Article sur Parcoursup

«13456789

Réponses

  • dSP
    dSP
    Modifié (July 2022)
    "Dans le détail, ses notes sont excellentes. Le jeune homme est premier de sa classe avec 19,03 en mathématiques expertes, 17,51 en mathématiques et 15,82 en physique chimie".
    Vu l'époque actuelle, ces notes - exceptées les notes en mathématiques expertes - ne sortent absolument pas du lot, bien au contraire. Je précise que je ne fais pas partie d'une commission d'examen des dossiers. Cependant, tous les échos que j'ai, de nombreux lycées, indiquent que les commissions des CPGE les plus réputées croulent sous les dossiers à plus de 18 de moyenne avec des avis très élogieux.
  • dSP : c'est ce que j'ai expliqué sur un autre fil.
    Il devient très compliqué, dans un contexte d'écrasement des notes vers le haut, de faire un recrutement qui soit cohérent pour les écoles et pour les étudiants.
    Les I.G, à la demande de la cellule recrutement du groupe d'écoles dans une desquelles je travaille, avaient constaté nationalement une hausse assez nette des moyennes en math, et pour certains établissements, des évaluations quasi aberrantes (tout le monde à plus de 18/20 dans des établissements concentrant beaucoup de difficultés).
    On se retrouve donc avec de nombreuses erreurs de casting, en véritable souffrance dans nos écoles.
    Ce genre de cas exhibé par JLT ne me surprend absolument pas.
  • Si tous les élèves ont « 20 », qu’est-ce qui sort de parcoursup ?

    Je ne sais plus si le code est libre ou si cela reste opaque. 
  • Cette hausse des notes va s'aggraver.

    Cette année, j'avais des élèves qui avaient entre 5 et quasiment 20 de moyenne dans l'année. Au bac, mes élèves ont tous eu la moyenne, plus basse note 10 Et ils tous eu au moins la moyenne qu'ils avaient dans l'année, voire beaucoup plus.  J'ai par exemple deux élèves à 6 ou 7 de moyennes qui ont eu 14. Quelle conclusion ? Je note encore trop bas ? Il ne faut pas que je défavorise mes élèves pour Parcoursup ? Donc, il faut encore et encore remonter... C'est une fuite en avant.
    La vie est injuste surtout pour ceux qui partent avant les cheveux blancs.
  • Même 19.03 de moyenne en maths expertes n'est pas un gage de grandes connaissances.
    Les moyennes de spécialités maths et physiques sont banales au regard de celles vues dans les dossiers reçus par mon lycée ...
    Après, il a joué perdant en ne demandant que des internats.
  • Oh quelle surprise, nous apprenons en 2022 que les lycées LLG H4 ne recrutent que sur Paris et exclusivement des biens nés de la caste parisienne ?

    Belle sélection  naturelle pour les parents du bambin qui croyaient (sens religieux) en la m’héritocratie bien d’chez nous. Il aurait mieux fait de postuler à l’université de Lausanne ou de Genève ou une fac anglaise .
    ---> I believe in Chuu-supremacyhttps://www.youtube.com/watch?v=BVVfMFS3mgc <---
  • Cet élève de Saint-Cyr aurait été admis dans toutes ces prépa s’il n’avait pas demandé d’internat.
    Aujourd’hui, ce sont le lycée d’origine et les moyens financiers de la famille qui font la différence, certainement pas les notes (14,8 de moyenne à l’EDS de maths cette année).
  • troisqua
    Modifié (July 2022)
    Dom a dit :
    Si tous les élèves ont « 20 », qu’est-ce qui sort de parcoursup ?
    Je ne sais plus si le code est libre ou si cela reste opaque. 
    Ce n'est pas parcoursup qui décide de ce qui va se passer. Ce sont les algos envoyés par les formations qui en décident. Parcoursup se contente de faire tourner ces algos sur les données dont il dispose. L'algo qui fait tourner les algos des écoles est open source (mais non libre). Chaque école doit avoir son algo qui classe ses étudiants, quelque soit la répartition des notes. Ces algos là ne sont pas nécessairement publics.
    Dans mon école, on ne tient pas compte de la note d'un étudiant qui est dans un groupe dont la variance est inférieure à certain $\varepsilon$. Comme cela se fait pour chaque matière parmi français, lv1, lv2, physique/chimie, math, et sur chaque trimestre de la première à la terminale, on se retrouve avec très peu de dossiers non classés.
    Ces dossiers non classés on les regroupe en une catégorie qu'on traite à la main, en commission (autorisée par parcoursup si concerne peu d'étudiants et si les raisons invoquées sont jugées sérieuses)
  • Fin de partie
    Modifié (July 2022)
    Finalement, les parents du jeune homme sont parvenus à attirer l’attention sur sa situation. Enguerrand est désormais admis au lycée Corneille à Rouen avec en prime, une place en internat. Après des discussions avec l’académie de Paris, il pourrait aussi être prochainement admis au Lycée Saint-Louis à Paris, mais cette fois en tant qu’externe. Roger Vauby est soulagé, mais s’indigne des modalités de sélection des élèves. «Dans mon esprit il conviendrait plutôt de choisir les meilleurs élèves et d’aider ensuite ceux qui n’ont pas les moyens de faire leurs études» déclare-t-il.

