Henrietta Swan Leavitt — Les-mathematiques.net The most powerful custom community solution in the world

Henrietta Swan Leavitt

Wikipedia a écrit:
Henrietta Swan Leavitt (4 juillet 1868 – 12 décembre 1921) est une astronome américaine ayant découvert la relation entre la luminosité des étoiles variables et leur période de variation. En 1893, diplômée du Radcliffe College, Leavitt commença à travailler à l'observatoire de l'université Harvard, en tant que calculatrice, s'occupant d'examiner des plaques photographiques dans le but de mesurer et de cataloguer la luminosité des étoiles.

Bien que ses mérites n'aient été que très peu reconnus de son vivant, ce fut sa découverte d'une relation entre la luminosité de certaines étoiles variables, les céphéides, et le rythme de leurs pulsations qui permit aux astronomes de mesurer la distance entre la Terre et les autres galaxies. Elle expliqua sa découverte : « Une ligne droite peut facilement être dessinée entre les deux séries de points correspondant au maximum et au minimum, montrant qu'il y a une relation simple entre la luminosité des variables et leurs périodes »(...)

Réponses

  • Bonjour,

    "Vous pouvez répéter la question ?..."

    Cordialement,

    Rescassol
  • Moi, je connais la réponse. ;-)
  • C'est du jeopardy de très haut niveau, là, Rescassol.
    Une fonction est un ensemble $f$ de couples tel que pour tous $x,y,z$, si $(x,y)\in f$ et $(x,z)\in f$ alors $y = z$.
  • Non, non, quand on regarde qui pose la question réponse :-D
  • Pourquoi devrait-il y avoir une question?
    Je vous parle d'une femme que je ne connaissais pas* qui a apporté quelque chose d'important à l'astronomie. Je vous fait profiter de cette information.
    Wikipedia a écrit:
    Leavitt commença à travailler à l'observatoire de l'université Harvard, en tant que calculatrice

    Et dans sa biographie il est dit qu'elle avait étudié les mathématiques.

    *: j'imagine que peu de gens sur ce forum avait entendu parler de cette femme. Cela me semble normal de lui rendre hommage.
  • Fin de partie a écrit:
    j'imagine que peu de gens sur ce forum avait
    entendu parler de cette femme. Cela me semble
    normal de lui rendre hommage.

    Il y bien des années j'ai eu le plaisir de lire Astronomie Flammarion (à ne pas confondre avec Astronomie Populaire de Camille Flammarion) un ouvrage en 2 volumes pour 1000 pages qui discutait de l'état de cette science autour des années 1985-1990. Dans le chapitre dediée à la cosmologie et aux échelles de distances on nomme explicitement Henrietta Leavitt qui fit ses travaux plus importants sur l'observation des étoiles variables et la decouverte de la relation periode/luminosité des étoiles cépheides dans l'hemisphère australe.
  • wikipédia a écrit:
    Ejnar Hertzsprung (8 octobre 1873 à Copenhague – 21 octobre 1967 à Roskilde) est un chimiste et astronome danois.
    Biographie

    Durant la période 1911-1913, il développa le diagramme de Hertzsprung-Russell avec Henry Norris Russell.

    En 1913, il détermina les distances de plusieurs étoiles céphéides de la Galaxie par la méthode de la parallaxe statistique, et put ainsi calibrer la relation découverte par Henrietta Leavitt entre la période des céphéides et leur luminosité. Lors de cette détermination, il commit une erreur en positionnant les étoiles 10 fois trop près. Il utilisa cette relation pour estimer la distance du petit Nuage de Magellan.

    De 1919 à 1946, Hertzsprung travailla à l'observatoire de Leyde aux Pays-Bas et en fut le directeur à partir de 1937.

    En 1922, il développa un système d’abréviations de deux lettres pour désigner les constellations. Russell en fit une version à trois lettres qui fut immédiatement adoptée par l’Union astronomique internationale lors de son Assemblée Générale d’inauguration à Rome en 1922 (Transactions of the International Astronomical Union, vol. I, 1922, p. 158). Russell co-crédita Hertzsprung, mais ce dernier renia cette paternité.

    Il découvrit deux astéroïdes, dont l'astéroïde Amor (1627) Ivar.

    Cet homme que je ne connaissais pas a apporté quelque-chose d'important l'astronomie. Je vous fait profiter cette information, j'imagine que peu de gens sur ce forum avaient entendu parler de cet homme.
  • Et ça continue ! Encore un autre à qui il me parait important de rendre hommage ! Merci FdP, grâce à toi, j'apprends plein de choses !
    Wikipédia a écrit:
    Harlow Shapley (2 novembre 1885, Nashville, Missouri — 20 octobre 1972, Boulder, Colorado) est un astrophysicien américain.
    [...]

    Il calibra la relation période - luminosité des céphéides, mise en évidence par Henrietta Leavitt, et put ainsi déterminer la distance de nombreux amas globulaires et préciser la structure de la Voie lactée. Ces travaux lui valurent le prix Rumford en 1933 ainsi que la Médaille Franklin en 1945.

