Capes 2022

13567

Réponses

  • Entièrement d'accord avec toi, je connais de nombreux contractuels qui trouvent leur situation difficile. Ce n'est déjà pas simple d'être titulaire aujourd'hui alors je n'envie pas les contractuels. Ils ne sont pas formés à toutes les situations et j'en ai même connu qui ont galéré à enseigner les notions qui paraissent simples. On peut être doué en Maths et non pédagogue et vice versa. Franchement, rien que la notion de pourcentage n'est pas si simple. J'ai connu une collègue contractuelle qui ne savait pas le définir. Je ne l'ai pas blâmée mais j'ai trouvé cela préoccupant.
  • OShine a dit :
    J'ai passé le capes externe en candidat libre ayant un diplôme d'ingénieur et ayant arrêté les maths en MP, donc il n'y a pas que des personnes qui ont un M2 maths qui passent le concours.
    Il y a peu de personnes qui ont un M2 de maths parmi celles qui passent le CAPES. A vue de nez, moins d'un quart. Un M2 MEEF n'est pas un M2 de maths. 

    Ce qui m'étonne c'est qu'un gouvernement qui passe pour libéral entérine une réforme qui conduit à :
    - une aggravation des difficultés de recrutement : moins de profs recrutés et de plus mauvais niveau
    - une entrée tardive sur le marché du travail donc moins de recettes fiscales
    - plus de dépenses publiques avec la longueur accrue des études
    - plus de mécontentement chez les enseignants, dont le salaire devient encore moins proportionné au niveau d'études (quand bien même pseudo-études)
    - etc.

    Même incompréhension quand le gouvernement amenuise la place des mathématiques dans le secondaire, au bénéfice de disciplines littéraires, alors que les maths sont la matière « générale » qui a un semblant d'utilité dans l'économie.

  • Je suis d'accord, un M2 MEEF n'est pas un M2 de mathématiques. C'est dommage de passer 2 ans à faire un M2 MEEF, dont le contenu est vide. 
    Cela a un intérêt, et encore, pour les stagiaires.

    Le M2 MEEF ne sert qu'à donner le M2 à des étudiants qui ont un niveau trop faible pour obtenir un M2 de maths.

  • À noter que cette année - où une nouvelle épreuve est mise en place - le site capes-math.org signale que  : Compte tenu du contexte sanitaire, l'accueil d'auditeurs souhaitant assister aux épreuves ne sera pas autorisé cette année.
    Sachant que les candidats préparent dans une salle à plus de vingt-cinq (sans compter les appariteurs) et que le masque n'est plus obligatoire dans les transports en commun, on est en droit de se poser la question de savoir si le président du jury recherche la transparence.
    e.v.
    Personne n'a raison contre un enfant qui pleure.


  • @ev Tu repasses le CAPES et l'agrégation cette année ? L'an dernier, tu avais passé les oraux du CAPES et tu avais été recalé, car tu avais fait une sorte d'humour, qui n'était pas passé. Et cette année, tu vas réessayer ?
  • zestiria a dit :
    Le M2 MEEF ne sert qu'à donner le M2 à des étudiants qui ont un niveau trop faible pour obtenir un M2 de maths.
    Mais abstiens-toi de dire des conneries !

    Oui le M2 MEEF n'a rien à voir avec un M2 recherche, mais bon nombre d'étudiants de M2 MEEF seraient tout a fait capables de suivre un autre M2. Il y a d'ailleurs chaque année des agrégés externe passés par un M2 MEEF qui décident ensuite de reporter leur stage pour passer l'agrégation avec succès.
  • Qui décide encore de suivre un master MEEF, alors que cela sert uniquement à préparer, un peu, le CAPES ? 
    Il y a des étudiants qui veulent être des professeurs des écoles, pour eux le master MEEF peut être utile.
  • Ceux qui souhaitent passer le CAPES justement. Qui es tu pour juger de leur niveau en maths ou de leur capacité à suivre un M2 ? 
    Par exemple ma stagiaire de cette année, sortant d'un master MEEF, avait tout a fait la possibilité (et le niveau) de s'inscrire en master recherche et a fait le choix de ne pas le faire. Chacun ses choix !
  • @Zgrb : C'est l'exception qui confirme la règle.

    Les étudiants en MEEF que j'ai pu voir, dont j'ai pu avoir des retours, et qui ressortent des statistiques à l'agrégation n'ont pas le profil que tu cherches à décrire (des gens brillants qui choisissent par passion/volonté/humilité la voie du MEEF).