    Très utile le réseau.
    il ne faut pas mélanger les torchons et les serviettes.

  • JLT
    JLT
    Modifié (July 2022)
    D'après ce que je comprends, l'inflation des notes depuis la réforme du bac, et l'inflation du nombre de dossiers (du fait qu'on peut formuler 10 voeux non classés) au eu pour conséquence :
    1. Des élèves avec de très bons dossiers n'ayant pas obtenu de place en prépa.
    2. Des élèves avec de très bons dossiers mais n'ayant en réalité pas le niveau pour suivre dans la formation où ils ont été acceptés. @troisqua a cité des exemples dans l'école où il enseigne, mais on pourrait sûrement en trouver d'autres dans n'importe quelle fac ou prépa.
    Je ne sais pas si le cas 1. est "grave". Le jeune dont il est question dans l'article aurait pu, parmi ses 10 choix, mettre des prépas de niveau plus moyen, s'il a réellement un bon niveau il s'en sortira quel que soit l'endroit où il s'inscrit.
    Pour le cas 2. ce sont peut-être les possibilités de réorientation qui manquent.
  • troisqua
    Modifié (July 2022)
    @JLT : Dans le cas 2, il y a un autre problème. Les administrations ne veulent pas montrer que beaucoup d'étudiants sont en échec au sein de leur école. Donc elles cachent les problèmes et donc il n'y a pas de question de réorientation qui se pose.
    Il y aurait des "solutions" en interne possible :
    • diminuer les exigences d'enseignement pour tous
    • pré spécialiser les étudiants à la fin du premier semestre pour éviter qu'ils ne se retrouvent en grande difficulté en math alors qu'ils souhaitent faire de la chimie par exemple et que les maths, ils s'en fichent
    • s'occuper des étudiants (tous un peu plus, et ceux en difficulté beaucoup plus)
    • créer une évaluation par "compétences" qui permet de moins s'apercevoir de qui est en grandes difficultés
    Tu comprends pourquoi j'ai mis des guillemets au mot solutions !
    Chez nous, l'administration nous propose de diminuer les contenus sans afficher officiellement qu'on le fait. Elle refuse la pré spécialisation (ça fait mauvais genre et ça donne un boulot énorme de réorganisation des enseignements). Elle refuse de s'occuper des étudiants (trop cher). Elle nous emmène par contre vers une évaluation par compétences (3 cases possibles pour chaque compétence) : en général, avec ça, plus personne n'est en difficulté à la fin !
  • Foys
    Modifié (July 2022)
    Si en France les cours d'économie n'étaient pas des cours de communisme déguisés, les Français comprendraient mieux certains phénomènes, de nature économique. Comme le fait qu'on est dans un monde de pénuries naturelles (au sens large) où tout le monde triche afin de récupérer le plus de ce qu'il souhaite et donc que -dans l'intérêt général- lorsqu'on propose de nouvelles lois à voter, il faut anticiper le mieux possible ces tricheries et leurs conséquences. On a laissé se mettre en place des règles du jeu où en trichant les gens commettent sans s'en rendre compte des dégâts gigantesques. Comme par exemple la destruction du caractère informatif des notes (tout le monde a plus de 18 parce qu'il y a un recrutement sur dossier).
    Une fonction est un ensemble $f$ de couples tel que pour tous $x,y,z$, si $(x,y)\in f$ et $(x,z)\in f$ alors $y = z$.
  • Cet article du Figaro laisse à penser qu'on peut imaginer tous les systèmes de classement qu'on veut il y aura toujours des gens qui s'estimeront lésés. Finalement cette histoire ne se finit pas si mal que ça, tant mieux pour ce garçon. Je ne suis pas sûr que ce sera le cas pour tous les gens auxquels on ne proposera aucune solution et  qui n'auront pas accès aux médias pour s'en plaindre.
  • Foys a dit :
    Si en France les cours d'économie n'étaient pas des cours de communisme déguisés, les Français comprendraient mieux certains phénomènes, de nature économique.
    Jean Tirole est communiste !
    Nom de d’là, j’ai appris un truc aujourd’hui.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • Fin de partie
    Modifié (July 2022)
    @Nicolas.Patrois.Pour Foys 99,99% des gens sont communistes. Je devine qu'Il a une définition assez large de ce qu'est un communiste.
    PS.
    Le livre d'économie idéal pour Foys n'aurait qu'une page sur laquelle on lirait : laissons les riches s'occuper de tout, et ne mettons aucune entrave à leur action.
  • troisqua
    Modifié (July 2022)
    Cet article du Figaro montre que la façon dont on évalue au lycée complique de plus en plus la tâche de mettre un étudiant en face d'une formation qu'il demande, avec une forte probabilité qu'il ne s'y sente pas mal sur le plan psychologique.
    Les 20% d'élèves en difficultés chez nous (il y a 15 ans ce n'était que 5%), sont très majoritairement issus de classes dans lesquelles le classement via notre algo se "trompe" (en fait LES trompe) à cause d'un vivier à moyenne très haute et petite variance. Leur classement au sein de leur classe est donc rendu hasardeux et la pertinence de notre recrutement également. La victime, c'est cet étudiant qui se demande au bout de quelques semaines dans notre école ce qu'il y fait, car ça va beaucoup beaucoup trop vite pour lui.
