Poursuite études en maths

Bonjour,

Je suis actuellement étudiant, et j’aurai pas mal de temps libre l’année prochaine, que j’aimerais remplir avec des études. Je suis passionné de maths, et mon projet professionnel à long terme est de m’arrêter de travailler, de reprendre une formation de maths pour essayer de passer l’agrégation afin d’être prof (une prepa agreg par exemple). Mon problème est que j’ai vraiment du mal à estimer mon niveau de maths, car mon parcours est assez chaotique.

J’ai fait un bac ES, une prepa ECE où j’ai adoré les maths. Une fois en école de commerce, j’ai eu l’opportunité, si je rattrape le programme de prépa ECS, de m’inscrire en licence de maths. C’est ce que j’ai fait, mais venant d’un bac ES je n’ai pas pu m’inscrire à une vraie licence de maths, mais à une licence MIASHS. J’ai très bien réussi cette licence en maths (entre 15 et 20 tout le temps).

Ensuite, j’ai rattrapé certaines parties du programme de maths de MPSI afin de préparer les concours pour faire un master en école d’ingénieur ; et j’ai fait un master en stat et data science en école d’ingénieur, avec pas mal de maths dans ce master (stats, optimisation…). J’ai donc 3 choix possibles pour l’année prochaine :

1)      M’inscrire en L3 de maths : il y a certaines parties du programme de L3 dont je n’ai presque pas de notion : théorie des groupe et analyse de Fourrier. Cependant, je pense bien maitriser le reste du programme, et je n’ai aucune envie de refaire un semestre entier de théorie de la mesure et d’intégrale de Lebesgue, d’autant plus que j’ai déjà une L3 en miashs. Et je suis en M2, j’ai déjà 2 Licences, j’ai un peu l’impression de revenir en arrière en faisant ça

2)      M’inscrire en M1 de maths (je l’avais déjà fait il y a quelques années et mon dossier avait été accepté). J’ai peur qu’il me manque des bases pour bien comprendre certains cours. Si la dose de travail est beaucoup plus importante qu’en L3 et qu’il me manque des notions, peut être que c’est trop ambitieux de s’inscrire en M1. L’avantage est que j’ai cru comprendre qu’il me serait possible plus tard de candidater à une prepa agreg si j’ai un M1 de maths

3)      Réviser tout seul le programme du CAPES à fond et passer le capes, car certaines prepa agreg peuvent recruter avec un CAPES. Je me suis déjà entrainé sur quelques sujets du CAPES et pour le coup j’ai trouvé cela plutôt facile

Désolé pour ce long pavé, et merci si quelqu’un peut m’éclairer !


Réponses

  • etanche
    Modifié (November 2022)
    D’après le 3) comme tu as trouvé facile des sujets de capes je choisirai de passer le capes 
    et après l’agrégation interne. Ceci dit avec ton diplôme école de commerce tu peux trouver un travail 
    mieux rémunéré avec des avantages que certaines entreprises privés offrent comme BNP,Axa,PCW, Dassault
    que tu n’auras pas en étant enseignant.
  • alex11091999 a dit :

     Je suis passionné de maths, et mon projet professionnel à long terme est de m’arrêter de travailler,

    J’avoue que ce passage m’a bien fait rire!  :D
    Doit-on comprendre que les profs agrégés ne travaillent pas? :#
    ’’Auparavant le monde était dirigé par des intelligents. C’était cruel. Les intelligents forçaient les imbéciles à apprendre. C’était difficile pour les imbéciles. Aujourd'hui le monde est dirigé par des imbéciles. C’est juste, car les imbéciles sont beaucoup plus nombreux. Aujourd'hui les intelligents apprennent à s’exprimer afin que les imbéciles puissent comprendre. Si un imbécile ne comprend pas c’est un problème d’intelligents. Auparavant souffraient les imbéciles. Aujourd'hui souffrent les intelligents. La souffrance diminue car les intelligents sont de moins en moins nombreux.’’
    Mikhaïl Jvanetski.

