à la fac qui mettait en examen une question de cours du type, donner la définition d'un sous-espace vectoriel, d'un groupe, etc. C'était 0 ou 4 points, à la moindre petite imprécision c'était 0. Les étudiants a avoir les 4 points n'étaient pas très nombreux. Je vois une certaine vertu à poser des questions de cours.
    La vie est injuste surtout pour ceux qui partent avant les cheveux blancs.
  • [Utilisateur supprimé]
    Modifié (3 Jan)
    Pas faux ; mais bon… les cours au collège ou au lycée ces deux dernières décennies, c'est trois définitions et un pauvre théorème qui se battent en duel. Au point où j'avais utilisé un seul cahier de 100 pages pour les cours de maths des trois années de lycée + la spé maths (et il restait des pages non utilisées).
  • hx1_210
    Modifié (3 Jan)
    @gai requin @NicoLeProf
    Oui, honnêtement, @"raoul.S" est quelqu'un de très altruiste, agréable et très pédagogue ! Un grand merci à lui pour la qualité de ses interventions et pour ses explications toujours très claires ! 
    C'est vrai dans d'autres discussions mais pas ici et c'est dommage. C'est bien pourquoi j'ai parlé des propos tenus et non de la personne.

    - Être bon en mathématique et faire d'intéressantes contributions n'autorise pas à tenir des propos blessants à l'encontre de membres du forum en dénigrant leur profession (pourtant indispensable et éminemment respectable).
    -Se servir de son aura pour faire rire aux dépends d'autrui jugé plus faible. Que ce soit ici où ailleurs, c'est nul. 
    @raoul.S 
    Je conçois que hx1_210Jaymz et kioups ci-dessus ont sûrement la vocation ce qui fait qu'ils prennent tout ceci très à cœur surtout hx1_210
    en fait (ce qui fait qu'on se marre plus avec lui mrgreen ). Tant mieux pour leurs élèves.

    Si tu trouves "marrant" de blesser autrui... l'humour c'est quand c'est drôle. Tu pourrais tout simplement reconnaitre que tes propos faux et blessants ont été irréfléchis...

  • Vassillia
    Modifié (3 Jan)
    Ah là là mais c'est exactement ce que je fais quand j'utilise l'écriture inclusive pour enquiquiner les réactionnaires et je ne t'entends pas te plaindre.
    Oui quelqu'un qui réagit au quart de tour, c'est malsain mais c'est marrant, et donc pour éviter cela, il faut apprendre à prendre sur soi et à rester dans le sujet du fil
    On est sur un réseau social, les trolls gagneront toujours ! Et on peut être bon en maths, partager ses connaissances et aimer troller à l'occasion.
    La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. (Aldous Huxley)
  • Mouais après le trolling ne correspond vraiment pas à l'ambiance (du moins l'ambiance "historique") de ce forum. :D
  • zygomathique
    Modifié (3 Jan)
    @dp : comme le dit @zeitnot ce n'est pas gratuit : c'est le fruit d'un travail ... d'apprentissage !! et bien évidemment ce n'est que quelques points : 10 à 15 % de la note.
    Ce n'est pas inutile en soi et pour valoriser et "aider" ceux qui choisissent math en spé (par stratégie quelle qu'elle soit) ou qui ont math tout court et qui sont sérieux et travailleurs malgré leur grande difficulté à faire des math.
    Mais je pense que le pb en math n'est pas la discipline math elle-même mais plus globalement un pb sociétal et de français ...
    Et de plus en ce qui concerne la triche j'en connais qui achètent la paix sociale avec des bonnes notes et quand tu les récupères et que tu essaies de faire "sérieusement" des math ils ne comprennent plus rien !! et tu es en galère (et tu tapes la direction et tu te tapes les parents ... tiens mais ça me rappelle un fil sur un entretien parent-prof !!  :D )

    Ce ne sont pas les signes, les symboles qui constituent la science ; le seul principe qui y domine, c’est l’esprit de sagacité auquel les objets soumis servent d’auxiliaire.                BHASCARA