  • @Troisqua: Trouvez un algo plus pertinent.
  • Quand tout une classe a 18/20, aucun algo ne peut faire de classement sur autre chose que le hasard.
  • @troisqua : Votre algo ne marche pas si mal que ça car selon ce que tu dis vous n'avez que 20% de gens qui ne suivent pas. Cela veut dire que 80% des gens eux suivent.
  • troisqua
    Modifié (July 2022)
    L'algo marche très bien (il est optimal en fonction des données qu'on nous envoie).
    Le problème c'est que les données sur lesquelles il fonctionne ne veulent quasiment plus rien dire pour une part importante d'entre eux.
    20% d'étudiants en souffrance c'est beaucoup trop. L'école ne peut plus proposer de réorientation (ça se voit trop, c'est mauvais pour l'image et compliqué à gérer). On ne peut plus les encadrer par du soutien et l'infirmerie déplore beaucoup d'étudiants en dépression.
  • Des étudiants en échec ou qui ne se plaisent pas dans leur formation, c'est loin d'être l'apanage de l'école de @troisqua.  On en trouve à peu près dans tous les formations du supérieur. Il est souvent possible de se réorienter au bout de quelques semaines, notamment de la prépa vers la fac. Je ne sais pas ce qu'il en est pour passer d'une "grande" prépa vers une "petite" prépa. Est-ce que ça se fait ? Si oui est-ce fréquent, ou rare au cas par cas ?
  • Fin de partie
    Modifié (July 2022)
    Tes étudiants ne sont pas obligés de s'infliger ça, ils sont majeurs. Vous n'avez pas pensé à embaucher un(e) psy? La logique froide d'un psy est en général comme une douche glacée qui réveille les gens.
  • troisqua
    Modifié (July 2022)
    @JLT :
    C'est compliqué, car les étudiants sont effectivement (tout fraîchement) majeurs, ne comprennent pas ce qui leur arrive (ils avaient des super notes jusque là) et les parents les poussent en leur disant "tu as réussi à intégrer cette école, accroche-toi, ça vaut le coup". Ça c'est le quotidien entendu par le responsable du suivi des étudiants de première année. On a également de plus en plus d'étudiants qui contestent et judiciarisent.
    Sinon dans notre école Il n'y a pas une psy, mais deux et toutes les deux font un travail remarquable. Elles se plaignent du nombre d'étudiants qu'elles voient arriver dans des états parfois fortement dépressifs.
    En fait le problème est en amont: il y a trop d'erreurs de casting parce que celui-ci n'est plus possiblement pertinent pour une grande part d'étudiants à cause de notes gonflées en amont.
  • Foys
    Modifié (July 2022)
    Cet article du Figaro laisse à penser qu'on peut imaginer tous les systèmes de classement qu'on veut il y aura toujours des gens qui s'estimeront lésés.
    Évidemment puisque le nombre de demandeurs excède le nombre de classes disponibles. Aucun système de classement ne peut vaincre le principe des tiroirs.
    Une fonction est un ensemble $f$ de couples tel que pour tous $x,y,z$, si $(x,y)\in f$ et $(x,z)\in f$ alors $y = z$.
  • zeitnot
    Modifié (July 2022)
    Je ne pense pas vraiment qu'on puisse dire que les notes qui soient gonflées. Je dirais plutôt que les sujets de maths au baccalauréat sont de plus en plus faciles, donc ça devient, même si on essaie parfois de résister, au fil des années le niveau de référence.
    Les sujets sont plus faciles, donc les élèves réussissent plus facilement, donc les notes montent. Tout ça me semble logique.
    La vie est injuste surtout pour ceux qui partent avant les cheveux blancs.
  • Oui il y a un cercle assez vicieux je pense qui aboutit à une proportion croissante d'élèves mal orientés, qui ne comprennent pas ce qui leur arrive. La réorientation, qui nécessite un bon diagnostic, un environnement familial compréhensif / aidant, qui nécessite aussi, souvent, de déménager, de reprendre les choses en cours de route ailleurs, ce n'est pas simple du tout, en tout cas pas naturel pour des étudiants totalement surpris de ce qui leur arrive.
  • Juste une remarque d'ailleurs sur le titre du fil. En fait c'est l'algo de l'école (et non celui de Parcoursup) qui a éliminé ce candidat. Beaucoup de gens pensent que c'est Parcoursup qui classe les étudiants. Mais en fait, Parcoursup ne fait qu'exécuter les algos des formations sur le paquet de données qu'on a lui fournies.
    Donc quand on dit "j'ai été recalé par Parcoursup", on devrait dire "l'école que j'ai demandée m'a mal classé, c'est Parcoursup qui m'en a informé".
    On entend beaucoup d'hommes politiques critiquer Parcoursup (car leur électorat le fait alors il faut lui faire plaisir). Mais bien souvent ils en ignorent totalement le fonctionnement.
    Petit rappel sur l'algorithme de mariage utilisé une fois que les algos des écoles ont fait leur classement :