  • Magnéthorax
    Modifié (November 2022)
    @alex11091999 : tu n'as pas vu des trucs de L3 maths (algèbre générale, analyse de Fourier). Tu as peur qu'il te manque des trucs en M1 (mais lequel ?). Sans plus de précisions, je te dirais de faire une L3 bien solide. Ce n'est pas (du tout) indispensable pour avoir le Capes, mais c'est important pour l'agrégation.
  • math2
    Modifié (November 2022)
    La phrase relevée par Biely me rappelle (dans le sens inverse) celle d'une amie : elle a fait HEC il y a bien longtemps (époque prépa en un an, d'ailleurs quoique refusée en maths sup elle était rentrée à HEC sans redoubler), elle a bossé une dizaine d'années dans le privé, et vu le pactole assimilée, pouvant presque vivre de ses rentes, elle plaque tout pour devenir prof des écoles. A l'écouter, un métier où elle se sent mieux (avec des enfants, utile à la collectivité et non à sa banque), mais en revanche elle me dit travailler davantage que dans sa banque auparavant.
    J'ai eu en filière MIASHS quelques ECE, certains étant rentrés dans les meilleures écoles de commerce et d'autres au contraire n'ayant pas intégré. L'un des ex-intégrés à cartonné au Master El Karoui, écrabouillant la plupart des X et des anciens de l'UPMC, mais je crois qu'il a été une exception.
    La voie CAPES puis agrégation interne est une voie intéressante, si tu continues à apprendre des maths durant tes premières années, ce qui se sera pas facile. Sans vouloir être méchant, le CAPES est descendu bien bas (un de mes copains qui a été au jury est surpris de voir que la plupart des admissibles ne savent dériver une fonction pas trop compliquée, certains confondent énoncé direct et réciproque de Pythagore, les inégalités larges ou strictes sont les même pour la plupart des candidats). Le CAPES nécessitera un travail spécifique mais est plus qu'abordable vu ton parcours. L'agrégation interne est de niveau modeste sur le papier (bac +2 en gros), cependant le concours est assez sélectif.
    Si tu souhaites t'orienter vers l'agrégation externe, tu auras effectivement à compléter tes connaissances en algèbre générale, géométrie, et ce concours (même s'il est outrageusement peu sélectif actuellement) demande à avoir du recul sur les notions.
    Ce qui manque souvent (mais pas toujours) à un ECE, c'est l'esprit de la démonstration (je me souviens avoir pris un ECE qui n'a eu que des 20 en maths aux écrits des concours et sur ses bulletins d'ECE2), mais qui galérait dans les démonstrations, il a failli ne pas valider sa MIASHS. Il est allé ensuite en école d'ingé (prestigieuse), je pense que cela lui correspondait mieux. La réussite aux concours de commerce passe visiblement par un bachotage et surtout pas par un travail de réflexion sur les maths et les démos, c'est ce que m'avait expliqué ledit étudiant. A l'agrég le travail doit être plus de fond. Selon le volume de maths dans la MIASHS que tu as faite (elles sont très variables de ce point de vue), tu auras fait plus ou moins de vrais raisonnements. Tu en auras fait très peu sans doute dans ton Master, en tout cas ce que j'écris concerne ceux que je connais. C'est aussi ce qui pourrait de manquer pour une agrégation externe.
    Les collègues le diront, mais je ne suis pas certain qu'être agrégé externe fait une carrière fondamentalement différente de celle de l'agreg interne, sauf que tu commences plus tôt à parcourir le corps des agrégés, et sauf bien entendu pour avoir un poste en prépa (dans les années 90, 5ème à l'agrég interne équivalait à 50ème à l'externe pour les demandes en prépa). Je connais quelques agrégés internes qui ont eu une prépa, mais c'est nettement plus marginal que l'externe (et de toutes façons cartonner à l'externe c'est difficile). Mes dernières expériences sur les PRAG que l'on a recruté c'est que l'agrég obtenue et le rang avaient été mineurs, le fait d'avoir une thèse, une expérience pertinente dans des tds qui nous intéresserait passait largement avant. L'avant dernier PRAG recruté était un interne, et si la dernière est une externe, il y avait dans les classés un interne qui était passé devant une bonne dizaine d'externes, dont un qui était dans le top 40 d'ailleurs.
  • Est-ce que, vur le profil d'alex11091999, faire un master (M1) solide en maths pures ne serait pas un bon choix pour la suite ? Étant données les conditions d'exercice actuelles du métier, je ne suis pas sûr que passer le capes d'abord lui laisse l'opportunité d'apprendre les bases qu'il lui manque, Peut-être, en cas d'inscription en M1, peut-il étudier tout seul un peu de théorie des groupes et quelques autres domaines pendant l'été, quitte à demander conseil à un responsable du master ?