  • math2
    Modifié (3 Jan)
    @ Maraichu : oui sur le papier tu es obligé de faire de la recherche. Maintenant si tu n'en fais pas, on ne peut pas faire grand chose contre toi. Et souvent les chercheurs sont bien contents que quelqu'un prenne des activités administratives ou des enseignements de licence dont ils ne veulent pas. Je me souviens d'une collègue prof d'université qui a pris comme une humiliation de faire un cours de L3 portant pourtant sur son domaine ! Si tu publies peu voire pas, tu auras une moins bonne carrière, théoriquement on pourrait moduler ton service (aller jusqu'à faire 384h au lieu de 192h), mais je ne sais pas si cela s'applique déjà ou s'appliquera à court terme (,je pense que pour des raisons de pénurie, ça finira par arriver). J'ai même connu des chercheurs plein temps faire 0 recherche les 15 dernières années de leur carrière... Après, j'ai un copain qui après 25 ans de collège est devenu PRAG puis MCF (très actif en recherche, même lorsqu'il était PRAG) il m'a dit qu'à chaque étape le volume de travail a significativement augmenté, donc je pense que les gens sont conscients que c'est difficile de TOUT bien faire. 
  • Renart
    Modifié (3 Jan)
    @math2 à dit : Ne pas oublier aussi qu'un EC est affecté à une Université en particulier et n'est pas deboulonnable, si un jour les prépas disparaissaient, les IG ont rappelé qu'on aurait besoin de moins de PRAG que de prof de prépas ... Passer d'une prépa au secondaire peut-être à 55 ans pourrait ne pas être facile..

    D'ici arrivé à 55 ans je crois que le choix de la chaire supérieure se présente et que les agrégés de chaire supérieures ne peuvent pas retourner dans le secondaire contre leur volonté. À vérifier tout de même. Mais être renvoyé au collège/lycée (ou pire, à la fac ! 🙃) n'est que secondaire (oh oh, ah ah), je pense que pour beaucoup de profs de prépa ce serait la baisse de salaire qui serait le plus embêtant. Ce serait un joyeux bordel si les CPGE disparaissaient du jour au lendemain et je crois que ça ferait grincer beaucoup de dents.

    @Maraichu : Pour les prépa intégrées si elles sont intégrées à une école d'ingénieur ou une fac alors elles dépendent de l'enseignement supérieur et les enseignants sont généralement des enseignants chercheurs. Il peut évidemment aussi y avoir des PRAG, contractuels, vacataires etc. mais dans tous les cas ce n'est pas l'éducation nationale qui choisit les enseignants dans ce cadre là.

    Pour la mobilité effectivement, se limiter à une seule académie peut être mal vu, il parait que "la mobilité c'est la république" (sic)... L'inspection générale aime visiblement bien pouvoir placer ses pions où elle le souhaite sur la carte de France.

    Pour un poste de MCF ce serait tout de même dommage de se lancer dans un métier en espérant n'en faire que la moitié, mais ce n'est que mon avis. Un peu comme devenir prof dans le secondaire uniquement pour les vacances. D'autant plus que le recrutement MCF (et la promotion PU) se fait quasi exclusivement sur des critères de recherche. Ceci étant dit il est possible de conserver l'agrégation comme "filet de sécurité" (ou boulet au pied, c'est selon) tout en faisant des post-doc ou autre. Cela se fait en demandant un détachement ou des disponibilités pour convenances personnelles en fonction de la situation et cela peut durer quelques années (jusqu'à 5 ans) le temps de trouver -ou d'abandonner sa quête- d'un poste universitaire. Attention cependant ces demandes ne sont pas toujours acceptées, ça peut créer des situations assez inconfortables.

  • [Utilisateur supprimé]
    Modifié (3 Jan)
    mais je pense que le pb en math n'est pas la discipline math elle-même mais plus globalement un pb sociétal et de français ...

    Le problème se situe au niveau sociétal oui et cela à des répercussions au moment le plus important du parcours scolaire d'un élève : le primaire. Quand tu mets ensemble des enfants de cinq à dix ans “normaux” avec d'autres qui ne savent pas se tenir, ne savent pas se débrouiller seuls ou qui font exprès de faire chier l'enseignant ; forcément, ce dernier à moins de temps à consacrer à ceux qui ont du potentiel qui se retrouvent alors à devoir apprendre par eux-mêmes. Malheureusement, ceci à ses limites. Un enfant ne peut pas apprendre efficacement seul (sinon, à quoi ça sert toutes ces écoles ?) et prend inexorablement du retard… retard qui lui portera préjudice toute sa vie.

    Pour ceux qui veulent perdre foi en l'humanité en ayant un petit aperçu raconté de ce qui se passait (et se passe sûrement encore) en ZEP où tous ces problèmes sont exacerbés (démarrer à 1h09m20s si jamais).

Cette discussion a été fermée.