  • Chaud quand même. Des milliers de pauvres étudiants qui ont essayé de jouer selon les règles du jeu, en obtenant de bonnes notes pendant toute leur scolarité, en suivant toutes les règles de République, et pouf ! on découvre que ça n’a aucune importance : il fallait venir d’un bon lycée d’un bon arrondissement. 

    Si les notes ne sont plus le bon critère pour entrer à LLG / H4 - et en plus le jeune monsieur ne vient pas de Bondy mais d’un lycée plutôt bien - quel est le critère retenu ? Critère 100% républicain / égalitaire / laicité tralala évidemment.
    ---> I believe in Chuu-supremacyhttps://www.youtube.com/watch?v=BVVfMFS3mgc <---
  • On peut avoir accès aux algorithmes de choix des écoles et des facs ?
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • @nicolas.patrois  : je ne crois pas, en tout cas rien d'obligatoire. En fait, les écoles ont toujours tout caché, même au temps du papier. La différence, c'est que là, elles ne peuvent pas favoriser un élève puisque c'est Parcousup et lui seul qui détient le jeu de données sur lequel l'algo sera appliqué. Il me semble néanmoins que l'algo de chaque école doit être "validé" par Parcoursup. Je ne suis pas certain de cette info, c'est un propos rapporté par un collègue.
  • Petit Gaulois
    Modifié (July 2022)
    Difficile d'imaginer qu'à terme les tests du genre Tescia ne se développent pas...
  • Je comprends mieux pourquoi un même élève est recalé pour l’IUT Machin mais pris à l’IUT Truc pour la même formation, ces IUT étant équivalents.
    D’ailleurs, pour une même formation (IUT Machin et IUT Truc), on peut avoir des exigences de spécialités différentes. Va comprendre. Ce qui fait que le même élève sera recalé d’office pour l’un mais pas pour l’autre.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • Foys
    Modifié (July 2022)
    Que d'usines à gaz pour éviter un recrutement transparent par examens d'entrée lorsqu'il y a assez de places pour tout le monde et par concours lorsque les places sont limitées...
    Une fonction est un ensemble $f$ de couples tel que pour tous $x,y,z$, si $(x,y)\in f$ et $(x,z)\in f$ alors $y = z$.
  • troisqua
    Modifié (July 2022)
    @Positif : je ne crois pas qu'il s'agisse de venir d'un bon établissement ou de Paris (ça serait clairement invalidé par Parcoursup). Par contre, le gars était dans une classe où son classement au sein de cette classe l'a certainement desservi. Chez nous, nous appliquons un bonus "environnement" basé sur le taux de mentions TB dans le lycée et d'autres critères "objectifs" pour compenser cet effet. Mais c'est de la bricole et personne n'est vraiment satisfait. Là où l'algo plante nécessairement c'est quand des profs en terminale mettent 18 à tout le monde, là c'est certain que ça plante. De toute façon, comme dit JLT, l'étudiant en question dans l'article ne souffrira pas car il peut prétendre à des prépas dans lesquelles il pourra briller autant qu'il veut.
  • troisqua
    Modifié (July 2022)
    Foys : les examens d'entrée ont d'autres biais, coûtent beaucoup plus cher, sont compliqués à organiser, et si chaque école fait ça, un étudiant passe son année à parcourir la France pour passer des concours sur le programme, nécessairement de première, et en particulier ne se focalise pas sur ce qu'il devrait apprendre en terminale alors qu'il est déjà à la bourre.
    La solution des examens d'entrée est le premier truc auquel j'ai pensé quand j'ai commencé à m'occuper du recrutement au sein de mon école, et j'ai pris, quand je l'ai évoqué, une jolie leçon sur l'humilité et la réalité, la faisabilité, les contraintes invisibles.