    En notant d'ailleurs que dans un grand nombre de facs, une distinction est faite en fin de L3 ou de L2 entre le "parcours recherche" (ou "voie A") qui mène à la thèse, à l'agreg, aux master double-diplôme, sur lequel on indique que les mathématiques prendront une vraie progression et que donc on a un peu de sélection à l'entrer, et le "parcours enseignement" (ou "voie B") qui mène au capes, où là bon on ne dit rien de spécial et où tout le fond du panier y va quasiment en open bar.
    Forcément, un étudiant un tantinet intéressé par les maths, qui serait un peu bosseur, ou qui irait poser la question à 2-3 enseignants, il se retrouve en "voie A" (ou part candidater à un magistère solide ou en ENS, mais ça c'est aussi un cas particulier de bons étudiants).

    C'est comme si tu me disais que les enseignants certifiés ont sans problème le niveau pour passer l'agreg externe, et qu'il suffit d'un petit coup de préparation pour qu'ils soient prêts. Même en tenant compte des admis à l'agreg interne qui ne vont pas aux oraux (et encore il faut voir la moyenne d'âge des admis, énormément s'y prennent extrêmement tard, c'est une belle perte de salaire pour eux), les statistiques ne montrent pas du tout cela.

    Dire "chacun son choix" c'est ne pas parler du problème, faire comme si de rien était. C'est donc totalement inutile. Si les M2 MEEF de maths permettaient de préparer proprement des gens à des mathématiques ne serait-ce que de niveau L3/M1, pour genre leur permettre de suivre des parcours autre que capes/cafep/caplp, ce serait déjà bien le bout du monde.

    En plus, la présence d'étudiants avec un bon niveau mathématique (aussi rares soient-ils) en M2 MEEF n'invalide pas le propos initial de zestiria. Ce n'est pas parce que certaines personnes décident de suivre un cursus farfelu que le cursus en devient instantanément meilleur, sensé, et prestigieux.
    Son propos est faux, mais pour plusieurs raisons (par exemple car beaucoup de M2 de maths fondas/applis sont littéralement donnés à tout le monde qui pointe son nez en cours pour éviter des redoublements, et aussi car le MEEF est pensé pour être le "cursus pour former du prof" sans que l'EN n'ait à s'occuper vraiment de leur formation). Ne pas les voir c'est ne pas faire preuve de recul.
    De surcroît, les MEEF ont assez facilement des enseignants qui demandent un gros volume de travaux pour valider, avec des critères de notation qui peuvent facilement aller à l'encontre de la formation même (mettre 9 à quelqu'un sur une épreuve sans rattrapage pour des broutilles histoire de lui griller sa titularisation ou son admission au concours, alors qu'il a fait un travail potable et s'est montré impliqué, et faire la sourde oreille à toute demande de discussion, ce n'est pas rendre les choses faciles).


  • Les étudiants qui valident un M2 MEEF seront affectés à plein-temps pour leur année de stage.
    D'un côté, cela évite aux anciens étudiants de MEEF de refaire des cours de MEEF pendant leur stage.
    D'un autre côté, cela confirme que c'est un choix douteux de faire un master MEEF, en vue de passer le CAPES.

    Il vaut mieux faire un master disciplinaire pour progresser en maths, et passer le CAPES dans la foulée. Le CAPES demande peu de préparation. Et ensuite, l'année de stage, chacun pourra faire un M2 MEEF.

    Ceux qui s'inscrivent en M2 MEEF ne font pas un choix très cohérent : il n'y a nul besoin de faire un M2 MEEF pour réussir le CAPES, et le contenu du M2 MEEF sera proposé durant l'année de stage.



  • https://les-mathematiques.net/vanilla/index.php?p=/discussion/comment/2359148/#Comment_2359148

    Si OShine devient ta boussole, pose-toi les bonnes questions. 
    Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. Benjamin Franklin
  • @lourrran Sur ce point précis, OShine a raison.
    Si un stagiaire est déficient, il faut le garder jusqu'à la fin de l'année. Si un contractuel est déficient, il sera renvoyé dès qu'un remplaçant sera trouvé.