  • math2
    Modifié (November 2022)
    Effectivement Sato, ce peut être une voie intéressante.
    En fait, sans connaître spécifiquement le profil d'alex, c'est difficile d'être trop personnalisé.
    Mon étudiant cité plus haut a été un contre-exemple à ce que je dirais comme généralités, j'ai un autre exemple en tête : l'année où j'ai passé l'agrégation externe, le 12ème au concours avait commencé par un DEUG MASS (donc MIASHS aujourd'hui), avant de faire licence-maîtrise à Orsay. Pas de prépa, quasiment pas d'algèbre générale ni de géométrie en L1-L2, et malgré tout un très bon classement en sortie !
  • biely a dit :
    Doit-on comprendre que les profs agrégés ne travaillent pas? :#
    Non,il a écrit qu’il souhaitait arrêter de travailler pour passer la grègue, pas une fois avoir eu la grègue. :p
    math2 a dit :
    La phrase relevée par Biely me rappelle (dans le sens inverse) celle d'une amie : elle a fait HEC il y a bien longtemps (époque prépa en un an, d'ailleurs quoique refusée en maths sup elle était rentrée à HEC sans redoubler), elle a bossé une dizaine d'années dans le privé, et vu le pactole assimilée, pouvant presque vivre de ses rentes, elle plaque tout pour devenir prof des écoles. A l'écouter, un métier où elle se sent mieux (avec des enfants, utile à la collectivité et non à sa banque), mais en revanche elle me dit travailler davantage que dans sa banque auparavant.
    Elle peut se permettre de gagner moins de sous vu ce qu’elle a emmagasiné avant.
    L’instituteur (ou l’enseignant) moyen, non : son métier est son seul gagne-pain.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • Dans prof de Maths il y a deux éléments. La question est posée ici sur le côté purement mathématiques mais il faut aussi se poser la question sur le côté prof. L’avantage de passer le CAPES est de voir ce côté plus rapidement.
    @nicolas.patrois
    Oui je blaguais. Je m’imaginais juste la tête d’un recruteur si je sortais ce genre de phrase lors d’un entretien.
    ’’Auparavant le monde était dirigé par des intelligents. C’était cruel. Les intelligents forçaient les imbéciles à apprendre. C’était difficile pour les imbéciles. Aujourd'hui le monde est dirigé par des imbéciles. C’est juste, car les imbéciles sont beaucoup plus nombreux. Aujourd'hui les intelligents apprennent à s’exprimer afin que les imbéciles puissent comprendre. Si un imbécile ne comprend pas c’est un problème d’intelligents. Auparavant souffraient les imbéciles. Aujourd'hui souffrent les intelligents. La souffrance diminue car les intelligents sont de moins en moins nombreux.’’
    Mikhaïl Jvanetski.

  • Nicolas, ce qu'elle m'a dit va dans ton sens, je ne comprends pas ton commentaire.
  • nicolas.patrois
    Modifié (November 2022)
    Je n’ai rien contre elle mais c’est ce genre de profils qu’on nous sort en haut lieu pour justifier nos salaires.
    Ben quoi : reconversion, bas de laine, paie pourrie.
    Ou alors : mari bien nanti, argent de poche, paie pourrie.
    Ou encore : carrière de dix ans maximum, rien à battre des gens qui ont trente ans d’ancienneté, paie pourrie.
    Pour revenir au sujet, tu peux toujours essayer de passer les deux ensemble, mais privilégie le CAPES quand même.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • Bbidule
    Modifié (November 2022)
    La réussite aux concours de commerce passe visiblement par un bachotage et surtout pas par un travail de réflexion sur les maths et les démos, c'est ce que m'avait expliqué ledit étudiant.

    Je pense qu'il faut faire attention aux généralisations hâtives (tout dépend des capacités de l'étudiant, de l'établissement dans lequel il a étudié, et de l'exigence de ses enseignants...)

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.