    Ça ne peut être une solution pour gérer globalement l'entrée dans le supérieur.
  • Certes mais le problème est que c’est complètement opaque pour les élèves et pour les enseignants.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • Vassillia
    Modifié (July 2022)
    Bonjour,
    Je pense que tu as raison troisqua, pour les facs de médecine, un doyen de faculté avait menacé les étudiants qui s'inscrivaient en P0 dans les prépas privés (une année blanche pour faire le programme avant de se jeter dans le grand bain) de ne pas les prendre sur parcoursup.
    On savait que c'était faux et les faits nous ont donné raison, on analyse les résultats obtenus d'une année sur l'autre pour faire de l'optimisation de dossier avec les lycéens qui s'inscrivent dans nos stages de première et terminale.
    Désolée, je sais ce que vous devez en penser, on est les vilains qui faussent l'égalité des chances, mais au moins, on a la correction de leur montrer le niveau attendu et donc s'ils ont une chance de s'en sortir ou pas en étant admis à suivre la première année qui reste très sélective.
    La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. (Aldous Huxley)
  • troisqua
    Modifié (July 2022)
    @nicolas.patrois  : d'abord ça l'a toujours été.
    D'autre part, si mon école le publiait, personne ne comprendrait rien tellement notre algo est complexe ! Et je parie que pour les autres formations c'est la même chose. Un enseignant n'aurait pas le temps de s'informer correctement ne serait-ce que sur quatre ou cinq formations. Alors de là à informer correctement ses élèves sans raconter n'importe quoi...
    Déjà quand j'explique à mes propres collègues comment on recrute, je vois en moins d'une minute comment ça décroche. Même quand j'ai expliqué à des amis comment çà se passe pour leurs enfants (dont certains candidataient chez nous), je vois bien que tu ne te figures pas bien ce que ça implique.
  • En fait je crois que le problème actuel est de deux ordres:
    1. la formation dans le secondaire a tendance à aplanir les réelles différences d'un candidat à l'autre
    2. l'offre dans l'enseignement supérieur est insuffisante en face d'une population énorme (plus de 90% d'une classe d'âge)
    Les méthodes de recrutement ne sont pas vraiment en cause, et sont très peu perfectibles. C'est ce qui se passe en amont qui empêche l'efficience.
  • JavierT
    Modifié (July 2022)
    gai requin a dit :
    Cet élève de Saint-Cyr aurait été admis dans toutes ces prépa s’il n’avait pas demandé d’internat.
    Tout à fait ! Là, pour moi il y a eu une erreur de la part du lycéen en question qui a fait de très mauvais choix. Tout le monde sait, ou presque car là ce ne devait pas être son cas, qu'il faut faire 2 vœux : un avec internat et un sans internat ! Ce sont 2 choses différentes.
    Comme dit également par guiguiche, il a joué, il a perdu ! Il n'y a pas de quoi en faire un article complet je trouve.
  • @Petit Gaulois Tescia c'est bien conçu, par des maitres taupins très compétents qui ont fait une bonne analyse du problème du tassement des notes vers le haut. Par contre ça risque de donner lieu à des préparations spécifiques, sans doute de bonne qualité (cf. l'intervention très honnête et sans fard de Vassilia).
    Et inévitablement ça confirmera le caractère fortement inégalitaire du système éducatif français.