  • @zestria: dès qu'un remplaçant sera trouvé <=> jusque à la fin de l'année ;-)
  • Cette année on a un stagiaire déficient, une cinquantaine d'année, il ne tient pas ses classes, c'est un bordel monstre dans ses cours, on entend les élèves crier et sauter sur les tables. Tout le monde se plaint du bruit mais un stagiaire est intouchable, s'il avait été contractuel on l'aurait remercié depuis longtemps.
  • Non. 
    Sans incident grave, il reste. 
    Ou, bien sûr, sans plainte réelle des parents. 
    Là encore, les contractuels des zones favorisées ne sont pas les contractuels de zones défavorisées. 
    Il existe encore un standing officieux. 
  • https://actu.fr/societe/education-national-un-job-dating-avec-plus-de-500-emplois-a-la-clef-dans-le-val-d-oie_51062131.html

    2035 postes à pourvoir dans l'académie de Versailles (Profs, AESH, etc etc tous métiers confondus).
    Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. Benjamin Franklin
  • https://les-mathematiques.net/vanilla/index.php?p=/discussion/comment/2359779/#Comment_2359779

    A- Comme dit xxx qui a souvent raison ....
    B- Comme dit yyy qui a souvent tort, mais qui a raison dans ce cas précis ...
    C- Comme dit zzz ....

    Qu'on le veuille ou non, cette formulation C, c'est un raccourci de la formulation A, et pas de la formulation B.
    Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. Benjamin Franklin
  • df
    df
    Modifié (May 2022)
    « Tout le monde se plaint du bruit mais un stagiaire est intouchable »  (OShine)
    Il serait presque un privilégié ! Si tout le monde se plaint, l’établissement n’a qu’à engager des vigiles. On jette un stagiaire dans la fosse aux lions et on se plaint qu’il se fasse dévorer ! En Inde, les Intouchables sont ceux qui nettoient les égouts.
  • ev
    ev
    Modifié (May 2022)
    OShine a dit :
    Cette année on a un stagiaire déficient, une cinquantaine d'année, il ne tient pas ses classes, c'est un bordel monstre dans ses cours, on entend les élèves crier et sauter sur les tables.
    Bien fait pour lui. Il n'avait qu'à pas leur demander d'additionner deux fractions.
    e.v.
    Personne n'a raison contre un enfant qui pleure.


  • Soc
    Soc
    Modifié (May 2022)
    Cette année j'ai tenté une originalité (en 4ème), je me suis appuyé sur le chapitre de calcul littéral (réduire une expression) pour que les élèves comprennent qu'il faut additionner des tiers avec des tiers et que l'on obtient alors des tiers, et à ma surprise cela a été assez efficace.
    The fish doesnt think. The Fish doesnt think because the fish knows. Everything. - Goran Bregovic
  • Donc tu penses que faire. un essai en tant que contractuel est une mauvaise idée ? 
  • Parce que je pensais m'inscrire au siaten Lyon pour un poste de remplaçant 
  • @OShine Tu peux nous en dire plus ? C'est un reconverti donc. D'où vient le problème ? C'est quelqu'un qui ne sait pas punir. Comment est-ce tu expliques sa situation ? 
  • zestiria
    Modifié (May 2022)
    En même temps, OShine est dans un collège défavorisé, dans une des pires villes des Yvelines. 
    Et quels conseils on donne au stagiaire ?

    Le stagiaire a quand même tenu toute l'année scolaire.

    @lourrran c'est super ce job dating pour ceux qui veulent enseigner, mais n'ont pas passé le CAPES. 
  • zestiria
    Modifié (May 2022)
     @julian Il vaut mieux passer le CAPES. C'est très accessible, et si cela te plaît pas, tu restes jusqu'à ce que tu trouves un autre travail.
    Autant se lancer. En tant que contractuel, tu seras davantage soumis à la hiérarchie. 

    Dans mon Inspe, il y a avait des contractuels. Je pensais que ce serait évident pour eux de réussir leur année de stage : ils ont déjà fait leurs preuves comme contractuels, plusieurs années. Et en fait non. L'Inspe leur reprochait de ne pas arriver à prendre de la distance avec leurs années de contractuels. C 'est choquant, contractuel ou certifié, tous sont enseignants, et font le même travail.