    Il a également contribué à la détermination de la position excentrée du Soleil au sein de la Voie lactée. Il a aussi été un des principaux acteurs du Grand Débat ayant animé l'astronomie et la cosmologie au début des années 1920, à propos de la controverse relative à la nature galactique ou extragalactique de certains objets à l'époque appelés « nébuleuses » et correspondant en fait à des galaxies.
  • Fin de partie ne s’intéresse pas à ce genre de personne :-D
  • Il est question, dans le petit document attaché, de chasse aux comètes, de classification de corps célestes et de cartographies du ciel brillamment réalisées par des hommes et des femmes au fil des siècles.
    Vous remarquerez les efforts maladroits pour créer un lien entre le sujet du fil et l’anecdote personnelle que je vais essayer de caser. Je m’excuse si elle est jugée hors-sujet: je comprendrais que la modération agisse en conséquence.

    Il s’agit d’un phénomène céleste dont j’ai été témoin il y a 9 ou 10 ans (peut-être plus), au cours d’une nuit étoilée de Mai (à moins que ce soit de Juin, sans certitudes), entre 2 heures et 2 heures 30 du matin.
    Je respirais l’air marin sur les hauteurs de la dune du Pyla, lieu touristique bien connu du bassin d’Arcachon.
    En prévision de la saison estivale, un énorme escalier (très inesthétique) en résine grise est installé au Nord du site, afin de faciliter l’ascension aux millions de visiteurs qui s’apprêtent à déferler jusqu’en Octobre.
    Cette nuit-là bien sûr, il n’y avait personne ou presque. Je m’apprêtais à quitter les lieux en redescendant prudemment l’escalier qui permet de rejoindre un chemin forestier, une centaine de mètres plus bas.

    J’étais à peu près au milieu de l’ouvrage, les yeux rivés sur les marches, quand je remarque, à mes pieds, la formation d’une lueur bleue. Je m’arrête un instant pour l’observer... J’étais comme hypnotisé par ce petit halo à peu près circulaire dont ma modeste et insignifiante personne semblait être le centre !
    Rapidement, le cercle bleu s’est élargit jusqu’à dépasser la largeur de l’escalier et se répandre sur le sable. J’ai d’abord cru que, depuis le sommet de la dune, quelqu’un était en train de braquer sur moi un projecteur ou une lampe puissante.
    Quand je me décide enfin à sortir de ma torpeur pour lever les yeux au ciel, j’aperçois un météore qui survole l’entrée du bassin d’Arcachon, créant un épais et turbulent sillage.

    Une longue traînée flammée, d’un bleu intense barre le ciel comme une coulée de mercure. On distinguait à l’œil nu des tourbillons de feu. Ça a duré une poignée de secondes: le corps céleste était comme un charbon incandescent. Son intensité lumineuse allait croissante jusqu’à ce qu’un flash blanc illumine comme en plein jour les forêts de pins environnantes.
    L’instant d’après, tout est retombé dans l’obscurité.

    Je suis resté comme saisi pendant une minute comme si j’avais vu un avion en flammes volant à basse altitude avec ce même sentiment de proximité et de catastrophe imminente. La chose un peu frustrante, c’est que quelques minutes après, j’ai croisé un groupe de quatre promeneurs qui comme moi, revenait du sommet. Nous avons un peu échangé mais personne n’ à évoqué le phénomène (j’aurais dû le faire !). Nulle mention dans le journal Sud-Ouest ou le bulletin des stations locales de Météo-France.

    Je sais que le phénomène n’est pas rare. Il est provoqué par la chaleur dégagée lors de l’entrée dans la haute-atmosphère d’un corps céleste. L’un d’entre-vous l’a-t-il déjà observé ? J’ai vu, sur internet, que quelque chose d’à peu près semblable s’était produit dans le ciel de Sardaigne récemment.
    C’est triste et pauvre de voir ça sur « YouTube ».
    ...117646
  • Merci df ! Pour répondre à ta question, non je n'ai personnellement jamais observé cela. Tu as de la chance !

    Peux-tu, s'il te plaît, dire de quel livre est extrait le document attaché à ton message ?
  • Bonjour Df.

    Tu as eu effectivement de la chance d'être au bon endroit au bon moment. Comme j'observe souvent le ciel (en particulier les nuits proches du 12 août, j'ai déjà observé 2 "bolides", des étoiles filantes bien plus grosses et durables que d'habitude. L'un d'entre eux a traversé le ciel entièrement, probablement rasant l’atmosphère au début.
    La seule différence avec les étoiles filantes ordinaires est la taille : poussière à petit gravier pour les étoiles filantes courantes, petit caillou à gros rocher pour les bolides. Certains explosent sous l'effet de la chaleur (voir cet article).

    Cordialement.
  • Merci à vous pour vos réponses !
    La référence de l’extrait attaché: $\textbf{Le beau livre de l’astronomie}$ par Jim Bell, Dunod.
    ...
  • Merci df !
  • Souvenons-nous aussi de l'abbé Moreux (1867-1954), astronome et vulgarisateur des mathématiques
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Théophile_Moreux
    Bon, ce n'était pas une femme, mais il portait une sorte de robe...
  • Il était transgenre ?
    ...
  • @df
    Si c'était le cas, je présume que ce serait un motif de plus pour l'honorer, selon les canons en vigueur aujourd’hui.
  • Ha ? C’était même un canon ?

    (Oui, bon, je sors...)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.
Success message!