    Bon bref, quand on verra, dans le 93 par exemple, des cours de maths supplémentaires gratos et potables dédiés à la préparation à l'entrée dans le supérieur (sélectif ou non, via Tescia ou autres), j'aurais un avis moins mitigé...
    "J'appelle bourgeois quiconque pense bassement." Gustave Flaubert
  • troisqua a dit :
    d'abord ça l'a toujours été.
    Ce à quoi on peut répondre : ce n’est pas une raison (même si je sais bien qu’il y avait toujours une part de subjectivité comme il y en a toujours dans une note).
    D'autre part, si mon école le publiait, personne ne comprendrait rien tellement notre algo est complexe ! Et je parie que pour les autres formations c'est la même chose. Un enseignant n'aurait pas le temps de s'informer correctement ne serait-ce que sur quatre ou cinq formations. Alors de là à informer correctement ses élèves sans raconter n'importe quoi...
    Pourquoi ne pas publier un résumé du truc ?
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • AORESpres
    Modifié (July 2022)
    xax a dit :
    @Petit Gaulois Tescia c'est bien conçu, par des maitres taupins très compétents qui ont fait une bonne analyse du problème du tassement des notes vers le haut. Par contre ça risque de donner lieu à des préparations spécifiques, sans doute de bonne qualité (cf. l'intervention très honnête et sans fard de Vassilia).
    Et inévitablement ça confirmera le caractère fortement inégalitaire du système éducatif français.