    Il n'y a rien à gagner à être contractuel, autant passer le CAPES.
  • @Dom

     Les contractuels des zones défavorisées sont souvent des personnes qui habitent dans le coin, et acceptent le poste parce qu'il est à côté.
    Il doit y avoir moins d'exigence pour les contractuels des zones défavorisées, parce que personne ne veut y aller.
  • Dom
    Dom
    Modifié (May 2022)
    Sur la proximité du domicile, être « dans le coin » est relatif. En région parisienne, on peut être « dans le coin » mais à 1h30 en durée…

    Sur les zones défavorisées : oui et non. Mon observation tend à dire que quand c’est une zone « prout-prout », tout est mis en place pour que les remplacements aient lieu dans de bonnes conditions. 
    Ailleurs, « on s’en fout un peu… ». 
  • C'est vrai que suivant les zones, les parents se mobilisent moins pour demander un prof remplaçant. 
  • Aepsilonprès
    Modifié (May 2022)
    Amédé a dit :
    Le jury dans sa grande sagesse a jugé que ceux qui étaient au delà de 817 n'avaient pas le niveau. L'école mathématique française leur dira merci plus tard. Oshine un diplôme d'ingénieur est considéré comme un M2. 
    L'an dernier le président du concours revendiquait, droit dans ses bottes, de prendre "le reliquat du concours 2021" pour combler le trou généré par les nouvelles règles (concours niveau M2 aux écrits). J'imagine que le jury s'est rangé, obséquieusement, aux ordres et réquisitions du président de jury.

    Je ne suis pas, mais pas du tout, convaincu que les 816 admissibles sont la crème de la crème (sans offense pour les vrais candidats motivés/talentueux).
    Parmi les collés de l'an dernier certains ne savaient même pas résoudre des pb de 4eme (ex: Pythagore) même avec l'aide du jury.

    Pour info, je viens de voir que la composition du jury comporte maintenant des "per dir". Avec le nombre conséquent d'IPR (qui obéiront le doigt sur la couture aux injonctions de l'IG) je vous laisse deviner quelle est la valeur de ce concours 2022.
    Au bas mot une farce, au pire un crachat à la figure des collègues qui ont trimés pour leurs concours dans les années 80/90/00.
    Certains collègues en place sont consternés de voir l'évolution, très contestable, du contenu et de la forme du concours.

    Pardon, mais la formulation "grande sagesse" me semble douteuse....
  • Le « grande sagesse » transformé en « bienveillance » et le tour est joué 😀
  • Aepsilonprès
    Modifié (May 2022)
    Dom a dit :
    Le « grande sagesse » transformé en « bienveillance » et le tour est joué 😀
    Oui comme c'est bien dit...  Citation à 100% dans l'air du temps.

    Sauf que, la bienveillance est ensuite exclusivement réservée aux élèves, absolument pas aux personnels de l'ednat.
    Ensuite l'évolution du capes n'est pas si surprenante vu qu'en lieu d'enseigner les mathématiques on demande de "développer des compétences sociales" et de de préserver l'illusion que les élèves étudient.

    Questions possibles de l'oral 2 du capes :
    • Quels sont les points positifs du bavardage en ilots ?
    • Pourquoi faut-il ne pas sanctionner les travaux indigents ?
    • Le bruit dans une salle de classe est il pédagogique ?
    • Pourquoi le professeur doit-il la fermer et laisser ses élèves diriger le débat ? Développez !
    • Ce que vous faites n'intéresse pas vos élèves. Devez-vous envisager de les faire dessiner ou jouer ? Vous sentez-vous coupable?
    Je m'égare, encore que ?
  • xax
    xax
    Modifié (May 2022)
    @Aepsilonprès : "Sauf que, la bienveillance est ensuite exclusivement réservée aux élèves, absolument pas aux personnels de l'ednat" tu remarqueras cependant que ce sont les mêmes personnes 5 ans plus tard. Si on a saboté leurs enseignements dans le secondaire, il n'est pas étonnant que ces étudiants ex-élèves se retrouvent dans les Masters Capes-CRPE puisque ce sont de nos jours les moins bons, d'après l'avis semble-t-il autorisé de SeismiMine, et que l'on aboutit au final à un recrutement qui n'est pas extraordinaire, et fortement déficitaire.
    Est-ce la faute des bizuts ? À l'évidence non, j'ai plutôt tendance à les voir comme victimes d'un système que la facilité me porte à qualifier de cercle vicieux.
    Seules des décisions politiques sensées pourraient stopper cela, par exemple :
    - construire des référentiels très détaillés de cours,
    - inciter les bizuts à les lire et à se former,
    - accompagner les jeunes profs en difficulté sans se fixer l'objectif premier de les faire souffrir et de les virer,
    - expliciter des niveaux d’exigence 
    etc.