    Bon bref, quand on verra, dans le 93 par exemple, des cours de maths supplémentaires gratos et potables dédiés à la préparation à l'entrée dans le supérieur (sélectif ou non, via Tescia ou autres), j'aurais un avis moins mitigé...
    Au passage, je boucle le rapport de l'édition 2022 demain, pour diffusion quasi-immédiate. Très peu de candidats des Hauts-de-Seine, mais nettement plus du Val d'Oise, ce qui m'a assez étonné.
  • Puisqu’on est sûr de récupérer la boîte à papa, inutile de se prendre la tête avec des maths.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • @nicolas.patrois  
    Ben les "riches" vont dans des écoles de commerces, p2w ou sur concours. Pourquoi ils devraient aller en fac de maths ?
    ---> I believe in Chuu-supremacyhttps://www.youtube.com/watch?v=BVVfMFS3mgc <---
  • @nicolas.patrois  : Je n'avais pas compris que tu me demandais de justifier que c'était opaque. Je faisais juste remarquer que ça a toujours été opaque mais que l'on entend pourtant ce reproche que récemment. C'est surprenant. Je pense que les gens ne se sont jamais rendu compte que tout cela a toujours été très opaque.
    Je mets quiconque au défi de faire un résumé de moins de 5mn, en parlant à toute vitesse, qui permette aux élèves d'avoir suffisamment d'information pour comprendre à quelle sauce ils seront, à peu près, mangés. Or c'est précisément ça qu'ils attendent, ils demandent toujours comment ça va se passer pour eux. Mais s'ils sont boursiers ça sera radicalement différent, s'ils sont dans un établissement avec tel ou tel taux de mentions TB, l'avis du chef d'établissement sur le niveau de la classe, comment on prendra en compte les effectifs en langue pour faire les classements, comment on intègre les spécialités, quels sont les viviers que l'on regroupe (NSI, Maths complémentaires, dossiers incomplets, sportifs de haut niveau, artistes etc). Ensuite comment on calcule son rang (avec différentes formules suivant la variance de l'effectif), les scores max sur chaque matière en fonction du vivier etc. Bref, c'est juste impossible de l'expliquer rapidement sans dénaturer complètement la chose. C'est pour ça que le groupe préfère ne pas communiquer sur notre cuisine interne incompréhensible par un béotien.
  • troisqua a dit :
    Foys : les examens d'entrée ont d'autres biais, coûtent beaucoup plus cher, sont compliqués à organiser, et si chaque école fait ça, un étudiant passe son année à parcourir la France pour passer des concours sur le programme, nécessairement de première, et en particulier ne se focalise pas sur ce qu'il devrait apprendre en terminale alors qu'il est déjà à la bourre.
    (...)
    Ça ne peut être une solution pour gérer globalement l'entrée dans le supérieur.
    Comment les autres pays font? Pour beaucoup, c'est par un système de tests, standardisé au niveau national. Wikipédia propose un florilège: https://en.wikipedia.org/wiki/University_and_college_admission


    Une fonction est un ensemble $f$ de couples tel que pour tous $x,y,z$, si $(x,y)\in f$ et $(x,z)\in f$ alors $y = z$.
  • Je trouve normal de savoir les attendus pour postuler, histoire de ne pas mettre dans sa liste une école ou une fac pour laquelle on n’a aucune chance ; par exemple, on n’a pas la bonne spécialité, ou alors on l’a mais on n’est pas dans le haut du panier, dire ce qui est important, ce qui l’est moins mais qui compte quand même et ce qui est indifférent.
    Parce que pour le moment, ça donne l’impression d’un tirage aléatoire par un bandit manchot.
    Disons que je trouve dommage d’avoir un logiciel disponible mais sa disponibilité ne sert à rien puisqu’on n’a pas les règles de choix des écoles et des facs (ou au minimum, un résumé sur une page et pourquoi pas, les règles publiées pour les curieux).
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • @AORESpres merci pour l'info, je regarderai.
    "J'appelle bourgeois quiconque pense bassement." Gustave Flaubert
  • Je pense que l'une des raisons de cette opacité, en tout cas pour les facs, et je la comprends de la part de l'enseignement supérieur public qui a pour objectif de favoriser l'égalité sociale, c'est de faire de l'anti-jeu par rapport aux prépas privés. Si le béotien ne comprend pas l'algo, le privé lui comprendra et saura s'en servir, cela ne fait aucun doute. 
    La philosophie nous enseigne à douter de ce qui nous paraît évident. La propagande, au contraire, nous enseigne à accepter pour évident ce dont il serait raisonnable de douter. (Aldous Huxley)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.