    Après des décisions politiques courageuses pourraient également contribuer à améliorer la formation initiale :
    - supprimer tous les enseignements qui ne servent pas directement les enseignements dans les Inspés (saut à l'élastique, didactique chevaline, astrologie pédagogique etc.),
    - présenter de façon détaillée les programmes du secondaire sous la houlette de professeurs expérimentés connaisseurs des difficultés et des blocages prévisibles des élèves,
    - sensibiliser les bizuts aux meilleures méthodes d'apprentissage et leur apprendre à détecter les situations sociales qui pourraient les dégrader,
    - anticiper la gestion de classes bordélisées,
    etc.



    "J'appelle bourgeois quiconque pense bassement." Gustave Flaubert
  • Amédé
    Modifié (June 2022)
    [Inutile de recopier un message présent sur le forum. Un lien suffit. AD]
    Il n'y a pas un collègue qui a eu l'idée d'intervenir ? C'est arrivé à mon voisin de salle une fois. Ben j'y suis allé, tellement je ne pouvais pas faire cours, j'ai collé 5 de ses élèves et appelé les parents des concernés. Ça s'est arrêté.
  • Dom
    Dom
    Modifié (June 2022)
    C’est difficile. 
    Celui qui intervient dans une telle situation renforce sa propre autorité et diminue celle du prof bordélisé.
    Éventuellement, en étant plus habile, peut-être… 
    Par exemple prétexter qu’on vient chercher quelque chose dans l’armoire ou je ne sais quoi.
    Mais je le dis à nouveau, c’est compliqué. 
    Ensuite, évidemment, je comprends le prof exaspéré par les élèves des autres qui vient mettre un terme à un tel merdier. 
    Autre piste : venir retirer deux ou trois élèves du cours d’à côté et les prendre avec soi (faut gérer !). 
    Ça empiète sur le prof mais s’il peut travailler avec le reste de la classe, ça lui donne (enfin) une position de prof au lieu d’être en position de proie. Car le vrai problème est là. Quand un prof ne parvient jamais à travailler, il n’est plus considéré comme un prof. Et pour retrouver se statut dans l’œil des élèves, c’est parfois très long…
    Tout cela est vraiment difficile à jauger. 
  • Amédé
    Modifié (June 2022)
    @Dom: Je ne suis pas forcément d'accord avec cette histoire d'autorité. Dans tous les cas on ne peut pas laisser un collègue dans la détresse. Certes le mieux est d'en parler avant. Si c'est possible.
    De toute façons, si on aide pas le collègue, l'institution se chargera de l'enfoncer. La plupart du temps les problèmes se règlent d'eux même avec la pratique, sauf cas exceptionnels.
  • Oui je comprends très bien ce que tu dis. 
    Disons que je dis qu’on marche sur des œufs. 
    Par exemple, si ça recommence à chaque fois, je ne sais pas si c’est une aide réelle de venir trois ou quatre fois remettre de l’ordre chez le prof qui en bave. 
    Mais ne rien faire n’est pas non plus une solution.

    Remarque :
    On a déjà vu pire : la direction met en place des cours en parallèle par d’autres profs. Ça, c’est la « mort pédagogique » du prof. car c’est l’institution qui déclare ouvertement « ce n’est pas un prof ». 
  • Comme Amédé, je pense qu'il y a moyen de parler entre profs ; un prof qui est débordé au point que ça gêne la classe d'à côté, normalement, il y a eu des signes avant-coureurs. On a eu l'occasion de se concerter avec lui.

    Et même si les élèves se disent : le prof est nul, il est pas capable de nous tenir tout seul, il savent aussi que le prof d'à côté n'hésite pas à débarquer, et que ça finit chez le principal.
    Les chemins ne sont pas forcément les plus glorieux, mais l'objectif est atteint.
    Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. Benjamin Franklin
  • Attention : ça ne finit pas toujours chez le Principal. 
    Il n’y a parfois aucune suite. 
    « Circulez… »
    Il existe des situations terribles…
  • M.Floquet
    Modifié (June 2022)
    Pourquoi y a-t-il eu autant de haine concernant les épreuves écrites du Capes de cette année sur les réseaux sociaux ? J'avoue ne pas trop saisir, il me semble que les sujets et les concepts abordés étaient plutôt pertinents et cohérents (modulo la précision/rédaction de certaines questions) par rapport au programme qu'enseigneront les futurs candidats ... Je vois pas mal d'étudiants de premières années ainsi que d'autres "professeurs" (avec des : "mes élèves de terminales/sup le font facilement etc" ...) crier au scandale en jugeant ces sujets inadmissibles et ridicules pour un futur "enseignant" (niveau bac+5) ... Il me semble à côté de la plaque par rapport au but de ce concours ...
  • C’est peut-être plus ce bac+5 qui est à côté de la plaque par rapport au but de ce concours...
    ’’Auparavant le monde était dirigé par des intelligents. C’était cruel. Les intelligents forçaient les imbéciles à apprendre. C’était difficile pour les imbéciles. Aujourd'hui le monde est dirigé par des imbéciles. C’est juste, car les imbéciles sont beaucoup plus nombreux. Aujourd'hui les intelligents apprennent à s’exprimer afin que les imbéciles puissent comprendre. Si un imbécile ne comprend pas c’est un problème d’intelligents. Auparavant souffraient les imbéciles. Aujourd'hui souffrent les intelligents. La souffrance diminue car les intelligents sont de moins en moins nombreux.’’
    Mikhaïl Jvanetski.

  • Ou les deux.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • Pour ce qui est de la gestion de classe, tout le monde n'a pas non plus le même niveau de tolérance. Chez certains, même les mouches n'ont pas le droit de voler. A l'opposé, on entend parfois certains collègues hurler pour se faire entendre, sans que cela ne les dérange plus que ça... 
  • Dans le cadre du Capes ce qui interpelle c'est souvent le fait que les bizuts soient  si mal préparés (très souvent en tout cas, il semble y avoir parfois des préparations spécifiques à ce que j'ai lu sur ce forum, mais ça semble plutôt rare). La nouveauté dans le métier et le manque d'autorité dans une classe bordélisée ça doit pas être jojo. Quel gâchis humain. Après on vire des stagiaires dans les disciplines au recrutement déficitaire ...
    "J'appelle bourgeois quiconque pense bassement." Gustave Flaubert
  • shannon a dit :
    Le gouvernement veut supprimer le Capes. Les 600 postes non pourvus serviront à le justifier. 
    En effet, les 1000 postes ouverts seront occupés à 40% par des certifiés (qui ont un niveau limite en plus…) contre 60% par des contractuels…

    Si je dois chercher un but gouvernemental à cette situation, considérant que c'est LREM au pouvoir, je dirais que ce serait la privatisation progressive de l'enseignement en France. La méthode de mise en faillite d'une institution dans cette optique est un grand classique de ces gens.
  • Amédé
    Modifié (June 2022)
    @Superkarl. Arrêter de voter pour eux ???
  • Admettons que la privatisation de l'enseignement en France soit un objectif.  Pure hypothèse d'école.
    Est-ce que , par dogme ou pour d'autres raisons plus fondées, ce serait une mauvaise chose ?
    Ou plutôt, reformulons : quels seraient les avantages et inconvénients d'une privatisation partielle ? Y a-t-il une réflexion derrière le refus de privatisation, ou une position dogmatique ?

    Tu me dis, j'oublie. Tu m'enseignes, je me souviens. Tu m'impliques, j'apprends. Benjamin Franklin
  • Quand on voit le résultat à France Telecom ou à La Poste, ça ne fait pas envie.
    Algebraic symbols are used when you do not know what you are talking about.
            -- Schnoebelen, Philippe
  • Mathurin
    Modifié (June 2022)
    On ne privatisera jamais totalement l'enseignement. Il y aura toujours une part prépondérante financée par la collectivité.
    C'est dans l'offre d'instruction, qu'il faut introduire des process de différenciation et de marchés.
    Et donc être clair sur les objectifs.
    La casse du "mammouth" peut être un prérequis.
  • Après avoir clamé que les oraux ne seraient point publics, le président du jury, dans sa grande magnanimité vient d'octroyer le droit aux manants d'assister à i-ceux moyennant une inscription préalable pour obtenir le laisser-passer.
    e.v.
    Personne n'a raison contre un enfant qui pleure.


  • Juste un détail : les auditeurs n'ont pas le droit de prendre de notes. Ce point de règlement ne s'applique pas à moi : j'ai eu le droit de monter les quatre étages mais le jury ne m'a pas autorisé à rentrer. Comme quoi, même avec un masque sur le groin, je continue à avoir une sale gueule.
    Interrogée par mes soins, une vice-présidente m'a rétorqué qu'effectivement, ce n'était pas normal. De n'avoir pas pu rentrer ? D'avoir une aussi sale gueule ?
    Elle m'a ensuite conseillé d'oublier. D'où ce post avant que je n'oublie.
    e.v.
    Personne n'a raison contre un enfant qui pleure.


Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.